chargement...

haut de page
30 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Deathraiser - Violent Aggression

Chronique

Deathraiser Violent Aggression
On connait le label Xtreem Music pour ces groupes de death, moins pour ses formations de thrash. Pourtant le père Rotten en a aussi à revendre. Et Deathraiser est une de ses récentes acquisitions. Venue au monde sous le nom de Mercilless en 2006 puis transformée en Deathraiser deux ans plus tard, la formation brésilienne a sorti son premier full-length en mars dernier, histoire d'entamer le printemps de la plus brute des façons.

Car Violent Aggression porte foutrement bien son nom. Envie de thrash qui arrache? Ne cherchez plus, Deathraiser va s'occuper de vous! Pendant les 27 courtes minutes de l'album, les Brésiliens ne s'arrêtent jamais, jouant à fond les ballons comme si leur vie en dépendait. Le quatuor ne connait que deux rythmiques différentes: rapide et très rapide. On tire d'abord, on discute après! Tchouka-tchouka à n'en plus finir, riffs véloces acérés parfois limite death metal ("Enslaved By Cross" à 0'30, "Thrash Or Be Thrashed" à 1'46), chant criard hargneux entre Mille Petrozza et Mikael Castervall (Hypnosia) pour des morceaux courts (2-3 minutes) et plus directs tu meurs, l'ensemble chauffé à blanc par une production moderne, puissante et agressive, l'entreprise de démolition de ces jeunes chiens fougueux a de l'avenir! Pensez surtout à Kreator, un peu à Slayer, et à leurs compatriotes de Violator.

Dans l'absolu, ça le fait. Mais à chaque médaille son revers et Deathraiser n'y échappe pas. La violence tout azimut à un prix, celui de la monotonie et de la répétitivité. Non seulement la monochromie rythmique lasse vite mais tous les morceaux sont construits sur le même schéma. Riff rapide pratiquement identique à chaque fois, refrain basique qui se limite à crier le titre cliché du morceau (des chœurs viennent se greffer parfois) et qui sonne toujours pareil, riff légèrement moins rapide qui introduit davantage de groove (toujours le même à peu près ici aussi) et séquence de ping-pong de mini solos chaotiques entre les deux guitaristes. Plutôt limité, à l'image du batteur qui reproduit ad nauseam le même pattern et qui a la fâcheuse tendance à interrompre trop vite ses skank beats, pour reprendre la cadence même pas une seconde après. On aurait préféré plus de fluidité.

Dans ses conditions, la durée éphémère est une nécessité qui compense un peu le caractère très répétitif du thrash de Deathraiser. Et heureusement que leurs riffs restent assez jouissifs. Il faut en fait voir en Violent Aggression une sorte de Nurofen Flash musical: il cible rapidement la douleur, agit directement là où ça fait mal mais il ne faut pas en prendre trop souvent sous peine de voir l'effet s'estomper. Un bon gros défouloir en somme, à écouter de temps en temps pour un impact optimal.
Notice: Object of class QueryTemplate could not be converted to int in /srv/www/deadEngine/class/Thrasho/StatPub/Collection.php on line 13

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour donner votre avis.

1 COMMENTAIRE(S)

AxGxB citer
AxGxB
01/05/2012 01:30
Petite découverte du soir sur YouTUbe, ce groupe me semble envoyer le bois comme il faut. Je v'ais m'y pencher!

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Pseudo :
Question anti-spam :
Dans quel groupe mythique joue Tom Araya ?
Commentaire :

Deathraiser
Thrash Metal
2011 - XtreemMusic
notes
Chroniqueur : 6.5/10
Lecteurs :   -
Webzines : (5)  7/10

plus d'infos sur

écoutez
tracklist
01.  Violent Aggression
02.  Annihilation Of Masses
03.  Terminal Disease
04.  Enslaved By Cross
05.  Command To Kill
06.  Killing The World
07.  Oppression Till Death
08.   Lethal Disaster
09.   Thrash Or Be Thrashed

Durée : 27'44

paroles
line up

parution
Sortie : 15/03/2011

achetez sur
thrashothèque
Essayez plutôt
Overkill
Overkill
W.F.O.

1994 - Atlantic Records
  
Annihilator
Annihilator
Feast

2013 - UDR Music
  
The Haunted
The Haunted
The Haunted

1998 - Earache Records
  
Sodom
Sodom
Better Off Dead

1990 - Steamhammer Records (SPV)
  
Destruction
Destruction
Eternal Devastation

1986 - Steamhammer Records (SPV)
  

chronique Chronique
Amenra
Mass III - II
chronique Chronique
Helms Alee
Sleepwalking Sailors
chronique Chronique
Moloth
By the Wing of Black
report Live report
Backtrack + Redemption Denied + Mad At The World + Jack Move
chronique Chronique
Arkona
Yav
chronique Chronique
La Dispute
Rooms Of The House
chronique Chronique
Unearthly
Flagellum Dei
report Live report
Terra Tenebrosa + The Old Wind
chronique Chronique
Wormreich
Wormcult Revelations (EP)
report Live report
Enthroned + Mortuary Drape + Archgoat + Lvcifyre + Bestial Raids + Possession
chronique Chronique
Obscure Sphinx
Void Mother
chronique Chronique
Amestigon
Sun Of All Suns
chronique Chronique
A Very Old Ghost Behind The Farm
La Came Crude
chronique Chronique
Menace
Impact Velocity
chronique Chronique
Cynic
Kindly Bent To Free Us
chronique Chronique
Mysticum
In The Streams of Inferno
chronique Chronique
Erebus Enthroned
Temple Under Hell
chronique Chronique
Luror
The Iron Hand of Blackest Terror
chronique Chronique
Lifelover
Dekadens (EP)
chronique Chronique
Darkspace
Dark Space II
chronique Chronique
Ormgård
Ormblot
chronique Chronique
Gravehill
Death Curse
chronique Chronique
Aborym
Dirty Remix (Compil.)
chronique Chronique
Seven Sisters of Sleep
Seven Sisters of Sleep (EP)
chronique Chronique
Sarke
Aruagint
chronique Chronique
Terra Tenebrosa / The Old Wind
The Disfigurement Bowl / Serpent Me (Split 7")
chronique Chronique
Castevet
Summer Fences
chronique Chronique
Om
Pilgrimage
chronique Chronique
Sacrilege
Behind The Realms Of Madness
chronique Chronique
Merkabah
Moloch