chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
39 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Crimson Moonlight - The Covenant Progress

Chronique

Crimson Moonlight The Covenant Progress
Crimson Moonlight est certainement avec Antestor (reformé il y a peu) l’un des groupes les plus connus de la scène « unblack metal » (black metal chrétien) scandinave. Une scène discrète (et boudée) comptant malgré tout de bonnes trouvailles metal en piochant bien dans les labels chrétiens (Endtime Productions ou Rivel Records). Crimson Moonlight en fait partie. La bande suédoise se formera en 1997 et sortira une première démo puis un EP (Eternal Emperor). Crimson Moonlight se cherche encore, passant d’un raw black metal à un black metal à tendance symphonique. Après de nombreux changements de line-up (allant presque au split), le groupe se stabilise, affûte son style et finira par signer sur le label suédois Rivel Records afin d’accoucher de son premier album The Covenant Progress.

Bis repetita, seule la musique ici m’intéresse, je ne rentrerai donc pas dans le débat stérile à propos du unblack metal. Sauf que contrairement à un The Forsaken (un bijou) d’Antestor beaucoup plus réservé, les paroles de Crimson Moonlight ne pouvaient pas être plus explicites quant aux croyances du groupe. Ceux ne vénérant que Belzebuth feront certainement une syncope en les lisant… Les autres ne focaliseront leurs oreilles que sur la musique. Une musique qui aurait bien du mal à passer en cours de catéchisme, le contraste avec ce qui est hurlé étant plutôt étonnant (la brutale « Eternal Emperor » tout particulièrement). Effectivement, Crimson Moonlight s’inspire pleinement de la scène black/death scandinave (satanique qui plus est) des années 90. Tous les ingrédients typiques sont présents (en plus de l’artwork et des photos du groupe) : un chant black modulé puissant, une batterie imposante et survoltée, des passages acoustiques, des riffs noirs entêtants en tremoli… Le groupe n’aura clairement rien inventé (nous sommes en 2003). Certes, mais les mélodies épiques d’un « Mist of the spiritual dimension », « Eyes Of Beauty », « A Thorn In My Heart » ne feront qu’une bouchée de l’adepte. La bande arrive à proposer des compositions riches et surtout accrocheuses, de quoi nous plaindrons-nous ? Le clavier des débuts n’est d’ailleurs pas totalement effacé, il ira soutenir avec merveille le reste des instruments (la très Thy Serpent « A Painting In Dark » ou le final instrumental façon « Warcraft » de « The Covenant »). Néanmoins l’on sent que Crimson Moonlight peine à trouver son style et à suivre une réelle ligne directrice. En plus de sa base black/death, le groupe ira piocher dans un metal moins raffiné (signe du prochain album) mais bien trop hésitant. Résultat, quelques baisses de régime (« Path Of Pain » en tête de liste) qui empêcheront de savourer pleinement ce premier album.

« Unblack metal » ? Oubliez. The Covenant Progress n’a clairement pas à rougir de sa brutalité et de sa noirceur. Nous restons musicalement dans un pur registre « black/death suédois » de bonne famille. Un très bon cru qui plus est ! Il ne révolutionnera en rien le genre mais son efficacité et la richesse des compositions sauront suffire à ravir bon nombre. Un premier album plutôt à part dans la discographie de Crimson Moonlight, la suite penchant d’avantage vers un death metal nettement plus direct et moins subtil (mais tout aussi redoutable).

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Crimson Moonlight
Black/Death mélodique
2003 - Rivel Records
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (1)  7.5/10
Webzines : (2)  7.75/10

plus d'infos sur
Crimson Moonlight
Crimson Moonlight
Brutal Black Metal - Suède
  

tracklist
01.   Mist of the Spiritual Dimension
02.   The Pilgrimage
03.   Path of Pain
04.   Thy Wilderness
05.   Eternal Emperor
06.   A Painting in Dark
07.   Eyes of Beauty
08.   A Thorn in My Heart
09.   The Covenant

Durée : 50:13

line up
voir aussi
Crimson Moonlight
Crimson Moonlight
Veil Of Remembrance

2004 - Rivel Records
  
Crimson Moonlight
Crimson Moonlight
Divine Darkness

2016 - Endtime Productions
  

Essayez aussi
Lord Belial
Lord Belial
The Black Curse

2008 - Regain Records
  
In Flames
In Flames
Subterranean (MCD)

1994 - Wrong Again Records
  
Thulcandra
Thulcandra
Fallen Angel's Dominion

2010 - Napalm Records
  
Astrophobos
Astrophobos
Remnants of Forgotten Horrors

2014 - Triumvirate Records
  
Satanic Slaughter
Satanic Slaughter
Afterlife Kingdom

2000 - Loud 'n' Proud
  

Ritual Death
Ritual Death (EP)
Lire la chronique
The Wakedead Gathering
Fuscus: Strings Of The Blac...
Lire la chronique
Jex Thoth
Blood Moon Rise
Lire la chronique
Morbid Saint
Spectrum Of Death
Lire la chronique
Blood Ceremony
Lord of Misrule
Lire la chronique
Isolert
No Hope, No Light...Only Death
Lire la chronique
Ghold
PYR
Lire la chronique
Gruesome
Dimensions Of Horror (EP)
Lire la chronique
Teloch
Thus Darkness Spake
Lire la chronique
Pseudogod
Sepulchral Chants (Compil.)
Lire la chronique
First Fragment
Dasein
Lire la chronique
En mai fais ce qu'il te plait
Jouer au blindtest
Heimsgard
Ordrag
Lire la chronique
Essence
Prime
Lire la chronique
Suspiral
Delve Into The Mysteries Of...
Lire la chronique
Gebrechlichkeit
Aphorismen der Angst
Lire la chronique
Brame
La nuit, les charrues...
Lire la chronique
Roadburn Festival 2016 - 1er Jour
Black Mountain + Converge +...
Lire le live report
Reptilian
Perennial Void Traverse
Lire la chronique
Deströyer 666
Wildfire
Lire la chronique
Opium Warlords
Live at Colonia Dignidad
Lire la chronique
Baalsebub
Procedure Of Emasculation (EP)
Lire la chronique
Head of the Demon
Sathanas Trismegistos
Lire la chronique
L'Instant Sakrifiss
Lire le podcast
La photo mystère du 7 Mai 2016
Jouer à la Photo mystère
Anata
Dreams of Death and Dismay
Lire la chronique
Near
Own Sun
Lire la chronique
Glorior Belli
Sundown (The Flock That Wel...
Lire la chronique
Grave Miasma
Endless Pilgrimage (EP)
Lire la chronique
Lustravi
Cult of the Blackened Veil
Lire la chronique