chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
53 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Painted Black - Cold Comfort

Chronique

Painted Black Cold Comfort
Bien que ce combo portugais sorte en France son premier album ce mois-ci, il se pourrait bien que le nom de Painted Black soit déjà parvenu jusqu'à vos oreilles. Tout d'abord, parce que sa formation remonte à 10 ans, période durant laquelle le groupe a produit 2 démos mais surtout parce que "Cold Comfort" est sorti en mai de l'année dernière via Ethereal Sound Works, profitant simplement aujourd'hui d'une meilleure distribution. En ce qui me concerne, c'est l'étiquette doom/gothique qui m'a donné envie d'y jeter une oreille (oui c'est mon truc le doom en ce moment), ainsi que les références cités dans le descriptif promotionnel, pour une fois on ne peut plus justes. Mais contrairement à l'enthousiasme affiché, cette entrée en matière n'ira pas plus loin que le "prometteur", ce qui n'est déjà pas si mal.

Pas facile d'apposer une description simple et claire à la musique de Painted Black tant ces derniers brassent de styles. Doom/gothique disions-nous ? Pas besoin d'aller plus loin que "Via Dolorosa" pour raviser son jugement. Je ne saurais vous dire si c'est le climat portugais qui veut ça, mais j'ai rarement entendu des compositions s'approchant autant de l'ambiance démoniaque d'un Moonspell (période "Memorial"), compositions dont la lourdeur et la puissance s'occuperont gentiment de vos cervicales, pelleté de riffs ravageurs et hurlements parfaitement maîtrisés à l'appui. A ce déluge de violence se mêlent de nombreux passages atmosphériques guidés par un chant parlé qui ne manquera pas de vous rappeler les complaintes légendaires du dépressif Aaron de My Dying Bride. La comparaison avec le style des anglais ne s'arrête d'ailleurs pas là : si le groupe s'était cantonné uniquement à ces moments d'accalmie, l'association d'arpèges, de guitares mélodiques et de piano aurait fait hurler au plagiat pur et simple. Sur le chemin du désespoir vient s'ajouter un penchant doom/death à mi-chemin entre un My Dying Bride et la scène scandinave, où guitares et claviers aux mélodies lancinantes se posent sur des rythmiques écrasantes oscillant entre le mid-tempo et le down-tempo. Quant au côté gothique avancé par la promotion, il reste assez léger. Le rapprochement avec Swallow The Sun m'a semblé plus ou moins évident, quelques passages tout au plus ; Painted Black affiche avant tout une image d'accablé autodestructeur, distillant une atmosphère sombre et poisseuse, loin de la mélancolie raffinée du style des finlandais. Car malgré un travail de composition riche et soigné, même les passages les plus beaux et mélodiques dégagent du mal-être, un malaise si profond que ces 55 minutes transpirent la dépression à chaque seconde. Si vous pensiez avoir touché le fond, il se pourrait bien que cet album vous aide à creuser encore.

"Cold Comfort" est un bon album, surprenant de maîtrise et de maturité, surtout pour un premier essai. Le style pratiqué étant assez vaste en terme d'influences et d'ambiances, certains titres vous séduiront sans doute plus que d'autres selon votre sensibilité. Pour ma part, c'est "Inevitability" qui survole le reste, absolument parfait de bout en bout et représentant leur visage le plus proche du doom/death (celui que j'apprécie le plus). Les autres morceaux demeurent de très bonne facture mais comportent quelques longueurs et pannes d'inspiration qui pénalisent l'ensemble sur la durée. Toutefois, je pense que c'est ce côté "patchwork de références" qui dessert le plus "Cold Comfort". A son écoute, les ressemblances avec leurs influences sont si présentes qu'elles ne laissent pas entrevoir de réelle identité, même avec un songwritting de cette qualité. Il faudrait néanmoins être aveugle pour ne pas voir en ce groupe un énorme potentiel ; une fois libéré de l'emprise de ses maîtres, je ne serais d'ailleurs pas étonné de voir Painted Black rejoindre l'élite du doom/death mélodique. En attendant, il serait dommage de passer à côté de ce premier album qui n'en demeure pas moins une excellente découverte et ravira les amateurs de musique sombre.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Painted Black
Dark/Doom/Death mélodique
2010 - Ethereal Sound Works
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs : (1)  5/10
Webzines : (11)  8.08/10

plus d'infos sur
Painted Black
Painted Black
Dark/Doom/Death mélodique - 2001 - Portugal
  

tracklist
01.   Via Dolorosa
02.   ShadowBound
03.   The End Of Tides
04.   Absent Heart
05.   Cold Comfort (Release)
06.   Winter (Storm)
07.   The Rain In June (Out Of Season)
08.   Inevitability

Durée : 55 min.

line up
parution
1 Septembre 2011

Moenen Of Xezbeth
Dawn of Morbid Sorcery (Démo)
Lire la chronique
Inquisition + Septicflesh
Lire le live report
Iperyt
The Patchwork Gehinnom
Lire la chronique
Alder Glade
Spine of the World
Lire la chronique
Eraserhead
Holdout (EP)
Lire la chronique
Sheidim
Infamata (EP)
Lire la chronique
Greytomb
Monumental Microcosm (EP)
Lire la chronique
Cenotaph
Perverse Dehumanized Dysfun...
Lire la chronique
In Vain
Currents
Lire la chronique
Caronte
Yoni
Lire la chronique
Vargrav
Netherstorm
Lire la chronique
Assorted Heap
Mindwaves
Lire la chronique
Throane
Plus Une Main A Mordre
Lire la chronique
If I Could Kill Myself
Ballad of the Broken
Lire la chronique
War Possession
Doomed To Chaos
Lire la chronique
Solar Demise
Archaic War
Lire la chronique
Kartikeya
Samudra
Lire la chronique
Hyrgal
Serpentine
Lire la chronique
Exhumed
Death Revenge
Lire la chronique
T.O.M.B
Fury Nocturnus
Lire la chronique
Puteraeon
The Empires Of Death (EP)
Lire la chronique
Looking For An Answer
Dios Carne
Lire la chronique
Godflesh
Post Self
Lire la chronique
Weregoat
Pestilential Rites Of Infer...
Lire la chronique
Shining
X - Varg utan flock
Lire la chronique
Septicflesh
Codex Omega
Lire la chronique
Black Sabbath
Never Say Die
Lire la chronique
Cemetery Urn
Cemetery Urn
Lire la chronique
Anakim
Monuments To Departed Worlds
Lire la chronique
Eternal Torment
Blind To Reality (EP)
Lire la chronique