chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
55 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Deus Otiosus - Murderer

Chronique

Deus Otiosus Murderer
Et encore un groupe de death old-school! Les fans de sonorités modernes peuvent d'ores et déjà cliquer sur précédent, Deus Otiosus ne plaira qu'aux passéistes et autres vieux cons. (Dé)formé en 2005, le combo danois n'avait jusque là à son actif qu'une démo, un split avec leurs faux jumeaux de Hideous Invasion (dont trois membres de Deus Otiosus font partie) et un mini-live. Le groupe passe la vitesse supérieure l'année dernière avec son premier full-length Murderer, passé relativement inaperçu. Pas du goût des Allemands de F.D.A. Rekotz, déjà coupables cette année des albums de Revolting (l'un des innombrables groupes de Rogga Johansson) et d'Entrails entre autres, qui décident de prendre les Scandinaves dans leur giron et d'offrir à Murderer une sortie mondiale.

Si Deus Otiosus s'ajoute à la longue liste des groupes de revival, il a toutefois l'"originalité" de ne pas donner dans l'hommage (terme diplomatique pour repompe) à la scène scandinave. Le combo de Copenhague donne plutôt dans un death old-school thrashy à la Master. Le quintette ne se prend ainsi pas la tête à composer des morceaux alambiqués ou ultra-techniques et a bien compris que la distance la plus courte entre deux points était la ligne droite. Ses compositions tournent certes autour de 4-5 minutes mais tout est fait pour les rendre les plus simples et efficaces possible. Et ça marche puisque Murderer fait son petit effet! Grâce entre autres à une production puissante et naturelle avec notamment un son de batterie punchy, de grosses influences thrash (tchouka-tchouka!), des rythmiques mid/up entraînantes, un bon groove (basse bien audible) et bien sûr un tas de bons riffs catchy. Pas beaucoup de riffs différents dans chaque titre, les Danois préférant la qualité à la quantité, mais la plupart ont ce petit goût de reviens-y, soit par une petite mélodie sombre en tremolo qui accroche, soit par des accords simples qui font taper du pied et secouer la tête. Et le tout est agrémenté de quelques leads et solos bien ficelés.

Ce n'est pas grand chose au final mais on se prend au jeu. La jouissive "Whore Limbs" ou "Ash World" et son riff mid-tempo entêtant sont même carrément excellents, quand le reste va de bon pour l'écrasante majorité ("I Have Seen Him Slay", "Thousand Arms Of The Dead", "Ye Pigs Of Little Faith", "Murderer", etc.) à plus anecdotique ("Wall Of Violence" pour le morceau le moins prenant du lot). On vous l'accorde, la musique du groupe se fait sans doute trop basique et souffre d'une trop grande répétitivité, à l'image d'un chant growlé qui ne varie pas d'un iota. Avec sa formule d'une simplicité enfantine toutefois, Deus Otiosus réussit à sortir un premier album convaincant qui ne fera évidemment pas date mais qui accroche tout de suite et passe même sans problème le cap des multiples écoutes. Non, franchement, on a entendu pire!

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

3 COMMENTAIRE(S)

BbrBlastard citer
BbrBlastard
24/10/2011 11:34
ça m'a l'air bien cool ça! ça c'est l'esprit metal!!!!
AxGxB citer
AxGxB
22/10/2011 12:56
Pas hyper convaincu par les extraits. Trop répétitif.
Niktareum citer
Niktareum
21/10/2011 23:10
J'aime beaucoup! Merci pour la découverte. Clin d'oeil
J'adore ce côté thrashy dans le death! Headbang

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Deus Otiosus
Death Metal
2011 - F.D.A.
notes
Chroniqueur : 7/10
Lecteurs : (1)  6/10
Webzines : (14)  6.19/10

plus d'infos sur
Deus Otiosus
Deus Otiosus
Death Metal - 2005 - Danemark
  

tracklist
01.   I Have Seen Him Slay
02.   Thousand Arms Of The Dead
03.   Wall Of Violence
04.   Ye Pigs Of Little Faith
05.   Whore Limbs
06.   No Life
07.   Ash World
08.   Murderer

Durée : 41'15

line up
parution
3 Mars 2011

voir aussi
Deus Otiosus
Deus Otiosus
Godless

2012 - Deepsend Records
  

Essayez aussi
Gorephilia
Gorephilia
Severed Monolith

2017 - Dark Descent Records
  
Phrenelith
Phrenelith
Desolate Endscape

2017 - Me Saco Un Ojo Records
  
Affliction Gate
Affliction Gate
Dying Alone (EP)

2016 - Transcending Obscurity
  
Cannibal Corpse
Cannibal Corpse
Vile

1996 - Metal Blade Records
  
Puteraeon
Puteraeon
The Empires Of Death (EP)

2017 - Autoproduction
  

Portal
ION
Lire la chronique
Uada
Cult Of A Dying Sun
Lire la chronique
Blood Red Fog
Thanatotic Supremacy
Lire la chronique
Sacred Reich
The American Way
Lire la chronique
Sadistik Forest
Morbid Majesties
Lire la chronique
The Beast of Nod
Vampira: Disciple of Chaos
Lire la chronique
Unearthly Trance
In the Red
Lire la chronique
Wyrms
Altuus Kronhorr - La monarc...
Lire la chronique
Bloody Hammers
The Horrific Case of Bloody...
Lire la chronique
Depravity
Evil Upheaval
Lire la chronique
Fuzzgod
Meet Your Maker (Démo)
Lire la chronique
Into Coffin
The Majestic Supremacy Of C...
Lire la chronique
Sun Of The Sleepless
To the Elements
Lire la chronique
Necros Christos
Domedon Doxomedon
Lire la chronique
Fragments Of Unbecoming
Perdition Portal (Chapter VI)
Lire la chronique
Dio
Holy Diver
Lire la chronique
Sleep + Sofy Major
Lire le live report
MoM Poésique - Regarde les Hommes Tomber
Lire le podcast
Warfuck
This Was Supposed to be Fun
Lire la chronique
Vacivus
Temple Of The Abyss
Lire la chronique
Satan présente GORGOROTH : de modèle à risée générale
Lire le podcast
Revel In Flesh
Relics Of The Deathkult (Co...
Lire la chronique
Stromptha
Odium Vult
Lire la chronique
Monolithe
Nebula Septem
Lire la chronique
Thou
The House Primordial (EP)
Lire la chronique
Lonewolf
Raised On Metal
Lire la chronique
Hot Knives
Static Bloom (EP)
Lire la chronique
MoM Hors-Série : Top 4 Prog
Lire le podcast
Ceremony
Still, Nothing Moves You
Lire la chronique
Dystopy
Womb Of The Abyss (EP)
Lire la chronique