chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
80 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Bongripper - Hippie Killer

Chronique

Bongripper Hippie Killer
Le temps est à la synthèse musicale et, de ce point ce vue, Bongripper a une longueur d’avance sur tout le monde. Depuis The Great Barrier Reefer, le groupe de Chicago est du genre à n’en avoir aucun, tout occupé qu’il est à établir des passerelles entre stoner, sludge, ambient, drone, doom, post-rock et autres composantes de la saga familiale « Haine, lose et mocheté ». Pourtant, la plupart de ses productions peinent à être autre chose qu’anecdotiques au mieux sympathiques, soit par manque de consistance (les bruitistes Heroin et Hate Ashbury), soit par péché d’orgueil (Satan Worshipping Doom, où ça riff à plein tube sans faire totalement mouche – on en reparlera) selon l’adage « Que t’aies le cul entre deux ou quarante-six chaises, tu pèteras toujours dans le vide ». Très fin. Bravo Ikea.

Hippie Killer est le contre-exemple de ce que tu viens de lire, Bongripper y parvenant à toucher de sa douille les objectifs liant ses œuvres entre-elles : être expérimental sans le paraître, le fun primant sur l’assemblage d’influences diverses. Crossover mais rigolo comme un Godzilla contre Megalon, il transforme en exutoire ce qui est habituellement de l’ordre du pompeux à l’image de « Reefer Sutherland » et ses envolées tendant vers la contemplation sans assoupir grâce à des lignes de basses mélodiques dont un Pelican devrait s’inspirer. Ultra-puissants avec leurs guitares allant droit au but (« Terrible Bear Attack », seul morceau avec voix rappelant la déflagration d’un Buzzov•en période At A Loss), les Ricains déploient leur talent à t’écrabouiller avec des compositions enfumées bloquant ta glotte à coup de botte (« Her Highness »).

Les noms de morceaux trisomiques, l’artwork de mauvais goût (avec en sus un disque illustré par un hippie à la cervelle détruite semblant sortir du nanard Blood Freak) ainsi que les parties grasses appelant au bouncing paume vers le haut (le début d’« Osaria » ou « The People Mover ») montrent que Bongripper est plus là pour te malaxer la nuque puis la briser que t’ouvrir aux espaces transdimensionnaux et ce, malgré une abondance d’aérations psyché (« Droid Developper », calmant le jeu après « The People Mover ») ou le post-rock « Charlie, Burt Reynolds Has Got Shit On You », plus mélancolique que son patronyme le laisse penser. L’absence de chant – toujours un choix risqué – est rattrapée par des instruments labiles, les passages d’un style à un autre se faisant au sein des titres et sans impression de collage.

Bien que plus accessible que son prédécesseur par un partage en dix parts là où The Great Barrier Reefer obligeait à une attention sans coupure, Hippie Killer souffre tout de même de trop grandes longueurs pour vraiment emporter. Il s’étiole à partir de la deuxième moitié de « Charlie, Burt Reynolds Has Got Shit On You » vers des sphères drones asphyxiantes sans grand intérêt qu’il nomme « Thanks For Sticking Around » (par lucidité ?). Après tel ennui, s’enfiler les roues du char d’assaut en calage constant de « Her Higness » est trop épuisant par rapport à la non-prise de tête que l’œuvre offrait auparavant. Bongripper est savamment stupide, qu’on se le dise, mais avec comme contrepartie une absence de retenue oubliant l’auditeur, la formation souhaitant remplir sa galette au maximum (la fameuse limite des quatre-vingt minutes est atteinte).

S’il n’y avait qu’un Bongripper à retenir, ce serait celui d’Hippie Killer. Son défaut d’être trop bourratif passe derrière l’écoute de moments explosifs ou gracieux d’une efficacité à toute épreuve. L’autre manque est de s'arrêter au premier degré (une ambiance homogène ? Kékidi ?) au risque de ne pas dépasser le stade du plaisant mais bon, t’as vu la pochette ? Avec un visuel aussi débile, tu devines que la profondeur n'est pas leur truc !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

3 COMMENTAIRE(S)

chaussure citer
chaussure
13/12/2011 14:06
"au risque de ne pas dépasser le stade du plaisant mais bon"

pour l'instant j'en suis là.

mais ce mélange sludge/ post rock instru ne me déplait pas du tout.

je continue de creuser, parce que avec un titre et une pochette pareille, y'a obligatoirement du génie là dessous.
Momos citer
Momos
13/12/2011 00:03
"avec en sus un disque illustré par un hippie à la cervelle détruite semblant sortir du nanard Blood Freak"

Excellente référence. Mr Green

Sinon, j'écoute et j'avoue que ça me surprend et que ça tape là où je l'attendais pas. Mais je me demande aussi où on va comme ça.
Ikea citer
Ikea
12/12/2011 09:10
note: 7.5/10
Album en écoute sur Bandcamp :

http://bongripper.bandcamp.com/album/hippie-killer

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Bongripper
Sludge/Drone/Doom/Stoner/Post Rock Instrumental
2007 - Autoproduction
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs : (2)  7/10
Webzines :   -

plus d'infos sur
Bongripper
Bongripper
Sludge/Drone/Doom/Stoner/Post Rock Instrumental - 2005 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Tranny Ride
02.   Reefer Sutherland
03.   Osaria
04.   Terrible Bear Attack
05.   Je m'appelle
06.   The People Mover
07.   Droid Developer
08.   Charlie, Burt Reynolds Has Got Shit On You
09.   Thanks For Sticking Around
10.   Her Highness

Durée : 79 Mns 59

line up
Essayez aussi
Deveikuth
Deveikuth
0.∅ (EP)

2016 - Autoproduction
  

Dismal
遺·白
Lire la chronique
Krolok
Flying Above Ancient Ruins
Lire la chronique
Përl
Luminance (EP)
Lire la chronique
Endless Chaos
Paths To Contentment
Lire la chronique
French black metal : la relève
Lire le podcast
R.I.P.
Street Reaper
Lire la chronique
Fugazi
13 Songs (Compil.)
Lire la chronique
Midnight
Sweet Death And Ecstasy
Lire la chronique
Meyhnach
Non Omnis Moriar
Lire la chronique
Crypts Of Despair
The Stench Of The Earth
Lire la chronique
Urn
The Burning
Lire la chronique
Sombre Croisade
Balancier des âmes
Lire la chronique
Rebaelliun
Bringer Of War (The Last St...
Lire la chronique
Morse
Pathetic Mankind
Lire la chronique
Canine
The Uprising
Lire la chronique
Limbonic Art
Spectre Abysm
Lire la chronique
Degial
Predator Reign
Lire la chronique
Rude
Remnants
Lire la chronique
Anatomia
Cranial Obsession
Lire la chronique
Dawn Ray'd
The Unlawful Assembly
Lire la chronique
Embittered Spunk Cadaver
The Final Throes of our Dyi...
Lire la chronique
Demolition Hammer
Epidemic Of Violence
Lire la chronique
Eldamar
A Dark Forgotten Past
Lire la chronique
Heir pour l'album "Au Peuple De L'abîme"
Lire l'interview
Mortuary
Nothingless Than Nothingness
Lire la chronique
The Faceless
In Becoming A Ghost
Lire la chronique
Necrovorous
Plains Of Decay
Lire la chronique
Impureza
La Caída de Tonatiuh
Lire la chronique
Loading Data
Double Disco Animal Style
Lire la chronique
Also Sprach Zarathustra
LAIBACH
Lire le live report