chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
57 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Morbid Angel - Illud Divinum Insanus

Chronique

Morbid Angel Illud Divinum Insanus
Et vous pensiez qu'Heretic était mauvais...



Ça, c'est la tête qu'on a tous fait quand les premiers extraits ont filtré. Huit ans qu'on attendait ce nouvel album de Morbid Angel, alors forcément, on est tombé des nues. Mais au fond, tout le monde le savait, c'était couru d'avance. Cette chronique d'Illud Divinum Insanus s'apparente dès lors à celle d'une déroute annoncée. Les choses avaient ainsi bien mal commencé dès l'annonce du remplacement de Pete Sandoval, souffrant du dos, par Tim Yeung. Rien de personnel contre l'ex-Hate Eternal mais Morbid Angel sans Pete Sandoval, ce n'est plus vraiment Morbid Angel. Ça se gâte quand les premières photos sont publiées avec un David Vincent en rock star et un Tim Yeung en pleine pose beau gosse, puis quand la pochette de l'opus est dévoilée, immondice moderne sans rapport avec l'essence du groupe. Mais ce qui a le plus marqué, ce sont les déclarations de Trey Azagthoth qui s'est dit très influencé par le gabber pour la composition d'Illud Divinum Insanus. WTF?! Je l'avoue, j'avais acheté une compilation de techno hardcore il y a bien longtemps (1997), croyant avoir à faire à l'autre hardcore pendant ma découverte du monde métallique (on est naïf à cet age là!). Hardcore Anthology que ça s'appelait, avec des trucs de dégénérés comme Mescalinum United, English Muffin, Loopzone 404, T.O.P.D.R.O.P. ou encore Hardsequencer. J'avais même plutôt accroché, ce qui m'est désormais impossible. Mais là on parle de death metal et lire le fondateur de Morbid Angel parler de hardtek, ça fait passer un frisson. Arrive enfin le jour fatidique, le 6 juin 2011, et la première véritable écoute de la bête...

Résultat: Illud Divinum Insanus est bien un album surprenant, pour être poli. Mais comme je n'ai pas envie de l'être, je dirais surtout qu'il s'agit d'un énorme foutage de gueule comme rarement j'en ai entendu. Morbid Angel a effectivement évolué et les influences indus, techno et autres (mauvaises) surprises sont bien présentes. Néanmoins, cette nouvelle approche n'est pas aussi marquée qu'attendu puisque les Américains proposent d'un côté des compos "expérimentales" et de l'autre des titres death metal dans la lignée de ce que faisaient les Floridiens à l'époque de Domination, sans pratiquement jamais mêler les deux. Tant mieux j'ai envie de dire vu mon aversion pour les sonorités technoïdes, mais ça sent plutôt l'évolution à moitié assumée. Preuve en est, le combo de Tampa ne joue que les morceaux les plus classiques en live.

Commençons par ce qui fâche, les morceaux "expérimentaux". L'intro "Omni Potens" n'en est pas vraiment un mais ses claviers qui se veulent sombres et menaçants et qui sont surtout kitsch à mort, ainsi que le côté répétitif (même pour 2'30), en font une entrée en matière assez pénible. Cela dit l'aspect répétitif n'est rien à côté de ce qui nous attend ensuite sur l'horrible "Too Extreme!" et ses boom boom techno pour décérébrés. Plus de 6 minutes de torture sonore interminable où il n'y a rien à sauver. David Vincent va même toucher le fond avec des "oha oha" ridicules. Ce genre de vocaux, on en retrouvera d'ailleurs tout le long de l'album dans des versions un peu différentes ("oh oh oh", "ah oh ah"...) mais toujours aussi risibles. Je voyais le retour d'Evil D comme une bénédiction et force est de reconnaître que je me suis bien planté. Plus que Trey et son amour pour la musique électronique, c'est bien Vincent qui a ruiné le comeback de Morbid Angel. Son chant se fait moins guttural, plus criard, plus poussif, plus rythmique, plus mainstream et le fait qu'il se prenne pour un crooner ou une rock star rend la chose encore plus difficile à avaler. Le bonhomme a encore un peu de coffre et n'est pas non plus toujours à la ramasse mais soyons clairs, il aurait mieux fait de rester avec sa grognasse dans Genitorturers au lieu de parasiter Morbid Angel avec ces influences néfastes. Quand on voit ce que Steve Tucker fait chez Nader Sadek, il y a de quoi avoir des regrets! Continuons la liste des atrocités avec en piste 5 le tube (sic) "I Am Morbid". Structure pop simpliste et raccoleuse, "Morbid, Morbid, Morbid" navrants scandés par le public en intro, riff principal minimaliste nullissime, voilà sans doute l'un des pires morceaux de l'album. On nage plus tard en plein délire sur "Destructos Vs. The Earth / Attack" avec du mid-tempo lourdaud ultra appuyé, du chant distordu robotique, des paroles débiles et des petits chœurs féminins ("Destructos", "Destructos") à pleurer de rire. Et dire que ça dure plus de sept minutes! Seule étincelle dans ce titre qui ressemble à une vaste blague, ce tremolo sombre bien fichu vers la fin. Un titre, au mieux, rigolo. Mais le pire est à venir avec le doublé final "Radikult"/"Profundis - Mea Culpa". Rien que le titre "Radikult" annonçait une catastrophe et effectivement, on dirait du Manson, sans exagération! Alors quand Morbid Angel sonne comme du Marilyn Manson, c'est qu'il y a vraiment quelque chose qui ne tourne pas rond! Et comme les autres mauvais titres, "Radikult" dure en plus longtemps. Très longtemps même puisqu'avec près de 8 minutes, il s'agit de la piste la plus longue. Quant à "Profundis - Mea Culpa", son titre aurait pu suggérer que les Américains allaient présenter leurs excuses pour être tombé si bas et avoir déçu des centaines de milliers de fans qui attendaient Illud Divinum Insanus comme le messie. Pas vraiment, en fait. Pire, "Profundis - Mea Culpa" remporte la palme du pire morceau de l'opus. Sorte de "Hatework" technoïde saupoudré de quelques blasts hardtech à la The Berzerker, c'est la seule composition qui mixe un tant soit peu les deux visages death metal et indus/boom boom. À l'écoute de cette atrocité, on est finalement bien content que Morbid Angel n'ait pas métissé plus que ça sa musique. Là au moins, on a le droit à quelques bons morceaux.

Bons morceaux?! Aussi étonnant que cela puisse paraître après ce cassage en règle, oui, il y a bien quelques bonnes choses sur Illud Divinum Insanus. Croyez-moi, j'étais prêt à lui coller un 0 mais il ne le mérite pas. Du moins pas dans les faits parce que sur le principe, ce serait presque une note négative qu'il faudrait lui donner! Déjà, la production, puissante et claire, est finalement très correcte, bien meilleure que sur les extraits YouTube. Ensuite, les morceaux death metal se révèlent plutôt bons. On connait "Nevermore" depuis quelques temps maintenant et il fait clairement partie des meilleurs titres. Du riff groovy, véloce, evil et sombre et du blast (Tim Yeung n'est pas le plus mauvais à ce niveau), on reconnaît là le vrai Morbid Angel. On passera par contre sur la façon dont Vincent chante la fin du refrain (Nevermo-ooooo-re). "Nevermore" n'est pas tout seul puisque d'autres compositions remontent le niveau comme "Existo Vulgoré" qui, mises à part encore une fois certaines parties vocales douteuses de Evil D, propose tout ce qu'on aime chez Morbid (rha ce riff à 2'02!). Le titre suivant, "Blades For Baal" est du même calibre avec gros blasts et rythmiques thrashy jouissives. On baisse par contre en qualité sur "10 More Dead", morceau mid-tempo handicappé par tout un tas de défauts (chiant, mou, répétitif, riff saccadé bidon, chant et refrain irritants) et qui ne doit son salut qu'à une deuxième partie beaucoup plus vivace (accélération thrashie, blasts). Dernière composition à retenir, "Beauty Meets The Beast". Celle-ci comporte le meilleur riff de tout l'album. Un riff dark, mélodique et langoureux assez génial semblable à une valse pervertie. "Beauty Meets The Beast" aurait même pu prétendre à une place sur le podium s'il n'y avait pas, à nouveau, l'intervention d'un Vincent horripilant. Hors morceaux death metal, certaines séquences sympathiques noyées dans la médiocrité ambiante sont également à noter. Oui, même sur le ridicule "I Am Morbid" (le pré-chorus passe à peu près) ou l'excécrable "Radikult" (le tremolo à 3'17, le riff à 3'53 suivi d'un excellent solo et la lead à 5'40). Par contre sur "Too Extreme" et "Profundis - Mea Culpa", je confirme, rien à sauver. Mais la seule chose qui tienne véritablement la route tout du long d'Illud Divinum Insanus (et il est long le con, presque une heure!), ce sont les solos. Mais des solos plus heavy, moins cosmico-chaotiques que d'habitude chez les Américains. Le nouveau venu Destructhor (ex-Zyklon et Myrkskog) n'y est sans doute pas pour rien. Quoiqu'il en soit, s'il y a une chose à garder sur l'album, c'est bien ça!

Suffisant pour faire passer la pilule? Ce serait l'arbre qui cache la forêt. Illud Divinum Insanus reste une énorme déception, sans doute la pire que j'ai pu connaître musicalement. On ne pourra certes pas reprocher à Morbid Angel de ne pas évoluer et la volonté de ne pas stagner est toujours louable. Ce n'est donc pas le principe d'évolution que je condamne, mais l'évolution en elle-même. Ce que propose ici Gros bide Angel (et je ne fais pas ce mauvais jeu de mots à cause du t-shirt en Spandex de Vincent qui le boudine mais bien pour le flop retentissant qu'est cet album) n'a en plus rien d'innovant. Des tas de groupes se sont déjà essayés au mélange entre metal extrême et indus/techno/electro avec bien plus de réussite. Pour la première fois, le combo floridien semble avoir un train de retard, lui qui fût leader de toute une scène pendant une quinzaine d'années. Quant aux morceaux classiques, ils ne se démarquent qu'en raison de la piètre qualité des titres "expérimentaux". Ils restent tout à fait corrects mais auraient été les plus mauvaises pistes sur n'importe quelle autre œuvre des Américains (hormis Heretic peut-être). À l'instar de Cold Lake, Feel Sorry For The Fanatic ou Load, Illud Divinum Insanus fera date, mais pas comme le groupe l'aurait souhaité. Désolé pour cette chronique à rallonge d'ailleurs mais l'album déchaîne les passions, surtout la haine, on le voit bien sur tous les forums metal depuis des semaines. Et pour cause, Morbid Angel imposait le respect avec son death brutal et sombre à l'aura inspirée des Grands Anciens. Il fait désormais rire avec l'un des plus grands ratés de l'histoire. Season of Mist a toutefois tout prévu. Les malheureux qui ont acheté l'armoirie à 200€ pourront ainsi brûler les cierges vendus avec en mémoire du plus grand groupe de death metal de tous les temps! Qu'il semble loin le temps d'Altars Of Madness et Covenant...

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

25 COMMENTAIRE(S)

hurgh citer
hurgh
02/01/2018 01:42
Parfois on a légèrement l'impression que t'es bourré Langouste quand tu balances tes messages... Le mec seul dans sa bulle.
N’empêche que ce "Illud...", je n'y ais toujours pas posé une oreille ! Il serrait temps, histoire de connaître l'un des pires étrons que le metal n'est apparemment jamais enfanté !
LANGOUSTE citer
LANGOUSTE
29/12/2017 21:53
note: 8/10
Quoi, Destructos c'est pas fun ? Ah oui non attend désolé, c'est Morbid Angel c'est pas censé être fun mais inspirer la terreur et ... eeeet ... l'indignation? ah non ça c'est Illud pardon.
TarGhost citer
TarGhost
29/12/2017 21:06
Honte ? Attends, on doit pas parler de la même chose là...
LANGOUSTE citer
LANGOUSTE
29/12/2017 13:56
note: 8/10
Franchement, vous avez pas honte, ceux qui continuent de descendre cet album, depuis la sortie du dernier ?
Nahash citer
Nahash
27/12/2017 19:09
Des fois j'me repasse des extraits pour le fun pour voir jusqu'où le groupe a pu aller dans l'absurde et la médiocrité Sourire
Ander citer
Ander
23/04/2016 08:42
note: 2.5/10
Steve Tucker est de retour dans le groupe, on peut s'attendre à un album 100 % death metal cette fois. Reste à savoir qui sera à la deuxième guitare, à la batterie, et si Azagtoth a pas définitivement perdu l'inspiration...
Un Chevelu citer
Un Chevelu
22/04/2016 23:47
Plus qu'un mauvais album (pour rester poli), j'ai bien peur que ça soit la fin de Morbid, Destructohr et David Vincent ayant quitté le groupe ... Je craint vraiment pour l'avenir de ce groupe ;;;
hurgh citer
hurgh
21/09/2011 12:22
Chronique géniale à lire, comme d'hab' chez Thrasho. Voici un album que je suis content de ne pas avoir acheté, on me l'a prété. Limite si le mec ne me supliait pas de le garder, de le bruler, de le faire disparaitre au fin fond d'un marais tellement il était dégouté. Et je comprends pourquoi, car cet album est une bouse monumentale. Heretic m'avait déjà paru bien minable, mais ici MA atteind le fond du gouffre, il tutoie les sommets de la nullité et du ridicule. C'est pas beau de vieillir.....
crocoscar citer
crocoscar
01/07/2011 14:14
note: 6.5/10
pas encore assez d'écoutes pour juger, mais il faut avouer que même si ça n'a rien à voir avec le MA des anciens albums, c'est quand même bien fun :P
Invité citer
Le_Greco
27/06/2011 17:00
même les sons ''death metal'' sont de la pures merdes.

Sur Existo Vulgoré j'ai l'impression que le riff à partir de 0:26 tire une influence de Chantal Goya: le petit lapin qui coure dans la forêt, merveilleux!

Je pense qu'il y a encore et toujours un problème avec ces ''artistes'' qui utilisent le nom d'un passé pour un présent qui n'a plus le même sens. Il est malheureux de voir comment certains sont prêts à détruire une légende au prix d'une bonne pub...
BbrBlastard citer
BbrBlastard
27/06/2011 12:48
Amour, Gloire et Beauté a écrit : Triste constat c'est clair. Le premier titre m'a vacciné à lui seul. Je n'ai qu'une seule écoute au compteur mais je ne pense pas réitérer de toute façon. Ce côté techno tellement cheap fait peine à voir pour un groupe de cette trempe. Dommage.
La même...je crois que certaines légendes ne durent pas éternellement. Gardons le souvenir de ces albums qui ont forgé la légende, et oublions ceux qui l'ont défaite!
Høsty citer
Høsty
26/06/2011 20:04
note: 1.5/10
Je croyais que c'etait une blague la premiere fois que j'ai entendu ce truc. Et ba nan, ils ont vraiment osés sortir cette bouse sous le patronyme Morbid Angel, du foutage de gueule, ni plus, ni moins.

La mort d'une autre legende du Death Metal, a moins que ce soit qu'un accident de parcours, ce que j espère ( mais, je sais pas pourquoi, sa m'etonnerais...... )
1.5/10 pour les quelques passages moins atroces. ( Blade for Baal par exemple, qui est la moins risible... )
La_girondelle citer
La_girondelle
26/06/2011 17:33
note: 1/10
Quel scandal cet album, je sais pas ce qui m'horripile le plus, qu'ils aient mis de la techno ou que leurs morceaux affreux durent au minimum 5 min.
I am Morbid est une honte sans nom.
Allez 1/10 pour blades of baal
AxGxB citer
AxGxB
26/06/2011 14:37
note: 3/10
Triste constat c'est clair. Le premier titre m'a vacciné à lui seul. Je n'ai qu'une seule écoute au compteur mais je ne pense pas réitérer de toute façon. Ce côté techno tellement cheap fait peine à voir pour un groupe de cette trempe. Dommage.
supersinep citer
supersinep
25/06/2011 13:43
moi je kiffe bien Too Extreme et Profundis Mea Culpa Sourire Existo Vulgore me fait bien kiffer, par contre les autres chansons Death, bof bof
von_yaourt citer
von_yaourt
25/06/2011 13:00
note: 1/10
Keyser a écrit : von_yaourt a écrit : Je rigole encore des gens qui trouvent que Heretic n'est pas un album de Morbid Angel digne de ce nom. Je les encourage à mettre Striken Arise, puis à écouter ce qu'il y a de moins merdique dans cet album, c'est à dire Blades For Baal, et d'effectuer une rapide comparaison. Maintenant vous pouvez pleurer.

Ne me fais pas dire ce que je n'ai pas dit, Heretic est un bon album de death mais dans la disco de Morbid, c'est le plus mauvais (enfin plus depuis Illud), le moins bon si tu préfères. La prod pleine de réverb' sur les grattes me gonfle et comme dirait TJ, le tracklisting est complètement con avec toutes ces instrus inutiles à la fin.

Ça ne t'était pas particulièrement destiné ! Clin d'oeil
Et je suis par ailleurs plutôt d'accord avec l'analyse sur la prod et le tracklisting aberrant.
Häxan citer
Häxan
25/06/2011 12:51
note: 0/10
Comment peut on oser comparer Ministry avec cet étron ??
LostSon citer
LostSon
25/06/2011 12:46
note: 6.5/10
Je dois être un des rares ici à apprécier le disque, qui tranche avec tout ce que le groupe a fait auparavant.
Certes cet album ne figurera parmis dans les meilleurs du groupe (la barre qualitative étant déjà très haute) mais je le trouve rafraichissant tout étant le plus accessible de tous les disques du groupe.
Peut-etre aussi parce que j'aime bien l'indus metal (Red harvest, Ministry, NIN...) donc le mélange ne me choque pas.
Keyser citer
Keyser
25/06/2011 12:31
note: 3.5/10
von_yaourt a écrit : Je rigole encore des gens qui trouvent que Heretic n'est pas un album de Morbid Angel digne de ce nom. Je les encourage à mettre Striken Arise, puis à écouter ce qu'il y a de moins merdique dans cet album, c'est à dire Blades For Baal, et d'effectuer une rapide comparaison. Maintenant vous pouvez pleurer.

Ne me fais pas dire ce que je n'ai pas dit, Heretic est un bon album de death mais dans la disco de Morbid, c'est le plus mauvais (enfin plus depuis Illud), le moins bon si tu préfères. La prod pleine de réverb' sur les grattes me gonfle et comme dirait TJ, le tracklisting est complètement con avec toutes ces instrus inutiles à la fin.
von_yaourt citer
von_yaourt
25/06/2011 11:51
note: 1/10
Je rigole encore des gens qui trouvent que Heretic n'est pas un album de Morbid Angel digne de ce nom. Je les encourage à mettre Striken Arise, puis à écouter ce qu'il y a de moins merdique dans cet album, c'est à dire Blades For Baal, et d'effectuer une rapide comparaison. Maintenant vous pouvez pleurer.
donvar citer
donvar
25/06/2011 11:26
Le titre "Too Extreme" est assez linéaire pour endormir un cocaïnomane! Et ça, c'est dur quand même!
Pas envie d'écouter le reste.
Thomas Johansson citer
Thomas Johansson
25/06/2011 10:35
note: 3.5/10
Pas mieux! Les titres death sont corrects sans plus, les solis extrêmement décevants par rapport aux anciens albums et l'option tecnoïde est carrément faisandée, pourtant je suis loin d'être rétif à l'indus. Mais le pire reste de devoir se farcir deux instrumentaux minables alors que ça fait 11 ans qu'on attend le successeur de "Gateways" (non, "Heretic" n'a jamais existé). Ratage Total.
Häxan citer
Häxan
25/06/2011 09:32
note: 0/10
Album affligeant. L'évolution n'est pas un problème, là c'est juste ridicule, raté, kitsch, inefficace. Tout ce qui est vaguement electro est totalement dépassé et les morceaux plus "death metal" sont les plus pauvres de la carrière du groupe.
Morbid Angel perd son aura, tout son côté mystique, celui qui faisait de lui un Grand Ancien s'élevant au dessus de la masse et c'est le plus grave, le groupe a perdu ce qu'il était et ça c'est interdit !
Invité citer
cglaume
25/06/2011 08:22
Et bah moi j'aime, là !
Ander citer
Ander
25/06/2011 16:14
note: 2.5/10
Argh, quasiment rien à  ajouter tellement t'as bien résumé cet étron! Je rajouterais en plus une batterie qui manque franchement de feeling, même sur les titres death (je parle pas des morceaux électros, là  c'est juste affligeant de médiocrité en plus du surmixage des grosses caisses) . Je crois que Tim a pas eu beaucoup de marge de manÅ"uvre et que les parties ont été écrites par Trey, mais quand même...

Et sur le dernier titre, j'aime bien le "I will lead the way" passage assez sombre assez sympa.

Plutôt fan de la pochette aussi (encore plus classe en version starpak héhé), mais pour le reste, bien d'accord avec toi malheureusement...

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Morbid Angel
Boom Boom Pouet Pouet Death Metal
2011 - Season Of Mist
notes
Chroniqueur : 3.5/10
Lecteurs : (35)  3.53/10
Webzines : (42)  4.83/10

plus d'infos sur
Morbid Angel
Morbid Angel
Death Metal - 1983 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Omni Potens
02.   Too Extreme!
03.   Existo Vulgoré
04.   Blades For Baal
05.   I Am Morbid
06.   10 More Dead
07.   Destructos Vs. The Earth / Attack
08.   Nevermore
09.   Beauty Meets Beast
10.   Radikult
11.   Profundis - Mea Culpa

Durée : 56'43

line up
parution
6 Juin 2011

voir aussi
Morbid Angel
Morbid Angel
Blessed Are The Sick

1991 - Earache Records
  
Morbid Angel
Morbid Angel
Altars Of Madness

1989 - Earache Records
  
Morbid Angel
Morbid Angel
Formulas Fatal To The Flesh

1998 - Earache Records
  
Morbid Angel
Morbid Angel
Heretic

2003 - Earache Records
  
Morbid Angel
Morbid Angel
Gateways To Annihilation

2000 - Earache Records
  

Déception de l'année
Arch Enemy + Wintersun
Lire le live report
Dauþuz
Die Grubenmähre
Lire la chronique
Lutomysl
Firmament (EP)
Lire la chronique
Vexovoid
Call of the Starforger
Lire la chronique
Hegemon
Initium Belli (EP)
Lire la chronique
Sacred Reich
Ignorance
Lire la chronique
Beorn's Hall
Mountain Hymns
Lire la chronique
Bilan 2017
Lire le bilan
Bekëth Nexëhmü
De Urtida Krafterna (EP)
Lire la chronique
Blaze Of Perdition
Conscious Darkness
Lire la chronique
Stahlsarg
Mechanisms Of Misanthropy
Lire la chronique
Hell Militia + Watain
Lire le live report
Moenen Of Xezbeth
Dawn of Morbid Sorcery (Démo)
Lire la chronique
Inquisition + Septicflesh
Lire le live report
Iperyt
The Patchwork Gehinnom
Lire la chronique
Alder Glade
Spine of the World
Lire la chronique
Eraserhead
Holdout (EP)
Lire la chronique
Sheidim
Infamata (EP)
Lire la chronique
Greytomb
Monumental Microcosm (EP)
Lire la chronique
Cenotaph
Perverse Dehumanized Dysfun...
Lire la chronique
In Vain
Currents
Lire la chronique
Caronte
Yoni
Lire la chronique
Vargrav
Netherstorm
Lire la chronique
Assorted Heap
Mindwaves
Lire la chronique
Throane
Plus Une Main A Mordre
Lire la chronique
If I Could Kill Myself
Ballad of the Broken
Lire la chronique
War Possession
Doomed To Chaos
Lire la chronique
Solar Demise
Archaic War
Lire la chronique
Kartikeya
Samudra
Lire la chronique
Hyrgal
Serpentine
Lire la chronique