chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
54 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Gravehill - When All Roads Lead To Hell

Chronique

Gravehill When All Roads Lead To Hell
On avait laissé Gravehill sur un Rites Of The Pentagram jouissivement passéiste, une des belles surprises d'une année 2009 bien chargée. Depuis, les Américains ont recruté Matt Harvey (Exhumed, Dekapitator) à la guitare en remplacement de Zyklon A et réédité leur premier full-length chez Ibex Moon Records avec l'EP Metal Of Death en bonus. Mais c'est finalement Dark Descent Records qui signe le groupe pour un deuxième album débarqué en mai dernier. Chez Thrashocore on est toujours à la bourre mais au moins, on ne peut pas nous reprocher de chroniquer à chaud!

La première chose que l'on remarque sur ce When All Roads Lead To Hell, c'est l'effort fait par les Californiens au niveau de la pochette, pour une fois très classe. Tirée du Weltgericht de Stefan Lochner, peintre allemand du XVème siècle, celle-ci donnerait presque envie de jouer à "où est Charlie?"! Un artwork plus élaboré donnant un indice sur une direction musicale plus sophistiquée? T'as vu la Vierge ou quoi?! Gravehill n'a pas dévié d'un iota et reste toujours aussi simple niveau musique, si ce n'est plus. Et tant mieux j'ai envie de dire tant When All Roads Lead To Hell s'avère d'une efficacité redoutable. Le metal extrême moderne vous donne des boutons? Vous, ce qui vous plaît, c'est les trucs old-school bêtes et méchants? Alors bienvenue chez Gravehill et son death metal crasseux aux grosses influences thrash qui vous ramènera directement vers la fin des années 1980. Après une "Intro" samplée d'une trentaine de secondes bourrée de larsen, le groupe envoie déjà la sauce sur un "Unholy Executioner" qui donne le ton: ça va aller vite et ça ne va pas faire dans la dentelle. Les Américains sont des gens pressés, si ce n'est sur quelques breaks et un dernier titre "Consumed By Rats" plus modéré que les précédents mais tout aussi jubilatoire, et c'est donc à du jeu rapide auquel on est convié. Tchouka-tchouka accéléré, blastouille et même d-beat sur le défouloir "Devil Worshipper", When All Roads Lead To Hell fait la part belle aux rythmiques véloces et sauvages. Dommage toutefois que la batterie de Thorgrimm, seul rescapé du line-up originel de 2001, soit légèrement sous-mixée. C'est toutefois la seule faute d'un son global totalement adapté mêlant puissance et agressivité pour un rendu certes old-school mais qui n'a rien à envier aux productions modernes. On peut même entendre la basse de Corpsemolestor vrombir à quelques occasions comme sur "Hell Metal Holocaust" à 0'55 (groovy baby!). En effet Gravehill joue vite mais n'oublie pas pour autant le groove et se fait ainsi catchy à mort sur tout un tas de riff mid-tempo headbangants à vous coller un impie torticolis. La preuve avec "Unholy Executioner" à 2'52, "Devil Worshiper" à 3'11, le début de "When All Roads Lead To Hell", "Suffer No Man To Live" à 1'22, "Hell Metal Holocaust" à 0'31, "Pray For War" à 1'13 ou encore "Consvmed By Rats" à 0'49. À ne pas rater aussi dans le genre mid-tempo casse-nuque, la reprise cachée de "If You Want Blood (You Got It)" d'AC/DC sur la dernière piste "7:06". "7:06" comme le temps que dure le long blanc avant que la cover démarre enfin. D'habitude, je déteste quand les groupes font ça mais le morceau est tellement jouissif qu'on pardonne vite Gravehill!

En fait, il faudrait nommer l'intégralité de la tracklist tant chaque titre renferme son lot de joyeusetés primaires bonnardes. Outre les rythmiques entraînantes et les riffs simples mais qui tuent, Gravehill se la donne aussi dans deux autres domaines. D'abord de bons solos à l'ancienne qui, malgré un côté chaotique dû en partie à l'utilisation du vibrato, sonnent souvent construits et mélodiques. Citons surtout "Hell Metal Holocaust", le meilleur morceau à ce niveau avec un enchaînement endiablé qui se conclue sur un motif étonnamment mélodique. Entre ça et les riffs tip-top, la paire Matt Hellfiend/Bodybag Bob fait vraiment du bon boulot! On terminera sur la dernière bonne idée des Californiens, le chant de l'ex-bassiste Mike Abominator. Sa voix à la fois râpeuse et glaireuse entre death et black est un vrai bonheur et colle totalement à l'esprit "old-school to the motherfucking bone" du groupe.

Soyons honnêtes, Gravehill n'a pas inventé le fil à couper le beurre. Le combo fait même plutôt dans la régression. Mais putain quel panard! Sous ses airs clichés de seconde zone, la formation offre tout ce qu'on aime sur un album de metal extrême: des putain de bons riffs, une production acide mais pas trop, un rythme soutenu, un chant vomi, du groove, une ambiance sombre et des solos coolos. Il a aussi le bon goût d'éviter de se faire trop répétitif grâce à quelques variations de rythme salvatrices, notamment des breaks plus lents et ambiancés ("Unholy Executioner" à 2'20, "Extinction" à 2'30 avec une petite mélodie dark sympatoche, le final de "When All Roads Lead To Hell", "Pray For War" à 4'16 sur un sample de guerre qui mitraille, l'intro et outro de "Consvmed By Rats" qui propose un peu d'acoustique, etc.). When All Roads Lead To Hell s'avère ainsi un monstre d'efficacité qui certes ne révolutionne rien mais fout une patate d'enfer. Ce doit être une tuerie en live d'ailleurs mais ce n'est pas de si tôt qu'on verra un tel groupe en France. Peut-être un jour dans un fest en Allemagne avec de la chance qui sait! Pas grand chose à redire sinon, When All Roads Lead To Hell reste juste un poil en dessous et un peu moins inspiré que Rites Of The Pentagram qui m'avait pris par surprise. Mais si vous avez aimé le précédent, aucun risque que vous n'accrochiez pas à celui-ci. Gravehill, c'est le plaisir des choses simples, à écouter bourré le plus fort possible en gueulant Satan toutes les vingt secondes!

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

Niktareum citer
Niktareum
17/12/2011 11:13
Je connaissais que de nom Gravehill et je ne sais pas pourquoi j'ai toujours pensé que c'était plutôt orienté heavy. En fait ça bute bien! Headbang

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Gravehill
Old-School Death/Thrash
2011 - Dark Descent Records
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs :   -
Webzines : (4)  7.48/10

plus d'infos sur
Gravehill
Gravehill
Death/Thrash - 2001 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Intro
02.   Unholy Executioner
03.   Devil Worshiper
04.   Extinction
05.   When All Roads Lead To Hell
06.   Suffer No Man to Live
07.   Hell Metal Holocaust
08.   Pray For War
09.   Consvmed By Rats
10.     (7:06)

Durée : 49'29

line up
parution
20 Mai 2011

voir aussi
Gravehill
Gravehill
Rites Of The Pentagram

2009 - Enucleation Records
  
Gravehill
Gravehill
Death Curse

2014 - Dark Descent Records
  

Akercocke
Renaissance in Extremis
Lire la chronique
MoM - Poésique Hors-Série : Du jeu vidéo au Metal Partie 2
Lire le podcast
Antagonism pour l'EP "Thrashocalypse"
Lire l'interview
Portal
ION
Lire la chronique
Uada
Cult Of A Dying Sun
Lire la chronique
Blood Red Fog
Thanatotic Supremacy
Lire la chronique
Sacred Reich
The American Way
Lire la chronique
Sadistik Forest
Morbid Majesties
Lire la chronique
The Beast of Nod
Vampira: Disciple of Chaos
Lire la chronique
Unearthly Trance
In the Red
Lire la chronique
Wyrms
Altuus Kronhorr - La monarc...
Lire la chronique
Bloody Hammers
The Horrific Case of Bloody...
Lire la chronique
Depravity
Evil Upheaval
Lire la chronique
Fuzzgod
Meet Your Maker (Démo)
Lire la chronique
Into Coffin
The Majestic Supremacy Of C...
Lire la chronique
Sun Of The Sleepless
To the Elements
Lire la chronique
Necros Christos
Domedon Doxomedon
Lire la chronique
Fragments Of Unbecoming
Perdition Portal (Chapter VI)
Lire la chronique
Dio
Holy Diver
Lire la chronique
Sleep + Sofy Major
Lire le live report
MoM Poésique - Regarde les Hommes Tomber
Lire le podcast
Warfuck
This Was Supposed to be Fun
Lire la chronique
Vacivus
Temple Of The Abyss
Lire la chronique
Satan présente GORGOROTH : de modèle à risée générale
Lire le podcast
Revel In Flesh
Relics Of The Deathkult (Co...
Lire la chronique
Stromptha
Odium Vult
Lire la chronique
Monolithe
Nebula Septem
Lire la chronique
Thou
The House Primordial (EP)
Lire la chronique
Lonewolf
Raised On Metal
Lire la chronique
Hot Knives
Static Bloom (EP)
Lire la chronique