chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
18 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Die Verbannten Kinder Evas - Come Heavy Sleep

Chronique

Die Verbannten Kinder Evas Come Heavy Sleep
En ce mois de juillet pluvieux et des plus déprimants, il fait bon de ressortir un album d'ambient/néoclassique mélancolique de qualité. Deux ans après les débuts prometteurs de l'album éponyme Die Verbannten Kinder Evas, le groupe autrichien (DVKE) ne deviendra plus qu'un duo. Les frères (Richard « Protector ») et sœurs (Julia) Lederer sont désormais les deux piliers, Michael Gregor (Silenius) préférant se consacrer d'avantage à Summoning et la chanteuse Nora El Shammah n'étant plus intéressée par le projet. DVKE signera sur label (n'existant plus) Mos Records pour finir finalement chez le plus imposant Napalm Records (maison mère de Summoning depuis 1995) peu de temps après. Eteignez donc les lumières, allongez vous, la berceuse funéraire Come Heavy Sleep démarre.

« Exit » le clavier relativement « kitsch » de Silenius et les quelques escapades avant-gardistes de Die Verbannten Kinder Evas, DVKE connait sa direction musicale, il devient dorénavant plus sobre et moins expérimental. Ses aspects polyphoniques (surcouches de claviers, seul instrument de DVKE) paraissent bien mieux maîtrisés et plus riches qu'auparavant (« Dim Atmosphere » et son introduction aux relents d'un Zelda). Impossible encore une fois de ne pas penser à Summoning sur ces passages à la rythmique limite « tribale » et ce côté épique sorti d'un « Seigneur des Anneaux » (« Sad Silent Home » excelle dans ce genre). Mais la dominante est tout autre, Richard souhaite accentuer son atmosphère à la fois triste et céleste. Pour aider à cela (ainsi que pour les futurs albums), des paroles tirées principalement des poèmes du Britannique Pearcy Byshe Shelley (XIXème siècle). Et que dire sur les interprètes… « The Serpent's Voice » l'avait déjà attesté, l'osmose entre le chant liturgique de Richard et celui de sa sœur demeure bluffant au possible. Le lien de sang ? Dès le sublime titre éponyme (l'un des meilleurs morceaux du groupe) il s'en dégage quelque chose d'indescriptible. Sans surenchère (contrairement aux albums suivants), d'une simplicité pure, on retrouverait presque la même intensité qu'un « Perry-Gerrard » (Dead Can Dance). Le morceau « Unreal Mystery » est juste bouleversant… Come Heavy Sleep aurait ainsi certainement pu marquer dans la pierre le « ambient/darkwave/néoclassique » de DVKE (nous ne sommes qu'en 1997 !), malheureusement ce deuxième album n'est pas exempt de tout défaut. Comme sur son aîné, la galette semble assez inégale. L'auditeur subira certains titres moins prenants (« Misery », « The Past », l'introduction « The Beginning » ou encore le final « The End ») et quelques longueurs qui l'empêcheront d'atteindre pleinement les cieux. Une écoute complète qui devient alors difficile à exécuter (presqu'une heure) contrairement à d'autres bijoux sortis à cette période (Eternity Rites de Dargaard), c'est dommage…

Mieux ficelé et plus mûr que son aîné mais tout autant touchant, Come Heavy Sleep confirme le talent de composition du jeune Richard ainsi que cette synergie vocale régnant entre lui et sa sœur. Un voyage éthéré et poignant qui ne laisse pas indemne. Deux albums qui restent à part dans la discographie de DVKE (indispensables à mon sens), le départ de Julia annoncera une suite flirtant beaucoup plus avec le « gothique opéra » (ce n'est pas vraiment ma tasse de thé) et nettement moins axée sur l'instrumentation.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Die Verbannten Kinder Evas
Ambient/Néoclassique
1997 - Mos Records
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs :   -
Webzines : (3)  6.56/10

plus d'infos sur
Die Verbannten Kinder Evas
Die Verbannten Kinder Evas
Ambient sombre - Autriche
  

tracklist
01.   The Beginning
02.   Come Heavy Sleep
03.   Sad Silent Home
04.   Misery
05.   Dim Atmosphere
06.   The Past
07.   Unreal Mystery
08.   House of Glass
09.   Waters of Wide Agony
10.   The End

line up
Essayez aussi
Dargaard
Dargaard
Eternity Rites

1998 - Draenor Productions
  

Torturerama
It Begins At Birth (EP)
Lire la chronique
Ghost Bath
Moonlover
Lire la chronique
Megamix
Jouer au blindtest
Nocternity
Onyx (Rééd.)
Lire la chronique
Satanic Warmaster
Fimbulwinter
Lire la chronique
Night Demon
Curse Of The Damned
Lire la chronique
Marilyn Manson
The Pale Emperor
Lire la chronique
Legion Of Andromeda
Iron Scorn
Lire la chronique
Finsterforst
Mach dich frei
Lire la chronique
Thulcandra
Ascension Lost
Lire la chronique
Num Skull
Ritually Abused
Lire la chronique
Totem Skin
Still Waters Runs Deep
Lire la chronique
Leviathan
True Traitor, True Whore
Lire la chronique
Ethereal
Opus Aethereum
Lire la chronique
Quel format de musique achetez-vous le plus ?
Pour ceux qui achètent ou pas
Voir le sondage
Macabre
Dahmer
Lire la chronique
Sinmara
Aphotic Womb
Lire la chronique
Irkallian Oracle
Grave Ekstasis
Lire la chronique
Amenra
Mass V
Lire la chronique
Bilan 2014
Lire le bilan
Darkall Slaves
Transcendental State Of Abs...
Lire la chronique
Vardan
Verses from Ancient Times
Lire la chronique
Mudbath
Corrado Zeller
Lire la chronique
Hate Storm Annihilation
Storm of Flames
Lire la chronique
Archgoat
The Apocalyptic Triumphator
Lire la chronique
Athanatos
Unholy Union (Démo)
Lire la chronique
De Hellhammer à Nicholas Barker
Jouer à The Small Metal World Experiment
Horrendous
Sweet Blasphemies (Rééd.)
Lire la chronique
Entretien avec Mondkopf
Lire l'interview
Marduk
Frontschwein
Lire la chronique