chargement...

haut de page
62 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Peste Noire - L’Ordure à l’état Pur

Chronique

Peste Noire L’Ordure à l’état Pur
Le retour des « durs de France » accouchés dans la crasse en 2001 aura suscité beaucoup d’enthousiasme et également beaucoup de railleries dix ans (déjà !) après leur fondation. Alors que les vents faisandés de louanges et que les lauriers en carton pâtes se sont un peu estompés, éclipsés par des sorties plus intéressantes que celle dont il est question ici, L’Ordure à l’état Pur méritait quand même que je me repenche dessus. Rappelez vous mai… certains criaient au génie pur ou lustraient les pompes de Famine en démontrant par la même la profondeur de leur gorge, comme on a pu le voir avec tous ces commentaires assez comiques sur le site/label/livre d’or/garage à bites/on ne sait trop quoi/ monté par le fondateur du groupe pour l’occasion, La Mesnie Herlequin… d’autres continuaient, depuis La Sanie des Siècles - Panégyrique de la Dégénérescence, à considérer PESTE NOIRE avec mépris, avançant que le groupe a perdu tout son talent depuis ce disque. On s’en cogne, l’homme derrière le célébrissime combo d’Avignon et ses faire-valoir font fi de tout et continuent leur provocation à grands coups de vers tantôt pédants à en crever, tantôt franchement drôles et gras, tantôt vraiment lourdingues : n’étant convaincu ni par sa campagne de publicité « moderne » rondement menée, il faut bien l’admettre, ni par un disque que j’avais complètement dégueulé à sa sortie il y a quelques mois, je gageais que le recul me ferait apprécier différemment cette galette à la pochette et au livret fièrement tricolores, ainsi qu’aux esquisses ragoûtantes et très poilantes qu’elle contient.

Outre ces traits extra-musicaux qui font d’eux une entité encore plus unique avec cette Ordure, les craspecs de PESTE NOIRE dégainent leur arbalète en revenant « explobaiser la raie publique » à grand coup de paroles croustillantes et jouissives, de fist fucking vengeurs et de carreaux nationalistes puissants et burnés sur le papier. Oui, les français cèdent ici complètement à la folie qui a toujours habité leurs disques finalement… L’Ordure à l’état Pur n’est rien de moins qu’un accomplissement, venu parachever une suite logique d’hymnes gouailleurs à la France avec un très grand F. J’ai toujours apprécié ce côté nationaliste, fédérateur de paroles exaltantes, chez PESTE NOIRE et ce malgré une façon de composer qui ne me parle absolument plus depuis quelques années, à l’image de Ballade Cuntre lo Anemi Francor que je n’avais pas du tout aimé malgré ses passages brûlants (« A la Mortaille ! » ou la sympathique mais trop tronquée reprise du terrible hymne maurrassien « La France Bouge » en guise d’ambiance ravageuse). PESTE NOIRE me donne depuis quelques années l’impression d’un groupe qui ne peut plus bander, qui ne peut plus composer un riff prenant et pernicieux sans le gâcher avec une espèce de fanfaronnade inutile. Même punition, même motif pour L’Ordure à l’état Pur : si les paroles, fort bien écrites, assez intenses ou même bien drôles par moments, me plaisent pas mal, la musique, elle, n’est vraiment pas au niveau. Alors oui, techniquement, les mecs sont parfaits : les guitares agrémentées de quelques solos bonnards, copulant avec une basse lourde et chaude et une batterie nickel chrome ne méritent aucun reproche. La production est impeccable, très professionnelle et met parfaitement en valeur les coups de bambous du toto au béret : absolument rien à redire là-dessus. En revanche, la voix de Famine, tout à fait atypique, peut devenir vite insupportable, et c’est le cas sur ce disque. Sa façon de vomir des textes tantôt amusants, tantôt touchants et tantôt complètement puérils est très pénible : ce timbre instable a de quoi déranger… cela aurait pu être efficace sur un album honnête, mais ici, c’est juste très lourd !

Ce disque, très inégal, a donc beaucoup trop de défauts et de faiblesses à mon goût. « Casse, Pêches, Fractures Et Traditions » attaque pas mal pourtant, mais s’essouffle bien trop rapidement pour avoir une quelconque portée, le passage « dansant » tombant comme un cheveu pelliculé à mort sur une soupe dégueulasse. C’est « Cochon Carotte Et Les Soeurs Crotte » qui coule le bouzin dès le début, on a là une grosse fiente (un gros foutage de gueule ?) qui semble devoir se concevoir comme du Black Metal qu’on pourrait s’infliger dans les bals populaires de campagne, au milieu des mal-baisées en talon haut et des crapauds morts d’amour en jogging Le Coq Sportif à la recherche de la première occasion pour tremper leur biscuit. Musicalement, c’est vraiment à chier… on retiendra quand même les tordants « SALOPE ! BEDAINE A FOUTRE ITINERANTE ! » qu’on gueulera à l’occasion avec trois grammes d’alcool dans le sang. L’Ordure à l’état Pur, de toutes façons, c’est clairement l’album franchouillard et nombriliste qu’on écoute la main dans le slibard, cherchant les restes de sa virilité, une bouteille de piquette à un euro à la main et un tube de vaseline dans l’autre, tout en regardant « Secret Story » avec une grognasse pleine de cellulites, en regrettant ses jeunes années pleines de coups d’un soir excitants.

« J’avais rêvé du Nord », représente quand même le moment fort d’un disque beaucoup trop surestimé. Là, oui, sous fond de paroles exaltantes et touchantes (« Toi Métal Noir dont soudain, j’ai emprunté les ailes / D’immense corbeau boréal / Pour m’arracher bien loin, vers de plus nobles citadelles ! ») qui restent également assez comiques et pernicieuses (« Fortune a dicté qu’on m’asseye / A deux pas de Fos la septique… »), le morceau décolle et emporte l’auditeur lors de quelques moments puissants (« Entends-tu ce bruit sourd qui commence ? C’est l’appel du royaume de France ! ») vers une ambiance plus tragique et prenante mais des passages un peu longuets viennent rapidement rabattre l’atmosphère de ce morceau dans la médiocrité inhérente à cette Ordure. « J’avais rêvé du Nord », ou le verre de grand crû éventé au milieu d’un album indigeste par bien des points. L’Ordure à l’état Pur, opus étouffé dans une pédanterie crachée au visage de tous, file vraiment la chiasse, une coulante insistante dont on mettra plusieurs jours à se débarrasser. Certes, quelques bon riffs viennent agrémenter cette sauce un peu daubée, notamment le passage central de « Sale Famine Von Valfoutre », mais le disque tire vraiment en longueur, élément fatal qui se combine à un manque criant de puissance et de niaque. Le fiel déversé par PESTE NOIRE via son Ordure n’a guère que quelques passages qui méritent l’attention des badauds qui poseront l’oreille dessus, car les avignonnais se perdent bien trop souvent dans un compost bordélique, éculé et franchement mauvais, à l’image du morceau « La Condi Hu », qui se paume à son commencement dans une ambiante larmoyante absolument ridicule, contrastant avec le ton général et traînant vraiment en longueur, ou du passage fantaisiste sur « Casse, Pêches, Fractures Et Traditions ». Bien des passages sont fades et ratés : trop souvent, Famine veut en mettre plein les mirettes avec ses riffs de guitare tirés par les cheveux et ses structures décousues, de même que ses passages acoustiques clairement soporifiques… et on se lassera aisément de toute cette mascarade. Finalement, L’Ordure à l’état Pur, c’est comme quand on se mate un nanar avec des potes, on rigole bien, mais on regarde l’heure en espérant vite passer à autre chose parce-qu’on se fait quand même bien chier. Cet opus a tout du pet de drosophile dans le vent qu’on aura tôt fait de ranger pour ne le ressortir que très rarement, par exemple pour les fêtes de village, pour espérer serrer quelques pouffiasses, ou pour les apéros pinard sauciSSon qui tourneraient vite au biturage en règle.

A propos de cette chronique
Notice: Object of class QueryTemplate could not be converted to int in /srv/www/deadEngine/class/Thrasho/StatPub/Collection.php on line 13

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour donner votre avis.

14 COMMENTAIRE(S)

Dead citer
Dead
10/01/2013 22:26
Merci Kjetìl de relancer le débat 6 mois plus tard. C'est vrai que ça manque un peu de piment ces derniers temps. Tu veux la liste des discussions de ce genre ?
Invité citer
Kjetìl Hàràrldstad
10/01/2013 21:19
J'aime bien le commentaire d'abigael. Court, précis, efficace, au contraire du pav'tard de mauvaise fois qui fait office de réponse : "c'est pas vrai et même si c'est vrai j'm'en fous parce que t'es con"

*plié de rire*

Allez sans rancune il t'as mis le groin dans ta daube, c'est pas grave. Tu réfléchiras avant de péter dans la soie propre.

[Lalala lalala la laaaaaaaaaaaaaaaaaaaa la !
Entends-tu ce bruit sourd qui commence?
Lalala lalala la laaaaaaaaaaaaaaaaaaaa la !
C'est l'appel du Royaume de France!]
Geisterber citer
Geisterber
18/07/2012 03:52
note: 4.5/10
Oui, j'ai été soufflé par La Sanie des siècles à sa sortie, ce disque étant un des premiers albums de BM que j'ai acheté en 2006... je l'aime toujours ce disque (moins cependant), comme je le dis à demi-mot dans ma chronique d'ailleurs si tu sais lire entre les lignes.
Et alors ? PESTE NOIRE a quand même bien changé depuis 3 ans (et a fortiori depuis La Sanie), tout comme moi d'ailleurs! C'est vrai que je supportais mal à l'époque que l'on crache sur certains disques. Mais j'ai beaucoup moins apprécié PESTE NOIRE par la suite (à partir de Folkfuck Folie en fait), comme tu le verras si tu cherches encore quelques posts à moi sur internet et également en relisant attentivement ma chronique.
Dans tous les cas je suis satisfait de voir que je te fascine et te surprend autant. Je suis effectivement un être plein de surprises! Et c'est bien dommage que je sois devenu conformiste ou à la mode à tes yeux, mais bon, vu le passif de l'énergumène qui me sort ça de but en blanc aujourd'hui, je crois que je peux largement dormir tranquille haha...
Invité citer
abigael
17/07/2012 19:05
Superbe album, superbe groupe. On peut dire que ça a pas mal changé depuis "Ballade" mais l'emballage et le son sont nettement meilleurs. A propos de la chronique de Geisterber elle me surprend un peu. Surtout venant de lui. Je me rappelle que Geisterber défendait PN sur le forum Spirit Of Metal où je postais aussi !! J'ai été chercher la citation ! Tenez-vous bien, le 11 Août 2009 Geisterber écrivait: "KPN pour moi fait aussi partie des groupes qui m'ont "mis" dans le BM, et si il y a des gens pour suivre une prétendue mode de "cracher sur KPN", alors laisse ; peut-être qu'ils ne peuvent comprendre cette musique..." (http://www.spirit-of-metal.com/forum/lire_topic-sujet-Que_reprochez*vous_precisement_a_Peste_Noire.-id-18251-p-9-l-fr.html). Geisterber fait désormais partie de la mode xD.
BbrBlastard citer
BbrBlastard
06/09/2011 18:24
Cet album, c'est tout et rien. Des passages franchement fatigants, d'autres planants... Très inégal, cela est certainement dû à toutes ces expérimentations.
supersinep citer
supersinep
31/08/2011 15:34
Citation : vers tantôt pédants à en crever, tantôt franchement drôles et gras, tantôt vraiment lourdingues

Citation : les paroles, fort bien écrites, assez intenses ou même bien drôles par moments

Citation : des textes tantôt amusants, tantôt touchants et tantôt complètement puérils LOL, t'es sérieux là ?
Keyser citer
Keyser
28/08/2011 11:52
Kermorgant a écrit : Je comprends mal comment un groupe comme PN puisse être chroniqué par un site qui s'appelle "Thrashocore". Zubrowska et PN c'est 2 mondes différents. Je m'en refère à cet article: http://www.lamesnieherlequin.com/revue/de-notre-musique/black-a-o-c-par-famine/
Les blogs de Black metal ne chroniquent pas de thrash/core eux, normal ils n'aiment pas ça et se sentiraient obligé de les descendre, par inaptitude à les comprendre. Bref, chronique marrante à lire mais qui fait preuve de pas mal de mauvaise foi pour juger le meilleur disque de l'année. Comparer la note du chroniquueur et celles des lecteurs et de la "presse" (marrant qu'on qualifie les Monsieurs Tout-le-Monde américains de Sputnik de "presse" d'ailleurs).



L'ami, tu ne viens pas souvent ici. Le nom Thrashocore prête à confusion c'est vrai puisqu'il n'y a rien ou presque de core chez nous. Ici tu trouveras plutôt du death, brutal death, melodeath, thrash, black, grind et un peu de HxC et de heavy.
Dead citer
Dead
28/08/2011 11:43
Thrashocore n'est plus un webzine de Thrash/core et ce depuis bien longtemps. Malgré tout, parce qu'il évoquait quelque chose pour nous, nous avons décidé de garder ce nom.

Si tu fais un tour sur le site, tu verras pas mal de chroniques de black metal, et de bien d'autres genres également. Et ceux qui chroniquent ce genre aiment ce genre. Ca ne veut pas dire pour autant qu'ils apprécient tous les groupes y officiant Clin d'oeil

Et pour la dénomination "Presse", c'est en effet plus ou moins juste... Je vais mettre "Autres webzines", ça sera plus clair Sourire
Invité citer
Kermorgant
28/08/2011 11:33
Je comprends mal comment un groupe comme PN puisse être chroniqué par un site qui s'appelle "Thrashocore". Zubrowska et PN c'est 2 mondes différents. Je m'en refère à cet article: http://www.lamesnieherlequin.com/revue/de-notre-musique/black-a-o-c-par-famine/
Les blogs de Black metal ne chroniquent pas de thrash/core eux, normal ils n'aiment pas ça et se sentiraient obligé de les descendre, par inaptitude à les comprendre. Bref, chronique marrante à lire mais qui fait preuve de pas mal de mauvaise foi pour juger le meilleur disque de l'année. Comparer la note du chroniquueur et celles des lecteurs et de la "presse" (marrant qu'on qualifie les Monsieurs Tout-le-Monde américains de Sputnik de "presse" d'ailleurs).

Invité citer
Darkmorue
27/08/2011 00:34
Ouais enfin parler de "fanboy" pour décrire quelqu'un qui trouve l'album mauvais... Clin d'oeil
Sinon je suis moyennement d'accord avec la chro, si l'album est loin d'atteindre le niveau de La Sanie des Siècles, il reste particulièrement drôle et totalement atypique. Après pour sûr ça va diviser.

Cocoricooooooooo !
Ant'oïn citer
Ant'oïn
26/08/2011 22:13
Je trouve la musique nul et c'est pas du tout ce que j'aime. Mais dire que la chronique est mal écrite c'est juste se foutre de la gueule du monde. Encore un fanboy à la con. Y'en à un peu trop sur Thrasho en ce moment. Trop de succés ! Voila l'explication Clin d'oeil
Invité citer
Vincent
26/08/2011 19:42
Ta chronique est aussi naze que cet album... Pleine de clichés.
BbrBlastard citer
BbrBlastard
26/08/2011 12:29
Une chronique fort agréable à lire, très imagée! J'avais écouté quelques extraits qui ne m'avaient pas paru très ragoûtants, mais je vais tenté l'écoute complète pour me faire mon idée.
Invité citer
Jankowitch
25/08/2011 00:59
Un plaisir de lire cette chronique très fendarde, pour un album qui l'est tout autant. L'ordure est à mon goût très bon aux premières écoutes mais s'essoufle assez vite avec les temps... Dommage, Ballade... reste imbattable.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Pseudo :
Question anti-spam :
Dans quel groupe mythique joue Tom Araya ?
Commentaire :

Peste Noire
Rance Black Metal de France
2011 - La Mesnie Herlequin
notes
Chroniqueur : 4.5/10
Lecteurs : (10)  7.6/10
Webzines : (1)  8/10

plus d'infos sur
Peste Noire
Peste Noire
Rance Black Metal de France - France
  

tracklist
01.  Casse, Pêches, Fractures et Traditions
02.  Cochon Carotte et les Sœurs Crotte
03.  J’Avais Rêvé du Nord
04.  Sale Famine Von Valfoutre
05.  La Condi Hu

Durée : 1:00:23

line up
parution
20 Mai 2011

voir aussi
Peste Noire
Peste Noire
Peste Noire

2013 - La Mesnie Herlequin
  
Diapsiquir / Peste Noire
Diapsiquir / Peste Noire
Le Rat des Villes et le Rat des Champs (Split 12")

2014 - La Mesnie Herlequin
  

chronique Chronique
Unearth
Watchers Of Rule
chronique Chronique
Yob
Clearing the Path to Ascend
interview Interview
Thrashinterview : Julien de Gorod se dévoile
report Live report
Belenos + Melechesh
chronique Chronique
Goatmoon
Voitto tai Valhalla
chronique Chronique
Slipknot
.5: The Gray Chapter
chronique Chronique
Mysticum
Planet Satan
chronique Chronique
Rorcal / Process of Guilt
Split (Split 12")
chronique Chronique
Manes
Be All End All
report Live report
Beastmilk + Daniel Bay + In Solitude
chronique Chronique
Jean Jean
Symmetry
chronique Chronique
Acid Bath
Paegan Terrorism Tactics
chronique Chronique
Tarnkappe
Tussen Hun en de Zon
chronique Chronique
Kruger
Adam And Steve
chronique Chronique
Anaal Nathrakh
Desideratum
chronique Chronique
Le Pré Où Je Suis Mort
Le Pré Où Je Suis Mort (EP)
chronique Chronique
Dawohl
Potestas.Ratio.Iustitia (EP)
chronique Chronique
Loma Prieta
I.V.
chronique Chronique
Grave Digger
Return Of The Reaper
chronique Chronique
Thou / The Body
Released from Love (Coll.)
chronique Chronique
From the Vastland
Temple of Daevas
chronique Chronique
Velnias
Sovereign Nocturnal (Rééd.)
chronique Chronique
Koozar
Koozar / Bangi Vanz Abdul
chronique Chronique
Deathcult
Pleading For Death... Choking On Life (EP)
report Live report
Helvete Underground Festival
Bölzer + Darkspace + Rorcal
chronique Chronique
Omnihility
Deathscapes of the Subconscious
chronique Chronique
Auroch
Taman Shud
chronique Chronique
Interment / Brutally Deceased
Glory Days, Festering Years (Split-CD)
chronique Chronique
Jesus Cröst
1986
chronique Chronique
Expire
Pretty Low