chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
40 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Dodecahedron - Dodecahedron

Chronique

Dodecahedron Dodecahedron
Je dois l’avouer, il m’est aujourd’hui difficile de remplir mon devoir éditorial, celui qui veut que le chroniqueur consciencieux que je suis vous présente l’artiste dont il s’apprête à passer l’album sur le grill. Peu ou pas d’informations, peu ou pas de passé, Dodecahedron l’intriguant arrive discrètement de Hollande, son premier album éponyme fraîchement sorti chez Underground Activist sous le bras. N’ayant pas plus de matière à vous communiquer j'entrerai rapidement dans le vif du sujet en zappant, une fois n’est pas coutume l'épisode utile, mais parfois pénible, des préliminaires.

D’entrée de jeu Dodecahedron se révèle particulièrement excitant, un riff d’ouverture somptueux agrippe nos esgourdes réjouies et nous fait plonger d’emblée sans retenue. Les deux premiers titres de l’album sont éblouissants, proposent un black metal différent, black metal d’un autre âge à venir peut être, un black metal dissonant mais efficace, complexe, technique mais suffisamment percutant pour ne jamais devenir indigeste. Début d’album en fanfare donc, le son est massif, la production claire claque comme on aime offrant même à la basse velue une place de choix et les musiciens sont techniquement bien armés, mais bizarrement le groupe nous laisse aux portes de l’extase en coupant les gaz dès le troisième morceau. Le tempo ralenti alors et les minutes semblent plus longues, elles sont 11 qui s’écoulent étrangement sur ce "Vanitas" rabat joie diront certain, qui s’étirent presque péniblement et transforment progressivement le sentiment de frustration en début d’ennui chez l’auditeur qui ne demandait qu’à se prendre un déluge de ces riffs géniaux, exceptionnels parfois, que le groupe distille avec facilité et qui le font sortir de toute tentative de classification. Seulement voilà, cet auditeur peu aventureux se sentira rejeté par cette œuvre exigeante qui deviendra bien plus vicieuse au fur et à mesure qu’elle se dévoilera.

Pour preuve, la suite des festivités glauques, alors que tout doit logiquement repartir en trombe après cette longue parenthèse mid tempo c’est une plage ambient de 5 minutes "Descending Jacob's Ladder", que le groupe impose avec un certain vice. Composition très réussie, libérant une atmosphère futuriste originale et prenante évoquant le climat post apocalyptique développé par The Amenta revu et réécrit par Clive Barker. Dès lors Dodecahedron, audacieux, joue avec nos nerfs, jusqu’à la fin il souffle le chaud et le froid avec une alternance frustrante. Les parties furieuses et les longs développements ambient se partagent à part presque égale la durée de l’album, et si l'on parvient à accepter cet équilibre des forces alors "Dodecahedron", l’album, devient un univers sonore singulier dans lequel des cénobites se déhanchent au son d’un Voivod torturé habilement coupé au DsO light. Les mesures de bravoure sont légion, qu’elles soient bouillantes ou glaciales, car le talent et la créativité ne manquent visiblement pas ici. C’est lugubre, c’est inquiétant et c’est surtout une expérience séduisante qui peut devenir prenante, voire captivante si l'on offre à l'album suffisamment d'écoutes.

Vous l’aurez compris, ce "Dodecahedron" est résolument tourné vers l’avenir, un avenir angoissant dans lequel flotte un parfum cybernétique qui ne s’adresse pas à tout le monde. Seul l’auditeur patient qui acceptera de vivre ce qu’on lui propose plutôt que de l’écouter ou l'entendre simplement, seul cet auditeur émérite après avoir appris à comprendre la structure et le fonctionnement de ce disque parviendra à y trouver un réel plaisir et l’envie irrésistible de rester cloîtré dans cette oeuvre sonore pensée par ses créateurs pour être immersive, avant toute autre chose. Il faut parfois savoir souffrir pour trouver son plaisir. Agréable voyage chez Pinhead.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

Ikea citer
Ikea
22/01/2012 16:57
ça a l'air pas mal du tout d'après l'extrait en écoute, très moderne en effet. Noté.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Dodecahedron
Black metal Nextgen
2012 - Underground Activists
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (8)  7.5/10
Webzines : (30)  7.4/10

plus d'infos sur
Dodecahedron
Dodecahedron
Black metal Nextgen - Pays-Bas
  

tracklist
01.   Allfather
02.   I, Chronocrator
03.   Vanitas
04.   Descending Jacob's Ladder
05.   View from Hverfell I: Head above the Heavens
06.   View from Hverfell II: Inside Omnipotent Chaos
07.   View from Hverfell III: A Traveller of the Seed of the Earth

Durée : 52' 19

line up
parution
20 Janvier 2012

Inculter
Persisting Devolution
Lire la chronique
Razor
Open Hostility
Lire la chronique
Biopsy
Fractals Of Derangement (EP)
Lire la chronique
Ataraxie
Anhédonie
Lire la chronique
Satan pour le Fall Of Summer
Lire l'interview
Enforcer
From Beyond
Lire la chronique
Forgotten Winter
Vinda
Lire la chronique
Loudblast
Disincarnate
Lire la chronique
Katechon
Coronation
Lire la chronique
Mutoid Man
Helium Head (EP)
Lire la chronique
Hellfest 2015
Lire le dossier
Ragnard Rock Festival 2015
Lire le dossier
Undead
False Prophecies
Lire la chronique
Krahnholm
The Past Must Be Consigned ...
Lire la chronique
Nachtblut
Antik
Lire la chronique
De Carmen Simões à Shagrath
Jouer à The Small Metal World Experiment
Veil of Darkness
Nightmares in a Damaged Soul
Lire la chronique
Avatarium
Avatarium
Lire la chronique
Envy
All The Footprints You've E...
Lire la chronique
Dekadent Aesthetix
Dekadent Aesthetix
Lire la chronique
Agrypnie
Aetas Cineris
Lire la chronique
Nero di Marte
Derivae
Lire la chronique
Coal Chamber
Rivals
Lire la chronique
The Great Discord
Duende
Lire la chronique
Merauder
Bluetality
Lire la chronique
Cradle Of Filth
Hammer of the Witches
Lire la chronique
Perversor
Anticosmocrator
Lire la chronique
Burial Vault
Unity In Pluralism
Lire la chronique
Nécropole
Ostara (Démo)
Lire la chronique
InAeona
Force Rise the Sun
Lire la chronique