chargement...

haut de page
16 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Ataraxy - Curse Of The Requiem Mass

Chronique

Ataraxy Curse Of The Requiem Mass (EP)
Malgré une scène plutôt active et pas inintéressante, l'Espagne n'est pas forcément le premier pays qui me vient à l'esprit lorsque je pense au death metal. Découvert complètement par hasard, ce premier EP d'Ataraxy s'avère être néanmoins une excellente découverte. Car derrière ses faux airs à la Incantation (le logo est l'œuvre de Juanjo Castellano qui a déjà travaillé pour la bande à McEntee alors que l'artwork a été confié à Raul Gonzalez à qui l'on doit notamment la pochette du premier album d'Abraxas), se cache tout de même un jeune groupe prometteur bien décidé à prendre sa place sur l'échiquier.

Formé en 2008 à Zaragoza, Ataraxy s'est attaché à ne pas brûler les étapes. Ce n'est donc qu'un an plus tard que le groupe sort sa première démo intitulée Rotten Shit. Petite subtilité qui a son importance, on peut y voir sur la pochette un zombie portant fièrement une veste sur laquelle sont cousus des patchs d'Abhorrence, Nirvana 2002 et Nihilist (enfin si ma vue est toujours aussi bonne). Autant de signes qui ne trompent pas. Ataraxy passe alors à la vitesse supérieure avec la sortie fin 2010 de ce EP intitulé Curse Of The Requiem Mass sur le jeune label Espagnol Memento Mori.

Une fois encore nous voici donc face à un disque qui n'est ni plus ni moins qu'un énième hommage à la scène scandinave des années 90. Alors faut-il pour autant cracher dans la soupe? Bouder notre plaisir par pure élitisme/snobisme/lassitude? Non, ça serait bien dommage surtout quand un disque de cette qualité nous vient d'Espagne. D'ailleurs, afin de ne pas tomber dans le mimétisme pur et simple, on note déjà qu'Ataraxy n'a pas fait le choix d'une production trop marquée. Entendez par là que ce Curse Of The Requiem Mass s'éloigne quand même quelque peu des standards établit par les studios Sunlight (entres autres). Certes, les premières notes suffisent à mettre en avant un son gras et rugueux mais néanmoins pas aussi lourd et profond que celui auquel nous ont habitués des groupes comme Entombed ou Dismember. Nous sommes donc en terrain connu même s'il faut reconnaître à Ataraxy une touche plus personnelle qu'on ne peut que saluer.
Le cul coincé un peu entre deux chaises, les Espagnols nous proposent un death metal sans artifice mais aussi sans surprise qui va à l'essentiel en faisant référence à des classiques comme Autopsy, Asphyx, Nihilist ou Demigod. Si l'on retrouve cette même efficacité dans les riffs (l'intro de "The Breaking Wheel") et cette même dynamique quand le rythme s'accélère ("The Breaking Wheel" à 1:52, "The Last Stare" à 0:30 etc...), on note malgré tout que l'essentiel des compositions est placé sous le signe du mid-tempo. En fait, plus j'écoute ce Curse Of The Requiem Mass et plus je lui trouve de similitudes avec les Finlandais de Stench Of Decay. D'ailleurs je ne suis probablement pas le seul puisque la version vynile de ce EP est disponible chez Detest. Bref, loin de proposer un death metal de brutasses, Ataraxy préfère le travail des ambiances par le biais de rythmes lents et sournois mis en exergues grâce à un très bon travail sur les riffs et sur les leads. Et s'il n'y a pas de quoi crier au génie, il faut cependant reconnaître à Ataraxy un goût prononcé pour l'efficacité. Le groupe alterne ainsi les passages lourds avec des passages plus soutenus donnant ainsi un certain dynamisme à ce EP et empêchant de facto Ataraxy de sombrer dans les méandres immobiles d'un death metal aux relents doom trop prononcés. Bon, on est encore bien loin d'un Encoffination mais quand même. On appréciera donc les tchouka tchouka sous Tranxène de "The Breaking Wheel" et "Bleed To Death", les quelques accélérations salvatrices sur "Curse Of The Requiem Mass" ou encore les blasts sur "The Last Stare", "Bleed To Death" ou "Undead's Attack".
Pour terminer, notons que la voix est parfaitement en adéquation avec les ambiances retranscrites ici. Plutôt en retrait dans le mix avec ce qu'il faut de réverb', on a tout de suite l'impression d'être face à un groupe de death metal poussiéreux, occulte et blasphématoire. Parfait.

Vous l'aurez compris, Ataraxy ne propose ici rien qui n'a pas déjà été proposé auparavant. Ceci dit, et comme je vous l'expliquais plus haut, ce n'est pas une raison pour passer à côté de ce jeune groupe plutôt prometteur. Pour l'instant il est vrai que les Espagnols s'attachent peut-être encore un peu trop à leurs influences pour réussir à vraiment s'extirper de la masse mais nul doute qu'avec un peu plus de maturité, Ataraxy réussira à proposer un death metal plus personnel. En attendant Curse Of The Requiem Mass se pose quand même comme une très bonne entrée en matière pour quiconque s'intéresse un tant soit peu au death metal old school.
Notice: Object of class QueryTemplate could not be converted to int in /srv/www/deadEngine/class/Thrasho/StatPub/Collection.php on line 13

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour donner votre avis.

3 COMMENTAIRE(S)

AxGxB citer
AxGxB
13/12/2011 08:13
note: 3.75/5
Effectivement, bonne petite découverte avec une chouette ambiance faisandée et du potentiel pour l'avenir.
Niktareum citer
Niktareum
11/12/2011 00:12
note: 3.5/5
En voilà un qui est sur ma liste depuis qqs semaines. Achat prochain indiscutable, les extraits m'avaient ultra botté!!!
Keyser citer
Keyser
10/12/2011 23:55
Acheté, pas encore écouté, mais les extraits promettaient du bon.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Pseudo :
Question anti-spam :
Dans quel groupe mythique joue Tom Araya ?
Commentaire :

Ataraxy
Old School Death Metal
2010 - Memento Mori
notes
Chroniqueur : 3.75/5
Lecteurs : (1)  3.5/5
Webzines : (2)  4.2/5

plus d'infos sur

écoutez
tracklist
01.  The Breaking Wheel
02.  Curse Of The Requiem Mass
03.  The Last Stare
04.  Bleed To Death
05.  Undead's Attack
06.  Hear The Ghouls

Durée : 28:25

line up

parution
25 Octobre 2010

achetez sur
thrashothèque
voir aussi
Ataraxy
Ataraxy
Revelations Of The Ethereal

2012 - Memento Mori
  

Essayez aussi
Violentada
Violentada
Screaming Skulls (Démo)

2010 - Autoproduction
  
Morbus Chron
Morbus Chron
Sleepers In The Rift

2011 - Pulverised Records
  
Necrovation
Necrovation
Necrovation

2012 - Agonia Records
  
Entrapment
Entrapment
The Obscurity Within...

2012 - Soulseller Records
  
Bastard Priest
Bastard Priest
Under The Hammer Of Destruction

2010 - Pulverised Records
  

report Live report
Metal Méan 2014
Aeternus + Ascension + Avatarium + Coroner + De...
chronique Chronique
Mastodon
Once More 'Round The Sun
chronique Chronique
Zoldier Noiz
Regression Process
chronique Chronique
Monarch!
Sabbracadaver
chronique Chronique
Krieg
Transient
chronique Chronique
Onheil
Storm Is Coming
chronique Chronique
Last Days Of Humanity
Putrefaction in Progress
chronique Chronique
Ulvegr
The Call of Glacial Emptiness
chronique Chronique
Dust Bolt
Awake The Riot
chronique Chronique
Funest
Desecrating Obscurity
chronique Chronique
Harm Done
Harm Done (EP)
chronique Chronique
Theosophy
Eastlands Tales – Part I
chronique Chronique
Empyrium
The Turn of the Tides
chronique Chronique
Empyrium
Into the Pantheon (Live)
chronique Chronique
Killer Be Killed
Killer Be Killed
chronique Chronique
Janvs
Nigredo
chronique Chronique
Vintersorg
Naturbål
chronique Chronique
Algebra
Feed The Ego
interview Interview
Bent Sea pour le split ''Usurpress/Animalist''
chronique Chronique
Type O Negative
October Rust
chronique Chronique
Aposento
Aposento
chronique Chronique
Crimson Shadows
Kings Among Men
chronique Chronique
Force Of Darkness
Absolute Verb Of Chaos And Darkness (EP)
chronique Chronique
Unaussprechlichen Kulten
Baphomet Pan Shub-Niggurath
chronique Chronique
Oathbreaker
Eros|Anteros
chronique Chronique
Brutally Deceased
Black Infernal Vortex
dossier Dossier
SYLAK OPEN AIR 2014
interview Interview
The Rock Runners pour le Sylak Open Air 2014
report Live report
Sylak Open Air 2014
Benighted + Dew-Scented + Gojira + Misery Index...
chronique Chronique
Desecration
Cemetery Sickness