chargement...

haut de page
39 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Judas Priest - Ram It Down

Chronique

Judas Priest Ram It Down
Dans la série je ne sais plus sur quel pied danser après avoir cédé, comme IRON MAIDEN sur « Somewhere In Time », aux sirènes des guitares synthé sur « Turbo », je demande JUDAS PRIEST et son « Ram It Down » bancal au cul entre plusieurs chaises musicales. Si les apparences (un poing dévastateur on ne peut plus significatif) nous poussent à y voir une réaction des anglais après un détour vers le côté glam de la force, les relents de heavy rock qui subsistent sur ce 11ème full length n'ont rien d'accidentels, dans la mesure où le PRIEST prévoyait à l'origine de sortir un double album (« Twin Turbos ») dès 1986. La deuxième galette – qui aurait logiquement hébergée les titres les plus radicaux prévus au programme – enterrée sous la pression de leur producteur fétiche Tom Allom, il faudra patienter deux ans pour retrouver le visage plus traditionnel d'un groupe faisant feu de tout bois, à l'image d'un title track en tous points exceptionnel.

Les langues fourchues diront que c'est le seul intérêt de l'album et n'auront pas loin d'avoir raison tant « Ram It Down », sorte de « Freewheel Burning » sous speed, ne trouve aucun équivalent par la suite. Tout y est ou presque dans ce brûlot attisé par un Rob Halford en forme olympique (et un scream d'anthologie pour engager les hostilités, un !), boosté par un refrain on ne peut plus accrocheur et une rampe de lancement fédératrice qui propulse « Ram It Down » au rang de metal anthem incontournable. Le duel Downing/Tipton qui s'en suit ? Un déluge de guitares en fusion, une surenchère de pyrotechnie lead ahurissante de virtuosité et de vitesse d'exécution qui justifie à elle seule l'investissement. Des fulgurances qui trouvent un écho au démarrage de « Heavy Metal » avant une conduite de jeu beaucoup plus classique, JUDAS PRIEST sortant à nouveau le porte-jarretelles sur « Love Zone » après avoir fait le tapin sur la route 66 deux ans auparavant (conquérir les USA, une vieille obsession qui donnera naissance au controversé « Turbo »). Si la dynamique de « Come And Get It » et le caractère rouleau compresseur de « Hard As Iron » peuvent séduire, les morceaux les plus attractifs demeurent encore la progressive « Blood Red Skies », sorte de concentré d'emphase et de testostérone comme on en trouve dans toute production Jerry Bruckheimer qui se respecte (le Hans Zimmer de « Days Of Thunder » ou le duo Mancina/Rabin de « Con Air » savent de qui tenir). Passé cette pièce plus ambitieuse, ne reste à souligner que l'excellente reprise de Chuck Berry, « Johnny B. Goode », enregistrée à l'attention du film du même nom, sans doute pour se rattraper d'avoir décliné l'invitation « Top Gun » deux ans plus tôt.

Le reste est assez anecdotique, voire mauvais comme les pistes 7 et 9, « I'm A Rocker » et « Love You To Death » n'ayant absolument aucun intérêt. Le final « Monsters Of Rock » en forme de remake de la paire « Heavy Duty/Defenders Of The Faith » ? Une redite balourde, à l'image des SFX sonores – explosions ringardes et effets inutiles sur la voix du metal god - qui cassent la baraque d'un « Hard As Iron » sur lequel Dave Holland frôle régulièrement le ridicule (à moins que ce ne soit la batterie synthétique employée pour relayer un cogneur sujet à des troubles cardiaques). Bref, il est grand temps que Scott Travis montre le bout de ses baguettes et que JUDAS PRIEST vienne mettre tout le monde d'accord avec un « Painkiller » à la ligne de conduite on ne peut plus claire et vindicative. Album daté (la production larger than life façon big rock US n'y est pas pour rien) à la démarche hésitante, « Ram It Down » reste un entre deux parfois plaisant, souvent frustrant, qui vaut quand même le détour pour son morceau titre éruptif et le retour du PRIEST à des sonorités plus métalliques. Préférez lui quand même les bien plus consistants « Painkiller » et « Screaming For Vengeance » !
Notice: Object of class QueryTemplate could not be converted to int in /srv/www/deadEngine/class/Thrasho/StatPub/Collection.php on line 13

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour donner votre avis.

2 COMMENTAIRE(S)

hurgh citer
hurgh
11/05/2011 09:54
note: 6/10
J'ai bien essayé plusieurs fois mais à part le morceau d'ouverture absolument énoooooooorme, ce disque est vraiment très moyen. Je ne peux pas le comparer à Turbo, car j'ai jamais eu envie de me frotter à cet album maudit... Le titre Ram It Down aurait pu figurer sur Painkiller, quel domage que tout l'album ne soit pas de ce niveau, car avec une pochette pareille, bonjours le disque culte !
Keyser citer
Keyser
29/04/2011 10:17
note: 7/10
Je copie/colle mon avis que je t'avais exposé sur le forum:

Ram It Down est très sympa dans l'ensemble mais trop hétérogène. T'as des tueries comme "Ram It Down", "Come And Get It", "Hard As Iron" ou "Blood Red Skies" mais à côté t'as des trucs franchement moyens comme "I'm a Rocker", "Love You To Death" ou la très pataude "Monsters Of Rock". En plus il est placé entre deux albums fétiches pour moi, Turbo et Painikiller et on le ressent bien au niveau des compos. Le cul entre deux chaises avec des synth guitars qui rappellent Turbo et des speederies qui annoncent Painkiller mais sans toucher le génie de ces deux albums.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Pseudo :
Question anti-spam :
Dans quel groupe mythique joue Tom Araya ?
Commentaire :

Judas Priest
Heavy Metal
1988 - Columbia
notes
Chroniqueur : 7/10
Lecteurs : (5)  6.9/10
Webzines : (10)  6.69/10

plus d'infos sur

écoutez
tracklist
01.  Ram It Down
02.  Heavy Metal
03.  Love Zone
04.  Come And Get It
05.  Hard As Iron
06.  Blood Red Skies
07.  I'm A Rocker
08.  Johnny Be Goode
09.  Love You To Death
10.  Monsters Of Rock

Bonus tracks:

11.  Night Comes Down (live)
12.  Bloodstone (live)

Durée : 58:17

paroles
line up

achetez sur
thrashothèque
voir aussi
Judas Priest
Judas Priest
Screaming For Vengeance

1982 - Columbia
  
Judas Priest
Judas Priest
Angel Of Retribution

2004 - Sony Music
  

Essayez aussi
Annihilator
Annihilator
Set The World On Fire

1993 - Roadrunner Records
  
Helloween
Helloween
Better Than Raw

1998 - Raw Records
  
Blind Guardian
Blind Guardian
A Twist In The Myth

2006 - Nuclear Blast
  
Enforcer
Enforcer
Diamonds

2010 - Earache Records
  
Agonizer
Agonizer
Birth / The End

2007 - Spinefarm Records
  

chronique Chronique
Type O Negative
October Rust
chronique Chronique
Aposento
Aposento
chronique Chronique
Crimson Shadows
Kings Among Men
chronique Chronique
Force Of Darkness
Absolute Verb Of Chaos And Darkness (EP)
chronique Chronique
Unaussprechlichen Kulten
Baphomet Pan Shub-Niggurath
chronique Chronique
Oathbreaker
Eros|Anteros
chronique Chronique
Brutally Deceased
Black Infernal Vortex
dossier Dossier
SYLAK OPEN AIR 2014
interview Interview
The Rock Runners pour le Sylak Open Air 2014
report Live report
Sylak Open Air 2014
Benighted + Dew-Scented + Gojira + Misery Index...
chronique Chronique
Desecration
Cemetery Sickness
chronique Chronique
Deadlock
The Re-Arrival (Compil.)
chronique Chronique
Question
Doomed Passages
chronique Chronique
The Austrasian Goat
The Austrasian Goat
chronique Chronique
Bölzer
Soma (EP)
chronique Chronique
Letlive.
The Blackest Beautiful
chronique Chronique
Stutthof
And Cosmos From Ashes To Dust
chronique Chronique
Nuklear Frost
Subjugation
chronique Chronique
Tombs
Savage Gold
chronique Chronique
Diskord
Oscillations (EP)
chronique Chronique
5ML
Injection
chronique Chronique
God Macabre
The Winterlong
chronique Chronique
Dub Buk
Цвях
chronique Chronique
Crucifyre
Black Magic Fire
report Live report
Angel Du$t + Hard To Handle + Jack Move + Turnstile
chronique Chronique
Vermin Womb
Permanence (EP)
chronique Chronique
The Kilimanjaro Darkjazz Ensemble
From The Stairwell
chronique Chronique
Skogen
I döden
chronique Chronique
Insulters
We Are The Plague
chronique Chronique
Devour The Fetus
Cook'n'Roll