chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
69 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Absurdity - D:\EVOLUTION

Chronique

Absurdity D:\EVOLUTION
On peut aisément imaginer pour un tout jeune label l'importance que représente la sortie de sa première production et de même pour un groupe avec la naissance de son premier album. Ici les deux sont réunis puisque « D:\EVOLUTION » est à la fois le premier opus d' Absurdity ainsi que la première sortie d' Urban Death Records (sous la houlette Season Of Mist). Un gros poids donc sur les épaules de ce (plus si) jeune quintette strasbourgeois, formé en 2001 et ayant tout de même déjà dans sa besace deux démos et deux EPs, sur lesquels je n'ai jamais eu l'occasion de poser mes oreilles.

C'est donc avec ce « D:\EVOLUTION » que je noue mon tout premier contact avec Absurdity, après une brève écoute des titres proposés sur le net me laissant présager que le groupe et moi pourrions peut-être trouver un terrain d'entente musicale. Avec une pochette rappelant vaguement le « Cocoon » de Sideblast et un artwork globalement dans l'esprit deathcore, je me demandai finalement à quoi mes tympans allaient être soumis puisque mes souvenirs auditifs m'avaient plutôt incités à me préparer à un sorte d'indus hardcore bien burné. J'avais eu raison de faire davantage confiance à mon ouïe qu'à ma (mauvaise) vue: les français nous servent ici une sorte de mix de gros hardcore-métal flirtant avec le néo et aspergé de samples électro-indus.

Même si l'affiliation à la scène deathcore n'est pas totalement usurpée, on se rendra bien vite compte qu' Absurdity ne joue vraiment pas dans la même catégorie que les Whitechapel et consorts, proposant une vision plus personnelle grâce notamment à ces samples bien intégrés aux compos. Le début de « A Taste Of... » avec son riff aux limites du thrash fera d'ailleurs plus penser au No Return de « Machinery » qu'à Despised Icon. Pour le côté brutal de cet opus, sans aller jusqu'à parler réellement de death on pourra noter toutefois quelques blasts, certes souvent timides mais bien présents et appuyant l'ambiance froide et martiale (à 1'43 sur « A Taste Of... », sur « Logical War Process », ou encore sur « Concrete Brain » le titre le plus brutal et (bizarrement) à mon humble avis le meilleur de la galette). Les vocaux de Ricardo Gomes dans un registre bien viril flirtent aussi par moments avec le death bien qu'ils soient plus généralement dans une veine hardcore bien burné. Pour le reste on navigue effectivement entre parties saccadées ou speed sur riffs thrashcore (la très efficace « Rewind ») et moshparts plus classiques (« Concrete Brain » à 1'05, « Sneaking Data » à 2'59, le début de cette dernière m'ayant d'ailleurs remis en tête certains passages des défunts Spineshank). Ce qui finalement fait l'intérêt de « D:\EVOLUTION » et permet de sauver un album qui aurait pu être assez banal ce sont d'une part l'utilisation des samples et d'autre part le brin de mélodie qui l'habillent. Zno (?) derrière ses machines parvient en effet à parfaitement intégrer ses influences électro/techno au reste afin d'affiner encore plus cette ambiance mécanique qui se dégage de la musique d'Absurdity et qui n'est évidemment pas sans faire évoquer Fear Factory sur certains morceaux (« Logical War Process » en tête), le bougre parvient même à placer judicieusement une partie purement techno/drum n' bass au milieu de « Novae » avant de finir en accompagnant les six cordes comme peuvent le faire leurs compatriotes de Sidilarsen. Concernant les mélodies, si elles sont distribuées avec parcimonie, elles le sont en revanche de manière fort habile, ajoutant elles aussi une couche à l'ambiance générale notamment sur la fin de « Concrete Brain » qui aurait presque mérité de traîner un peu plus en longueur ou encore sur l'instrumentale « Fall Out » qui permet de faire un petit break opportun.

Si Absurdity parvient assez bien à éviter certains écueils, en particulier en enrichissant sa musique avec les deux aspects évoqués ci-dessus, on ne peut malheureusement pas complètement écarter une certaine redondance dans les plans ou les structures mais rien qui empêche cependant de s'enfiler « D:\EVOLUTION » d'une seule traite. De même la production très synthétique que je trouve pour ma part tout à fait appropriée au style pratiqué pourra toujours faire l'objet de critiques en ce qu'elle est de fait totalement impersonnelle.

Quoiqu'il en soit « D:\EVOLUTION » reste une bonne surprise, venant d'un groupe que je ne connaissais pas il y a encore quelques semaines. De plus l'artwork très soigné du digipack est à souligner et il ne me reste plus qu'à souhaiter longue vie à Absurdity et Urban Death Records.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

3 COMMENTAIRE(S)

supersinep citer
supersinep
23/04/2011 17:37
Tain la batterie est horrible
Niktareum citer
Niktareum
17/04/2011 20:50
Efelnikufesin a écrit : Zno et Ricardo ne font qu'un en vrai. Clin d'oeil Ah bon? Je ne savais pas. C'est un peu schizophrène ça. Sourire
Efelnikufesin citer
Efelnikufesin
15/04/2011 23:47
Zno et Ricardo ne font qu'un en vrai. Clin d'oeil

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Absurdity
Indus Deathcore
2011 - Urban Death Records
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs :   -
Webzines : (13)  6.81/10

plus d'infos sur
Absurdity
Absurdity
Indus Deathcore - 2001 - France
  

vidéos
Concrete Brain
Concrete Brain
Absurdity

Extrait de "D:\EVOLUTION"
  

tracklist
01.   A Taste Of...
02.   Concrete Brain
03.   Sneaking Data
04.   Logical War Process
05.   Fall Out
06.   Scorn & Ignorance
07.   Death. Kult. Paranoia
08.   Novae
09.   Rewind
10.   The Ultimate Carnivore
11.   [D]Evolution

Durée : 36'28

line up
parution
17 Mars 2011

Abduction pour l'album "A L'heure du Crépuscule"
Lire l'interview
Totalselfhatred
Solitude
Lire la chronique
Gutslit
Amputheatre
Lire la chronique
The Obsessed
Sacred
Lire la chronique
Solstice
White Horse Hill
Lire la chronique
Wallachia
Monumental Heresy
Lire la chronique
The Grotesquery
The Lupine Anathema
Lire la chronique
Poésique - MoM chronique Ustalost - The Spoor of Vipers
Lire le podcast
Ascension
Under Ether
Lire la chronique
Grimoire
A la lumière des cendres (R...
Lire la chronique
Tomb Mold
The Bottomless Perdition / ...
Lire la chronique
Balmog
Vacuum
Lire la chronique
Imindain
The Enemy of Fetters and th...
Lire la chronique
Target
Master Project Genesis
Lire la chronique
They Live | We Sleep
Self Harm (EP)
Lire la chronique
Mastodon
Emperor of Sand
Lire la chronique
Kalmah
Palo
Lire la chronique
Borgne
[∞]
Lire la chronique
Poésique - MoM chronique Warbringer - Woe to the Vanquished
Lire le podcast
Demonomancy
Poisoned Atonement
Lire la chronique
Visigoth
Conqueror's Oath
Lire la chronique
Skeletal Remains
Devouring Mortality
Lire la chronique
His Hero Is Gone
Monuments to Thieves
Lire la chronique
Ulsect
Ulsect
Lire la chronique
Antagonism
Thrashocalypse (EP)
Lire la chronique
Napalm Death
Mass Appeal Madness (EP)
Lire la chronique
Veiled
Black Celestial Orbs
Lire la chronique
Disembowel
Plagues And Ancient Rites
Lire la chronique
Black Witchery
Evil Shall Prevail (Compil.)
Lire la chronique
Napalm Death
Mentally Murdered (EP)
Lire la chronique