chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
28 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

The Axis Of Perdition - Deleted Scenes From The Transition Hospital

Chronique

The Axis Of Perdition Deleted Scenes From The Transition Hospital
La larve de l’insoutenable The Ichneumon Method a lentement dévoré son hôte, développée jusqu’à sa taille adulte, elle s’est métamorphosée en une créature innommable. Ses premiers méfaits auront été d’enfanter l’EP Physical Illucinations in the Sewer of Xuchilbara en 2004. Un projet de split avorté (au côté de Blut Aus Nord) annonçant un The Axis Of Perdition tout autre. Les débuts de black metal industriel furieux ont ainsi laissé plus de place à un dark ambient glacial et inquiétant. Une musique qui concorde d’avantage avec l’artère principale du duo depuis leur formation, cette savoureuse thématique « bande sonore horrifique » inspirée du jeu vidéo Silent Hill et des œuvres de Lovecraft. Duo qui n’en est plus un d’ailleurs, puisqu’il se transformera en quatuor. Les deux piliers Brooke Johnson et Michael Blenkarn sont désormais épaulés de Ian Fenwick à la basse ainsi que de Dan "Storm" Mullins (My Dying Bride, ex-Bal Sagoth) pour la batterie « organique ». L’évolution a débuté.

Les adeptes du chaotique (et éprouvant) The Ichneumon Method auront certainement du mal à rentrer dans cette nouvelle tournure relativement « léthargique ». Là où Physical Illucinations in the Sewer of Xuchilbara utilisait le dark ambient comme un style de « soutient » à leur black metal industriel ravageur, la balance change complètement sur ce deuxième album. Tournée sur l’ambiance, le tempo baisse radicalement, les guitares commencent à disparaître, les morceaux sont plus aérés et le son paraît beaucoup plus « propre » afin de laisser l’auditeur s’imprégner des innombrables arrangements atmosphériques. Malgré la présence d’un « réel » batteur, le son de batterie reste assez synthétique, épaulée de l’électronique (« triggée » jusqu’aux dents) afin de continuer dans leur esprit indus. A l’apparence minimaliste et à comme à chaque chronique de musique de style « ambient », une mise en condition lors de l’écoute me paraît indispensable sous peine de complètement décrocher (seul, au casque, dans un endroit calme et sans source de lumière). Deleted Scenes from the Transition Hospital n’est pas vraiment le genre d’album accessible que l’on écoutera avec son baladeur dans le bus (ou alors la nuit pour ceux ayant des délires psychopathes) ou sur un simple coup de tête en faisant son aspirateur le dimanche après-midi.

A l’instar des précédentes galettes, il s’agit d’un périple terrifiant et suffocant dans un monde cauchemardesque semblant sans fin (Silent Hill en l’occurrence). Vous traversez cette fois lentement, la peur au ventre, un hôpital psychiatrique désaffecté. Un lieu portant encore les traces d’expérimentations et de tortures des patients mais aussi de leurs délires. Sauf que vous n’êtes pas seul… Le casque sur les oreilles vous entendrez des bruits de fonds (portes qui grincent, eau qui coule, objet qui tombe…) parfois indéfinissables, des gémissements/grognements, des sons électroniques, des « speechs » spectraux… Les rares accélérations black se traduisant comme une échappatoire dans ces couloirs délabrés. Le dark ambient s’impose, que ce soit sur des titres entiers (« The Elevator Beneth The Valve », « Isolation Cubicle 312 ») ou même sur de longs passages (le final étouffant et « zombifiant » de « Deleted Scenes II: In The Gauze-Womb Of The God Becoming »). Mike et Brooke poussent leurs expérimentations à leur paroxysme, quitte à inclure des passages totalement incongrus comme l’extrait jazzy (façon « musique d’ascenseur ») sur l’aliénée « Pendulum Prey (Second Incarceration) » (meilleur titre de cet album). Les effets vocaux tendent ceci dit à disparaître et le chant semble plus monotone. Mais la folie de Brooke est toujours aussi perturbante, qu’elle soit dans ses vers incantatoires (« Entangled In Mannequin Limbs ») ou dans ses hurlements déchirés (limite en pleurs) d’un « Pendulum Prey (Second Incarceration) » (que l’on retrouvait déjà en partie sur « Pendulum Prey: Reciprocating Horror » de l’EP précédent)… Poignant au possible (effet de surprise en moins certes).

L’équilibre black/ambient régnant sur Physical Illucinations in the Sewer of Xuchilbara (meilleure œuvre du groupe à ce jour à mon sens) était parfaitement ajusté et ne nécessitait que peu d’écoutes pour s’en imprégner. Ici The Axis Of Perdition met de côté son black metal et travaille ses ambiances afin de créer la « BO » ultime d’un « survival horror ». L’écoute nécessitera ainsi de nombreux efforts pour les néophytes pour réussir à se plonger pleinement dans cet univers abominable. Une fois contaminé par cette noirceur et folie, vous ne ressentirez plus The Axis Of Perdition de la même manière. A écouter avec modération dans les conditions adéquates.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

4 COMMENTAIRE(S)

BBB citer
BBB
08/09/2011 17:30
note: 8/10
D'accord avec les deux précédents commentaires!
Momos citer
Momos
07/08/2011 12:59
note: 9/10
gulo gulo a écrit : personnellement, ils ont pas fait mieux, et de loin
Pas mieux que le monsieur. Cet album, c'est leur sommet. Hail
Je le trouve aussi plus "accessible" que Ichneumon... (à prendre avec des pincettes tout de même), le côté "mur sonore" n'étant plus.
gulo gulo citer
gulo gulo
06/08/2011 13:48
note: 8.5/10
personnellement, ils ont pas fait mieux, et de loin
langoustator citer
langoustator
05/08/2011 22:02
Je trouve aussi que l'EP précédent est meilleur, mais ça reste très prenant (et à mon grand regret, je n'arrive pas à apprécier autant les suivants)

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
The Axis Of Perdition
Black Metal industriel/Dark Ambient
2005 - Code666
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (7)  8.14/10
Webzines : (12)  7.5/10

plus d'infos sur
The Axis Of Perdition
The Axis Of Perdition
Black Metal industriel/Dark Ambient - 2001 † 2013 - Royaume-Uni
  

tracklist
01.   Deleted Scenes I: In the Hallway of Crawling Filth
02.   The Elevator Beneath the Valve
03.   Pendulum Prey (Second Incarceration)
04.   Isolation Cubicle 312
05.   Entangled in Mannequin Limbs
06.   This, Then, Is Paradise?
07.   One Day You Will Understand Why
08.   Deleted Scenes II: In the Gauze-Womb of the God Becoming

Durée : 55:40

line up
Essayez aussi
Throane
Throane
Derrière-Nous, La Lumière

2016 - Debemur Morti Productions
  
Throane
Throane
Plus Une Main A Mordre

2017 - Debemur Morti Productions
  

Poésique - MoM chronique Ustalost - The Spoor of Vipers
Lire le podcast
Ascension
Under Ether
Lire la chronique
Grimoire
A la lumière des cendres (R...
Lire la chronique
Tomb Mold
The Bottomless Perdition / ...
Lire la chronique
Balmog
Vacuum
Lire la chronique
Imindain
The Enemy of Fetters and th...
Lire la chronique
Target
Master Project Genesis
Lire la chronique
They Live | We Sleep
Self Harm (EP)
Lire la chronique
Mastodon
Emperor of Sand
Lire la chronique
Kalmah
Palo
Lire la chronique
Borgne
[∞]
Lire la chronique
Poésique - MoM chronique Warbringer - Woe to the Vanquished
Lire le podcast
Demonomancy
Poisoned Atonement
Lire la chronique
Visigoth
Conqueror's Oath
Lire la chronique
Skeletal Remains
Devouring Mortality
Lire la chronique
His Hero Is Gone
Monuments to Thieves
Lire la chronique
Ulsect
Ulsect
Lire la chronique
Antagonism
Thrashocalypse (EP)
Lire la chronique
Napalm Death
Mass Appeal Madness (EP)
Lire la chronique
Veiled
Black Celestial Orbs
Lire la chronique
Disembowel
Plagues And Ancient Rites
Lire la chronique
Black Witchery
Evil Shall Prevail (Compil.)
Lire la chronique
Napalm Death
Mentally Murdered (EP)
Lire la chronique
BLACK METAL Suisse ! (C'est une blague?)
Lire le podcast
Puteraeon
The Dunwich Damnation (EP)
Lire la chronique
Nocturnal Pestilence
Fire & Shade
Lire la chronique
Abigor / Nightbringer / Thy Darkened Shade / Mortuus
Abigor/Nightbringer/Thy Dar...
Lire la chronique
Target
Mission Executed
Lire la chronique
Monster Magnet
Mindfucker
Lire la chronique
Whoresnation
Mephitism
Lire la chronique