chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
44 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

In Aeternum - The Pestilent Plague

Chronique

In Aeternum The Pestilent Plague
Plat, longuet, bancal, sorti trop tardivement… Chargé de tares, le premier album d’In Aeternum , Forever Blasphemy, n’aura pas du tout réussi à marquer la scène black/death et ça malgré quelques concerts de prestige qui suivront (tournée européenne en compagnie d’Immortal ainsi que le Wacken). Assez frustrant quand on regarde les mots clés associés à cet opus ou la biographie de la bande. Mots clés qui reviennent d’ailleurs pour The Pestilent Plague. Après un EP (Demon Possession), sous la bannière du défunt Necropolis Records et toujours affublés de Necrolord pour leur artwork (qui a encore fait bien mieux nous en conviendrons), les Suédois (amputés de leur bassiste) changent de studio de renom (suite à Fredman) pour l’Abyss Studio chez maître Tägtgren (Tommy ici). In Aeternum se lance enfin ? Il faudra malheureusement prendre de nouveau son mal en patience…

Tel un lycéen boutonneux, In Aeternum se cherchait encore sur son premier opus Forever Blasphemy. Un ressenti que l’on trouvait dans des compositions sans aucune fluidité, piochant un peu partout dans l’univers extrême de ces dernières années mais sans un réel socle fédérateur. Le résultat ? Un rendu des plus hétérogènes. Un plaisir d’écoute impossible dans ces conditions. Cette coup-ci la ligne directrice est clairement affichée : un « raw » black/death blasphématoire sans concession, larguant salves de riffs aux accents thrash et de blasts sous des vers black bien plus haineux de David (« guerre » et « antichristianisme » comme thèmes originaux). La production atomique (dès les premières secondes de « The Apocalypse Division ») largue loin derrière celle du studio Fredman tout en restant relativement « cradingue ». Le son compressé et peu naturel du studio Abyss étant reconnaissable à des kilomètres, la ressemblance avec Centinex devient alors encore plus flagrante (production et style identiques à Reflections). Cela dit, habitué aux adjectifs « catchy » de la scène suédoise, il faudra faire des efforts d’écoutes plutôt conséquents avant de pouvoir dompter ce pavé ultra violent. Evidemment les mélodies antérieures ne sont pas entièrement effacées, on retiendra particulièrement « Eternal Devastation » et « Revelation Of Hell ». Dommage qu’In Aeternum n’ait pas continué en ce sens. The Pestilent Plague reste tout autant linéaire et fade que son aîné, il sera bien difficile de tenir l’écoute et de bien discerner chaque titre. Nous devrons une nouvelle fois subir un chant criard faiblard de David sans aucune modulation et des rallonges de fonds de tiroirs tirant les morceaux vers le bas (« Ultimate Warfare » ou « Torture Chamber »). De plus aucune émotion ne s’y dégage ou bien une quelconque atmosphère froide ou malsaine. La crédibilité du groupe en prend un coup, l’étiquette « seconde zone » n’a pas été volée.

Deuxième tentative et deuxième échec de la part des Suédois d’In Aeternum, un plaisir à chroniquer jusqu’à maintenant… Les défauts de l’album précédent sont toujours présents (linéarité et sans saveur) ici même si ils demeurent atténués. Le groupe a cependant fini par trouver son style : un black/death impie violent et peu subtil assez difficile d’accès, très loin des mélodies de ses camarades suédois. Encore à un stade de brouillon, l’opus suivant Nuclear Armageddon sera un peu plus concluant.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
In Aeternum
Black/Death
2000 - Necropolis Records
notes
Chroniqueur : 6.5/10
Lecteurs :   -
Webzines : (3)  7.3/10

plus d'infos sur
In Aeternum
In Aeternum
Black/Death - Suède
  

tracklist
01.   The Apocalypse Division
02.   Eternal Devastation
03.   Ultimate Warfare
04.   Torture Chamber
05.   Demon Possession
06.   The Pestilent Plague
07.   Wolves Blood
08.   Revelation of Hell

Durée : 40:39

line up
voir aussi
In Aeternum
In Aeternum
Dawn Of A New Aeon

2005 - Agonia Records
  
In Aeternum
In Aeternum
Forever Blasphemy

1999 - Necropolis Records
  
In Aeternum
In Aeternum
Curse Of Devastation (MCD)

2007 - Pulverised Records
  
In Aeternum
In Aeternum
Nuclear Armageddon

2003 - Agonia Records
  

Essayez plutôt
Possession
Possession
His Best Deceit (Démo)

2013 - Invictus Productions
  
Chthonic
Chthonic
Bú-Tik

2013 - Spinefarm Records
  
In Flames
In Flames
Subterranean (MCD)

1994 - Wrong Again Records
  
Cadaver
Cadaver
Necrosis

2004 - Candlelight Records
  
Necrophobic
Necrophobic
Death To All

2009 - Regain Records
  

Malevolentia
Répvblique
Lire la chronique
Gutter Instinct
Age Of The Fanatics
Lire la chronique
Solothus
No King Reigns Eternal
Lire la chronique
European Thought Patterns Tour 2016
Bodyfarm + Death To All
Lire le live report
We Are a Young Team #5
Celeste + Jakob + Thisquiet...
Lire le live report
De Paul Bostaph à Gene Hoglan
Jouer à The Small Metal World Experiment
Cadaveric Fumes
Dimensions Obscure (EP)
Lire la chronique
Deveikuth + Full of Hell + The Body
Lire le live report
Skelethal
Morbid Revelations (Compil.)
Lire la chronique
Aborted
Termination Redux (EP)
Lire la chronique
Kawir
Father Sun Mother Moon
Lire la chronique
October Tide
Winged Waltz
Lire la chronique
Korpiklaani + Moonsorrow
Lire le live report
Putrevore
Tentacles Of Horror
Lire la chronique
Cantique Lépreux
Cendres Célestes
Lire la chronique
Asgrauw
Krater
Lire la chronique
Mistur
In Memoriam
Lire la chronique
Crematory
Denial (Compil.)
Lire la chronique
Antimatter
The Judas Table
Lire la chronique
Goatess
Purgatory Under New Management
Lire la chronique
The Foreshadowing
Seven Heads Ten Horns
Lire la chronique
Abhomine
Larvae Offal Swine
Lire la chronique
Ihsahn
Arktis.
Lire la chronique
Post-Mortem
God With Horns
Lire la chronique
Prog
Jouer au blindtest
Witchthroat Serpent
Sang-Dragon
Lire la chronique
Thrasho, ça bouge (II)
Lire le podcast
Svarttjern
Dødsskrik
Lire la chronique
Wrong
Wrong
Lire la chronique
Goatslave
Procession Of Doom
Lire la chronique