chargement...

haut de page
25 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Nader Sadek - In The Flesh

Chronique

Nader Sadek In The Flesh
Nader Sadek est un homme fort sympathique, graphiste et concepteur artistique de talent pour Mayhem depuis deux ans, il travaille également avec Steve Tucker au sein du TME studio. Mais Nader a aussi des envies de musique, et de metal extrême en particulier, qu'il ne peut assouvir pleinement sans faire ressortir ses racines égyptiennes. Car oui, malgré son patronyme typique des Bouches-du-Rhône et son expatriation aux États Unis, Nader Sadek est Égyptien, et il veut faire ressortir son origine dans son projet musical personnel, qu'il a sobrement et modestement intitulé... Nader Sadek. Pas de bol, Karl Sanders l'a menacé de poursuites judiciaires ou pire (et quand on voit les têtes de ses guitares, on se dit que le pire peut être affreusement douloureux) s'il venait à évoquer les pyramides, les pharaons, le grand fleuve dont on ne connaît pas la source ou les sacs à main de 6 mètres de long qui le peuplent. On ne plaisante pas avec le copyright aux States. Alors il a eu une idée, parler du premier produit exporté de l'Égypte, le pétrole, et de l'impasse vers laquelle sa quête effrénée entraîne l'humanité. Une chance qu'il ne fût pas Palestinien, un concept album sur les cailloux, ça en aurait moins jeté... Sauf sur les Israéliens, bien entendu.

In The Flesh est donc le premier album de Nader Sadek qui, en bon all-star band, regroupe quelques musiciens emblématiques du metal extrême : Steve Tucker – qui, pour les jeunes qui n'auraient pas connu cette époque fabuleuse, est l'homme qui a insufflé une nouvelle jeunesse à Morbid Angel après le départ de David Vincent le temps de trois albums allant chronologiquement du génial à l'excellent – au chant, Rune Eriksen de Ava Inferi, anciennement connu sous le nom de Blasphemer au sein de Mayhem, à la guitare et notre compatriote Flo Mounier de Cryptopsy à la batterie. Si vous bavez déjà sur votre clavier, sachez qu'en plus Attila Csihar de Mayhem et Travis Ryan de Cattle Decapitation viennent faire de discrètes piges au chant, qu'on remarque à peine aux premières écoutes, mais surtout que tous les solos sont l'œuvre de Destructhor de Morbid Angel, (feu ? ) Myrkskog et Zyklon, Tony Norman de Monstrosity et enfin Mike Lerner de Behold The Arctopus. Ça fait du monde hein ?
On pourrait croire que Nader Sadek a complètement muselé les aspirations créatives de tous ces invités pour que ce ne soit pas le joyeux bordel, ou tout du moins qu'il a préalablement balisé le terrain. Et bien même pas, il n'a d'ailleurs participé à la composition que de deux véritables titres : « Petrophilia » et « Nigredo In Necromance », tous les deux co-écrits par Rune Eriksen qui pour sa part a composé à lui seul « Sulffer ». Et si j'évoque des véritables titres, c'est parce que « Awakening », « Exhaust Capacitor »et « Rusted Skin » ne sont que de courtes plages d'ambiance. Les trois titres restant, à savoir « Of This Flesh », « Soulless » et « Mechanic Idolatry » sont intégralement composés par Steve Tucker. Malgré cette pluralité de compositeurs, In The Flesh est un album d'une grande cohérence, et une baffe assénée à tous ceux qui pensaient que le véritable death metal s'était perdu au cours des dernières années.

Si vous n'avez pas la furieuse impression d'écouter le grand Morbid Angel pendant tout le début de « Of This Flesh », c'est que vous n'avez jamais jeté une oreille aux meilleurs albums de cette légende du death floridien. Clairement, la mainmise de Steve Tucker sur les trois titres centraux se fait ressentir, et ses vocaux toujours aussi incroyables de puissance, de profondeur et de maîtrise n'ont rien perdu du sublime d'antan. On peut d'ailleurs en dire autant des excellentes paroles qu'il a écrites et qu'il sublime par son sens du placement et son intelligibilité sans équivalent dans l'histoire du death metal. Mais si ses compositions sont les plus brutales et les plus efficaces de In The Flesh, elles ne contrastent en rien avec celles de Nader Sadek et Rune Eriksen, qui sont faites du même death metal aux rythmiques variées et au feeling très sombre. Au delà des riffs de guitare qui évoquent l'ange morbide et du jeu de batterie à la Cryptopsy, les titres sont suffisamment bien pensés pour ne pas sonner « à la manière de », on songe même plus à la fureur de Centurian période Liber Zar Zax pour « Soulless » ou à la noirceur de Immolation sur « Mechanics Idolatry » qu'à l'ancien groupe de Steve Tucker. Passant progressivement de la lourdeur - qui n'est pas ici synonyme d'absence de mélodie ou de rythmique syncopée, je me sens obligé de le préciser vu que presque tous les groupes d'aujourd'hui ne savent pas ralentir le rythme sans tomber dans ces travers immondes – au blast le plus furieux qui soit sans sauter les vitesses, ce premier album de Nader Sadek scotche par son intensité, sa justesse, la beauté de ses arrangements et l'intelligence de ses compositeurs.
Mais ce qui surprend plus encore, c'est l'alchimie qui existe entre les musiciens. Je vous l'avoue, n'ayant jamais aimé Mayhem et ce encore moins à l'époque de Blasphemer, et n'appréciant pas plus Cryptopsy que je n'estime particulièrement le jeu de Flo Mounier, je m'attendais même à être franchement déçu par une pareille réunion. Pourtant mon scepticisme a été balayé par l'évidence : j'ai rarement entendu une somme d'individualités, de musiciens à la personnalité aussi forte, accorder leur jeu dans une telle harmonie. Entre les multiples détails que Blasphemer imprime au delà de la mélodie principale (accords dissonants, arpèges vicieux, delay et autres joyeusetés), le jeu évolutif de Flo Mounier qui se fait subtil même dans la brutalité, et le relief qu'insuffle Tucker, il y a une si grande logique que l'on ne peut s'imaginer In The Flesh autrement. Dès lors tous les titres s'enchaînent sans même que l'on y prête attention, mais révèlent tout de même quelques moments de grâce, comme l'excellente accélération sur « Soulless » qui précède un superbe solo du revenant Tony Norman (dans tous les sens du terme, puisqu'il avait littéralement disparu en 2005 avant de revenir comme si de rien n'était). Tous les invités remplissent d'ailleurs parfaitement leur rôle, particulièrement Mike Lerner dont l'inventivité est enfin mise en évidence dans un groupe écoutable – oui, même dans une chronique dithyrambique j'arrive à être un connard.

Il serait toutefois faux de dire que l'album est exceptionnel de bout en bout, car le break vers 2:30 sur « Petrophilia » est clairement le moment le plus faible de tout l'album, avec son riff posé et catchy un peu trop facile, qui tranche avec la puissance de son formidable refrain qui vous donnera envie de hurler à tue-tête « Now, that your world is gone, your religions fall, and your God has caused , every war we've seen ». Oui bon, une minute un peu en deçà, c'est déjà un défaut ! Non, son plus gros, et j'oserais même dire son seul véritable défaut est malheureusement de taille, ou devrais-je dire de durée : 29 minutes et 56 secondes c'est déjà très court, mais alors quand on doit encore leur retrancher 3 minutes et 10 secondes de plages d'ambiances diverses, ça devient vraiment handicapant. Dommage parce que musicalement In The Flesh est quasiment irréprochable, et il aurait sans problème écopé de 9 voire 9,5/10 avec un bon quart d'heure de plus.

In The Flesh est en soi un tour de force, celui de réunir des musiciens talentueux mais d'horizons divers, et d'en tirer la quintessence sous une même direction artistique. À ce titre on peut le dire, le nom de Nader Sadek donné à ce groupe n'est pas usurpé, car l'homme, même en n'étant pas instrumentiste, a réussi à construire un univers musical cohérent, à s'entourer des hommes les plus adéquats pour mettre sa vision en musique, avant qu'il ne la mette lui même en image, et avec talent comme vous pouvez le constater avec le surprenant mais excellent « Nigredo In Necromance », et très bientôt avec « Sulffer ». On ne s'étonnera d'ailleurs pas que la production dont il s'est chargé avec Steve Tucker, soit tout à la fois puissante, sèche et profonde, parfaite pour soutenir sa pernicieuse engeance sonore. In The Flesh est semblable à la gravité : un fait établi que l'on n'imaginerait pas autrement, une force d'attraction naturelle à laquelle on n'essaye même pas de résister. Cet album coule de source. Une source polluée par la noirceur des hydrocarbures, pernicieuse et contaminante, mais que l'on ne peut empêcher de couler. Fans de death metal sombre, jetez-vous dessus. Nostalgiques de Morbid Angel, amoureux de Steve Tucker, réjouissez-vous du retour au sommet de ce génie vocal resté trop longtemps muet. Amateurs de metal extrême ambiancé, vous savez ce qu'il vous reste à faire. Quant à moi, je me retire du monde de la chronique le temps de réunir un all-star band de mon grand cru, que j'appellerai modestement Von Yaourt, et de composer un concept album ambitieux sur les ravages de la quête du vin rouge parmi la population bretonne le soir venu. On parle de sujets graves en France mon bon monsieur, certainement pas des petits problèmes du tiers-monde.
Notice: Object of class QueryTemplate could not be converted to int in /srv/www/deadEngine/class/Thrasho/StatPub/Collection.php on line 13

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour donner votre avis.

8 COMMENTAIRE(S)

Invité citer
Eingeweide_karne
30/09/2011 21:07
Grosse, grosse claque en particulier à l'écoute de la dernière piste... Je considère ce morceau comme l'un de mes préférés tous groupes et albums confondus. Le reste.... plus Morbid Angel que Mayhem... ça c'est dommage (pour moi Moqueur).
Ander citer
Ander
01/07/2011 22:15
note: 7.5/10
Von, dans la partie line-up t'as oublié de citer Nick McMaster de Karallice qui s'est occupé des parties de basse apparemment. Clin d'oeil

Bon album, auquel il manque seulement quelques minutes et un peu de folie en sus pour vraiment marquer au fer rouge mon esprit...
von_yaourt citer
von_yaourt
19/05/2011 22:02
note: 8.5/10
Nouveau clip disponible à cette adresse : http://www.npr.org/blogs/allsongs/2011/05/19/136399165/first-watch-nader-sadeks-resurrection-of-death-and-decay

Je mettrai le clip dans la Thrasho TV quand il sera sur youtube. C'est le titre Sulffer, assez lent mais mieux représentatif de l'album.
gulo gulo citer
gulo gulo
17/05/2011 23:22
pas encore repéré Attila, mais le disque est très chouette
LostSon citer
LostSon
17/05/2011 18:36
Le line up est déjà chamboulé aux dires du boss de Season of mist (voir commentaire sur VS).
Grosses frictions entre les membres du groupe.
gulo gulo citer
gulo gulo
12/05/2011 22:37
j'aime de plus en plus les disques qui ne dépassent pas 30 ou 40 minutes, il semble donc que ce Nader n'aura aucun défaut quand il arrivera enfin
Häxan citer
Häxan
12/05/2011 07:50
Excellent album que je n'attendais pas du tout. Décidément MA a perdu gros avec le retour de D. Vincent, Tucker est encore une fois impressionnant.
Momos citer
Momos
12/05/2011 01:57
Citation : Quant à moi, je me retire du monde de la chronique le temps de réunir un all-star band de mon grand cru, que j'appellerai modestement Von Yaourt, et de composer un concept album ambitieux sur les ravages de la quête du vin rouge parmi la population bretonne le soir venu.
Hum.

Sinon, ça a l'air sympa, ce truc. Sourire

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Pseudo :
Question anti-spam :
Dans quel groupe mythique joue Tom Araya ?
Commentaire :

Nader Sadek
Death Metal
2011 - Season of Mist
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (8)  8.19/10
Webzines : (25)  7.66/10

plus d'infos sur

écoutez
vidéos
Nigredo In Necromance
Nigredo In Necromance
Nader Sadek

Extrait de "In The Flesh"
  
Sulffer
Sulffer
Nader Sadek

Extrait de "In The Flesh"
  

tracklist
01.  Awakening
02.  Petrophilia
03.  Of This Flesh
04.  Exhaust Capacitor
05.  Soulless
06.  Rusted Skin
07.  Mechanic Idolatry
08.  Sulffer
09.  Nigredo in Necromance

Durée : 29:56

paroles
line up

parution
Sortie : 16/05/2011

achetez sur
thrashothèque
Essayez aussi
Eternal
Eternal
The Berserk's Legions Defiance

2009 - Obscure Domain Productions
  
Exhumed
Exhumed
Necrocracy

2013 - Relapse Records
  
Ebola
Ebola
Infernal Revelation

2007 - Old Temple
  
Antediluvian
Antediluvian
λόγος

2013 - Nuclear War Now! Productions
  
Troglodyte
Troglodyte
Don't Go In The Woods

2012 - Autoproduction
  

chronique Chronique
Menace
Impact Velocity
chronique Chronique
Cynic
Kindly Bent To Free Us
chronique Chronique
Mysticum
In The Streams of Inferno
chronique Chronique
Erebus Enthroned
Temple Under Hell
chronique Chronique
Luror
The Iron Hand of Blackest Terror
chronique Chronique
Lifelover
Dekadens (EP)
chronique Chronique
Darkspace
Dark Space II
chronique Chronique
Ormgård
Ormblot
chronique Chronique
Gravehill
Death Curse
chronique Chronique
Aborym
Dirty Remix (Compil.)
chronique Chronique
Seven Sisters of Sleep
Seven Sisters of Sleep (EP)
chronique Chronique
Sarke
Aruagint
chronique Chronique
Terra Tenebrosa / The Old Wind
The Disfigurement Bowl / Serpent Me (Split 7")
chronique Chronique
Castevet
Summer Fences
chronique Chronique
Om
Pilgrimage
chronique Chronique
Sacrilege
Behind The Realms Of Madness
chronique Chronique
Merkabah
Moloch
chronique Chronique
Blut Aus Nord
Debemur MoRTi (EP)
chronique Chronique
Bestia Arcana
To Anabainon Ek Tes Abyssu
chronique Chronique
Mass Infection
For I Am Genocide
chronique Chronique
Abraham
The Serpent, the Prophet & the Whore
chronique Chronique
Rauhnåcht
Urzeitgeist
chronique Chronique
Vanhelga
Längtan
chronique Chronique
Cultes Des Ghoules
Henbane
chronique Chronique
Behemoth
The Satanist
chronique Chronique
Debauchery
Germany's Next Death Metal
chronique Chronique
Head of the Demon
Head of the Demon
chronique Chronique
Urfaust
Die erste Levitation (Single)
chronique Chronique
Necrohell
Possessed by Nocturnal Grimness
chronique Chronique
Babymetal
Babymetal