chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
42 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Ebonylake - In Swathes Of Brooding Light

Chronique

Ebonylake In Swathes Of Brooding Light
Ecouter "In Swathes Of Brooding Light" n'est pas une partie de plaisir. Ne venez pas y chercher le riff qui tue, le solo qui fait le zizi tout dur, ou le hurlement qui va calmer l'étudiant de 15 piges qui vous saoule avec sa techno de l'autre côté du palier. Ebony Lake n'est pas là pour la musicalité; il est là pour l'ambiance.

Second album d'un duo de musiciens anglais répondant aux doux pseudonymes d'Ophelius et de Mass, "In Swathes Of Brooding Light" est une bande son horrifique, et pas du tout un album de Black Metal. Imaginez une BAR, qui est effectivement nécessaire tant les patterns imaginés sont irréalisables à moins d'avoir embauché Paul le Poulpe (RIP), qui rythme des enchaînements sans queue ni tête de riffs indistincts et de notes de claviers, le tout accompagné de vocaux volontairement sous mixés. Forcément, décrit comme ça, on dirait un beau bordel, et c'est franchement le cas.

Mais plutôt que de bordel, parlons de chaos. Car c'est ce qui se dégage de cet album, une sensation de confusion sonore, de malaise musical, qui va au delà du simple fourre tout d'influences, lesquelles seraient à chercher du côté de Chaostar (pour les arrangements "néo classique") et de Diabolical Masquerade (pour l'ambiance horrifique).

Malgré ces influences somme toute prestigieuses, le périple est au départ douloureux: les deux premiers titres ont failli me faire fuir. Car ce qui parsèment le début de l'album ce sont des parties "black métal à la BAR", autrement dit des séquences d’environ 30 secs avec la BAR à fond les ballons et des riffs probablement agressifs mais sans efficacité car quasi inaudibles...Il n'en faut pas plus pour se voir pousser des boutons tant l'ensemble sonne plus irritant que malsain (voire ridicule, on peut le dire). Heureusement, l'ambiance s’améliore un peu une fois atteint "In Swathes of Brooding Light Skeletal, Birds Scratch at Broken Windows" qui permet d'apprécier un peu mieux le concept: Ebony Lake ne s'écoute pas comme un album classique de musique; mais comme accompagnement musical d'un film ou d'une lecture horrifique, par exemple celle des notes du livret qui sont un mix des écrits d'Edgar Allan Poe et de Lovecraft pour les inspirations. La suite et fin de l'album est en définitive plus écoutable, et pour la petite histoire les 4 derniers titres, issus de la première démo du groupe, ont un son plus organique qui fait mieux passer la pilule.

Une fois appréhendée de la sorte, on peut mieux apprécier cette mixture de "métal extrême et néo classique mêlée à des éléments de musique de film" d'après la fiche promo. Pour autant, je ne suis pas de ceux qui crieront au génie ici, ayant besoin d'un peu plus de classicisme dans mes écoutes. A mes oreilles, Ebony Lake sonne comme un pari fou, qui réussit parfois son pari d’instaurer une ambiance malsaine, mais échoue plus souvent plus dans des schémas répétitifs (comme ces fulgurances black métal auxquels je n'adhère définitivement pas). En supposant qu'il y aurait eu davantage de plages "calmes", je pense que l'atout de la "bande son horrifique" recherché par le duo de musiciens aurait été plus évident et appréciable. D’autant qu’à ce jeu là, Diabolical Masquerade a bien mieux relevé le pari avec son "Death's Design"...

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour donner votre avis.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Pseudo :
Question anti-spam :
Dans quel groupe mythique joue Tom Araya ?
Commentaire :

Ebonylake
No Easy Listening Black Metal
2011 - Les Acteurs de l'Ombre
notes
Chroniqueur : -
Lecteurs : (1)  8/10
Webzines : (19)  5.72/10

plus d'infos sur
Ebonylake
Ebonylake
No Easy Listening Black Metal - Royaume-Uni
  

vidéos
The Curious Cave of Deformities
The Curious Cave of Deformities
Ebonylake

Extrait de "In Swathes Of Brooding Light"
  

tracklist
01.   And From the Seas the Sickening Things
02.   I Painted the Suicide of Neptune
03.   The Curious Cave of Deformities
04.   In Swathes of Brooding Light Skeletal, Birds Scratch at Broken Windows
05.   Human Mannequin Puppeteer
06.   Licking at the Nesting's of Young Fledglings

Bonus Tracks: "As Ghosts We Dance in Thrashing Seas" Unrealeased Demo

07.   Amethyst Lung Concerto
08.   Withing Deepest Red (The Opening Of...)
09.   The Theory of Sexual Carvings
10.   A Voice in the Piano

line up
  • Ophelius / Chant, Guitares, Claviers
  • Mass / Chant, Guitares, Claviers

parution
29 Octobre 2011

Jesus Chrüsler Supercar
Among The Ruins And Desolat...
Lire la chronique
Stallion
Rise And Ride
Lire la chronique
The Deathtrip
Deep Drone Master
Lire la chronique
Electric Wizard
Time to Die
Lire la chronique
Varathron
Untrodden Corridors of Hades
Lire la chronique
Mors Principium Est
Dawn Of The 5th Era
Lire la chronique
Pure
Kingdom of Wrath
Lire la chronique
Skelethal
Interstellar Knowledge Of T...
Lire la chronique
Bastard Sapling
Instinct Is Forever
Lire la chronique
Eternal Sex And War
Negative Monoliths
Lire la chronique
13th Moon
Abhorrence Of Light (EP)
Lire la chronique
Sacrificia Mortuorum / Orthanc
Split (Split-CD)
Lire la chronique
Maybeshewill
Fair Youth
Lire la chronique
Ancient Crypts
Devoured By Serpents (Démo)
Lire la chronique
Overkill
White Devil Armory
Lire la chronique
Deathronation
Hallow The Dead
Lire la chronique
Pornography : interview à l'occasion de la sortie de leur compilation
Lire l'interview
Horrendous
Ecdysis
Lire la chronique
The Duskfall
Where The Tree Stands Dead
Lire la chronique
Khold
Til Endes
Lire la chronique
''Betty'' 20th Anniversary Tour
Helmet
Lire le live report
Absentia Lunae
Vorwärts
Lire la chronique
Mudvayne
L.D. 50
Lire la chronique
Queens Of The Stone Age
...Like Clockwork
Lire la chronique
Midnight
No Mercy For Mayhem
Lire la chronique
Oozing Wound
Earth Suck
Lire la chronique
Sam Bean, ou la vie à 300 BPM
Lire l'interview
Dagoba lors de leur passage à Lyon
Lire l'interview
Down
Down IV Part II (EP)
Lire la chronique
Saille
Eldritch
Lire la chronique