chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
23 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Vader - Welcome to the Morbid Reich

Chronique

Vader Welcome to the Morbid Reich
Devinette du jour: comment s'appelle le précédent album de Vader? J'avoue avoir séché moi même un petit moment, et pourtant j'étais en charge de la chronique...Cela montre à quel point cet album n'a pas marqué les annales. Fort heureusement, je garderai dans le futur un bien meilleur souvenir de ce nouvel effort musical des Polaks, qui va très vite nous faire oublier l'amère déception de .... euh... ah oui "Necropolis", c'est ça.

"Welcome to the Morbid Reich" sonne comme un retour aux sources pour Vader: en effet, au delà de l'allusion textuelle à l'une de leurs premières démos ("Morbid Reich" tout court), la reprise d'un ancien titre revisité ("Decapitated Saints") et un retour remarqué des rythmiques plus thrashisantes que death montrent une volonté de s'autoinspirer pour .... sonner plus inspiré. Et le résultat est tout simplement remarquable.

On ne fera pas un long laïus sur le line-up, qui est une nouvelle fois fluctuant au possible: Peter est indéboulonable aux commandes, faisant de Vader un quasi one man band, accompagné de quelques mercenaires musicaux qui ne seront probablement plus là dès le prochain album. Peu importe, ce vétéran du genre a plus de ressources qu'il n'y parait, et ce "Welcome to the Morbid Reich" a tout pour plaire, effort commun d'un groupe ou simple projet solo qui n'assume pas son nom.

Ce qui fait la richesse du Vader cuvée 2011, c'est un véritable renouveau d'inspiration dans absolument tout ce que le groupe entreprend. Les compositions sont plus complexes, plus riches en parties différentes, mais pas forcément plus longues qu'avant, ce qui n'aurait pas collé avec l'offensive sonore que se doit d'être un album de Vader. Question riffs, le groupe ne se renouvelle pas mais sonne plus accrocheur car comme je le disais beaucoup plus thrash que death dans l'esprit, avec des titres immédiatement mémorables comme "The Black Eye", "Come See my Sacrifice" ou carrément tubesques comme ce "I Am Who Feasts Upon Your Soul", dont le riff de couplet a ce gout de reviens-y irrésistible à la "Beneath the Remains" ou pour rester dans le même registre très similaire au titre "The Code" de l'album "Revelations".

Autre variation fort bienvenue, une recrudescence massive des solis, ce qui ne ravira pas forcément tout un chacun mais a de quoi donner le tournis aux amateurs du genre dont je fais partie. Et bien que le syndrome Slayer (solos chaotiques sans queue ni tête, qui personnellement ne me dérange absolument pas) soit toujours effectif dans le jeu de Peter, l'autre guitariste apporte une qualité mélodique incontestable au groupe Polonais, et surtout une fraicheur inespérée à l'ensemble de l'album. Rien qu'à écouter la succession de solos en intro de "Don't Rip the Beast's Heart Out", nul doute que les amateurs de thrash à l'ancienne seront aux anges.

Question production, tout est impeccable, et la qualité du jeu des musiciens ne mérite même pas de se poser la question. S'il fallait ne voir qu'un seul défaut à cet album, ce serait sa légère baisse de régime en fin de parcours, passé "I Had A Dream" les titres surprennent en effet légèrement moins, "Lord of Thorns" sonnant d'ailleurs hyper classique pour du Vader, genre le titre de 2mn ultra speed impératif pour rassurer les fans que Vader a toujours la niaque question rapidité. Fort heureusement, la revisite de "Decapitated Saints", où le débit de Peter est absolument magistral de rapidité, relève vite le niveau. Mais je suis peu fan du titre de cloture "Black Velvet ans Skulls of Steel", un étonnant mid tempo au break mélodique de qualité mais bien seul au milieu du reste...

Somme toute, ce "Welcome to the Morbid Reich" est une fabuleuse surprise, et je n'attendais pas un tel album après l'immense déception de ... l'autre truc là... "Necrobidule" je crois. Dans le genre résurrection d'un Grand Ancien Qui Nous Avait Un Peu Déçu, cet album me fait beaucoup penser au "Stench of Redemption" de Deicide, notamment par sa prédominance de solos (après, on aime ou pas, mais force est d'avouer qu'ils sont vraiment de qualité) et son aspect "back to school". A vous de juger maintenant, mais franchement ce serait dommage de passer à côté.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

6 COMMENTAIRE(S)

Thomas Johansson citer
Thomas Johansson
15/02/2012 17:20
note: 7/10
Bon retour après un "Necropolis" qui sucrait les fraises. Très client des solis mais peu de surprises au final, et toujours pas fan du batteur.
La_girondelle citer
La_girondelle
26/11/2011 21:54
note: 8.5/10
Putain avec Immolation, ça fait plaisir de voir que les légendes arrivent toujours à produire des albums de qualité, un vrai régal !
Jotun35 citer
Jotun35
07/09/2011 19:00
note: 9/10
Album magistral ! A mettre clairement aux côtés des meilleurs albums de Vader (j'aime beaucoup ce côté mélodique présent par touches sur certains morceaux, c'est vraiment une belle innovation de leur part).
Invité citer
Sven
27/08/2011 18:30
D'accord avec la chronique à tous les niveaux je crois que la messe est dite,album absolument surprenant et bon.
BbrBlastard citer
BbrBlastard
27/08/2011 11:35
J'avais trouvé Necropolis par hasard en occaz, et il m'avait bien plu, je pense que ce nouvel opus fera de même! Vader, bah Vader quoi!
Invité citer
Moonshield
25/08/2011 13:55
'Tain je m'attendais pas à me prendre une telle claque en me levant ce matin.
Il est super cool cet album de vader, ça swing sévère

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Pseudo :
Question anti-spam :
Dans quel groupe mythique joue Tom Araya ?
Commentaire :

Vader
Death Metal
2011 - Nuclear Blast
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (7)  8.36/10
Webzines : (29)  8.19/10

plus d'infos sur
Vader
Vader
Death Metal - Pologne
  

tracklist
01.   Ultima Thule
02.   Return to the Morbid Reich
03.   The Black Eye
04.   Come and See My Sacrifice
05.   Only Hell Knows
06.   I Am Who Feasts Upon Your Soul
07.   Don't Rip the Beast's Heart Out
08.   I Had a Dream…
09.   Lord of Thorns
10.   Decapitated Saints
11.   They Are Coming…
12.   Black Velvet and Skulls of Steel

line up
parution
29 Août 2011

voir aussi
Vader
Vader
Necropolis

2009 - Nuclear Blast
  
Vader
Vader
Tibi Et Igni

2014 - Nuclear Blast
  
Vader
Vader
Litany

2000 - Metal Blade
  
Vader
Vader
The Art Of War (EP)

2005 - Regain Records
  
Vader
Vader
The Beast

2004 - Metal Blade
  

Essayez aussi
Genital Grinder
Genital Grinder
Compulsive Severing Art

2007 - Rupture Music
  
Grave
Grave
You'll Never See

1992 - Century Media
  
Immolation
Immolation
Hope And Horror (EP)

2007 - Listenable Records
  
Puteraeon
Puteraeon
The Crawling Chaos

2014 - Cyclone Empire
  
Deathblow
Deathblow
First World Wasteland

2009 - Brute! Productions
  

Swallowed
Lunarterial
Lire la chronique
Dephosphorus
Ravenous Solemnity
Lire la chronique
Earth and Pillars
Earth I
Lire la chronique
Raise Hell
Holy Target
Lire la chronique
Domains
Sinister Ceremonies
Lire la chronique
Dir En Grey
Arche
Lire la chronique
N.K.V.D.
Hakmarrja
Lire la chronique
Hypomanie
A City in Mono
Lire la chronique
Calm Hatchery
Fading Reliefs
Lire la chronique
Witchden
Consulting The Bones
Lire la chronique
Gloomy Grim
Grimoire (Démo)
Lire la chronique
More Than Life
Love Let Me Go
Lire la chronique
Combichrist
Lire le live report
AC/DC
Rock Or Bust
Lire la chronique
Cadaveric Fumes / Demonic Oath
Entwined In Sepulchral Dark...
Lire la chronique
Behemoth
Zos Kia Cultus
Lire la chronique
Defeater
Travels
Lire la chronique
Sordide
La France a Peur
Lire la chronique
Khthoniik Cerviiks
Heptaedrone (Démo)
Lire la chronique
Riot V
Unleash The Fire
Lire la chronique
Heart In Hand
A Beautiful White
Lire la chronique
Artificial Brain
Labyrinth Constellation
Lire la chronique
Latitude Egress
To Take Up The Cross
Lire la chronique
Bring Me The Horizon
There Is a Hell, Believe Me...
Lire la chronique
Starofash
Lakhesis
Lire la chronique
Ad Patres + Gorod + Morbid Angel
Lire le live report
Dressed In Streams
The Search for Blood (EP)
Lire la chronique
Cendres de Haine
Nihil Mirari
Lire la chronique
Iron Monkey
Iron Monkey
Lire la chronique
The Body
Master, We Perish (EP)
Lire la chronique