chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
43 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

RAM - Death

Chronique

RAM Death
Cela va en étonner beaucoup mais c'est pourtant la réalité: le heavy metal est à la mode. Comme pour le thrash et le death, il y a aussi une scène revival heavy. Et à l'instar du death old-school, beaucoup de ces groupes viennent de Suède. Concernant les gros labels, Metal Blade n'est pas le dernier à suivre le mouvement d'ailleurs. Après In Solitude et Portrait acclamés l'année dernière, le label allemand entame ainsi 2012 sous le signe du heavy metal traditionnel avec le nouvel album de RAM, Death, auréolé d'un artwork de mauvais goût, pour changer. Je rappelle qu'un bon album de heavy est forcément orné d'une pochette moche.

Death serait donc un bon album? La réponse est oui, même si on nuancera le propos. Comme la plupart des groupes heavy rétro, RAM sonne NWOBHM à mort. Ne vous laissez toutefois pas tromper par "Defiant", l'un des deux extraits mis en ligne en avance, qui sonne très Iron Maiden, surtout l'intro. Car à la différence de nombre de formations du genre, RAM est tout sauf un clone de la bande à Harris, malgré effectivement quelques touches par ci par là (il y en a toujours de toute façon!). Non, la grosse influence de RAM, c'est plutôt Judas Priest. Les riffs en acier trempé de "I Am The End" (début), "Release Me", "Frozen", "Under The Scythe", "Hypnos" (2'53) ou encore "Flame Of The Tyrants" ne trompent pas. Je soupçonne d'ailleurs nos Scandinaves d'avoir pris le titre de l'album Ram It Down comme référence pour leur nom et de n'en avoir gardé que le bélier. Le combo de Göteborg évite quand même le plagiat en apportant d'autres influences sur la table, aux premiers rangs desquelles Mercyful Fate n'est pas la moins flagrante. En particulier au niveau de l'ambiance. RAM ne fait en effet pas partie de ces groupes de heavy à la mélodie joyeuse et festive. Sur ce Death, l'atmosphère se fait bien plus sombre, à l'image de son titre et de sa cover. L'ombre des Danois plane également sur le chant de Oscar Carlquist. Un chant très old-school, versatile et tout bonnement excellent qui propose différentes intonations plus ou moins aigües dont les plus hautes rappellent les plus belles prouesses de King Diamond ("...Comes From The Mouth Beyond" à 5'40, "I Am The End" à 2'32, etc.).

Influences alléchantes, non? RAM se démerde plutôt bien pour marier le tout et nous concocter un résultat crédible car il y met tout de même un peu de personnalité. Le quintette navigue ainsi majoritairement en mid-tempo, entre des titres courts et directs qui en font de bons hymnes heavy metal ("I Am The End, "Release Me", "Flame Of The Tyrants") et des morceaux plus alambiqués et ambiancés comme "...Comes From The Mouth Beyond" et son break aérien savoureux à partir de 2'45 ou un "Hypnos" qui porte bien son nom avec sa dernière partie aux vocaux hantés répétée en boucle. L'opus est également encadré par un couple intro/outro prenant. Alors que "Death..." nous envoie dans l'espace avec ces claviers presque prog rock, "1 7 7 1" nous plonge dans les ténèbres sur un final noir et funéraire des plus doomy, simplement éclairé par quelques belles leads un peu plus lumineuses. RAM se démerde d'ailleurs plutôt bien dans ce domaine, nous offrant quelques très bons solos qui shreddent avec feeling ("...Comes From The Mouth Beyond" à 3'52, "Release Me" à 2'32, "Defiant" à 2'10, "Flame Of The Tyrants" à la deuxième minute ou les twin-guitars qui suivent...).

De qualités, RAM n'en manque donc pas. On saluera en particulier cette volonté de poser une ambiance dark mêlée à l'efficacité de riffs priestiens. Mais il faut avouer qu'il y a de bons morceaux ("...Comes From The Mouth Beyond", "I Am The End", "Release Me", "Frozen", "Flame Of The Tyrants") et d'autres plus anecdotiques ("Defiant", "Under The Scythe", "Hypnos"). Et ce qu'il manque surtout à Death, ce sont des passages vraiment mémorables qui nous font dire qu'on tient là un grand album. Ce, malgré les efforts sur les breaks, les solos, le chant, l'ambiance ou même la basse qui gigote bien à l'arrière. Je trouve aussi le tempo un peu trop mou dans l'ensemble malgré quelques petites accélérations, préférant des groupes comme Enforcer, pour rester en Suède, qui rendent hommage à la NWOBHM avec davantage de vigueur (plus speed quoi!). Death n'en reste pas moins un bon album de heavy old-school aux charmes désuets attachants.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

Niktareum citer
Niktareum
06/02/2012 17:01
Pas hyper convaincu par ce que j'en avais écouté pour ma part...

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
RAM
Heavy Metal
2012 - Metal Blade
notes
Chroniqueur : 7/10
Lecteurs : (1)  8/10
Webzines : (22)  7.17/10

plus d'infos sur
RAM
RAM
Heavy Metal - Suède
  

écoutez
tracklist
01.   Death...
02.   ...Comes From The Mouth Beyond
03.   I Am The End
04.   Release Me
05.   Defiant
06.   Frozen
07.   Under The Scythe
08.   Hypnos
09.   Flame Of The Tyrants
10.   1 7 7 1

Durée : 48'37

line up
parution
30 Janvier 2012

Essayez aussi
Blaze Bayley
Blaze Bayley
The Man Who Would Not Die

2008 - Blaze Bayley Recordings
  
Accept
Accept
Stalingrad
(Brothers In Death)

2012 - Nuclear Blast
  
Katana
Katana
Storms Of War

2012 - Listenable Records
  
Yngwie Malmsteen
Yngwie Malmsteen
Fire And Ice

1992 - Elektra
  
Iron Maiden
Iron Maiden
Brave New World

2000 - EMI
  

Witherscape
The Northern Sanctuary
Lire la chronique
Isgärde
Jag enslig skall gå
Lire la chronique
16
Lifespan of a Moth
Lire la chronique
Ghoul
Dungeon Bastards
Lire la chronique
La photo mystère du 27 Juillet 2016
Jouer à la Photo mystère
Ragnard Rock 2016
Forteresse + Graveland + He...
Lire le live report
Satyricon
Nemesis Divina
Lire la chronique
Wederganger
Halfvergaan Ontwaakt
Lire la chronique
Cobalt
Slow Forever
Lire la chronique
Baptism
V: The Devil's Fire
Lire la chronique
Profanatica
The Curling Flame of Blasphemy
Lire la chronique
Centinex
Doomsday Rituals
Lire la chronique
Starofash
Skógr
Lire la chronique
Hunok
Megrendíthetetlenség
Lire la chronique
Lacuna Coil
Delirium
Lire la chronique
Primalfrost
Prosperous Visions
Lire la chronique
Dark Funeral
Where Shadows Forever Reign
Lire la chronique
De Karl Sanders à Mark Greenway
Jouer à The Small Metal World Experiment
Karcavul
Intersaône
Lire la chronique
Vanhelgd
Temple Of Phobos
Lire la chronique
Mizery
Absolute Light
Lire la chronique
Au revoir Monsieur le chroniqueur ! La mort de VS Webzine ! Du pipi qui gicle !
Lire le podcast
Fistula
Longing for Infection
Lire la chronique
Hermóðr
The Darkness of December
Lire la chronique
Blut Aus Nord à l'occasion de la sortie de Codex Obscura Nomina
Lire l'interview
Alkerdeel
Lede
Lire la chronique
Sink
Ark of Contempt and Anger
Lire la chronique
Winterlore
Winterlore
Lire la chronique
Disincarnate
Dreams Of The Carrion Kind
Lire la chronique
Dawn Of Disease
Worship The Grave
Lire la chronique