chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
42 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Taetre - The Art

Chronique

Taetre The Art
A défaut de pouvoir chroniquer des promos de qualité en cette fin d’année morose, les vieilles perles obscures continuent encore d’alimenter notre vénéré webzine. Un plaisir authentique à chaque découverte. En 2011, Puteraeon m’aura présenté le guitariste et chanteur « biker » Jonas Lindblad (« Lindblood » pour son nom de scène). Suivra ainsi le death metal bigarré et redoutable de Thorium (voir ma chronique de Ocean Of Blasphemy). Voici cette fois Taetre, le premier véritable groupe du bonhomme (compositeur principal attitré). Formé en 1993 à Göteborg, Taetre compte aussi dans ses rangs Daniel Kvist (ex-Nighshade, ex-Sacrilege, ex-Dragonland) à la basse et au chant pour les fins gourmets, le reste des membres n’ayant aucune affiliation connue. Deux démos naîtront puis les Suédois partiront au Los Angered d’Andy La Rocque pour accoucher de leur premier album The Art sous la bannière danoise DieHard Music.

Enième groupe de death/thrash mélodique générique étiquetée « from Gothenburg » ? Certainement pas. Je ne me serai pas forcé à chroniquer une telle chose. Certes la base est clairement inscrite dans le metal mélodique (death, thrash et black) de Göteborg (ville d’origine du groupe) du milieu des années 90, il suffit d’écouter les innombrables riffs death/thrash typés At The Gates, les leads et riffs mélodiques glaciales (les leads anticosmiques de « When Winter Came » ou ceux baroques de « Prince Of Many Faces » aux faux airs d’un Dark Tranquillity-old) ou bien les passages acoustiques parsemés (l’outro ne pouvait pas rendre plus hommage à Dissection/Unanimated). Tout ceci dans l’atmosphère typique de ces années là. Qui se lassera de cette ambiance froide et dépressive ? Sauf qu’à la manière de Thorium, Jonas piochera à d’autres râteliers. Le death metal de Stockholm est aisément reconnaissable (premier amour de Jonas), plus particulièrement les penchants mélodiques d’un Desultory et thrash d’un Seance ou d’un Merciless ici. Un jeu de batterie lourd et des riffs triples épaisseurs pour narguer leurs voisins parfois en manque de testostérones.

Le rendu final est probant. Jonas a réussi à pondre des compositions à la fois riches (claviers inclus), fluides et surtout accrocheuses en y plaçant chacune de ses affinités. Tout ceci englobé dans une approche peu subtile : un tempo excité sans temps mort (le batteur est excellent) pour une musique agressive de bout en bout. Difficile de ne pas penser à un groupe du même label, je parle de Centinex : les adeptes apprécieront ! Ne connaissant que le timbre guttural de Jonas, le gaillard se démène tout aussi bien dans les cris écorchés (la dominante ici). Epaulé des hurlements de Daniel Kvist (à la prestation excellente sur Wielding The Scythe) et de quelques virées dans les graves, la musique gagne en dynamisme et en intensité. Alors oui, The Art n’est évidemment pas parfait, on notera quelques baisses de régime en milieu d’album et des compositions qui ne révolutionneront en rien le genre. Pourtant nous ne sommes qu’en 1997 (année d’enregistrement) et les quelques hits à la fois mélodiques, frissonnants et brutaux auront le dernier mot. « My Lament », « Prince Of Many Faces », « The Halls Have Eyes » et « Into The Dawn » sont imparables. The Art peut sans l’ombre d’une hésitation compléter votre étagère suédoise.

Death/thrash mélodique aux sonorités death de Stockholm et black metal, The Art fait partie de ces albums poussiéreux trop méconnus qui nous feront regretter les glorieuses années 90. Oubliez les aspects « gentillets » trop souvent associés à la scène de Göteborg, Taetre déverse ses mélodies gelées dans un socle relativement violent. Redoutable. Un premier album à part, la suite de la discographie étant assez convenue mais plutôt honorable. Prenez votre Swiffer et agrippez donc ce brûlot, vous ne serez pas déçus.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

SABBAT71 citer
SABBAT71
08/11/2011 07:57
Bon album, sans non plus friser le génie, mais ça s'écoute bien. Kro fidèle et juste.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Taetre
Death/Thrash mélodique
1998 - DieHard Music
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (1)  8/10
Webzines : (3)  7.38/10

plus d'infos sur
Taetre
Taetre
Death/Thrash mélodique - Suède
  

tracklist
01.   Intro: Entrance 666
02.   My Lament
03.   Prince of Many Faces
04.   The Art
05.   When Winter Came
06.   Lifeplague
07.   Labyrinth of The Mind
08.   The Halls Have Eyes
09.   Into The Dawn
10.   Outro: The Return

Durée : 41:28

line up
Essayez aussi
Decadence
Decadence
Chargepoint

2009 - Spiritual Beast
  
Shadows Fall
Shadows Fall
Of One Blood

2000 - Century Media
  
Destinity
Destinity
Resolve In Crimson

2012 - Lifeforce Records
  
Exmortus
Exmortus
Slave To The Sword

2014 - Prosthetic Records
  
Exhumation
Exhumation
Dance Across The Past

1998 - Holy Records
  

Ritual Death
Ritual Death (EP)
Lire la chronique
The Wakedead Gathering
Fuscus: Strings Of The Blac...
Lire la chronique
Jex Thoth
Blood Moon Rise
Lire la chronique
Morbid Saint
Spectrum Of Death
Lire la chronique
Blood Ceremony
Lord of Misrule
Lire la chronique
Isolert
No Hope, No Light...Only Death
Lire la chronique
Ghold
PYR
Lire la chronique
Gruesome
Dimensions Of Horror (EP)
Lire la chronique
Teloch
Thus Darkness Spake
Lire la chronique
Pseudogod
Sepulchral Chants (Compil.)
Lire la chronique
First Fragment
Dasein
Lire la chronique
En mai fais ce qu'il te plait
Jouer au blindtest
Heimsgard
Ordrag
Lire la chronique
Essence
Prime
Lire la chronique
Suspiral
Delve Into The Mysteries Of...
Lire la chronique
Gebrechlichkeit
Aphorismen der Angst
Lire la chronique
Brame
La nuit, les charrues...
Lire la chronique
Roadburn Festival 2016 - 1er Jour
Black Mountain + Converge +...
Lire le live report
Reptilian
Perennial Void Traverse
Lire la chronique
Deströyer 666
Wildfire
Lire la chronique
Opium Warlords
Live at Colonia Dignidad
Lire la chronique
Baalsebub
Procedure Of Emasculation (EP)
Lire la chronique
Head of the Demon
Sathanas Trismegistos
Lire la chronique
L'Instant Sakrifiss
Lire le podcast
La photo mystère du 7 Mai 2016
Jouer à la Photo mystère
Anata
Dreams of Death and Dismay
Lire la chronique
Near
Own Sun
Lire la chronique
Glorior Belli
Sundown (The Flock That Wel...
Lire la chronique
Grave Miasma
Endless Pilgrimage (EP)
Lire la chronique
Lustravi
Cult of the Blackened Veil
Lire la chronique