chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
48 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Disfigured - Amputated Gorewhore

Chronique

Disfigured Amputated Gorewhore
Blistering Of The Mouth, le premier album des Texans de Disfigured, avait eu bonne presse, notamment par chez nous. Du bon death metal qui avait la bonne idée de ne pas suivre la scène slam death locale en injectant même une dose de old-school dans sa musique, pour un rendu fort sympathique qui laissait présager du meilleur pour le trio américain. Ambitieux, le groupe recrute par la suite un chanteur du nom de Freddie "Krueger" Watson et commence à travailler sur un nouvel album. Ce qui en ressort déçoit, le combo lui-même, et finalement la collaboration avec Krueger tourne court. Le grand chauve Ryan Stallings entre alors en scène et l'enregistrement d'un nouvel opus peut reprendre. Quelques extraits filtrent, décevants également. Pour moi du moins. Je m'attendais donc à une énième désillusion. Et quand je reçois la galette de Comatose Music, malgré les espoirs laissés par une pochette savoureuse de Jon Zig, la déception est bien là. Mais le résultat n'est pas si horrible que je l'avais imaginé.

Car si Amputated Gorewhore se révèle en effet bien moins intéressant que Blistering Of The Mouth, il reste un album de death correct. Enfin, de brutal death devrais-je plutôt dire. Il n'y a en effet pas eu du changement qu'au niveau du line-up chez Disfigured qui a décidé de durcir le ton. Les Texans passent désormais dans la catégorie brutal death et pas seulement parce que leur nouveau grogneur sort des growls bien glaireux. Une bonne recrue d'ailleurs, lui qui nous offre aussi de bons petits shrieks. Le death de Disfigured se fait ici plus brutal, avec davantage de blastouille. Plus banal aussi malheureusement. L'opus précédent ne proposait rien de révolutionnaire certes mais avait un petit quelque chose qui faisait qu'on y revenait avec plaisir, un petit quelque chose disparu sur ce Amputated Gorewhore. La touche old-school appréciable est toujours là (on sent du vieux Cannibal Corpse et un peu de Suffocation dans les riffs) mais beaucoup moins présente. Toujours là également, ces titres courts plus ou moins rapides entre 2 et 3 minutes qui montrent les limites du groupe en termes de compositions. Seulement si la qualité des pistes sur Blistering Of The Mouth faisait oublier le manque de profondeur/développement des compos expéditives, ce n'est pas le cas sur Amputated Gorewhore. Heureusement toutefois, les riffs, bien que moins marquants, gardent une trace de "mélodie" qui fait qu'on les assimile facilement (on pourrait de toute façon déjà se contenter du fait qu'il y ait de vrais riffs, pas toujours le cas dans le genre!). Le début mid-tempo et sombre de "Embalming The Corpse", le refrain guttural de "Chainsaw Buttplug" à reprendre sous la douche, le riff rapide de "Vehicular Vasectomy" à 0'33, le motif principal entraînant de "Raping A Retard" (quel titre!) ou encore la séquence blastée à partir de 0'38 sur "Vomit Creampie Suprise", font partie de ces passages que l'on retient. Tous les morceaux renferment au moins un bon riff de toute façon, ce qui n'est déjà pas si mal. Des morceaux naviguant entre hammer blasts, blast-beats, thrashy, mid-tempo grassouillet voire quelques slam parts, avec le lot habituel d'harmoniques sifflées. En ressort un groove efficace (on notera d'ailleurs la basse bien audible) et un niveau de brutalité correct mais qui pourrait être davantage poussé. L'opus manque en effet d'intensité et de vitesse, les compos ayant souvent du mal à décoller. Il faut dire que le batteur semble plutôt limité et ne tient pas longtemps la cadence, outre le fait de ne pas être carré. Pas spécialement enthousiasmant aussi, cet aspect gore pipi-caca qui me gonfle de plus en plus. J'avoue avoir rigolé sur les samples de "Raping A Retard" (pauvre Corky quand même!) et "Drowning In Feces" (celui de fin, l'intro débile avec les bruits de chiasse, ce n'est plus de mon âge!) mais ils font surtout passer les membres du groupe pour des ados attardés.

Disfigured a ainsi clairement perdu de son charme qui le démarquait de la masse en rentrant dans le rang et en choisissant de jouer un brutal death générique malgré les touches old-school. Déception oui donc mais Amputated Gorewhore n'est pas non plus complètement à la ramasse grâce à quelques bons riffs, du groove et un chant guttural glaireux assez jouissif. Suffisant sans doute pour la majeure partie peu exigeante des fans de brutal death.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Disfigured
Brutal Death
2011 - Comatose Music
notes
Chroniqueur : 6/10
Lecteurs : (3)  6.17/10
Webzines : (3)  6.33/10

plus d'infos sur
Disfigured
Disfigured
Brutal Death - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Captured And Mutilated
02.   Cadaver Meatballs
03.   Embalming The Corpse
04.   Chainsaw Buttplug
05.   Vehicular Vasectomy
06.   Cunt Force Trauma
07.   Raping A Retard
08.   Bodyfarm Buffet
09.   Vomit Creampie Surprise
10.   Held Captive For Sodomistic Rituals
11.   Drowning InFeces
12.   Sacrifice The Innocent

Durée : 32'02

line up
parution
1 Mars 2011

voir aussi
Disfigured
Disfigured
Blistering Of The Mouth

2008 - Comatose Music
  

Essayez plutôt
Medecophobic
Medecophobic
Pandemic Of Existence

2011 - Autoproduction
  
Embryonic Depravity
Embryonic Depravity
Constrained By The Miscarriage Of Conquest

2009 - Permeated Records
  
Guttural Secrete
Guttural Secrete
Reek Of Pubescent Despoilment

2006 - Unmatched Brutality
  
Visceral Bleeding
Visceral Bleeding
Remnants Of Deprivation

2002 - Retribute Records
  
Ad Patres
Ad Patres
Scorn Aesthetics

2012 - Kaotoxin Records
  

Witherscape
The Northern Sanctuary
Lire la chronique
Isgärde
Jag enslig skall gå
Lire la chronique
16
Lifespan of a Moth
Lire la chronique
Ghoul
Dungeon Bastards
Lire la chronique
La photo mystère du 27 Juillet 2016
Jouer à la Photo mystère
Ragnard Rock 2016
Forteresse + Graveland + He...
Lire le live report
Satyricon
Nemesis Divina
Lire la chronique
Wederganger
Halfvergaan Ontwaakt
Lire la chronique
Cobalt
Slow Forever
Lire la chronique
Baptism
V: The Devil's Fire
Lire la chronique
Profanatica
The Curling Flame of Blasphemy
Lire la chronique
Centinex
Doomsday Rituals
Lire la chronique
Starofash
Skógr
Lire la chronique
Hunok
Megrendíthetetlenség
Lire la chronique
Lacuna Coil
Delirium
Lire la chronique
Primalfrost
Prosperous Visions
Lire la chronique
Dark Funeral
Where Shadows Forever Reign
Lire la chronique
De Karl Sanders à Mark Greenway
Jouer à The Small Metal World Experiment
Karcavul
Intersaône
Lire la chronique
Vanhelgd
Temple Of Phobos
Lire la chronique
Mizery
Absolute Light
Lire la chronique
Au revoir Monsieur le chroniqueur ! La mort de VS Webzine ! Du pipi qui gicle !
Lire le podcast
Fistula
Longing for Infection
Lire la chronique
Hermóðr
The Darkness of December
Lire la chronique
Blut Aus Nord à l'occasion de la sortie de Codex Obscura Nomina
Lire l'interview
Alkerdeel
Lede
Lire la chronique
Sink
Ark of Contempt and Anger
Lire la chronique
Winterlore
Winterlore
Lire la chronique
Disincarnate
Dreams Of The Carrion Kind
Lire la chronique
Dawn Of Disease
Worship The Grave
Lire la chronique