chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
35 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Gorgoroth - Under The Sign Of Hell

Chronique

Gorgoroth Under The Sign Of Hell
L’infâme (et inutile) réenregistrement de Under The Sign Of Hell (sorti en décembre 2011) m’aura finalement poussé à chroniquer ce bijou (manquant cruellement à notre site) et ainsi rétablir la vérité sur ce chef d’œuvre du black metal de la fin des année 90, à une époque bien éloignée de la production synthétique (plastique) ou du jeu de batterie atroce de Tomas Asklund… Après avoir usé des services de Frost (Satyricon) sur Antichrist, Gorgoroth recrutera le batteur de Borknagar pour martyriser les fûts, un certain Grim. Les Norvégiens enregistreront alors en « live » un EP The Last Tormentor puis retourneront rapidement au fameux Grieghallen Studio afin d’engendrer leur troisième incantation chez les défunts teutons de Malicious Records, Under The Sign Of Hell (dont on ne compte plus les rééditions).

Gorgoroth ne change pas sa recette maléfique. Il reprend l’aspect mélodique d’Antichrist (je ne suis pas d’accord avec la chronique de mon ancien collègue si ce n’est sur sa durée) mais ira cette fois conjuguer la musique à la furie de ses débuts. Infernus, tête pensante encore du groupe à l’époque, continue ainsi sur la voie de son « raw » black metal mélodique, mélangeant habilement ses références extrêmes et primitives (Darkthrone en tête) à une musique heavy aux teintes néoclassiques. Toujours au sein du même studio de renom, le son de « fond de cave » des deux premiers opus laisse pourtant place à une production plus puissante et des guitares relativement plus « claires » (la distorsion et les aigus étant toujours poussés à l’extrême, typique du producteur Pytten). Mais surtout un son de batterie qui gagnera un statut « culte » dans la scène. Impossible de ne pas lever le sourcil à la première écoute. Le fou furieux Grim ayant certainement construit sa batterie sous l’influence du Malin, que ce soit ses cymbales infernales rouillées par le sang ou la peau de sa caisse claire échangée par celle d’un sacrifice humain (« Revelation Of Doom » ou comment taper sur des rondins de bois). Un son unique. La technique et la martialité du métronome Frost sont remplacées par un jeu sans concession et riche, bien moins carré (certains passages étant limite à contre temps) certes mais c’est ce qui donnera tout son charme à l’œuvre. Le batteur « black metal » par excellence. Son suicide en 1999 marquera malheureusement son seul album au sein de Gorgoroth.

Au-delà de ce voyage en enfer rappelant Pentagram (les monstrueux « Revelation Of Doom », « Blood Stains The Circle » et « The Rite of Infernal Invocation » agresseront suffisamment notre audition), l’artère principale de Gorgoroth reste avant tout sa force mélodique. L’approximation délectable des compositions de ses aînés (« raw black metal » étant parfaitement approprié), s’efface au profit de titres moins obscurs et créés pour se fondre rapidement à nos tympans. Un enchaînement de hits (joués à chaque concert) regorgeant de riffs mélodiques imparables et transpirant par tous les pores le Mal. Que ce soit le mémorable « Krig », le break frissonnant de « Funeral Procession », l’entêtant « Ødeleggelse og Undergang » ou bien l’ovni génialissime « Profetens Åpenbaring » (une introduction à placer au panthéon du genre). Titre dévoilant un peu plus le spectre vocal hallucinant du véritable aliéné qu’est Pest. Ses virées théâtrales grand guignolesques au chant clair, ses rires démoniaques ou encore ses cris/marmonnements/bruits inhumains (en anglais ou norvégien) ne pouvaient pas mieux s’associer à la musique. Cet homme est possédé. Pest qui la même année, aura réussi à offrir ses meilleures performances vocales en pondant deux pierres angulaires du black metal (le Witchcraft d’Obtained Enslavement aux nombreuses similitudes musicales dans les influences classiques). L’un des meilleurs vocalistes du genre tout simplement et « le » frontman de Gorgoroth, quoiqu’on en dise.

Schizophrénique, malsain, sombre, violent, sale, glacial, mélodique… Tant d’adjectifs pour qualifier cette référence black metal au titre on ne peut plus adéquat. Under The Sign Of Hell reste à ce jour le meilleur album de Gorgoroth. Malgré tout, comme tous les opus de la bande de Bergen, un format condensé (une petite demi-heure) qui ne peut que laisser sur sa faim… Surtout que l’on retrouve un interlude (le délirant « Postludium ») et une conclusion d’album (les 3 minutes fantômes de « The Rite Of Infernal Invocation ») pas forcément nécessaires (passages qui seront d’ailleurs supprimés lors du réenregistrement). Quelques minutes supplémentaires auraient pu attribuer la note maximale... Cela n’empêchera pas Under The Sign Of Hell de jouir de son statut, « culte ».

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

3 COMMENTAIRE(S)

Solo Necrozis citer
Solo Necrozis
26/01/2012 08:48
Cet album je l'adore! Crade, ivôl comme il faut, rentre-dedans, et des mélodies terribles.
NightSoul citer
NightSoul
20/01/2012 19:30
Ca va, c'est sympa mais vraiment, je trouve que ça casse pas la baraque non plus. Le son est pas mal et le batteur, effectivement fait quelques pains, rien de bien méchant mais c'est vrai que ça a un certain charme.
Un album bien mais pas top des fois.
Je vais m'écouter la réédition 2011 pour rigoler. Asklund il est balèze hein ? Mr Green

Edit : pour la dernière piste, ils ont changé de batterie non ?
gulo gulo citer
gulo gulo
19/01/2012 21:44
note: 5.5/10
écoute après écoute après écoute, ses mélodies me font toujours autant rire

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Gorgoroth
Black Metal
1997 - Malicious Records
notes
Chroniqueur : 9.5/10
Lecteurs : (11)  8.5/10
Webzines : (16)  8.26/10

plus d'infos sur
Gorgoroth
Gorgoroth
Black Metal - Norvège
  

tracklist
01.   Revelation of Doom
02.   Krig
03.   Funeral Procession
04.   Profetens Åpenbaring
05.   Postludium
06.   Ødeleggelse og Undergang
07.   Blood Stains the Circle
08.   The Rite of Infernal Invocation
09.   The Devil Is Calling

Durée : 32:53

line up
Essayez aussi
Blut Aus Nord
Blut Aus Nord
What Once Was... Liber I (EP)

2010 - Debemur Morti Productions
  
Odraza
Odraza
Esperalem tkane

2014 - Arachnophobia Records
  
Drudkh
Drudkh
Estrangement

2007 - Supernal Music
  
DunkelNacht
DunkelNacht
Atheist Dezekration

2009 - Autoproduction
  
Dies Ater
Dies Ater
Hunger For Life

2012 - Obscure Abhorrence Productions
  

Iskandr
Zon (EP)
Lire la chronique
Lihhamon
Doctrine
Lire la chronique
Nag
Nag
Lire la chronique
Party San Open Air 2016 - 2ème Jour
Angelcorpse + Deströyer 666...
Lire le live report
Johansson & Speckmann
Edge of the Abyss
Lire la chronique
Bolt Thrower
Who Dares Win (Compil.)
Lire la chronique
Eternal Champion
The Armor Of Ire
Lire la chronique
Pénitence Onirique
V​.​I​.​T​.​R​.​I​.​O​.​L...
Lire la chronique
Seven Sins
Due Diaboli et Apocalypse
Lire la chronique
Au fait, c'est quoi le black metal ? (Et si tu n'avais pas compris ?)
Lire le podcast
The Album Leaf
Between Waves
Lire la chronique
Deathcult
Beasts Of Faith
Lire la chronique
Gevurah
Hallelujah!
Lire la chronique
Motörhead
Orgasmatron
Lire la chronique
Neurosis
Honor Found in Decay
Lire la chronique
Heaven Shall Burn
Wanderer
Lire la chronique
Party San Open Air 2016 - 1er Jour
I I (Infernal Invocation) +...
Lire le live report
Saor
Aura
Lire la chronique
Motörhead
Another Perfect Day
Lire la chronique
Benighted + Napalm Death
Lire le live report
Ancient Emblem
Lire le live report
Ancient
Back to the Land of the Dead
Lire la chronique
Exalter
Obituary For The Living (EP)
Lire la chronique
7th Abyss
Unvoiced
Lire la chronique
The Wounded Kings
Visions in Bone
Lire la chronique
Wederganger / Laster
Split (Split-CD)
Lire la chronique
Svartelder
Pyres
Lire la chronique
Unbreakable Hatred
Lire l'interview
Motörhead
Iron Fist
Lire la chronique
Trust
Trust IV (Idéal)
Lire la chronique