chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
29 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Krisiun - Conquerors Of Armageddon

Chronique

Krisiun Conquerors Of Armageddon
Malgré quelques dernières offrandes moins marquantes que par le passé, en ce début de siècle, Krisiun est un groupe réellement à part, à part tant il est la quintessence même de ce qu’est et devrait définitivement être le brutal death. Le fusil n’est jamais changé d’épaule ici et la cible est tellement évidente que le coup est toujours fatal, les Brésiliens réitèrent album après album avec la même application et la même persévérance une recette qu’ils maitrisent désormais à merveille à savoir l’art de la violence et de la brutalité en tout état de cause. Alors que vous soyez prévenus dès maintenant, si l’écoute des compositions d’un musicien non détenteur d’un honoris causa vous est insupportable ou si le principe même de la barbarie musicale pour la barbarie musicale vous laisse dans la plus grande incompréhension, vous serrez priez d’aller cliquer ailleurs car on ne mange pas de ce pain là chez Krisiun. Propageant la bonne parole depuis le début des années 90, le trio avait déjà fait des siennes avec les puissants Black Force Domain et Apocalyptic Revelation qui donnaient déjà le ton de ce qui allait suivre et marquer ce qui sera considéré comme son âge d’or par beaucoup, à savoir l’impitoyable Conquerors Of Armageddon. Arrivant à la bonne heure aux côtés des plus grands noms du genre (Angelcorpse, Immolation, Morbid Angel, Nile et tant d’autres) pour redorer à l’aube du nouveau millénaire le blason d’un death metal qui avait perdu de sa splendeur depuis quelques années.

Avantagés par l’éclairage que lui permet son nouveau contrat avec Century Media, après être passés par les modestes labels Dynamo Records et G.U.N., ainsi que d’une des meilleures illustrations qu’ai jamais réalisé Joe Petagno, les Brésiliens se tournent à nouveau vers des studios allemands, cette fois ceux de Stage One en compagnie d’Andy Classen et Erik Rutan pour revenir sur le devant de la scène en cette année 2000 avec sous le coude une quarantaine de minutes qui feront d’eux le pilier de la scène qu’ils sont restés aujourd’hui. S'articulant autours de trois frères Kolesne, Max et Moyses, respectivement aux postes de batteur et de guitariste et l'imposant Alex Camargo (nom de jeune fille de sa mère) à la basse et au chant, l'affaire familiale reprend le chemin de sa croisade antichrétienne et hétérodoxe là où elle l’avait laissé deux ans plus tôt. Conquerors Of Armageddon est composé des mêmes éléments que son prédécesseur, un death brutal et vindicatif, profondément diabolique, qui s’il ne créé pas la surprise en premier lieu bénéficie en outre d’une production si remarquable et d’une machine de guerre si bien huilée qu’absolument rien ne peu lui résister. L’originalité n’est certainement pas à l’ordre du jour et les structures riches et complexes que certains s’efforcent d’inculquer à leurs compositions encore moins, mais l’ouragan d’agressivité et d’énergie pures que dégagent ces neufs titres est tel qu’on ne peut que s’incliner devant ce manifeste de violence arrivé à son paroxysme et ce jusqu’auboutisme que rien ne semble pouvoir ébranler.

Passé les quelques secondes d’introduction minimalistes qui ouvrent le bien nommé "Ravager", plus rien ne viendra ralentir le rythme infernal qui s’installe dès le premier blast-beat de Max Kolesne qui offre avec une vélocité et une constance impressionnantes une base de premier choix au riffing dévastateur et aux soli monstrueux de Moyses. Alex Camargo atteint quant à lui des sommets et livre ici une prestation hors norme derrière son micro, déversant sans répit son chant guttural haineux et finissant d’occuper au dépend de l’assistance le peu d’espace sonore que ses deux acolytes avaient laissé de libre. Suffocants, écrasants et d’une rage inépuisable, les titres s’enchaînent sans accrocs ni temps morts et si les différencier et les identifier est un exercice difficile de prime abord, puisqu’ils possèdent les mêmes structures et caractéristiques, aucun ne montre de signe de faiblesse et manque de remplir son rôle, à savoir de littéralement ensevelir l’auditeur sous un raz-de-marée de riffs d’une rapidité et d’une puissance rarement égalées. Du désormais culte titre éponyme, véritable synthèse de plus de six minutes du brutal death meurtrier et apocalyptique qu’assènent à tout instant les Brésiliens, à "Iron Stakes" et son passage central d’anthologie en passant par l’impitoyable "Hatred Inherit", Conquerors Of Armageddon démontre à chaque seconde que Krisiun maitrise parfaitement son sujet et n’a désormais plus rien à apprendre dans l’art du cataclysme sonore et aujourd’hui encore, peu de disques du genre lui arrivent à la cheville. "Endless Madness Descends" qui clôt l’album d’une manière aussi abrupte qu’il a débuté une éprouvante quarantaine de minutes plus tôt ne viendra certainement pas me contredire, fort de vocaux admirables et d’un ultime solo sans équivoque. Une pierre angulaire de l’histoire du brutal death vient d’être posée.

Appliquant une nouvelle fois une formule qui avait déjà fait ses preuves par le passé mais bénéficiant pour l’occasion d’une production d’Andy Classen et Erik Rutan venant réellement faire la différence tant la musique du combo gagne en violence et en noirceur, Krisiun signe ici un des albums phares de ce changement de siècle et affirme sa place plus profondément que jamais parmi les grands noms du death metal de l’époque. Si la suite n’a malheureusement pas toujours été du même niveau, elle n’entache en rien la qualité et la valeur historique de ce Conquerors Of Armageddon qui n’a prit que bien peu de rides en vu des onze ans qui nous séparent actuellement. A écouter et réécouter les yeux fermés avec le malin plaisir de celui qui reconnaît une grandeur là où les autres n’en voient pas.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

8 COMMENTAIRE(S)

BbrBlastard citer
BbrBlastard
12/09/2011 12:02
Squirk a écrit : La_girondelle a écrit : Les trois membres du groupes sont tous frères, le bassiste utilise le nom de jeune fille de sa mère.

Merci pour la précision, je ne savais pas. Je corrige ça tout de suite Clin d'oeil

Savais pas non plus! Krisiun ça défouraille! quel bonheur en live! Par contre je n'aurai pas défini ce groupe comme du brutal death, simplement death. M'enfin on s'en fout.
Squirk citer
Squirk
11/09/2011 23:54
note: 8.5/10
La_girondelle a écrit : Les trois membres du groupes sont tous frères, le bassiste utilise le nom de jeune fille de sa mère.

Merci pour la précision, je ne savais pas. Je corrige ça tout de suite Clin d'oeil
Niktareum citer
Niktareum
11/09/2011 23:35
note: 9/10
La_girondelle a écrit : Les trois membres du groupes sont tous frères, le bassiste utilise le nom de jeune fille de sa mère.
Exact.
La_girondelle citer
La_girondelle
11/09/2011 23:22
Les trois membres du groupes sont tous frères, le bassiste utilise le nom de jeune fille de sa mère.
Thomas Johansson citer
Thomas Johansson
10/09/2011 10:21
note: 8.5/10
Probablement le meilleur Krisiun, même si "Works Of Carnage" et "Assassination" se défendent pas mal eux aussi.
Niktareum citer
Niktareum
10/09/2011 09:48
note: 9/10
Ouh yeah! BOUM BADABOUM!!!! Headbang
LostSon citer
LostSon
10/09/2011 09:15
note: 9/10
Un album énorme, le meilleur de Krisiun.
Ant'oïn citer
Ant'oïn
10/09/2011 08:27
A lire la chronique je m'attendais franchement à mieux. J'ai écouté le titre éponyme c'est pas mal mais c'est trop mou.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Krisiun
Brutal Death Metal
2000 - Century Media
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (7)  8.07/10
Webzines : (8)  7.9/10

plus d'infos sur
Krisiun
Krisiun
Death metal - Brésil
  

tracklist
01.   Intro / Ravager
02.   Abyssal Gates
03.   Soul Devourer
04.   Messiah's Abomination
05.   Cursed Scrolls
06.   Conquerors Of Armageddon
07.   Hatred Inherit
08.   Iron Stakes
09.   Endless Madness Descends

Durée : 41:34

line up
voir aussi
Krisiun
Krisiun
Works Of Carnage

2003 - Century Media
  
Krisiun
Krisiun
The Great Execution

2011 - Century Media
  
Krisiun
Krisiun
AssassiNation

2006 - Century Media
  
Krisiun
Krisiun
Southern Storm

2008 - Century Media
  

Essayez aussi
Abominable Putridity
Abominable Putridity
In The End Of Human Existence

2007 - Lacerated Enemy Records
  
Fleshrot
Fleshrot
Traumatic Reconfiguration

2010 - Deepsend Records
  
Deranged
Deranged
Morgue Orgy (EP)

2013 - Sevared Records
  
Aborted
Aborted
Goremageddon
(The Saw and the Carnage Done)

2003 - Listenable Records
  
Coprocephalic
Coprocephalic
Gluttonous Chunks

2013 - Inherited Suffering Records
  

The Arson Project + Warfuck
Lire le live report
Asyndess
L'Accomplissement
Lire la chronique
Fleshdoll
Hearts Of Darkness
Lire la chronique
Malevolent Creation
Stillborn
Lire la chronique
Withdrawal
Undiluted Fervour (EP)
Lire la chronique
Lex Riders, rétrospective
Lire l'interview
Mental Disease
Non Serviam (EP)
Lire la chronique
C'est quoi le trve black metal ? Un yaourt nature (pardi) !
Lire le podcast
Sinister
Syncretism
Lire la chronique
Deez Nuts
Binge & Purgatory
Lire la chronique
Lamb Of God
The Duke (EP)
Lire la chronique
Pagan Megalith
Viharjárás
Lire la chronique
Armament : Etre Thrash en Inde
Lire l'interview
Smash Hit Combo
Playmore
Lire la chronique
Nicolas Merrien pour la sortie du livre "Black Sabbath - Children Of The Grave"
Lire l'interview
Nicolas Merrien
Black Sabbath - Children Of...
Lire la chronique
Conan + Downfall of Gaia
Lire le live report
Bloodhammer
Kuusi hymniä syvyyksistä
Lire la chronique
Eggs Of Gomorrh
Rot Prophet
Lire la chronique
Razend
White Goat 2
Lire la chronique
Keiser
The Succubus
Lire la chronique
While She Sleeps
You Are We
Lire la chronique
Martröð
Transmutation Of Wounds (EP)
Lire la chronique
Memoriam
For The Fallen
Lire la chronique
Artificial Brain
Infrared Horizon
Lire la chronique
Hierophant
Mass Grave
Lire la chronique
Gorephilia
Severed Monolith
Lire la chronique
Novembers Doom
Hamartia
Lire la chronique
Nécropole
Nécropole (Compil.)
Lire la chronique
Wolfnacht
Ypervoreia
Lire la chronique