chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
43 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Crimson Moonlight - The Covenant Progress

Chronique

Crimson Moonlight The Covenant Progress
Crimson Moonlight est certainement avec Antestor (reformé il y a peu) l’un des groupes les plus connus de la scène « unblack metal » (black metal chrétien) scandinave. Une scène discrète (et boudée) comptant malgré tout de bonnes trouvailles metal en piochant bien dans les labels chrétiens (Endtime Productions ou Rivel Records). Crimson Moonlight en fait partie. La bande suédoise se formera en 1997 et sortira une première démo puis un EP (Eternal Emperor). Crimson Moonlight se cherche encore, passant d’un raw black metal à un black metal à tendance symphonique. Après de nombreux changements de line-up (allant presque au split), le groupe se stabilise, affûte son style et finira par signer sur le label suédois Rivel Records afin d’accoucher de son premier album The Covenant Progress.

Bis repetita, seule la musique ici m’intéresse, je ne rentrerai donc pas dans le débat stérile à propos du unblack metal. Sauf que contrairement à un The Forsaken (un bijou) d’Antestor beaucoup plus réservé, les paroles de Crimson Moonlight ne pouvaient pas être plus explicites quant aux croyances du groupe. Ceux ne vénérant que Belzebuth feront certainement une syncope en les lisant… Les autres ne focaliseront leurs oreilles que sur la musique. Une musique qui aurait bien du mal à passer en cours de catéchisme, le contraste avec ce qui est hurlé étant plutôt étonnant (la brutale « Eternal Emperor » tout particulièrement). Effectivement, Crimson Moonlight s’inspire pleinement de la scène black/death scandinave (satanique qui plus est) des années 90. Tous les ingrédients typiques sont présents (en plus de l’artwork et des photos du groupe) : un chant black modulé puissant, une batterie imposante et survoltée, des passages acoustiques, des riffs noirs entêtants en tremoli… Le groupe n’aura clairement rien inventé (nous sommes en 2003). Certes, mais les mélodies épiques d’un « Mist of the spiritual dimension », « Eyes Of Beauty », « A Thorn In My Heart » ne feront qu’une bouchée de l’adepte. La bande arrive à proposer des compositions riches et surtout accrocheuses, de quoi nous plaindrons-nous ? Le clavier des débuts n’est d’ailleurs pas totalement effacé, il ira soutenir avec merveille le reste des instruments (la très Thy Serpent « A Painting In Dark » ou le final instrumental façon « Warcraft » de « The Covenant »). Néanmoins l’on sent que Crimson Moonlight peine à trouver son style et à suivre une réelle ligne directrice. En plus de sa base black/death, le groupe ira piocher dans un metal moins raffiné (signe du prochain album) mais bien trop hésitant. Résultat, quelques baisses de régime (« Path Of Pain » en tête de liste) qui empêcheront de savourer pleinement ce premier album.

« Unblack metal » ? Oubliez. The Covenant Progress n’a clairement pas à rougir de sa brutalité et de sa noirceur. Nous restons musicalement dans un pur registre « black/death suédois » de bonne famille. Un très bon cru qui plus est ! Il ne révolutionnera en rien le genre mais son efficacité et la richesse des compositions sauront suffire à ravir bon nombre. Un premier album plutôt à part dans la discographie de Crimson Moonlight, la suite penchant d’avantage vers un death metal nettement plus direct et moins subtil (mais tout aussi redoutable).

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Crimson Moonlight
Black/Death mélodique
2003 - Rivel Records
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (1)  7.5/10
Webzines : (2)  7.75/10

plus d'infos sur
Crimson Moonlight
Crimson Moonlight
Brutal Black Metal - Suède
  

tracklist
01.   Mist of the Spiritual Dimension
02.   The Pilgrimage
03.   Path of Pain
04.   Thy Wilderness
05.   Eternal Emperor
06.   A Painting in Dark
07.   Eyes of Beauty
08.   A Thorn in My Heart
09.   The Covenant

Durée : 50:13

line up
voir aussi
Crimson Moonlight
Crimson Moonlight
Veil Of Remembrance

2004 - Rivel Records
  
Crimson Moonlight
Crimson Moonlight
Divine Darkness

2016 - Endtime Productions
  

Essayez aussi
Abigail Williams
Abigail Williams
In The Shadow Of A Thousand Suns

2008 - Candlelight Records
  
Torchbearer
Torchbearer
Death Meditations

2011 - Vic Records
  
Ishtar
Ishtar
From The Gates (EP)

2013 - Autoproduction
  
Sacramentum
Sacramentum
Thy Black Destiny

1999 - Century Media
  
Deadlock
Deadlock
Earth.Revolt

2005 - Lifeforce Records
  

Witherscape
The Northern Sanctuary
Lire la chronique
Isgärde
Jag enslig skall gå
Lire la chronique
16
Lifespan of a Moth
Lire la chronique
Ghoul
Dungeon Bastards
Lire la chronique
La photo mystère du 27 Juillet 2016
Jouer à la Photo mystère
Ragnard Rock 2016
Forteresse + Graveland + He...
Lire le live report
Satyricon
Nemesis Divina
Lire la chronique
Wederganger
Halfvergaan Ontwaakt
Lire la chronique
Cobalt
Slow Forever
Lire la chronique
Baptism
V: The Devil's Fire
Lire la chronique
Profanatica
The Curling Flame of Blasphemy
Lire la chronique
Centinex
Doomsday Rituals
Lire la chronique
Starofash
Skógr
Lire la chronique
Hunok
Megrendíthetetlenség
Lire la chronique
Lacuna Coil
Delirium
Lire la chronique
Primalfrost
Prosperous Visions
Lire la chronique
Dark Funeral
Where Shadows Forever Reign
Lire la chronique
De Karl Sanders à Mark Greenway
Jouer à The Small Metal World Experiment
Karcavul
Intersaône
Lire la chronique
Vanhelgd
Temple Of Phobos
Lire la chronique
Mizery
Absolute Light
Lire la chronique
Au revoir Monsieur le chroniqueur ! La mort de VS Webzine ! Du pipi qui gicle !
Lire le podcast
Fistula
Longing for Infection
Lire la chronique
Hermóðr
The Darkness of December
Lire la chronique
Blut Aus Nord à l'occasion de la sortie de Codex Obscura Nomina
Lire l'interview
Alkerdeel
Lede
Lire la chronique
Sink
Ark of Contempt and Anger
Lire la chronique
Winterlore
Winterlore
Lire la chronique
Disincarnate
Dreams Of The Carrion Kind
Lire la chronique
Dawn Of Disease
Worship The Grave
Lire la chronique