chargement...

haut de page
40 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Holy Martyr - Invincible

Chronique

Holy Martyr Invincible
Après Katana et son excellent Heads Will Roll, un autre album à la thématique japonaise est tombé dans mon escarcelle. Troisième full-length des Italiens de Holy Martyr, Invincible est lui aussi une bonne surprise, dans un genre toutefois un peu différent des Suédois. Loin des excès habituels d'une scène italienne prompte à l'indigestion symphonique/néo-classique, les néo-Milanais, formés en 1994 mais dont je n'avais jamais entendu parlé, proposent en effet un heavy metal à l'ancienne épuré de tout artifice mais à la dimension épique indéniable. L'ambiance nippone se trouve également bien plus poussée puisque non seulement tous les morceaux réfèrent à l'Empire du Soleil Levant au Moyen-Âge, aux Samouraïs et à la guerre, avec des titres tels que "Kagemusha" (ombre du guerrier), "Zatoichi" (voyageur aveugle mais combattant redoutable), "Takeda Shingen" (puissant gouverneur féodal), "Sekigahara " (bataille célèbre du XVIIème siècle) ou encore "Shichinin No Samurai" (les sept samouraïs), mais Holy Martyr incorpore aussi quelques instruments traditionnels comme sur l'interlude poignant "The Soul Of My Katana" et le pont entre les deux parties de "Kagemusha" (5'12). Il n'y a pas de fusion entre ces instruments et le heavy, néanmoins leur utilisation, même rare, permet de se plonger davantage dans l'ambiance, un peu comme le fait Tzun Tzu.

Ces petites couleurs asiatiques sont toutefois les seules marques d'originalité du quintette. Invincible reste ainsi un album de heavy metal très classique. Pas forcément un défaut dans le genre cependant, et effectivement, il n'empêche pas Holy Martyr de faire son boulot, plutôt très bien même. Certains détails font d'ailleurs la différence, comme ce dessin au crayon qui présente le thème samouraï et nous change de l'armada habituelle de pochettes photoshoppées, ainsi qu'une production naturelle, humaine, ne rendant pas moins convaincante la musique de Holy Martyr. Les Transalpins s'adonnent donc à un heavy metal sobre et pur, bien balancé entre efficacité et élans épiques. Toutes les composantes d'un bon album de heavy sont présentes, à savoir des riffs simples et efficaces (l'enchaînement génial "Invincible"/"Lord Of War", les galopades de "Ghost Dog" à 3'37, "Kagemusha" à 1'20...), des leads aux belles mélodies mémorables (rien que la magnifique intro "Iwo Jima" vous donnera le ton), des solos plein de feeling ("Invincible", "Lord Of War", "Shichinin No Samurai", "Kagemusha" "Sekigahara", "Zatoichi", etc.), des rythmiques dynamiques et entraînantes (le début de "Shichinin No Samurai", "Takeda Shingen" à 0'38 et "Sekigahara" à 0'34 limite thrashy), des refrains accrocheurs (celui rapide de "Lord Of War" en première ligne) et un chant clair puissant et sachant véhiculer autant les émotions que l'envie d'headbanger. Ce que fait à merveille le frontman Alex Mereu au timbre "viril" (pas trop aigu dirons-nous) et aux rythmiques catchies. Clairement un des gros atouts des Ritals avec une paire de guitaristes inspirés et le petit plus non négligeable, une basse qui joue entre les lignes et ne se contente pas de suivre les guitares. Touche épique oblige, les morceaux sont longs (Invincible dure presque une heure!) mais on ne s'ennuie pas car les compositions restent relativement variées, que ce soit en terme de rythmes (du mid-tempo, du plus lent, et surtout du plutôt rapide) ou d'ambiance. Les parties de chant et les belles mélodies sont aussi toujours là pour apporter un plus. Alors c'est sûr, le côté épique pourrait être plus prononcé, ça manque en effet de riffs ou de mélodies vraiment épiques qui pourraient se révéler plus marquants que de simples changements de plans ou des paroles guerrières. Tous les morceaux, malgré des qualités indéniables, ne sont pas non plus aussi mémorables que "Invincible", "Lord Of War" et surtout "Kagemusha", pièce maîtresse de l'opus de près de 9 minutes séparée en deux grandes parties avec une intro menaçante à la mélodie sombre et triste qui progresse vers un riff mélodique excellent, des lignes de chant prenantes, un solo jouissif et un break au parfum extrême-oriental savoureux. Et globalement, il manque un petit quelque chose à Holy Martyr pour en faire un groupe qui compte. Peut-être ce côté amateur qui perdure malgré 17 ans d'existence. Mais dans l'ensemble, Invincible reste une belle surprise en ce qui me concerne, fournie avec tout ce que je demande à un album de heavy. Difficile pour moi de rapprocher les Italiens d'un autre groupe (je manque encore de références) mais le fait que l'on n'ait pas affaire à un énième clone de Iron Maiden ou de Judas Priest les rend encore plus plaisants. Bref, voilà un album de heavy fort sympathique qui devrait satisfaire sans peine les amateurs pas encore blasés.
Notice: Object of class QueryTemplate could not be converted to int in /srv/www/deadEngine/class/Thrasho/StatPub/Collection.php on line 13

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour donner votre avis.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Pseudo :
Question anti-spam :
Dans quel groupe mythique joue Tom Araya ?
Commentaire :

Holy Martyr
Heavy Metal
2011 - Dragonheart Records
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs :   -
Webzines : (10)  6.89/10

plus d'infos sur

écoutez
tracklist
01.  Iwo Jima
02.  Invincible
03.  Lord Of War
04.  Ghost Dog
05.  The Soul Of My Katana
06.  Shichinin No Samurai
07.  Takeda Shingen
08.  Kagemusha
09.  Sekigahara
10.  Zatoichi

Durée : 54'15

line up

parution
23 Mai 2011

achetez sur
Essayez aussi
Accept
Accept
Stalingrad
(Brothers In Death)

2012 - Nuclear Blast
  
Satan
Satan
Life Sentence

2013 - Listenable Records
  
Yngwie Malmsteen
Yngwie Malmsteen
Trilogy

1986 - Polygram Records
  
Iron Maiden
Iron Maiden
Dance Of Death

2003 - Sanctuary Records
  
Angra
Angra
Fireworks

1998 - SPV
  

chronique Chronique
Vintersorg
Naturbål
chronique Chronique
Algebra
Feed The Ego
interview Interview
Bent Sea pour le split ''Usurpress/Animalist''
chronique Chronique
Type O Negative
October Rust
chronique Chronique
Aposento
Aposento
chronique Chronique
Crimson Shadows
Kings Among Men
chronique Chronique
Force Of Darkness
Absolute Verb Of Chaos And Darkness (EP)
chronique Chronique
Unaussprechlichen Kulten
Baphomet Pan Shub-Niggurath
chronique Chronique
Oathbreaker
Eros|Anteros
chronique Chronique
Brutally Deceased
Black Infernal Vortex
dossier Dossier
SYLAK OPEN AIR 2014
interview Interview
The Rock Runners pour le Sylak Open Air 2014
report Live report
Sylak Open Air 2014
Benighted + Dew-Scented + Gojira + Misery Index...
chronique Chronique
Desecration
Cemetery Sickness
chronique Chronique
Deadlock
The Re-Arrival (Compil.)
chronique Chronique
Question
Doomed Passages
chronique Chronique
The Austrasian Goat
The Austrasian Goat
chronique Chronique
Bölzer
Soma (EP)
chronique Chronique
Letlive.
The Blackest Beautiful
chronique Chronique
Stutthof
And Cosmos From Ashes To Dust
chronique Chronique
Nuklear Frost
Subjugation
chronique Chronique
Tombs
Savage Gold
chronique Chronique
Diskord
Oscillations (EP)
chronique Chronique
5ML
Injection
chronique Chronique
God Macabre
The Winterlong
chronique Chronique
Dub Buk
Цвях
chronique Chronique
Crucifyre
Black Magic Fire
report Live report
Angel Du$t + Hard To Handle + Jack Move + Turnstile
chronique Chronique
Vermin Womb
Permanence (EP)
chronique Chronique
The Kilimanjaro Darkjazz Ensemble
From The Stairwell