chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
43 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Death - Symbolic

Chronique

Death Symbolic
Puisque j’ai eu la chance d’acheter « Symbolic » au moment de sa sortie (et oui, je suis un vieux singe grimaçant), revenons en préambule sur ce printemps 1995 assez invraisemblable en termes de sorties majeures puisqu’en l’espace de quelques semaines seulement, on a pris dans la gueule « Domination » (MORBID ANGEL), « Demanufacture » (FEAR FACTORY) et ce sixième full length de DEATH donc, un « Symbolic » creusant un peu plus le sillon heavy initié sur le joyau « Individual Thought Patterns ». Devant pareil enchainement de perles death c’était l’évidence même, le futur, on avait hâte d’y être ! Mais c’était compter sans l’effondrement de l’empire métallique à coup de vagues néo/true metal successives, la Scandinavie offrant à l’époque une terre d’asile providentielle pour amateurs de black et de death mélodique. N’étant guère porté sur la frange la plus noire de la résistance aux Ross Robinsonneries et autres blouseries southern rock en forme de majeur bien tendu (un « Load » de sinistre mémoire), 1995 restera pour moi une année charnière avant la décrépitude d’un style musical seulement revigoré au début des années 2000.

Concernant « Symbolic », peut-on parler de tournant pour DEATH dans la mesure où seul le controversé « The Sound Of Perseverance » lui succèdera ? J’ai plutôt envie de répondre par la négative, quand bien même le projet CONTROL DENIED poussera encore plus loin la logique aérienne d’un combo passé progressivement des sous-sols de la peur (la jouissance death primitive du fondateur « Scream Bloody Gore ») au septième ciel artistique d’un « Symbolic » empreint de mélancolie, pas encore marqué du sceau de la souffrance physique et morale (la maladie de Chuck sera détectée plus tard). Mais si la véritable rupture a eu lieu entre « Spiritual Healing » et « Human », il est une constante entre chaque album de DEATH depuis les débuts du groupe en 1983, je veux bien sûr parler des changements de line-up ! Et Chuck Schuldiner, qui aimait comparer son groupe à une équipe de foot (cf interview dans le hard n’ heavy de l’époque), avait le mercato dans le sang puisque seul l’ex-DARK ANGEL Gene Hoglan survit ici aux habituelles grandes manœuvres. Exit Andy LaRocque et Steve Di Giorgio, place aux anonymes Bobby Koelble (un ancien camarade de classe) et Kelly Conlon (futur MONSTROSITY), deux Floridiens purs souche recrutés par un leader qui, de toute façon, n’a besoin de personne pour tracer sa route. De plus en plus sensible aux textes et à l’intelligibilité de sa musique, Chuck met la pédale douce sur le death metal pur et dur (la production plus thrashisante signée par lui même et Jim Morris) et change de fusil d’épaule au niveau du chant, bien moins guttural que par le passé. Certes, le contraste n’est pas aussi déstabilisant que sur « The Sound Of Perseverance » (un massacre, à mon humble avis) mais l’évolution vers plus de clarté est palpable à tous les niveaux, malgré quelques vestiges thrash death nous renvoyant vers le DEATH d’avant (« Misanthrope », « 1,000 Eyes »).

Si la rapidité est toujours de mise (le foudroyant title track), DEATH varie les tempis avec une fluidité ahurissante, qui projette l’auditeur d’une accélération foudroyante typique (« 1000 Eyes ») à des passages d’une rare lourdeur (le refrain à tomber de « Zero Tolerance »), tout en caviardant « Symbolic » de moments de grâce lead qui suffisent à le propulser au panthéon des œuvres majeures, toutes chapelles métalliques confondues. Les arpèges classieux sont également de sortie (« Zero Tolerance » toujours, « Sacred Serenity », « Perennial Quest » et le démarrage de la formidable « Empty Words ») pour un contenu d’une rare puissance car au-delà de la technique pure (Chuck avait encore plus épaté la galerie sur « Human » et « Individual Thought Patterns », bien aidé par Paul Masvidal et Andy LaRocque), « Symbolic » est l’album de DEATH le plus fort émotionnellement parlant. C’est bien simple, le break de « Without Judgement » m’arrache une larme quasiment à chaque écoute ! Où l’on touche du doigt quasiment en permanence ce vernis de tristesse inédit pour un groupe que l’on n’écoute plus depuis bien longtemps pour le simple plaisir de se rompre le cou, mais bel et bien pour rallier cette dimension supplémentaire dans laquelle Chuck semble vouloir nous attirer depuis un « Human » cosmique. Du coup, les titres plus légers aèrent un tant soit peu un opus si intense que chaque retour aux affaires courantes (« 1000 Eyes », « Sacred Serenity », « Misanthrope ») permet de souffler entre deux morceaux de bravoure comme l’éternelle « Crystal Mountain » et son sublime final flamenco ou l’ultime pèlerinage « Perenial Quest », pièce la plus progressive du lot avec ses 8 minutes et des poussières. Tirant la leçon des erreurs passées (« Individual Thought Patterns », quelque peu plombé par une production ne lui rendant absolument pas justice ), Chuck joue la carte de la limpidité et simplifie ses riffs juste ce qu’il faut, le jeu tout en nuance d’un Gene Hoglan plutôt habitué à bûcheronner et l’espace alloué à la basse de Kelly Conlon achevant de faire de « Symbolic » un album parfait en tous points.

Paradoxalement, « Symbolic » reste l’album de DEATH vers lequel j’ai le plus de mal à revenir avec « Human » car l’écoute de ces deux œuvres singulières m’est assez inconfortable. Pour raisons personnelles concernant « Symbolic » (pas pour rien que je repousse sans cesse l’écriture de cette chronique depuis de longs mois) mais pas pour « Human », ce qui tend à prouver qu’à son meilleur niveau, DEATH fait bien plus que transcender le matériau death de base pour lequel on l’a tous écouté au départ. Ils sont bien loin les lépreux de Repka, les goules grotesques de « Scream Bloody Gore » et l’évangéliste véreux de « Spiritual Healing » ! Meilleur album de DEATH ? Il y a match avec quelques-uns de ses devanciers, suivant l’épaisseur de la fibre old school qui sommeille en vous (« Leprosy », toujours aussi monstrueux presque 25 ans après sa sortie) mais autant on peut trouver quelques défauts mineurs dans le reste de sa discographie, autant DEATH signe avec « Symbolic » une performance totale aux allures de voyage initiatique qui, à mon sens, vaut qu’on lui décerne cette palme. De plus, cette merveille marque la fin d'une époque dorée pour les aficionados de death à l'ancienne, avec force rythmiques thrash et solis d'anthologie. Album essentiel, s’il en est.

DOSSIERS LIES

Dix ans déjà : hommage à Chuck Schuldiner
Dix ans déjà : hommage à Chuck Schuldiner
Décembre 2011
  
Death Technique : les indispensables
Death Technique : les indispensables
Décembre 2011
  

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour donner votre avis.

10 COMMENTAIRE(S)

Jimmy Jazz citer
Jimmy Jazz
02/09/2014 21:46
note: 8.5/10
Cet album est une perle. Si seulement la prod avait été différente.. C'est sans doute voulu et on le retrouve sur la plupart des albums de DEATH (je ne connais pas "Scream Bloody...") mais cette sonorité globalement froide m'empêche de prendre totalement mon pied.
Invité citer
Silverballer
25/03/2013 03:36
Ah, Symbolic. Un de mes albums préférés, pas du groupe, ni dans le genre death metal, mais en général.
C'est simple, j'ai des frissons à chaque nouvelle écoute.
En vérité, j'ai découvert Death avec cet album, alors imaginez la claque musicale que j'ai encaissé ! Tout est parfait dans cet album, la production irréprochable, un jeu perfectionniste à l'extrême selon la philosophie de feu Chuck Schuldiner.
Un album assez accessible, mélodique, sans jamais tomber dans la facilité, des soli d'anthologie, les vocaux de Chuck, puissants, caverneux, maîtrisés, et qui plus est avec des textes, des vrais de vrai. D'une profondeur et d'une sincérité particulières, ils donnent un réel sens à l'expressivité de Chuck, qui, on le sait, incarne Death à lui tout seul.
La parfaite symbiose entre composition léchée et textes d'une beauté inqualifiable est la raison pour laquelle je n'ai jamais ressenti une aussi vive émotion à l'écoute de cet album. C'est le genre d'oeuvre qui vous prend aux tripes avec une telle intensité que vous le savez, oui, vous savez que cet album vous accompagnera pour la vie, comme une présence réconfortante, un moyen de se rappeler jusqu'où le génie musical peut pousser.
Indispensable, sans équivoque.
hurgh citer
hurgh
15/12/2011 17:54
note: 9/10
Idem que Mister Thomas, album que j'ai acheté à sa sortie. J'ai d'ailleurs découvert le groupe avec celui ci, et à l'époque je n'avais vraiment pas accroché. Faut dire que je n'avais d'oreilles à l'époque que pour le thrash death bas de plafond genre Cannibal, Massacra ou Napalm, alors forcément...
Il m'a fallu attendre plusieurs années avant de le réacheter et de enfin l'apprécié à sa juste valeur. Le travail de composition est énorme et les arrangements hyper fouillés, et puis le côté mélancolique innhabituel est totalement poignant. Sans conteste mon disque préferé du trio Human/Individual/Symbolic. Je ne tiens pas compte de The Sound que je n'ai, et oui, jamais écouté...
KPM citer
KPM
15/12/2011 02:03
note: 9.5/10
Keyser a écrit : Qui sait! Control Denied ça passe déjà mieux après tout!

C'est bizarre, perso je trouve Control Denied moins "manly" que Death même sur Symbolic...
Keyser citer
Keyser
14/12/2011 18:27
Thomas Johansson a écrit : Merci bien Keyser Clin d'oeil

Sinon peut être qu'avec un chant heavy tu aurais pris l'album différemment, qui sait?


Qui sait! Control Denied ça passe déjà mieux après tout!
Thomas Johansson citer
Thomas Johansson
14/12/2011 18:19
note: 10/10
Merci bien Keyser Clin d'oeil

Sinon peut être qu'avec un chant heavy tu aurais pris l'album différemment, qui sait?
Keyser citer
Keyser
14/12/2011 18:14
Très belle chronique, bravo. Ça me ferait presque aimer cet album Mr Green

Je me rappelle il y a quelques années quand on me l'avait vendu comme le meilleur album du groupe, le génie à l'état pur. C'était avant que je connaisse SBG. Putain la déception!! J'avais trouvé ça mou et chiant, il n'y avait que les leads qui avaient éveillé mon intérêt. Du coup bah Death c'était niet pour moi, jusqu'à ce que je tombe sur SBG. Là ça dégageait quelque chose! Et le chant c'était franchement mieux quand il growlait le Chuck. Ça n'a aucune puissance là...

Je viens de réécouter Crystal Mountain juste pour voir, mon avis n'a pas changé...
von_yaourt citer
von_yaourt
14/12/2011 11:01
note: 10/10
D'accord en tout point avec TJ sur l'analyse de Symbolic : un grand album, empreint d'une tristesse inhabituelle pour le groupe, avec quelques uns des plus beaux moments de sa discographie (Empty Words et Crystal Mountain en tête). A noter que Koelbe fait une prestation remarquable, notamment sur le solo de Zero Tolerance qui est une merveille. Et pour une fois la production est parfaite (ce sera encore le cas sur TSOP), merci Jim Morris !
sylvain citer
sylvain
14/12/2011 10:15
mon album préféré de Death et l'un de mes albums préférés tout court.
AxGxB citer
AxGxB
14/12/2011 08:08
note: 9/10
Très bon album que j'ai découvert sur le tard. Effectivement le groupe s'extirpe du carcan purement death metal mais il y gagne vraiment en originalité et en intérêt.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Pseudo :
Question anti-spam :
Dans quel groupe mythique joue Tom Araya ?
Commentaire :

Death
Death metal
1995 - Roadrunner Records
notes
Chroniqueur : 10/10
Lecteurs : (26)  9.46/10
Webzines : (13)  9.56/10

plus d'infos sur
Death
Death
Sommet de l'évolution - Etats-Unis
  

tracklist
01.  Symbolic
02.  Zero Tolerance
03.  Empty Words
04.  Sacred Serenity
05.  1,000 Eyes
06.  Without Judgement
07.  Crystal Mountain
08.  Misanthrope
09.  Perennial Quest

Durée : 49:17

line up
voir aussi
Death
Death
The Sound Of Perseverance

1998 - Nuclear Blast
  
Death
Death
Human

1991 - Relativity Records
  
Death
Death
Leprosy

1988 - Combat Records
  
Death
Death
Individual Thought Patterns

1993 - Relativity Records
  
Death
Death
Scream Bloody Gore

1987 - Combat Records
  

Essayez aussi
Cruciamentum
Cruciamentum
Engulfed In Desolation (EP)

2011 - Nuclear Winter
  
Blame
Blame
Resilience

2013 - Autoproduction
  
Cannibal Corpse
Cannibal Corpse
Bloodthirst

1999 - Metal Blade
  
Morgoth
Morgoth
Odium

1993 - Century Media
  
Sarcophagy
Sarcophagy
The Summoning

2012 - Sevared Records
  

Thaw
Earth Ground
Lire la chronique
Mizery
Survive The Vibe (EP)
Lire la chronique
Jesus Chrüsler Supercar
Among The Ruins And Desolat...
Lire la chronique
Stallion
Rise And Ride
Lire la chronique
The Deathtrip
Deep Drone Master
Lire la chronique
Electric Wizard
Time to Die
Lire la chronique
Varathron
Untrodden Corridors of Hades
Lire la chronique
Mors Principium Est
Dawn Of The 5th Era
Lire la chronique
Pure
Kingdom of Wrath
Lire la chronique
Skelethal
Interstellar Knowledge Of T...
Lire la chronique
Bastard Sapling
Instinct Is Forever
Lire la chronique
Eternal Sex And War
Negative Monoliths
Lire la chronique
13th Moon
Abhorrence Of Light (EP)
Lire la chronique
Sacrificia Mortuorum / Orthanc
Split (Split-CD)
Lire la chronique
Maybeshewill
Fair Youth
Lire la chronique
Ancient Crypts
Devoured By Serpents (Démo)
Lire la chronique
Overkill
White Devil Armory
Lire la chronique
Deathronation
Hallow The Dead
Lire la chronique
Pornography : interview à l'occasion de la sortie de leur compilation
Lire l'interview
Horrendous
Ecdysis
Lire la chronique
The Duskfall
Where The Tree Stands Dead
Lire la chronique
Khold
Til Endes
Lire la chronique
''Betty'' 20th Anniversary Tour
Helmet
Lire le live report
Absentia Lunae
Vorwärts
Lire la chronique
Mudvayne
L.D. 50
Lire la chronique
Queens Of The Stone Age
...Like Clockwork
Lire la chronique
Midnight
No Mercy For Mayhem
Lire la chronique
Oozing Wound
Earth Suck
Lire la chronique
Sam Bean, ou la vie à 300 BPM
Lire l'interview
Dagoba lors de leur passage à Lyon
Lire l'interview