chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
40 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Sólstafir - Svartir Sandar

Chronique

Sólstafir Svartir Sandar
Quand un groupe comme Sòlstafir sort de sa tanière, on ne réfléchit pas : on fonce. Justement parce qu’il n’existe pas de « groupe comme Sòlstafir », ce dernier ayant avec ses débuts typés black metal puis son revirement inauguré par Masterpiece Of Bitterness créé une musique impossible à catégoriser où des références à Primordial, Sigur Ròs, Hawkwind ou encore Explosion In the Sky se retrouvent mises côte à côte par les chroniqueurs décontenancés. Et ce n’est pas avec son nouvel essai, Svartir Sandar, que cette originalité va s’arrêter. Au contraire.

Cet album coupé en deux parties semblant s’inscrire dans un concept global (pas d’informations à ce sujet et mon islandais est… limité) déroute une nouvelle fois et je ne vois pas meilleure description pour le désigner qu’un concert d’US Christmas joué par le Killing Joke le plus rock à Reykjavík (pas très clair, j’en conviens). Svartir Sandar abandonne les quelques restes metal que son prédécesseur possédait encore pour accentuer le versant atmosphérique de sa musique avec comme seul guide son pays, l’Islande, qu’il personnifie jusqu’au dernier brin d’herbe gelé jouxtant l’océan en se faisant froid à la manière d’autres formations de même nationalité. On se confronte à nouveau à ce goût pour les ambiances longuement développées, les cowboys recourant à des chœurs et claviers pour étoffer des compositions dépouillées reposant sur la répétition de mélodies glacées et la voix d’Aðalbjörn Tryggvason. Le leader se met rarement en retrait et transmet principalement la mélancolie épique qui départage l’entité de ses collègues, dépeignant l’île de façon brute, frissonnante, avec la maladresse de l’homme errant à tâtons dans le givre.

Svartir Sandar pourra paraître simple mais n’est en rien facile, le mot « fluide » ayant sa place ici. S’il serait fatiguant pour tout le monde de décrire les changements de thèmes le constituant, un morceau comme « Kukl », les chants féminins surgissant en avalanche sur l’éponyme et « Fjara » ou la presque-chaleureuse entrée en matière de « Melrakkablùs » montrent des titres plus contrastés qu’il n’y parait, le tout progressant jusqu’à la nocturne « Djàkninn » dans une multitude d’idées se révélant écoute après écoute. Grâce à cela et quelques déviations craquelant les plaques de verglas (un « Æra » rythmé ou la basse sous tension de « Stormfari »), ses quelques quatre-vingt minutes ne lassent jamais et l’impression de perdre ses repères est plus présente que sur un Köld moins constant bien que plus éclatant. La forme varie, l’ambiance est quant à elle rectiligne, abandonnant l’intensité qui se ressentait chez l’ainé : pas de « Pale Rider » ou tubes à la « Love Is The Devil », du paysage ne reste plus que les terres et la brume, les riffs-geysers étant aux abonnés-absents. C’est ce qui fait que l’œuvre accroche directement mais s’inscrit moins en profondeur, les arrangements précieux et la richesse de l’ensemble ne comblant pas l’absence de moments tumultueux.

Difficile de comparer Svartir Sandar à autre chose que lui-même tant il figure « son » Islande. Son caractère « unique en son genre » ainsi que son ambition exécutée avec sobriété font qu’il trouvera sans doute bonne place dans les bilans de fin d’année de nombreuses personnes. Cependant, la sensation d’être dans l’œil du cyclone de Köld a disparu et Sòlstafir en perd beaucoup de sa superbe. C’est le seul véritable reproche qu’on pourra formuler à son encontre (les plus sceptiques ajouteront que les courtes « Draumfari », « Stinningskaldi » et « Stormfari » font office de remplissage s’insérant mal au sein de titres côtoyant les neuf minutes). Ceux qui ont été charmé par les Islandais ou recherchent de quoi accompagner leurs heures de solitude ne doivent pas hésiter à y tremper l’oreille car, avec l’automne déjà hivernal couvant au dessus de nos têtes, il pourrait bien transformer leur quotidien en ailleurs !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

Backstaber citer
Backstaber
22/04/2012 17:50
note: 7/10
je viens de découvrir ce groupe via cet album et woaw ! magnifique musique

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Sólstafir
Rock atmosphérique islandais
2011 - Season of Mist
notes
Chroniqueur : 7/10
Lecteurs : (5)  7.7/10
Webzines : (12)  8.63/10

plus d'infos sur
Sólstafir
Sólstafir
Rock atmosphérique islandais - Islande
  

écoutez
vidéos
Fjara
Fjara
Sólstafir

Extrait de "Svartir Sandar"
  

tracklist
Andvari (disque un)

01.   Ljós í Stormi
02.   Fjara
03.   Þín Orð
04.   Sjúki Skugginn
05.   Æra
06.   Kukl

Durée : 40 Mns

Gola (disque deux)

01.   Melrakkablús
02.   Draumfari
03.   Stinningskaldi
04.   Stormfari
05.   Svartir Sandar
06.   Djákninn

Durée : 39 Mns

parution
14 Octobre 2011

voir aussi
Sólstafir
Sólstafir
Köld

2009 - Spikefarm Records
  

Witherscape
The Northern Sanctuary
Lire la chronique
Isgärde
Jag enslig skall gå
Lire la chronique
16
Lifespan of a Moth
Lire la chronique
Ghoul
Dungeon Bastards
Lire la chronique
La photo mystère du 27 Juillet 2016
Jouer à la Photo mystère
Ragnard Rock 2016
Forteresse + Graveland + He...
Lire le live report
Satyricon
Nemesis Divina
Lire la chronique
Wederganger
Halfvergaan Ontwaakt
Lire la chronique
Cobalt
Slow Forever
Lire la chronique
Baptism
V: The Devil's Fire
Lire la chronique
Profanatica
The Curling Flame of Blasphemy
Lire la chronique
Centinex
Doomsday Rituals
Lire la chronique
Starofash
Skógr
Lire la chronique
Hunok
Megrendíthetetlenség
Lire la chronique
Lacuna Coil
Delirium
Lire la chronique
Primalfrost
Prosperous Visions
Lire la chronique
Dark Funeral
Where Shadows Forever Reign
Lire la chronique
De Karl Sanders à Mark Greenway
Jouer à The Small Metal World Experiment
Karcavul
Intersaône
Lire la chronique
Vanhelgd
Temple Of Phobos
Lire la chronique
Mizery
Absolute Light
Lire la chronique
Au revoir Monsieur le chroniqueur ! La mort de VS Webzine ! Du pipi qui gicle !
Lire le podcast
Fistula
Longing for Infection
Lire la chronique
Hermóðr
The Darkness of December
Lire la chronique
Blut Aus Nord à l'occasion de la sortie de Codex Obscura Nomina
Lire l'interview
Alkerdeel
Lede
Lire la chronique
Sink
Ark of Contempt and Anger
Lire la chronique
Winterlore
Winterlore
Lire la chronique
Disincarnate
Dreams Of The Carrion Kind
Lire la chronique
Dawn Of Disease
Worship The Grave
Lire la chronique