chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
65 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

RAM - Death

Chronique

RAM Death
Cela va en étonner beaucoup mais c'est pourtant la réalité: le heavy metal est à la mode. Comme pour le thrash et le death, il y a aussi une scène revival heavy. Et à l'instar du death old-school, beaucoup de ces groupes viennent de Suède. Concernant les gros labels, Metal Blade n'est pas le dernier à suivre le mouvement d'ailleurs. Après In Solitude et Portrait acclamés l'année dernière, le label allemand entame ainsi 2012 sous le signe du heavy metal traditionnel avec le nouvel album de RAM, Death, auréolé d'un artwork de mauvais goût, pour changer. Je rappelle qu'un bon album de heavy est forcément orné d'une pochette moche.

Death serait donc un bon album? La réponse est oui, même si on nuancera le propos. Comme la plupart des groupes heavy rétro, RAM sonne NWOBHM à mort. Ne vous laissez toutefois pas tromper par "Defiant", l'un des deux extraits mis en ligne en avance, qui sonne très Iron Maiden, surtout l'intro. Car à la différence de nombre de formations du genre, RAM est tout sauf un clone de la bande à Harris, malgré effectivement quelques touches par ci par là (il y en a toujours de toute façon!). Non, la grosse influence de RAM, c'est plutôt Judas Priest. Les riffs en acier trempé de "I Am The End" (début), "Release Me", "Frozen", "Under The Scythe", "Hypnos" (2'53) ou encore "Flame Of The Tyrants" ne trompent pas. Je soupçonne d'ailleurs nos Scandinaves d'avoir pris le titre de l'album Ram It Down comme référence pour leur nom et de n'en avoir gardé que le bélier. Le combo de Göteborg évite quand même le plagiat en apportant d'autres influences sur la table, aux premiers rangs desquelles Mercyful Fate n'est pas la moins flagrante. En particulier au niveau de l'ambiance. RAM ne fait en effet pas partie de ces groupes de heavy à la mélodie joyeuse et festive. Sur ce Death, l'atmosphère se fait bien plus sombre, à l'image de son titre et de sa cover. L'ombre des Danois plane également sur le chant de Oscar Carlquist. Un chant très old-school, versatile et tout bonnement excellent qui propose différentes intonations plus ou moins aigües dont les plus hautes rappellent les plus belles prouesses de King Diamond ("...Comes From The Mouth Beyond" à 5'40, "I Am The End" à 2'32, etc.).

Influences alléchantes, non? RAM se démerde plutôt bien pour marier le tout et nous concocter un résultat crédible car il y met tout de même un peu de personnalité. Le quintette navigue ainsi majoritairement en mid-tempo, entre des titres courts et directs qui en font de bons hymnes heavy metal ("I Am The End, "Release Me", "Flame Of The Tyrants") et des morceaux plus alambiqués et ambiancés comme "...Comes From The Mouth Beyond" et son break aérien savoureux à partir de 2'45 ou un "Hypnos" qui porte bien son nom avec sa dernière partie aux vocaux hantés répétée en boucle. L'opus est également encadré par un couple intro/outro prenant. Alors que "Death..." nous envoie dans l'espace avec ces claviers presque prog rock, "1 7 7 1" nous plonge dans les ténèbres sur un final noir et funéraire des plus doomy, simplement éclairé par quelques belles leads un peu plus lumineuses. RAM se démerde d'ailleurs plutôt bien dans ce domaine, nous offrant quelques très bons solos qui shreddent avec feeling ("...Comes From The Mouth Beyond" à 3'52, "Release Me" à 2'32, "Defiant" à 2'10, "Flame Of The Tyrants" à la deuxième minute ou les twin-guitars qui suivent...).

De qualités, RAM n'en manque donc pas. On saluera en particulier cette volonté de poser une ambiance dark mêlée à l'efficacité de riffs priestiens. Mais il faut avouer qu'il y a de bons morceaux ("...Comes From The Mouth Beyond", "I Am The End", "Release Me", "Frozen", "Flame Of The Tyrants") et d'autres plus anecdotiques ("Defiant", "Under The Scythe", "Hypnos"). Et ce qu'il manque surtout à Death, ce sont des passages vraiment mémorables qui nous font dire qu'on tient là un grand album. Ce, malgré les efforts sur les breaks, les solos, le chant, l'ambiance ou même la basse qui gigote bien à l'arrière. Je trouve aussi le tempo un peu trop mou dans l'ensemble malgré quelques petites accélérations, préférant des groupes comme Enforcer, pour rester en Suède, qui rendent hommage à la NWOBHM avec davantage de vigueur (plus speed quoi!). Death n'en reste pas moins un bon album de heavy old-school aux charmes désuets attachants.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

Niktareum citer
Niktareum
06/02/2012 17:01
Pas hyper convaincu par ce que j'en avais écouté pour ma part...

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
RAM
Heavy Metal
2012 - Metal Blade Records
notes
Chroniqueur : 7/10
Lecteurs : (1)  8/10
Webzines : (22)  7.17/10

plus d'infos sur
RAM
RAM
Heavy Metal - 1999 - Suède
  

écoutez
tracklist
01.   Death...
02.   ...Comes From The Mouth Beyond
03.   I Am The End
04.   Release Me
05.   Defiant
06.   Frozen
07.   Under The Scythe
08.   Hypnos
09.   Flame Of The Tyrants
10.   1 7 7 1

Durée : 48'37

line up
parution
30 Janvier 2012

Essayez aussi
Katana
Katana
Heads Will Roll

2011 - Listenable Records
  
Saxon
Saxon
Sacrifice

2013 - UDR Music
  
Attic
Attic
Sanctimonious

2017 - Ván Records
  
Satan
Satan
Atom By Atom

2015 - Listenable Records
  
Satan
Satan
Trail Of Fire: Live in North America (Live)

2014 - Listenable Records
  

Gutted
Bleed For Us To Live
Lire la chronique
Trop Hard Pour Toi #3
Electric Shock + Mindless S...
Lire le live report
Black Metal : les noms de groupe (de merde)
Lire le podcast
Slaughterday
Abattoir (EP)
Lire la chronique
At The Gates
To Drink from the Night Itself
Lire la chronique
Spell of Dark
Journey into the Depths of ...
Lire la chronique
Cardiac Arrest
A Parallel Dimension Of Des...
Lire la chronique
The Body
I Have Fought Against It, B...
Lire la chronique
Drudkh / Paysage D'Hiver
Somewhere Sadness Wanders (...
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 11 - Monsieur Steele et le bain d'acide.
Lire le podcast
Bloodbark
Bonebranches
Lire la chronique
Utzalu
The Loins Of Repentance
Lire la chronique
Cor Scorpii
Ruin
Lire la chronique
Chevalier
A Call To Arms (EP)
Lire la chronique
Valgrind
Blackest Horizon
Lire la chronique
Ennoven
Redemption
Lire la chronique
Orsak:oslo
Nordstan (EP)
Lire la chronique
Taphos
Come Ethereal Somberness
Lire la chronique
Brouillard
Brouillard
Lire la chronique
Aorlhac pour l'album "L'esprit des Vents"
Lire l'interview
Order Ov Riven Cathedrals
The Discontinuity's Interlude
Lire la chronique
Sakrifiss rencontre Noktu (Mortifera / Celestia / Bleu, blanc Satan...)
Lire l'interview
Wombbath
The Great Desolation
Lire la chronique
Blitzkrieg
Judge Not!
Lire la chronique
Amzera
Amzera (EP)
Lire la chronique
Gontyna Kry
Ignipoten
Lire la chronique
Cult Of Occult
Anti Life
Lire la chronique
Ulver
The Assassination of Julius...
Lire la chronique
Pryapisme
Epic Loon
Lire la chronique
NORTH OF THE WALL 2018
Abyssal + Bismuth + Bölzer ...
Lire le live report