chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
64 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Brutal Truth - Need To Control

Chronique

Brutal Truth Need To Control
J'en connais quelques uns qui ont dû tirer une drôle de gueule au moment de la sortie de « Need To Control », deuxième livraison d'un BRUTAL TRUTH ayant la lourde tâche de confirmer le coup de maître « Extreme Conditions Demand Extreme Responses » (1992), un classique instantané du metal le plus extrême qui soit à pareille époque, un best of both worlds grind death à ranger aux côtés de « World Downfall » (TERRORIZER) et « Harmony Corruption » de la bande à Mark « Barney » Greenway.

Pourtant, Kevin Sharp, Dan Lilker, Rich Hoak et Brent McCarty (alias Gurn) changent leur fusil d'assaut d'épaule en délaissant complètement les composantes death de leur grindcore furibard, au profit de quelques fondamentaux hardcore («Media Blitz », reprise de THE GERMS featuring Mike « EYEHATEGOD » Williams, la rentre dans le lard « Choice Of A New Generation ») moins déstabilisants que la schizophrénie galopante frappant l'essentiel de leurs nouvelles compos. D'entrée de jeu, les frappadingues de New York donnent le si bémol avec une relecture malsaine de l'opening track de « F.E.T.O. », une « Collapse » en forme de croc en jambe à l'attention de ceux qui, friands de tempos speedés, s'attendaient à succomber manu militari sous un déluge de blasts et de vociférations bestiales. En collant une telle bombe à retardement dans les pattes de ceux qui espéraient un « Extreme Conditions » bis, BRUTAL TRUTH prend le risque de s'aliéner une bonne partie de sa fan base, celle ne jurant que par Scott Burns et la vague death metalllique du carrefour des 90's. Avec tout le recul permis par l'œuvre du temps et l'évolution du genre, bien leur en a pris au regard de l'effondrement de la scène peu de temps après leur passage aux Morrisound Studios. Et si Richard Hoak donne le change en mitraillant son kit de plus belle sur la féroce « Black Door Mine », on sent bien que l'essentiel est ailleurs sur un skeud empruntant moult chemins de traverse industrialo-bruitistes. L'agression frontale, une solution de facilité que BRUTAL TRUTH écarte régulièrement en truffant la cellule capitonnée par Colin Richardson d'interludes noisy assez dispensables (l'outro « Crawlspace », la pénible et interminable « Ironlung ») et de titres à géométrie variables régulièrement ponctués d'éclairs de génie grind (le break phénoménal à 01 :11 sur « Mainliner »).

Au premier contact avec cet asile de fous rendus furieux par un Kevin Sharp effrayant de bestialité, on cherche en vain une porte de sortie dans un tracklisting labyrinthique abritant autant d'accès de fièvre (le shoot d'adrénaline « Turn Face », le backdraft « Bite The Hand ») que de retours d'acide non désirés (les dissonances et autres flashs hallucinatoires de « Godplayer » valent bien un passage sur la chaise électrique !). Exit le death uniformisant de « Extreme Conditions » donc, place au groove infernal qui fait des petits jusqu'à Birmingham (NAPALM DEATH fera de même sur « Fear, Emptiness, Despair », avec un peu moins de réussite), Brent McCarty livrant une partition bien plus personnelle en jouant la carte de l'oppression, submergeant l'auditeur de plans aussi barrés qu'un chanteur passé définitivement du côté des illuminés (limite spectral sur « Brain Trust »). Le growl est dans l'ensemble toujours de rigueur sur « Need To Control » mais régulièrement ramené à la déraison par une avalanche de cris pareils à de véritables décharges d'énergie brute. Une prestation hallucinante de Kevin Sharp qui fait écho aux inspirations monstrueuses de titres comme « Ordinary Madness », LE chef d'œuvre d'un album qui passe la vitesse supérieure dans son dernier tiers, sans pour autant regarder derrière son épaule déboitée et revenir dans un giron death plus traditionnel. Loin d'être aussi immédiat que son illustre prédécesseur, « Need To Control » n'en reste pas moins un album incroyable, doté d'une production surpuissante (la basse de Dan Lilker claque comme jamais) et, last but not least, à ce point avant-gardiste qu'une sortie similaire en 2011 passerait sans problème pour une très grande réussite. On ne peut plus essentiel donc, à l'image de la plupart des productions d'un BRUTAL TRUTH définitivement à part dans la sphère grindcore.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

4 COMMENTAIRE(S)

hurgh citer
hurgh
11/03/2011 08:22
Album que j'avais acheté à sa sortie et qui ne m'avait pas plu du tout, donc très vite revendu. Mais depuis j'ai pris du bide, des cheveux blancs et surtout je suis métaliquement bien plus ouvert. Il faut donc que je me le reprocure absolument, car beaucoup de disque qui me gonflaient dans ma jeunesse me mettent aujourd'hui des claques énormes...
gulo gulo citer
gulo gulo
10/03/2011 21:33
note: 9/10
prod un peu pourrie, mais surtout morceaux-à-idées qui se la pètent mais ne groovent pas comme la démence de KTS ou NTC
Thomas Johansson citer
Thomas Johansson
10/03/2011 20:11
note: 9/10
gulo gulo a écrit : j'allais dire "le meilleur", mais en fait ils sont tous un peu le meilleur à leur façon, à par bien sûr Animal Kingdom

Qu'est-ce que tu as contre "Sounds Of The Animal Kingdom"?
gulo gulo citer
gulo gulo
10/03/2011 19:49
note: 9/10
j'allais dire "le meilleur", mais en fait ils sont tous un peu le meilleur à leur façon, à par bien sûr Animal Kingdom

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Brutal Truth
Grindcore
1994 - Earache Records
notes
Chroniqueur : 9/10
Lecteurs : (8)  8.56/10
Webzines : (8)  8.27/10

plus d'infos sur
Brutal Truth
Brutal Truth
Grindcore - 1990 † 2014 - Etats-Unis
  

vidéos
Godplayer
Godplayer
Brutal Truth

Extrait de "Need To Control"
  

tracklist
01.  Collapse
02.  Black Door Mine
03.  Turn Face
04.  Godplayer
05.  I See Red
06.  Ironlung
07.  Bite The Hand
08.  Ordinary Madness
09.  Media Blitz
10.  Judgement
11.  Brain Trust
12.  Choice Of A New Generation
13.  Mainliner
14.  Displacement
15.  Crawlspace

Durée : 43:04

line up
voir aussi
Brutal Truth
Brutal Truth
Extreme Conditions Demand Extreme Responses

1992 - Earache Records
  
Brutal Truth
Brutal Truth
Sounds Of The Animal Kingdom

1997 - Relapse Records
  
Brutal Truth
Brutal Truth
Evolution Through Revolution

2009 - Relapse Records
  
Brutal Truth
Brutal Truth
End Time

2011 - Relapse Records
  

Essayez aussi
Blockheads
Blockheads
This World Is Dead

2013 - Relapse Records
  
Fiend
Fiend
Derailed (EP)

2014 - Noise Not War Records
  
Jack / Yattai
Jack / Yattai
Unsheathe And Grind (Split-CD)

2009 - Kasamata Records
  
Nasum
Nasum
Helvete

2003 - Relapse Records
  
Rotten Sound
Rotten Sound
Napalm (EP)

2010 - Relapse Records
  

Gods of Space
Gods of Space (EP)
Lire la chronique
Fall Of Seraphs pour l'EP "Destroyer Of Worlds"
Lire l'interview
Vardan
Nostalgia - Archive of Fail...
Lire la chronique
King Bee
All Seing Eye (EP)
Lire la chronique
Presumption
Presumption
Lire la chronique
The Spirit
Sounds From The Vortex
Lire la chronique
River Black
River Black
Lire la chronique
Enslaved
E
Lire la chronique
Kanashimi
Inori
Lire la chronique
Beastmaker
Lusus Naturae
Lire la chronique
Perihelion
Örvény
Lire la chronique
Monarch!
Never Forever
Lire la chronique
Maze Of Sothoth
Soul Demise
Lire la chronique
Canker
Earthquake
Lire la chronique
Under The Church
Supernatural Punishment
Lire la chronique
Bloody Alchemy pour l'album "Kingdom Of Hatred"
Lire l'interview
Sacroscum
Drugs & Death
Lire la chronique
Iron Age
The Saga Demos (Démo)
Lire la chronique
Black Country Communion
BCCIV
Lire la chronique
The Wrong Tour To Fuck With Europe 2017
Beyond Creation + Disentomb...
Lire le live report
Damnation Defaced
Invader From Beyond
Lire la chronique
Mjölnir
Magnet Vektor
Lire la chronique
Fall of Summer 2017
Lire le dossier
Body Count
Bloodlust
Lire la chronique
Aetherian
The Untamed Wilderness
Lire la chronique
Forn Valdyrheim
Reminisce Eternity (Rééd.)
Lire la chronique
FennrLANE : Le pourquoi du one-man-band
Lire l'interview
No Return
The Curse Within
Lire la chronique
Cannibal Corpse
Red Before Black
Lire la chronique
Resurgency
No Worlds... Nor Gods Beyond
Lire la chronique