chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
62 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Krisiun - The Great Execution

Chronique

Krisiun The Great Execution
Au sortir du concert de KRISIUN le plus cool auquel j’ai assisté lors de la dernière édition du Hellfest - rien à voir avec la boucherie de 2001 au Portail Coucou en compagnie de VADER et DECAPITATED, ni avec la sauvagerie titanesque d’un show harassant de deux heures ( !!!) au Korigan lors du AssassiNation Tour – les prémices d’un changement de cap stylistique se faisaient clairement sentir chez les Brésiliens, peut être parvenus au bout d’une logique de démolition ayant accouché de quelques indispensables de la scène brutal death. Le trio infernal de Rio Grande Do Sul avait déjà opéré avec succès quelques retouches modernes sur « AssassiNation », qui voyait leur death martial caractéristique aéré par quelques passages mid-tempo salvateurs mais jamais KRISIUN n’avait poussé aussi loin cette logique de dégraissage brutal que sur « The Great Execution », dont l’artwork est une déclinaison à peine masquée du « Endless Pain » de KREATOR.

Une référence visuelle tout sauf anodine, tant pour relancer une machine tournant un peu en rond sur un « Southern Storm » peu marquant, les géniteurs de « Conquerors Of Armageddon » se sont appliqués à ressusciter l’atmosphère du classique en question en travaillant l’ambiance au détriment de la vitesse d’exécution. Quoi de mieux que de s’abreuver à la fontaine de jouvence thrash pour retrouver la flamme, et par là même justifier l’abandon du recours au blast systématique en redonnant aux guitares lead de Moyses Kolesne toute la place qu’elles méritent ? Pour avoir une idée précise des contours du KRISIUN 2011, ressortez du placard le programme court présent en complément de « Pleasure To Kill », l’EP « Flag Of Hate » et le titre « Take Their Lives » en particulier. Un petit air de famille avec « Blood Of Lions » ? Un peu mon neveu, et on ne fera pas la fine bouche tant le feeling old school de la galette s’avère délectable sur une première partie d’album en tous points exemplaire. Bâties sur des riffs combinant simplicité et efficacité foudroyante, la plupart des compositions prennent ainsi le contre-pied d’un modus operandi qui privilégiait les raids éclairs et le pilonnage intensif ; même la formidable « The Extremist » (un classique instantané, avec une conclusion mid tempo guerrière que n’aurait pas renié BOLT THROWER), qui démarre staccato, impressionne par son plan de route tout sauf balisé pour un KRISIUN transfiguré, plus thrashy que jamais et qui profite à plein de quelques incursions mélodiques de haut rang. Et que dire des arpèges lugubres en ouverture d’une « The Sword Of Orion » aux atours doomy, suivis d’une montée en puissance débouchant sur ce que le groupe sait faire de mieux, à savoir du blast ? Tout juste pourra-t-on leur reprocher d’user de quelques artifices un peu grossiers comme ce passage flamenco passé 7 minutes mais si KRISIUN était réputé pour sa subtilité, ça se saurait !

Du death (plus si) brutal coupé au thrash à l’allemande le plus sombre qui soit (SODOM et KREATOR en tête, voire le CORONER planant de « Grin » à 3 :00 sur « Violentia Gladiatore !), une production à la fois claire et puissante d’Andy Classen qui rattrape le coup après un « Southern Storm » un peu trop over the top, des titres fleuves de 8 minutes et des poussières, KRISIUN fait fort sur ce coup là et il s’en faut de peu pour que la fête soit totale. Le peu en question concerne la durée de « The Great Execution », un poil excessive, et à une fin de programme bancale souffrant à la fois d’une baisse d’inspiration (la longuette « Shadows Of Betrayal », « Rise And Confront ») et d’une stratégie mid tempo mise à mal par la reprise pas forcément indispensable de « Black Force Domain » et l’intrusion d’une « Extinção Em Massa » dont la brutalité tranche singulièrement avec le reste du contenu. Des riffs evil typé « Bestial Devastation » et un caméo criard du chanteur de RATOS DE PORAO Jao Gordo rendent le placement de ce titre bien étrange au cœur d’un tracklisting qui aurait gagné à subir quelques coupes franches. Une injection brutal death de dernière minute par peur de décevoir les puristes ? S’il est probable que certains, déçus du manque de rapidité et d’intensité de l’ensemble, quittent le train en marche, un skeud atypique comme « The Great Execution » ne peut faire que du bien à un groupe comme KRISIUN, dont les shows monolithiques souffraient parfois de l’absence de variations entre deux séances de molestation collective. Avec « Assassination » et ce nouvel effort studio plus que recommandable pour la frange la plus thrashy de leurs aficionados, ce manque est aujourd’hui comblé !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

4 COMMENTAIRE(S)

BbrBlastard citer
BbrBlastard
01/12/2011 11:39
Niktareum a écrit : Raaah je l'ai pas encore acheté mais ça ca va pas tarder!! Ca fait envie!
La même! Pour l'instant les titres que j'ai écouté sont tout bonnement monstrueux! Très bonne idée de Krisiun que d'aérer leur brutalité!
Backstaber citer
Backstaber
27/11/2011 21:04
J'avais beaucoup aimé Southern Storm et peu Assassination à cause de ces influences thrashy qui ramolissaient l'ensemble, je risque pas d'apprécier celui-ci

et j'ai trouvé leur show au Hellfest abominable... comme quoi
AxGxB citer
AxGxB
24/11/2011 13:35
Chouette chronique qui donne effectivement envie d'écouter tout ça.
Niktareum citer
Niktareum
24/11/2011 13:09
Raaah je l'ai pas encore acheté mais ça ca va pas tarder!! Ca fait envie!

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Krisiun
Death metal
2011 - Century Media
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (3)  7.17/10
Webzines : (29)  8.16/10

plus d'infos sur
Krisiun
Krisiun
Death metal - Brésil
  

tracklist
01.  The Will To Potency
02.  Blood Of Lions
03.  The Great Execution
04.  Descending Abomination
05.  The Extremist
06.  The Sword Of Orion
07.  Violente Gladiatore
08.  Rise And Confront
09.  Extincao em Massa
10.  Shadows Of Betrayal
11.  Black Force Domain

Durée : 69:41

line up
parution
31 Octobre 2011

voir aussi
Krisiun
Krisiun
Southern Storm

2008 - Century Media
  
Krisiun
Krisiun
Works Of Carnage

2003 - Century Media
  
Krisiun
Krisiun
Conquerors Of Armageddon

2000 - Century Media
  
Krisiun
Krisiun
AssassiNation

2006 - Century Media
  

Essayez aussi
Aeon
Aeon
Path Of Fire

2010 - Metal Blade
  
Pestilence
Pestilence
Testimony Of The Ancients

1991 - Roadrunner Records
  
Horrendous
Horrendous
Sweet Blasphemies (Rééd.)

2014 - Dark Descent Records
  
Sinister
Sinister
The Carnage Ending

2012 - Massacre Records
  
Aeon
Aeon
Rise To Dominate

2007 - Metal Blade
  

Album de l'année
Hryre
From Mortality to Infinity
Lire la chronique
Enthroned
Towards The Skullthrone Of ...
Lire la chronique
Motörhead
We Are Motörhead
Lire la chronique
Ultha
Converging Sins
Lire la chronique
Stench Price
Stench Price
Lire la chronique
Caveman Cult
Savage War Is Destiny
Lire la chronique
1996-2016 20 Years Tours
Shining + Slegest + Taake
Lire le live report
Sentient Horror
Ungodly Forms
Lire la chronique
Diapsiquir
180°
Lire la chronique
Crimson Moon
Oneironaut
Lire la chronique
Dead Congregation
Sombre Doom (EP)
Lire la chronique
Venefixion
Armorican Deathrites (EP)
Lire la chronique
Okkultokrati
Raspberry Dawn
Lire la chronique
Les détournements de Dead : Sun Wars
Lire le podcast
Necronautical
The Endurance at Night
Lire la chronique
Earth and Pillars
Pillars I
Lire la chronique
Brame
Basses Terres
Lire la chronique
Deicide
Once Upon The Cross
Lire la chronique
Temisto
Temisto
Lire la chronique
Testament
Brotherhood Of The Snake
Lire la chronique
GxSxD (God Send Death)
The Adversary
Lire la chronique
Black Fucking Cancer
Black Fucking Cancer
Lire la chronique
Neurosis
Fires Within Fires
Lire la chronique
Cradle Of Filth
Dusk... and Her Embrace - T...
Lire la chronique
Bölzer
Hero
Lire la chronique
Ranger
Speed & Violence
Lire la chronique
Les détournements de Dead : Swallow the Rumor
Lire le podcast
Mortualia
Wild, Wild Misery
Lire la chronique
Esben and the Witch
Older Terrors
Lire la chronique
Hexecutor
Poison, Lust And Damnation
Lire la chronique