chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
57 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Ebonylake - In Swathes Of Brooding Light

Chronique

Ebonylake In Swathes Of Brooding Light
Ecouter "In Swathes Of Brooding Light" n'est pas une partie de plaisir. Ne venez pas y chercher le riff qui tue, le solo qui fait le zizi tout dur, ou le hurlement qui va calmer l'étudiant de 15 piges qui vous saoule avec sa techno de l'autre côté du palier. Ebony Lake n'est pas là pour la musicalité; il est là pour l'ambiance.

Second album d'un duo de musiciens anglais répondant aux doux pseudonymes d'Ophelius et de Mass, "In Swathes Of Brooding Light" est une bande son horrifique, et pas du tout un album de Black Metal. Imaginez une BAR, qui est effectivement nécessaire tant les patterns imaginés sont irréalisables à moins d'avoir embauché Paul le Poulpe (RIP), qui rythme des enchaînements sans queue ni tête de riffs indistincts et de notes de claviers, le tout accompagné de vocaux volontairement sous mixés. Forcément, décrit comme ça, on dirait un beau bordel, et c'est franchement le cas.

Mais plutôt que de bordel, parlons de chaos. Car c'est ce qui se dégage de cet album, une sensation de confusion sonore, de malaise musical, qui va au delà du simple fourre tout d'influences, lesquelles seraient à chercher du côté de Chaostar (pour les arrangements "néo classique") et de Diabolical Masquerade (pour l'ambiance horrifique).

Malgré ces influences somme toute prestigieuses, le périple est au départ douloureux: les deux premiers titres ont failli me faire fuir. Car ce qui parsèment le début de l'album ce sont des parties "black métal à la BAR", autrement dit des séquences d’environ 30 secs avec la BAR à fond les ballons et des riffs probablement agressifs mais sans efficacité car quasi inaudibles...Il n'en faut pas plus pour se voir pousser des boutons tant l'ensemble sonne plus irritant que malsain (voire ridicule, on peut le dire). Heureusement, l'ambiance s’améliore un peu une fois atteint "In Swathes of Brooding Light Skeletal, Birds Scratch at Broken Windows" qui permet d'apprécier un peu mieux le concept: Ebony Lake ne s'écoute pas comme un album classique de musique; mais comme accompagnement musical d'un film ou d'une lecture horrifique, par exemple celle des notes du livret qui sont un mix des écrits d'Edgar Allan Poe et de Lovecraft pour les inspirations. La suite et fin de l'album est en définitive plus écoutable, et pour la petite histoire les 4 derniers titres, issus de la première démo du groupe, ont un son plus organique qui fait mieux passer la pilule.

Une fois appréhendée de la sorte, on peut mieux apprécier cette mixture de "métal extrême et néo classique mêlée à des éléments de musique de film" d'après la fiche promo. Pour autant, je ne suis pas de ceux qui crieront au génie ici, ayant besoin d'un peu plus de classicisme dans mes écoutes. A mes oreilles, Ebony Lake sonne comme un pari fou, qui réussit parfois son pari d’instaurer une ambiance malsaine, mais échoue plus souvent plus dans des schémas répétitifs (comme ces fulgurances black métal auxquels je n'adhère définitivement pas). En supposant qu'il y aurait eu davantage de plages "calmes", je pense que l'atout de la "bande son horrifique" recherché par le duo de musiciens aurait été plus évident et appréciable. D’autant qu’à ce jeu là, Diabolical Masquerade a bien mieux relevé le pari avec son "Death's Design"...

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Ebonylake
No Easy Listening Black Metal
2011 - Les Acteurs de l'Ombre
notes
Chroniqueur : -
Lecteurs : (2)  7/10
Webzines : (18)  5.54/10

plus d'infos sur
Ebonylake
Ebonylake
No Easy Listening Black Metal - Royaume-Uni
  

vidéos
The Curious Cave of Deformities
The Curious Cave of Deformities
Ebonylake

Extrait de "In Swathes Of Brooding Light"
  

tracklist
01.   And From the Seas the Sickening Things
02.   I Painted the Suicide of Neptune
03.   The Curious Cave of Deformities
04.   In Swathes of Brooding Light Skeletal, Birds Scratch at Broken Windows
05.   Human Mannequin Puppeteer
06.   Licking at the Nesting's of Young Fledglings

Bonus Tracks: "As Ghosts We Dance in Thrashing Seas" Unrealeased Demo

07.   Amethyst Lung Concerto
08.   Withing Deepest Red (The Opening Of...)
09.   The Theory of Sexual Carvings
10.   A Voice in the Piano

line up
  • Ophelius / Chant, Guitares, Claviers
  • Mass / Chant, Guitares, Claviers

parution
29 Octobre 2011

Isgärde
Jag enslig skall gå
Lire la chronique
16
Lifespan of a Moth
Lire la chronique
Ghoul
Dungeon Bastards
Lire la chronique
La photo mystère du 27 Juillet 2016
Jouer à la Photo mystère
Ragnard Rock 2016
Forteresse + Graveland + He...
Lire le live report
Satyricon
Nemesis Divina
Lire la chronique
Wederganger
Halfvergaan Ontwaakt
Lire la chronique
Cobalt
Slow Forever
Lire la chronique
Baptism
V: The Devil's Fire
Lire la chronique
Profanatica
The Curling Flame of Blasphemy
Lire la chronique
Centinex
Doomsday Rituals
Lire la chronique
Starofash
Skógr
Lire la chronique
Hunok
Megrendíthetetlenség
Lire la chronique
Lacuna Coil
Delirium
Lire la chronique
Primalfrost
Prosperous Visions
Lire la chronique
Dark Funeral
Where Shadows Forever Reign
Lire la chronique
De Karl Sanders à Mark Greenway
Jouer à The Small Metal World Experiment
Karcavul
Intersaône
Lire la chronique
Vanhelgd
Temple Of Phobos
Lire la chronique
Mizery
Absolute Light
Lire la chronique
Au revoir Monsieur le chroniqueur ! La mort de VS Webzine ! Du pipi qui gicle !
Lire le podcast
Fistula
Longing for Infection
Lire la chronique
Hermóðr
The Darkness of December
Lire la chronique
Blut Aus Nord à l'occasion de la sortie de Codex Obscura Nomina
Lire l'interview
Alkerdeel
Lede
Lire la chronique
Sink
Ark of Contempt and Anger
Lire la chronique
Winterlore
Winterlore
Lire la chronique
Disincarnate
Dreams Of The Carrion Kind
Lire la chronique
Dawn Of Disease
Worship The Grave
Lire la chronique
Thrasho en interview sur Horns Up
Lire le podcast