chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
63 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Mastodon - The Hunter

Chronique

Mastodon The Hunter
Comme pas mal de groupes avant eux, les géniteurs de « Crack The Skye » ont essuyé le contrecoup qui pend aux naseaux de tous ceux qui accouchent d’une œuvre majeure ou assimilée, ce qui était plutôt le cas de leur production précédente (un opus pour le moins alambiqué contenant moult morceaux de bravoure telle l’étincelante « The Czar ») : à un moment donné, ras la casquette de se tailler la barbe avec le coupe ongles en argent massif de grand-mère transmis de génération en génération, fini de ronger son frein progressif trois minutes durant avant d’envoyer du lourd ce qui, ne l’oublions jamais, reste l’objectif premier d’un MASTODON en rupture (momentanée ?) de schémas de compos à tiroir et de débordements instrumentaux.

A l’instar d’un METALLICA et d’un NAPALM DEATH trouvant jadis refuge dans la simplicité d’un « Black Album » ou d’un « Fear, Emptiness, Despair » (après les éprouvants « … And Justice For All » et « Utopia Banished »), retour aux fondamentaux pour MASTODON avec un nouvel opus direct et sans fioritures ; avec ses trois minutes par titre en moyenne, ses refrains catchy et ses structures classiques, « The Hunter » a donc le profil de l’album de transition typique, pas prise de tête pour un sou mais forcément décevant pour qui attendait les Américains sur un terrain de jeu moins balisé. Heureusement pour nous, en matière de bouteille, Brann Dailor et ses comparses ont en eux l’équivalent d’une palette de Jack Daniel’s tombée du camion pour faire passer une rasade supplémentaire de leur metal stoner dans le gosier des piliers de comptoir les plus endurants, quand bien même les effluves enivrantes de « Crack The Skye » ne seraient plus de mise. Conditionnel de rigueur car au-delà du format court de la plupart des titres, on trouve tout de même matière à évoluer en haute altitude sur la planante « The Hunter », un chemin de traverse mélancolique à souhait (solis déchirants à l’appui) qui trouve un écho distant en fin traque, lorsque les chargeurs sont vides et les treillis mis à mal par mère nature (« The Sparrow »). D’autres cartouches, bien plus mortelles sur le plan rythmique (« Thickening »), sont baignées d’un poison faisant des ravages dans l’organisme d’auditeurs rabattus sans vergogne au milieu de la clairière « Blood Mountain » (les guitares cycloniques de « Blasteroid »). Car si « The Hunter » s’apparente à une pause sans conséquences dans la carrière du combo d’Atlanta, ce n’est pas par ce que MASTODON paraît plus accessible –l’intensité de « Remission » n’est plus vraiment de mise – qu’il remise pour autant toute forme d’ambition au placard. Au fil des écoutes, même un hit single évident comme « Curl Of The Burl », très DOWN dans l’exécution, finit par découvrir autres attraits que l’efficacité primaire dont il se pare à première vue, dans une forme d’équilibre très fragile entre retour au bestiaire d’antan (« Black Tongue », « All The Heavy Lifting » et ses riffs monstrueux n’allant pas sans rappeler … DEATH !), capitalisation sur les progrès accomplis par le trio Sanders/Hinds/Dailor derrière le micro et réminiscences nostalgiques d’une scène 70’s dont bon nombre d’artistes continuent de se faire une montagne, OPETH et son maigre « Heritage » en tête.

Où l’on navigue entre sonorités spatiales/psyché (« Stargasm »), et où MASTODON va jusqu’à piétiner les plates-bandes d’un certain ALICE IN CHAINS (leur récente tournée commune n'y est sans doute pas pour rien) sur l’excellente « Dry Bone Valley » (un chant divin, troublant de similitudes avec celui de Jerry Cantrell/William DuVall), les seuls véritables tirs à blanc de « The Hunter » figurant en fin de programme avec la déconcertante « Creature Lives » (c’est quoi ce truc ? Un chant de Noël ?) et une « Spectrelight » nerveuse mais assez quelconque malgré un nouveau caméo de Scott Kelly (NEUROSIS). Au final, ce qui séduit le plus dans cet opus conçu pour secouer les riffeurs de tous poils, c’est la capacité de MASTODON d’aligner quatre idées en moins d’une minute pour marquer les esprits (comme un certain tennisman Suisse, qui prive de temps ses adversaires pour mieux dicter sa loi), sans presque jamais sacrifier son fond de jeu au profit de l’efficacité découlant du format court. Comme quoi, plaisir immédiat ne rime pas forcément avec faible durée de vie d’écoute, pour ce qui n’est qu’après tout le cinquième full length d'un groupe plus que jamais référentiel.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

9 COMMENTAIRE(S)

supersinep citer
supersinep
05/12/2011 16:30
Creature lives est trop bien, ma préférée de l'album Headbang
Seb57 citer
Seb57
01/12/2011 22:45
note: 9/10
Excellent album mais ok avec Hosty pour le titre Creatures Lives que je trouve également tres chiant !!
Invité citer
Adrien64
29/11/2011 00:29
Ben moi je le trouve vraiment hallucinant cet album... Oui il est très facile d'accès pour du Mastodon, mais il garde cette complexité qui sied à leur musique depuis le début. Et c'est vraiment ce que je trouve de génial.

Même s'il n'est pas un résumé de leur carrière à proprement parlé, on y retrouve des chansons qui pourraient se retrouver sur à peu près tout les albums, mais avec une production et un point de vu plus moderne. Ce qui fait que sans renier ses racines (jamais on ne doute de leur identité) ils évoluent. Des chanson comme Creatures Live, The Hunter, Sparowes aèrent l'album et c'est bienvenu. Fini les explosions a la Léviathan et Remission. Place à la maturation... Et Mastodon c'est comme un bon vin.

Un groupe qui a tout compris quand à moi.
Thomas Johansson citer
Thomas Johansson
28/11/2011 19:21
note: 8/10
Squirk a écrit : Haha le mp3 de "Octopus Has No Friends" Mort de Rire
Ça fait pas très sérieux TJ !


Arf, ça m'apprendra à ne jamais vérifier ce que je poste en lien! Corrigé Mr Green

Et merci à tous pour vos commentaires!
Invité citer
linkdupasse
28/11/2011 18:11
Creature Lives est très bonne (bonjour les oeillères !), sprectelight est l'une de leurs toutes meilleures (avec bedazzled fingernails)

mais sinon bonne chro (ah non en fait, parce que le dernier opeth est un chef d'oeuvre nomdidjou!)
Yz citer
Yz
28/11/2011 17:14
note: 9.5/10
Høsty a écrit : Ont y retrouve ni la folie imaginative de "Blood Mountain", ni la beauté de "Crack the Skye" et encore moins l'efficacité des 2 premiers opus.


Pour moi on retrouve tout ça à la fois...
Excellent album d'un groupe génial. Ils ont vraiment réussi à être encore une fois très créatif tout en restant efficace. Après c'est sur que si on s'arrête au coté plus "facile d'accès" des premières écoutes je peux comprendre la déception. Au final y'a tellement de choses dans cet album qu'il nécessite beaucoup d'écoute tout comme Crack the skye.
Squirk citer
Squirk
28/11/2011 17:05
Haha le mp3 de "Octopus Has No Friends" Mort de Rire
Ça fait pas très sérieux TJ !
Ikea citer
Ikea
28/11/2011 16:29
Tu as bien fait de mettre la pochette de l'édition collector, bien plus ultimement crétine que celle de l'édition normale.

Bon sinon, le commentaire évoquant des vocaux de boys band couplé à ta chronique : il va falloir redonner une chance à mastodon.
Høsty citer
Høsty
28/11/2011 15:42
note: 4.5/10
Bonne chronique, je comprend ton point de vue, mais je suis beaucoup moins enthousiaste que toi à l'écoute de ce "The Hunter". Aprés moult écoute, je n'en ai absolument rien retenue ( à part que Creature Lives est certainement la pire chanson du groupe...).

Il y a pourtant des passage fort sympathique (riff de Curl the Burl par exemple), mais les compos me paraissent trop sympliste pour ce groupe. Ont y retrouve ni la folie imaginative de "Blood Mountain", ni la beauté de "Crack the Skye" et encore moins l'efficacité des 2 premiers opus.

Dernier (gros) point négatif : les vocaux, qui ont toujours été pour moi un des plus gros atout du groupe. J'ai parfois eu l'impression d'écouter un Boys Band (Octopus has no Friend, Creature Lives).

Premier faux pas du groupe pour ma part...
A classer auprès de Amon Amarth et de Morbid Angel dans les déceptions de l'année...

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Mastodon
Metal/Stoner
2011 - Roadrunner Records
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (18)  7.86/10
Webzines : (51)  8.42/10

plus d'infos sur
Mastodon
Mastodon
Metal Progressif - 2000 - Etats-Unis
  

vidéos
Curl Of The Burl
Curl Of The Burl
Mastodon

Extrait de "The Hunter"
  

tracklist
01.  Black Tongue
02.  Curl Of The Burl
03.  Blasteroid
04.  Stargasm
05.  Octopus Has No Friends
06.  All The Heavy Lifting
07.  The Hunter
08.  Dry Bone Valley
09.  Thickening
10.  Creature Lives
11.  Spectrelight
12.  Bedazzled Fingernails
13.  The Sparrow

Durée : 53:01

line up
parution
27 Septembre 2011

voir aussi
Mastodon
Mastodon
Crack The Skye

2009 - Reprise
  
Mastodon
Mastodon
Once More 'Round The Sun

2014 - Roadrunner Records
  
Mastodon
Mastodon
Blood Mountain

2006 - Warner Bros.
  
Mastodon
Mastodon
Remission

2002 - Relapse Records
  

Album de l'année
Attic
Sanctimonious
Lire la chronique
Converge
The Dusk In Us
Lire la chronique
Gods of Space
Gods of Space (EP)
Lire la chronique
Fall Of Seraphs pour l'EP "Destroyer Of Worlds"
Lire l'interview
Vardan
Nostalgia - Archive of Fail...
Lire la chronique
King Bee
All Seing Eye (EP)
Lire la chronique
Presumption
Presumption
Lire la chronique
The Spirit
Sounds From The Vortex
Lire la chronique
River Black
River Black
Lire la chronique
Enslaved
E
Lire la chronique
Kanashimi
Inori
Lire la chronique
Beastmaker
Lusus Naturae
Lire la chronique
Perihelion
Örvény
Lire la chronique
Monarch!
Never Forever
Lire la chronique
Maze Of Sothoth
Soul Demise
Lire la chronique
Canker
Earthquake
Lire la chronique
Under The Church
Supernatural Punishment
Lire la chronique
Bloody Alchemy pour l'album "Kingdom Of Hatred"
Lire l'interview
Sacroscum
Drugs & Death
Lire la chronique
Iron Age
The Saga Demos (Démo)
Lire la chronique
Black Country Communion
BCCIV
Lire la chronique
The Wrong Tour To Fuck With Europe 2017
Beyond Creation + Disentomb...
Lire le live report
Damnation Defaced
Invader From Beyond
Lire la chronique
Mjölnir
Magnet Vektor
Lire la chronique
Fall of Summer 2017
Lire le dossier
Body Count
Bloodlust
Lire la chronique
Aetherian
The Untamed Wilderness
Lire la chronique
Forn Valdyrheim
Reminisce Eternity (Rééd.)
Lire la chronique
FennrLANE : Le pourquoi du one-man-band
Lire l'interview
No Return
The Curse Within
Lire la chronique