chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
31 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Heartless - Hell Is Other People

Chronique

Heartless Hell Is Other People
Originaire des bas fonds de Pittsburgh, Heartless fait partie de cette nouvelle vague de groupes signés par le très en vogue label Californien Southern Lord. Vu la quantité astronomique de formations typés crust/metal/hardcore que le label a récupéré en l'espace de quelques mois, on est en droit de se poser quelques questions sur la légitimité et la sincérité derrière une telle démarche. On pourra certainement taxer le label de faire preuve d'opportunisme éhonté mais personnellement j'aurai tendance à relativiser ce genre de propos tant il s'avère qu'à chaque sortie de ce genre, je me suis retrouvé le cul par terre.

Soyons francs, Heartless n'a pourtant rien d'un groupe original. Le contenu de cet album n'est ni plus ni moins qu'un resucé réussi de ce qu'on déjà proposé des tonnes d'autres groupes auparavant. Mais n'étant pas du genre à cracher sur un disque qui privilégie l'efficacité à l'originalité, j'ai bien du mal à ne pas trouver Hell Is Other People convaincant malgré une certaine redondance avec notamment quelques collègues de la même écurie (Nails, Dead In The Dirt...).

Alors Heartless c'est quoi exactement? Et bien c'est un mélange de grindcore pour la virulence et les rythmes épicés et hyper rapides et de hardcore metallique sombre et désabusé pour les mélodies et le caractère vindicatif. Si la pochette rappelle beaucoup celle du dernier Trap Them, musicalement nous n'en sommes pas très loin non plus. Ceci dit, Heartless se fait tout de même un peu moins nuancé dans son propos, ses morceaux étant plus courts, plus directs avec un peu moins de passages mid tempo dans l'ensemble. En terme de comparaison, je pense donc davantage à Nails, un autre groupe signé sur Southern Lord, qui lui aussi m'avait bien retourné le bide avec son album Unsilent Death.
Quoi qu'il en soit, Heartless ne fait pas de cadeau et s'évertue à nous fracasser la tête en enchainant cartouche sur cartouche. Concis dans son propos, le groupe de Pittsburgh brasse ses influences allant de Napalm Death à Cursed en passant par Left For Dead dans des morceaux souvent aussi court que peut l'être Passe-Partout de Fort Boyart. Ca blaste donc plutôt pas mal (le furieux "Cede") avec un batteur pas manchot qui aime varier les plaisirs à coups de patterns syncopés, de blasts grindisants, de tchouka tchouka simples et efficaces ou encore de frappes lourdes et écrasantes. Le riffing, s'il ne se distingue pas spécialement de celui des autres groupes du genre, révèle tout de même quelques passages assez épiques à l'image du redoutable "Clean Slate" qui débute sur les chapeaux de roue, le très crust "Late" ou encore "Undulations" et ses variations de tempo à vous briser la nuque. On retrouve également ce côté volontairement crados avec tous ces larsens qui ponctuent quasiment chaque titre de l'album. Toutefois, et à la différence de Trap Them ou Nails, Heartless a volontairement fait l'impasse sur ce son de guitare bien gras pour privilégier une production plus crue en atténuant ainsi l'aspect metal des compositions au profit de sonorités que je trouve davantage dans l'esprit punk/hardcore/grind. Les autres musiciens ne sont pas en reste, loin de là. La basse gronde sans arrêt dans tout les sens alors que le chant haineux de Cory ne cesse de cracher ses glaires visqueux.

Malgré le peu de finesse dont fait preuve Hell Is Other People, on remarque tout de même qu'Heartless n'est pas sans casser cette image de groupe de grind bourrin et bas du front en proposant pas mal de breaks ("Clean Slate" à 0:27, "Cast Down" à 0:39), de mosh part ("Resuscitate/Suffocate" à 0:38, "Undulations" à 1:05, "Tight Grip" à 0:20) ou de passages/morceaux plus lourds (les premières secondes d'"Undulations", "Deject", "Cop Out" ou encore "Hard Feelings"). L'album gagne ainsi en variété sans pour autant sacrifier à l'efficacité et à l'intensité.

Loin de révolutionner le genre, Heartless déploie tout de même son arsenal de façon convaincante même s'il est aujourd'hui difficile de s'enthousiasmer aussi vigoureusement que le mériterait peut-être ce jeune groupe américain. La faute à un effet de mode que c'est empressé de suivre Southern Lord qui jusque là n'était pourtant pas considéré comme un label suivant les tendances. Enfin bon, malgré ces considérations de scribouillards et autres pseudo philosophes de la scène, reconnaissons à Heartless un certain talent pour initier le chaos et la destruction. Hell Is Other People... Et ça Jean-Paul Sartre l'avait bien compris.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

5 COMMENTAIRE(S)

Invité citer
daminoux
15/01/2012 17:32
Efficace a mort. mais une impression déjà entendu .
Niktareum citer
Niktareum
14/01/2012 18:26
Oui ça a un charme certain.
AxGxB citer
AxGxB
14/01/2012 16:40
note: 7.5/10
Oui. C'est d'ailleurs ce que je dis en conclusion, Southern Lord nous a plutôt habitué à montrer le chemin plutôt que suivre les modes. Et là, pour le coup, le label fait plus office de suiveur. Il n'empêche que malgré tout Heartless se laisse plutôt bien couter Sourire
gulo gulo citer
gulo gulo
14/01/2012 15:42
totally fvcking rad ?
disons que sur la hype précédente, Southern Lord au minimum faisait partie des initiateurs (enfin, que je sache), tandis que là, ils suivent, et avec tout de même plusieurs trains de retard (j'étais déjà fatigué de cette vague avant qu'ils commencent)
Ikea citer
Ikea
14/01/2012 13:02
Gare à toi, CVLT Nation Mr Green

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Heartless
Grindcore / Hardcore
2011 - Southern Lord Recordings
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs : (1)  7/10
Webzines : (5)  7.6/10

plus d'infos sur
Heartless
Heartless
Grindcore / Hardcore - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Clean Slate
02.   Resuscitate/Suffocate
03.   Cede
04.   Late
05.   Undulations
06.   Tight Grip
07.   Deject
08.   Pathogen
09.   Out Of Focus
10.   Cast Down
11.   Blinders
12.   Cop Out
13.   Hard Feelings

Durée : 22:00

line up
parution
5 Novembre 2011

Essayez aussi
Converge / Napalm Death
Converge / Napalm Death
Converge / Napalm Death (Split 7")

2012 - Autoproduction
  
Nails
Nails
You Will Never Be One Of Us

2016 - Nuclear Blast
  
Nails
Nails
Abandon All Life

2013 - Southern Lord Recordings
  
Black Mask.
Black Mask.
Black Mask. (EP)

2012 - Autoproduction
  
Trap Them
Trap Them
Darker Handcraft

2011 - Prosthetic Records
  

King Satan
King Fucking Satan
Lire la chronique
Father Befouled
Desolate Gods
Lire la chronique
Pagliacci : Genèse d'un Opéra Metal
Lire l'interview
Vemod
Venter På Stormene
Lire la chronique
On Thorns I Lay
Eternal Silence
Lire la chronique
Make Them Suffer
Worlds Apart
Lire la chronique
Satan présente GRAVELAND (feat. Sakrifiss)
Lire le podcast
Grima
Tales of the Enchanted Woods
Lire la chronique
Mötley Crüe
Shout at the Devil
Lire la chronique
Sepulchral
Back From The Dead (Compil.)
Lire la chronique
Skull Parade
Skullparade
Lire la chronique
Cytotoxin
Gammageddon
Lire la chronique
The World I Knew
Fuck a 9-5 (EP)
Lire la chronique
Infinity
Hybris
Lire la chronique
Anasarca
Survival Mode
Lire la chronique
The Fatalist
Dark Ecriture (EP)
Lire la chronique
Dead Witches
Ouija
Lire la chronique
Black Metal in french : Les destructeurs
Lire le biographie
Formicarius
Black Mass Ritual
Lire la chronique
Bloody Rabbeat
Use Your Head (EP)
Lire la chronique
Dzö-nga
The Sachem's Tales
Lire la chronique
Wacken Open Air 2017
28 years louder than anythi...
Lire le live report
Expulsion
Nightmare Future (EP)
Lire la chronique
Once Awake
Ever So Cold
Lire la chronique
Contorsion
United Zombie Nation (U.z.N)
Lire la chronique
The Gault
Even as All Before Us
Lire la chronique
Hangman's Chair / Greenmachine
Hangman's Chair / Greenmach...
Lire la chronique
Dawn Of Disease
Ascension Gate
Lire la chronique
Nokturnal Mortum
Verity
Lire la chronique
Beneath
Ephemeris
Lire la chronique