chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
24 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Amon Amarth - Surtur Rising

Chronique

Amon Amarth Surtur Rising
Un nouvel album d'Amon Amarth...est un non évènement. Aussi régulier qu'un coucou suisse, le combo Suédois n'a de cesse de réitérer encore et toujours le même album, et a pris depuis "With Oden on our Side" un vrai rythme de croisière qualitatif (après le décevant "Fate of Norns"), au point de donner maintenant des suite à des morceaux (Loke's Treachery Pt 2, qui fait écho à la première partie sur "With Oden...), un peu à la Metallica et ses The Unforgiven, ou pire... Soulfly et ses instrumentaux baba cool.

Cependant, ne salissons pas cette chronique en parlant de leurs confrères en manque d'inspiration, car si Amon Amarth n'est définitivement pas le groupe qui révolutionnera notre scène, un tel sens de la mélodie et une recette efficace et plus qu'éprouvée font qu'il est dans l'ensemble difficile de déconseiller un de leurs albums...sauf exception...

Démarrant sur le tonitruant "War of the Gods", aussi efficace qu'ultra formaté, on ne peut que saluer une nouvelle fois le talent du duo de guitaristes Mikkonen / Soderberg pour développer un sens du riff terriblement catchy et prenant à chaque entame d'album (de la poudre aux yeux pour amadouer l'auditeur? Possible). "Tock's Haunt" se fait vite mettre à l'ombre par le surpuissant "Destroyer of the Universe", d'une intensité aussi marquante qu'appréciable dans un album au tempo finalement plus relevé qu'à l'accoutumée. "Slaves of Fear" assure quand à lui le rôle de mid-tempo bien mélodique, tiens ça manquait presque après ce "Tock's Haunt" un peu fade...

PUIS...

C'EST LE DRAME.

Sans dire que la suite de l'album est mauvaise, loin s'en faut, force est de reconnaitre qu'on ne retrouve pas la même accroche sur les titres suivants. Et à bien y réfléchir, c'est d'ailleurs tout le groupe qui semble en sous régime, et encore je reste poli car si l'on s'amuse au jeu des comparaisons avec le monumental "Twilight of the Thunder God"... Chaque riff est sorti du même moule, chaque pattern de batterie a déjà été mattraqué des millions de fois par Fredrik Andersson (en voilà un autre qui ferait bien de se remettre un peu en question et de varier davantage son jeu), Johan Hegg a le même type de chant depuis 2006 (où est l'émotion qui jaillissait à l'époque révolue de "Versus the World?)... A moins d'être complètement néophyte du genre, la seconde partie de "Surtur Rising" est beaucoup trop académique et déjà vu pour satisfaire l'aficionado un minimum exigeant, et l'on pique parfois franchement du nez (la dynamique et pourtant mauvaise "A Beast Am I") . En fait tout l'album l'est, mais les titres du début sonnent plus explosifs et arrivent encore à donner le change..pendant le premier quart d'heure en gros.

Alors, certes, Amon Amarth tente bien ici et là d'incorporer un passage en guitare acoustique, un peu de clavier, histoire de ne pas sonner complètement has been non plus avec son Viking Metal d'antan. Et oui, et alors là un grand OUI, les solos font leur grand retour, et l'on en vient à regretter qu'ils n'aient pas eu autant de place dans les précédents opus du groupe, car ce sont dans l'ensemble de belles réussites.

Mais "Surtur Rising", avec sa pochette tout feu tout flamme, n'arrive pas à la cheville de son homologue orageux, et l'on espère, si la thématique des 4 élements se poursuit, que l'eau et la terre seront un peu plus aventureux. Je n'arrive pas à déconseiller totalement cet album qui n'est pas intrinsèquent mauvais, et qui va probablement me couter quelques euros à sa sortie dans son édition digibook (je suis un être faible). Il tournera probablement beaucoup moins que les autres, mais ce n'est pas comme si les albums d'Amon Amarth n'étaient pas déjà interchangeables...Disons que celui là l'est un peu plus encore que les autres. A écouter avant d'acheter.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

4 COMMENTAIRE(S)

Invité citer
Wes
19/04/2011 18:37
Amon Amarth ou la redondance à l'état brut !!
Dark Nico citer
Dark Nico
05/04/2011 13:48
note: 6.5/10
Amon Amarth par Amon Amarth.
Après une dizaine d'écoute je trouve cette album très frustrant :
Les chansons sont un peu toute sur le même moule :
- Un refrain qui tue
- Un solo de folie
- des couplets tout pourris pour une majorité d'entre eux.
Du coup, la chanson commence on se dit c'est quoi cette merde, le refrain arrive on secoue la moumoute et puis à la fin on se sait pas quoi penser...frustrant....
Ikea citer
Ikea
24/03/2011 08:59
NightSoul a écrit : Apach Metal

Ah si, ça y en a plein, ne serait-ce que le dernier Bloodiest Mr Green

Sinon, j'ai Versus The World d'Amon Amarth, il est bien et ça me suffit.
NightSoul citer
NightSoul
24/03/2011 00:06
Je ferai l'impasse comme le précédent donc. Ce groupe me saoule en fait... J'en peux plus c'est toujours pareil c'est chiaaaannnnttttttttt !!!!

Viking metal... j'ai jamais pu blairé cette étiquette... Y a pas de Roman Metal, de Apach Metal, de Hun Metal ou en de Wisigoth metal si ? Ah tiens, je tiens peut-être un concept là non ? ...

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Amon Amarth
Heavy / Death mélodique
2011 - Metal Blade
notes
Chroniqueur : 5/10
Lecteurs : (12)  5.88/10
Webzines : (42)  7.5/10

plus d'infos sur
Amon Amarth
Amon Amarth
Heavy / Death Mélodique - Suède
  

tracklist
01.   War of the Gods
02.   Töck's Taunt - Loke's Treachery Part II
03.   Destroyer of the Universe
04.   Slaves of Fear
05.   Live Without Regrets
06.   The Last Stand of Frej
07.   For Victory or Death
08.   Wrath of the Norsemen
09.   A Beast Am I
10.   Doom Over Dead Man

line up
parution
2 Avril 2011

voir aussi
Amon Amarth
Amon Amarth
Twilight of the Thunder God

2008 - Metal Blade
  
Amon Amarth
Amon Amarth
The Avenger

1999 - Metal Blade
  
Amon Amarth
Amon Amarth
Fate of Norns

2004 - Metal Blade
  
Amon Amarth
Amon Amarth
Deceiver of the Gods

2013 - Metal Blade
  
Amon Amarth
Amon Amarth
The Crusher

2000 - Metal Blade
  

Essayez plutôt
Into Eternity
Into Eternity
Dead or Dreaming

2001 - DVS Records
  
Soilwork
Soilwork
A Predator's Portrait

2001 - Nuclear Blast
  
Dispatched
Dispatched
Motherwar

2000 - Metal Mind Productions
  
Scar Symmetry
Scar Symmetry
Pitch / Black / Progress

2006 - Century Media
  
Dagon
Dagon
Terraphobic

2009 - Bombworks Records
  

Kaiserreich
Cuore nero
Lire la chronique
Helrunar
Niederkunfft
Lire la chronique
Moon
Render of the Veils
Lire la chronique
Blaze Of Perdition
Near Death Revelations
Lire la chronique
State Faults
Desolate Peaks
Lire la chronique
Conqueror
War Cult Supremacy
Lire la chronique
Kataklysm
Of Ghosts And Gods
Lire la chronique
One Life Crew
Crime Ridden Society
Lire la chronique
Adversarial
Death, Endless Nothing And ...
Lire la chronique
Parce qu'on a tous été ados
Jouer au blindtest
Loudblast
Sublime Dementia
Lire la chronique
Motocultor Festival 2015
Lire le dossier
Uncle Acid And The Deadbeats
The Night Creeper
Lire la chronique
Interment
Where Death Will Increase 1...
Lire la chronique
Aetherius Obscuritas
MMXV
Lire la chronique
LVTHN
The Grand Uncreation (Compil.)
Lire la chronique
Der Weg einer Freiheit
Unstille
Lire la chronique
Soilwork - The Ride Majestic
Lire le dossier
Lugubrum / Urfaust
Het Aalschuim der Natie (Sp...
Lire la chronique
Venefixion
Defixio (Démo)
Lire la chronique
Ulcerate
Everything is Fire
Lire la chronique
Pure
Art of Loosing One's Own Life
Lire la chronique
Metal Méan 2015
(DOLCH) + Drowned + Grand M...
Lire le live report
Suis La Lune
Distance / Closure (EP)
Lire la chronique
New Noise Festival 10
Birds In Row + Earthship + ...
Lire le live report
Crown
Natron
Lire la chronique
Leprous
The Congregation
Lire la chronique
Various Artists
A Treasure to Find (Tribute...
Lire la chronique
Vardan
Between the Fog and Shadows
Lire la chronique
Birds In Row
You, Me & the Violence
Lire la chronique