chargement...

haut de page
13 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Necrovorous - Funeral For The Sane

Chronique

Necrovorous Funeral For The Sane
La Grèce est au centre de l'attention ces derniers temps. Au bord de la faillite, l'État hellène s'est endetté à hauteur de 350 milliards d'euros, soit 150% du PIB et un défaut de paiement est désormais inéluctable. Il y a quelques jours, les Européens ont trouvé un accord pour couvrir cette situation désastreuse. On appelle ça reculer pour mieux sauter. Bref, ça va mal mais ce n'est pas une surprise. Plutôt une nouvelle démonstration de l'échec de l'union européenne et de la zone euro. Pour faire simple, Maastricht c'est de la merde, surtout quand on intègre n'importe quel pays et qu'on laisse les marchés à la merci de spéculateurs sans foi ni loi. La crise des subprimes n'a pas suffi apparemment. Qui va payer? Je vous laisse deviner. Heureusement qu'on a la musique pour penser à autre chose! Et tout comme leur nation, les Grecs de Necrovorous ont aussi une dette. Mais envers le death metal du début des années 1990.

Formé en 2005 et déjà coupable de plusieurs démos/EPs, le groupe vient de sortir sur Pulverised Records (CD) et Blood Harvest (LP) son premier full-length, Funeral For The Sane. Une œuvre qui doit en effet tout à cette période dorée. La formation menée par Archfiend DevilPig (guitare/chant) des joyeux drilles Embrace Of Thorns propose ainsi un death metal old-school dont les influences vont de la scène suédoise (Grave) à Asphyx et Bolt Thrower, en passant par Autopsy, Incantation ou Deteriorot. Et à vrai dire, ce Funeral For The Sane fait partie des sorties les plus intéressantes de la scène retro death que j'ai pu entendre. Du death metal pur et dur, inspiré, et exécuté avec une maîtrise qui impressionne. Dès l'intro atmosphérique "Sanity's Fall" aux claviers, nous voilà plongé dans une ambiance sombre et cryptique qui accompagnera tout l'opus. S'ensuit un "Succubus Dormitory" qui démarre sur les chapeaux de roues. Le son est bien old-school, naturel, sans triggs mais puissant. Et Necrovorous d'enchaîner les tueries, neuf hymnes à la gloire du death metal, le vrai. Pas de temps mort, la qualité reste au top tout le long de l'album qui passe à une vitesse folle. Seuls "Funeral For The Sane" (bizarrement choisi comme title-track) et le début de "Malignant Entrapment" se font un peu moins percutants. Sinon, tout y est: les riffs killers efficaces et mémorables, la brutalité, un peu de leads dark et mélodiques à la Scandinave ("The Vilest Of All Dreams", "Mind Lacerations", "Malignant Entrapment", "Dwellers Of My Flesh"), l'ambiance evil et poussiéreuse de caveau humide et de cimetière embrumé, quelques solos bien sentis (l'ouverture de "The Vilest Of All Dreams", "Deathknells", "Mind Lacerations", "Malignant Entrapment", "Dwellers Of My Flesh") et un growl classique mais convaincant qui se permet quelques intonations plus personnelles. On entend même la basse gronder dans le fond! Necrovorous sait tout faire et démontre son adresse dans toutes les rythmiques, passant aisément d'un mid-tempo headbangant ("The Flesh That Smiles" à 2'23, le début de "Deathknells", "Spawn Of Self Abhorrence" à 1'22 et 3'40 et LE titre mid-tempo de l'album, le lourd et catchy "Mind Lacerations") à du tchouka-tchouka thrashy (c'est-y pas joussif ces accélérations sur "The Vilest Of All Dreams " et "Spawn Of Self Abhorrence" à 3'17 ou encore "Dwellers Of My Flesh" à 2'20, bien evil) en passant par du down-tempo écrasant ("The Flesh That Smiles" à 3'08, l'intro de "The Vilest Of All Dreams", "Deathknells" à 1'55, "Funeral For The Sane" à 1'40, etc.), un peu de d-beat groovy et entraînant ("Deathknells" à 1'00, "Dwellers Of My Flesh" à 1'07) et même quelques blasts certes pas très rapide mais qui font toujours plaisir (l'opening de "Succubus Dormitory","Malignant Entrapment" à 2'16 sur un solo déjanté, "Spawn Of Self Abhorrence" à 2'30).

Alors oui, on est en terrain connu. Necrovorous ne se fera pas remarquer par son originalité. Mais peu de groupes sont capables de jouer du death metal aussi bien, avec une telle science du riff et de l'ambiance. Funeral For The Sane me fait ainsi penser au Dawn Of Winter de Obscure Infinity qui m'avait bluffé l'année dernière. Certes un peu moins marquant et travaillé au niveau des mélodies, l'album des Grecs partage avec celui des Allemands une révérence pour le death metal 90s qui force le respect. Une adoration non stérile, qu'il faut voir comme une perpétuation humble et honnête. Et ils ont chacun LE truc en plus. Si toutefois vous en avez plein le cul du revival death, passez votre chemin. Pour les autres, Funeral For The Sane devrait se placer comme une des très bonnes surprises de 2011, pas loin d'un indispensable. La Grèce va mal mais voilà une nouvelle preuve que sa scène metal extrême se porte, elle, comme un charme.
Notice: Object of class QueryTemplate could not be converted to int in /srv/www/deadEngine/class/Thrasho/StatPub/Collection.php on line 13

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour donner votre avis.

1 COMMENTAIRE(S)

BbrBlastard citer
BbrBlastard
24/07/2011 11:03
L'old school, y'a que ça de vrai!

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Pseudo :
Question anti-spam :
Dans quel groupe mythique joue Tom Araya ?
Commentaire :

Necrovorous
Death Metal
2011 - Pulverised Records
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs :   -
Webzines : (10)  7.35/10

plus d'infos sur

écoutez
tracklist
01.  Sanity's Fall
02.  Succubus Dormitory
03.  The Flesh That Smiles
04.  The Vilest Of All Dreams
05.  Deathknells
06.  Mind Lacerations
07.  Malignant Entrapment
08.  Spawn Of Self Abhorrence
09.  Funeral For The Sane
10.  Dwellers Of My Flesh

Durée : 38'57

line up

parution
6 Juin 2011

achetez sur
thrashothèque
Essayez aussi
Burial
Burial
Relinquished Souls

1993 - West Virginia Records
  
Amethyste
Amethyste
Thrown off Balance

2004 - Autoproduction
  
Leukemia
Leukemia
Love

2012 - Vic Records
  
Trenchrot
Trenchrot
Necronomic Warfare

2014 - Unspeakable Axe Records
  
Witchrist
Witchrist
Beheaded Ouroboros

2010 - Invictus Productions
  

chronique Chronique
Onheil
Storm Is Coming
chronique Chronique
Last Days Of Humanity
Putrefaction in Progress
chronique Chronique
Ulvegr
The Call of Glacial Emptiness
chronique Chronique
Dust Bolt
Awake The Riot
chronique Chronique
Funest
Desecrating Obscurity
chronique Chronique
Harm Done
Harm Done (EP)
chronique Chronique
Theosophy
Eastlands Tales – Part I
chronique Chronique
Empyrium
The Turn of the Tides
chronique Chronique
Empyrium
Into the Pantheon (Live)
chronique Chronique
Killer Be Killed
Killer Be Killed
chronique Chronique
Janvs
Nigredo
chronique Chronique
Vintersorg
Naturbål
chronique Chronique
Algebra
Feed The Ego
interview Interview
Bent Sea pour le split ''Usurpress/Animalist''
chronique Chronique
Type O Negative
October Rust
chronique Chronique
Aposento
Aposento
chronique Chronique
Crimson Shadows
Kings Among Men
chronique Chronique
Force Of Darkness
Absolute Verb Of Chaos And Darkness (EP)
chronique Chronique
Unaussprechlichen Kulten
Baphomet Pan Shub-Niggurath
chronique Chronique
Oathbreaker
Eros|Anteros
chronique Chronique
Brutally Deceased
Black Infernal Vortex
dossier Dossier
SYLAK OPEN AIR 2014
interview Interview
The Rock Runners pour le Sylak Open Air 2014
report Live report
Sylak Open Air 2014
Benighted + Dew-Scented + Gojira + Misery Index...
chronique Chronique
Desecration
Cemetery Sickness
chronique Chronique
Deadlock
The Re-Arrival (Compil.)
chronique Chronique
Question
Doomed Passages
chronique Chronique
The Austrasian Goat
The Austrasian Goat
chronique Chronique
Bölzer
Soma (EP)
chronique Chronique
Letlive.
The Blackest Beautiful