chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
48 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Bastard Priest - Ghouls Of The Endless Night

Chronique

Bastard Priest Ghouls Of The Endless Night
Formé à Stockholm en 2001 par Matt Mendoza et Inventor, Bastard Priest semble avoir eu beaucoup de mal à prendre son envol. En effet, ce n'est que plusieurs années plus tard que le duo sortira enfin sa première démo intitulée Merciless Insane Death. Une gestation qui aura duré sept longues années pour seulement cinq morceaux dont une reprise de Bombanfall, vieux groupe de punk/hardcore suédois du milieu des années 80. Puis, sans trop savoir pourquoi, les choses se sont rapidement accélérées. Bastard Priest est contacté par le label Pulverised et sort dans la foulée son premier album, l'excellent Under The Hammer Of Destruction qui reprend d'ailleurs l'intégralité de leur unique démo. Bastard Priest sort alors de son anonymat et commence à faire parler de lui au sein de l'underground parmi tous les maniaques adeptes du Swedish Death Metal à l'ancienne. Un an plus tard, nos deux suédois sont de retour avec Ghouls Of The Endless Night, un album que je ne m'attendais pas à voir débarquer si tôt et qui contre toutes attentes, n'a pas réussi à me faire hérisser le poil... Au moins au début.

Et oui, alors que je m'attendais à une claque aussi immédiate que celle infligée par Under The Hammer Of Destruction, j'avoue être resté sur ma faim sans trop savoir ce qui clochait vraiment. Et puis après deux ou trois écoutes j'ai finalement réussi à mettre le doigt sur ce qui m'ennuyait, le chant. Bien que le groupe n'ait subit aucun changement de line-up, il semble que Matt Mendoza ait décidé de revoir sa copie et ainsi changer sa façon de chanter. Attention, on ne parle pas ici d'un changement radical mais suffisamment significatif pour que cela soit quand même précisé. Alors que sur Under The Hammer Of Destruction les lignes de chants étaient finalement assez similaires à celles qu'on peut retrouver chez Nihilist ou Entombed (avant Wolverines Blues), elles deviennent sur Ghouls Of The Endless Night un peu plus personnelles, la faute à un changement d'intonation qui surprend plus qu'il ne déçoit. Car à bien y réfléchir, je ne trouve pas le chant de Matt Mendoza moins bon ou moins efficace, juste différent de celui auquel j'étais habitué. D'ailleurs il contribue pour beaucoup à l'aura nauséabonde qui plane au-dessus de ce nouvel album. C'est une fois compris ceci que j'ai alors pu commencer à apprécier cet album de Bastard Priest.

Hormis cette histoire de chant qui m'a donc un peu perturbé, il n'y a pas de grosses surprises à signaler sur ce Ghouls Of The Endless Night. Bastard Priest reprend ici la même formule qui a fait bonne presse sur Under The Hammer Of Destruction en proposant un death metal old school de chez old school qui puise une grosse partie de ses racines dans le punk/crust Suédois et Anglais du milieu des années 80. Le groupe cite volontiers Anti Cimex, Discharge ou Death Strike comme principales influences et je trouve qu’elles apparaissent encore plus clairement que sur l'album précédent. Un titre comme "Fucking Slaughter", même s'il représente tout ce qu'a été le death metal à une certaine époque, reste solidement ancré dans une tradition punk/hardcore 80's. Que ce soit ce riff en guise d'introduction, ce son de guitare dénué de toute lourdeur propre au metal ou encore ces patterns de batterie tout droit sorti d'un album de crust d-beat, aucun ne me fait mentir.
Mais ne vous y trompez pas, Ghouls Of The Endless Night est bel et bien un album de death metal. L'ambiance poussiéreuse façon Contes de la Crypte appuyé par une quantité de riffs morbides et de leads puants (celui de "Enter Eternal Nightmare" est tout simplement excellent) assurent à Bastard Priest une certaine efficacité qu'on peut difficilement mettre en défaut. Car si le riffing est effectivement plutôt classique, il n'en est pas moins intense. "Pestilent Force", "Ghouls Of The Endless Night", "Enter Eternal Nightmare", "Sacrilegious Ground", "Enormous Thunder Of The End", autant de titres qui regorgent de riffs à se damner. Mais l'autre force de Bastard Priest sont assurément ces nombreux soli rock'n'roll qui rappellent beaucoup ceux de Death Breath ou des premiers Entombed. Et quand je dis nombreux, je serais presque en dessous de la réalité. Il y en a quasiment sur chaque morceau, au début, au milieu, à la fin... Bref, partout. Souvent très courts, ils contribuent pas mal à l'atmosphère générale de cet album qui sent les années 80 à plein nez.

Cette atmosphère 80's est aussi très marquée par une production volontairement datée. Une batterie mise en avant, des guitares plus en retrait, un chant bardé de réverb, un son de guitare ni complètement metal ni complètement punk/hardcore, une production générale assez cradingue au point qu'on se demande si on n'est pas en train d'écouter la version LP (les grésillements sur "Last Scream" sont assez bluffant à ce niveau là!). Bref, autant d'éléments voulus qui nous transportent 25 ans en arrière.

Passé ce petit désagrément avec le changement de voix de Matt Mendoza, je dois reconnaitre que Ghouls Of The Endless Night est plutôt un bon album dans son genre. Néanmoins, je ne peux pas m'empêcher d'éprouver une légère déception face à l'excellent Under The Hammer Of Destruction qui était peut-être plus efficace sur la longueur. Il n'empêche que Bastard Priest reste un groupe prometteur dont l'énergie brute de la scène punk mêlé à l'intensité et la puissance du death metal Suédois à tout pour accrocher les amateurs du genre et/ou les plus nostalgiques d'une époque aujourd'hui révolue et qui laisse derrière elle le tape trading au profit d'albums virtuels (/facepalm).

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Bastard Priest
Death Metal
2011 - Pulverised Records
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs : (2)  6.75/10
Webzines : (14)  7.06/10

plus d'infos sur
Bastard Priest
Bastard Priest
Death Metal - 2002 - Suède
  

tracklist
01.   Pestilent Force
02.   Ghouls Of The Endless Night
03.   Enter Eternal Nightmare
04.   Poison
05.   Sacrilegious Ground
06.   Fucking Slaughter
07.   Last Scream
08.   Enormous Thunder Of The End

Durée : 36:45

line up
parution
3 Septembre 2011

voir aussi
Bastard Priest
Bastard Priest
Under The Hammer Of Destruction

2010 - Pulverised Records
  

Essayez aussi
Witchrist
Witchrist
Curses Of Annihilation (Compil.)

2009 - Crush Until Madness
  
Mercyless
Mercyless
Unholy Black Splendor

2013 - Trendkill Recordings
  
Abyssal
Abyssal
Novit Enim Dominus Qui Sunt Eius

2013 - Autoproduction
  
Burial Invocation
Burial Invocation
Rituals Of The Grotesque (EP)

2010 - Dark Descent Records
  
Withdrawn
Withdrawn
The Strongest Will

2012 - Great Dane Records
  

Bilan 2017
Lire le bilan
Bekëth Nexëhmü
De Urtida Krafterna (EP)
Lire la chronique
Blaze Of Perdition
Conscious Darkness
Lire la chronique
Stahlsarg
Mechanisms Of Misanthropy
Lire la chronique
Hell Militia + Watain
Lire le live report
Moenen Of Xezbeth
Dawn of Morbid Sorcery (Démo)
Lire la chronique
Inquisition + Septicflesh
Lire le live report
Iperyt
The Patchwork Gehinnom
Lire la chronique
Alder Glade
Spine of the World
Lire la chronique
Eraserhead
Holdout (EP)
Lire la chronique
Sheidim
Infamata (EP)
Lire la chronique
Greytomb
Monumental Microcosm (EP)
Lire la chronique
Cenotaph
Perverse Dehumanized Dysfun...
Lire la chronique
In Vain
Currents
Lire la chronique
Caronte
Yoni
Lire la chronique
Vargrav
Netherstorm
Lire la chronique
Assorted Heap
Mindwaves
Lire la chronique
Throane
Plus Une Main A Mordre
Lire la chronique
If I Could Kill Myself
Ballad of the Broken
Lire la chronique
War Possession
Doomed To Chaos
Lire la chronique
Solar Demise
Archaic War
Lire la chronique
Kartikeya
Samudra
Lire la chronique
Hyrgal
Serpentine
Lire la chronique
Exhumed
Death Revenge
Lire la chronique
T.O.M.B
Fury Nocturnus
Lire la chronique
Puteraeon
The Empires Of Death (EP)
Lire la chronique
Looking For An Answer
Dios Carne
Lire la chronique
Godflesh
Post Self
Lire la chronique
Weregoat
Pestilential Rites Of Infer...
Lire la chronique
Shining
X - Varg utan flock
Lire la chronique