chargement...

haut de page
41 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Swallow The Sun - Emerald Forest and the Blackbird

Chronique

Swallow The Sun Emerald Forest and the Blackbird
Ce nouvel album des Finlandais a dû faire saliver un grand nombre de metalleux au coeur tendre, ou en tout cas susciter une certaine attente. Entre les adorateurs du combo et les septiques quant à la direction musicale prise depuis "Hope", Swallow The Sun était attendu au tournant pour son cinquième opus. Et ça tombe plutôt bien car Swallow The Sun a justement décidé de sortir des sentiers battus avec ce "Emerald Forest and the Blackbird", l'accompagnant d'une bonne et d'une mauvaise nouvelle. La bonne : si comme moi vous trouviez que le groupe tournait un peu en rond, vous serez heureux d'apprendre que cette période est enfin révolue. La mauvaise : cette évolution risque d'en décevoir plus d'un.

Depuis "Hope", on se doutait que la musique des Finlandais intégrerait de plus en plus de passages atmosphériques. Contrairement à la grande majorité des formations de cette scène doom/death scandinave, Swallow The Sun s'est démarqué par cette capacité à alterner hymnes du genre, racés et puissants ("These Hours of Despair" sur "Hope" et "These Woods Breathe Evil" sur "New Moon" par exemple) et ballades léthargiquo-dépressives, avec sur ce dernier point, plus ou moins de réussite en ce qui me concerne. Au risque de me faire piétiner par une horde d'adeptes du désespoir, j'ai toujours trouvé ces errances d'un ennui mortel, manquant cruellement de profondeur et d'émotion, surtout comparé à leur incontestable talent de composition dans le doom/death classique. Mais à l'écoute de cette cuvée 2012, je retire tout ce que j'ai pu dire à ce sujet.

Avez-vous pris peur en découvrant "Cathedral Walls", le premier extrait de cet album ? Est-ce que vous avez espéré que le reste ne tombe pas autant dans le mélo ? Si ce que vous aimez avant tout, c'est cette musique qui fait ressortir toutes les pires choses enfouies au plus profond de votre âme, je n'ai qu'un conseil à vous donner : n'achetez pas cet album, vous serez forcément déçu. Pourtant, Swallow The Sun n'a pas perdu la main quand il s'agit de s'adonner à l'exercice de style traditionnel comme en témoigne le fabuleux "Hate, Lead The Way", le plombant titre éponyme, et dans une moindre mesure "Of Death and Corruption" ou encore le troublé "April 14th". La production claire et puissante fait honneur à la lourdeur des guitares et à la beauté des leads, et les claviers symphoniques parachèvent d'instaurer cette atmosphère froide et désolée qu'on leur connait. Les hurlements de Mikko Kotamäki se montrent d'ailleurs toujours aussi efficaces et variés, oscillant entre chant black et death, tous deux très convaincants. Enfin jusque là, rien de très nouveau me direz-vous. Certes, certes.

En réalité, toute l'évolution qu'apporte "Emerald Forest and the Blackbird" se trouve dans les passages atmosphériques qui représentent au moins 50% de l'ensemble (voir plus). Ils sont devenus tellement présents que l'arrivée de la cavalerie des enfers tomberait presque comme un cheveu sur la soupe, comme le passage à 3'40" sur "Cathedral Walls". Swallow The Sun joue depuis quelques albums sur cet extrême contraste et je trouve que l'on atteint parfois ici un paroxysme quasi-maladroit, comme si le cul entre deux chaises, le groupe se sentait forcé sur chaque titre de placer quelques hurlements pour ne pas passer pour des mauviettes (qui plus est quand une femme de caractère telle que Anette Olzon de Nightwish pousse la chansonnette). Mais dans l'ensemble, les Finlandais assument enfin leur sensibilité, ce qui ne sera sans doute pas le cas d'une partie de leur auditoire. Pas besoin d'aller plus loin que le second titre "This Cut is the Deepest" pour entendre ce que le groupe a à nous offrir de neuf : jamais il ne nous avait servi une guitare acoustique aussi enchanteresse appuyée par le superbe chant de Mikko, décidément très polyvalent. Un petit lead électrique et quelques claviers pour renforcer l'ambiance, il ne m'en faudra pas plus pour verser ma petite larme. Et des morceaux de cette qualité, il y en a : "Hearts Wide Shut", "Night Will Forgive Us", "Cathedral Walls"... Certains trouveront probablement que le groupe se perd parfois dans un vulgaire metal gothique (c'est toujours vulgaire le metal gothique) ; personnellement j'apprécie ce mélange des genres, même sur un titre aussi racoleur que "Silent Towers". Du coup ces 67 minutes passent comme 10 : on en redemanderait presque.

Enfin, Swallow The Sun n'est plus chiant, Swallow The Sun est juste magnifique et touchant. Pas de temps mort, pas de faute de goût, ni de baisse de qualité, uniquement des superbes mélodies et une irrésistible atmosphère mélancolique qui tire parfois vers la haine et le désespoir pour les morceaux les plus violents. Néanmoins, pour accompagner cette évolution parfaitement maîtrisée, on aurait pu espérer un peu plus d'audace car malgré tout, le groupe séduit plus qu'il ne surprend et cette linéarité finira par lasser. En attendant, Swallow The Sun signe un véritable coup de maître qui me fera passer des sceptiques à ceux qui salivent pour le prochain album.
Notice: Object of class QueryTemplate could not be converted to int in /srv/www/deadEngine/class/Thrasho/StatPub/Collection.php on line 13

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour donner votre avis.

8 COMMENTAIRE(S)

Invité citer
Clansman57
22/02/2012 12:49
Oui,bien sûr,tu as le droit d'aimer et d'y voir une évolution!
La musique est quelque chose de totalement subjectif.L'un aimera,l'autre moins.
L'important,c'est de s'y retrouver.
Disons qu'on a peut être pas la même sensibilité sur ce coup là.
Et puis,si on avait tous les mêmes goûts,ça serait chiant,hein?lol

Je vois que dans un genre relativement proche,tu as chroniqué le dernier Draconian.
Là,je suis d'accord avec toi,c'est un bien bon disque et si tu me le permets,j'encourage les déçus d'Emerald à se pencher sur cette "Rose pour l'Apocalypse" afin de compenser!(d'ailleurs,les non déçus peuvent aussi y aller!)

++
Dead citer
Dead
22/02/2012 09:07
note: 8.5/10
Perso je trouve que c'est une évolution, la plus significative depuis "Hope". Mais comme je le dis, leur direction musicale dérive vers plus de gothique et ça me paraît normal que certains n'apprécient pas. Malheureusement, je crains que ça ne s'arrange pas avec le temps, et tant mieux parce que moi j'adhère à 100% Moqueur
Invité citer
Clansman57
22/02/2012 01:27
Première déception en ce qui me concerne,avec ce groupe...

C'est linéaire,les mélodies ne sont pas accrocheuses(ce qui était pourtant leur point fort sur les albums précédents!),les refrains en chant clair sont assez étranges..
Et il faut avouer que le Mikko n'est pas Jonas Renkse dont il semble tant s'inspirer pour ce qu'il en est de ce registre(même si des progrès ont été fait!)

Avec les autres rondelles,on est transporté dans un univers magnifique qui nous tire des larmes.
Ici,la magie est absente,on s'emmerde presque!

Le single,"Cathedral Walls",reste le morceau le plus évasif,à mon avis,bien que pas original du tout et qu' on dirait vraiment que c'est Liv Kristine qui chante sur le refrain au lieu de la petite Anette..

Elle s'en sort d'ailleurs mieux qu'Aleah Stanbridge sur "Labyrinth of London(Horror Part IV)"...
Vraiment dommage que la saga "Horror" tombe à plat avec ce morceau qui ne décolle pas vraiment.(Souvenez vous de la partie précédente,"Lights on the Lake",avec la même Aleah sur le refrain...
C'était quand même autre chose,non?)

J'ai beau écouter,réécouter,laisser reposer,y revenir etc,mais rien à faire!
Il est intéressant de réécouter les anciens chronologiquement dans ces moments de déception et de constater qu'il s'agit bien d'un ratage...(vous savez,votre groupe préféré sort un nouvel album qui ne vous parle pas,vous persévérez,vous ne pouvez pas y croire,mais pourtant,c'est bien arrivé..Toujours difficile d'être objectif lorsqu'on adore un groupe.
Mais il faut rester réaliste et ne pas crier au chef d'oeuvre juste à cause du nom du groupe ou encore à cause de son passé glorieux!)

C'est pas un ratage complet,non,non!ça se laisse écouter...
C'est juste que la sauce ne prend pas,la faute à un manque d'inspiration flagrant!
Et qu'on ne vienne surtout pas avec le mot "évolution"...
Pondre un album peu inspiré est une régression,c'est tout.
C'est pas parceque "This Cut is the Deepest" est entièrement calme et au chant clair qu'il y a évolution...Il y a toujours eu une grosse pincée d'atmosphérique dans Swallow The Sun,ainsi que du chant clair.
Qu'on ne vienne pas non plus me dire que c'est un concept comme j'ai déjà pu le lire par ci et par là,car je ne vois pas comment ça pourrait en être un!

Bref,en espérant que le prochain opus sera meilleur!
Il serait vraiment dommage qu'un tel groupe soit déjà arrivé au bout!

Dead citer
Dead
16/02/2012 15:35
note: 8.5/10
Deathstiny a écrit : Merci pour cette chronique vraiment très agréable à lire, c'est un plaisir :P

Merci à toi Sourire
Deathstiny citer
Deathstiny
16/02/2012 15:29
note: 8/10
Très bon album effectivement ! Merci pour cette chronique vraiment très agréable à lire, c'est un plaisir :P
sylvain citer
sylvain
15/02/2012 13:40
Je n'arrive pas à me faire une idée sur cet album. Si je l'écoute d'une oreille distraite, en faisaint autre chose, il passe plutot bien. Dès que je me concentre sur l'écoute, rapidement les morceaux m'emerdent. On est sûr d'avoir affaire à un groupe finlandais. Le coté mièvre est hyper présent comme savent le faire les groupes finlandais. Et oui la pochette est très moche
Dead citer
Dead
14/02/2012 22:59
note: 8.5/10
AxGxB a écrit : Edit: Ah oui et la pochette est bien moche...

Oui ça c'est incontestable Moqueur
AxGxB citer
AxGxB
14/02/2012 21:26
J'avais adoré le précédent. Ta chronique me fait un peu peur. J'y jetterai une oreille par curiosité quand même Clin d'oeil

Edit: Ah oui et la pochette est bien moche...

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Pseudo :
Question anti-spam :
Dans quel groupe mythique joue Tom Araya ?
Commentaire :

Swallow The Sun
Doom/Death très très atmosphérique
2012 - Spinefarm Records
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (3)  8.17/10
Webzines : (24)  7.7/10

plus d'infos sur

écoutez
vidéos
Cathedral Walls
Cathedral Walls
Swallow The Sun

Extrait de "Emerald Forest and the Blackbird"
  

tracklist
01.   Emerald Forest and the Blackbird
02.   This Cut Is the Deepest
03.   Hate, Lead the Way
04.   Cathedral Walls
05.   Hearts Wide Shut
06.   Silent Towers
07.   Labyrinth of London (Horror Pt. IV)
08.   Of Death and Corruption
09.   April 14th
10.   Night Will Forgive Us

Durée : 67 min.

paroles
line up

parution
1 Février 2012

achetez sur
thrashothèque
voir aussi
Swallow The Sun
Swallow The Sun
Hope

2007 - Spinefarm Records
  
Swallow The Sun
Swallow The Sun
Plague of Butterflies (EP)

2008 - Spinefarm Records
  
Swallow The Sun
Swallow The Sun
Ghosts Of Loss

2005 - Firebox Records
  
Swallow The Sun
Swallow The Sun
The Morning Never Came

2003 - Firebox Records
  
Swallow The Sun
Swallow The Sun
New Moon

2009 - Spinefarm Records
  

report Live report
Metal Méan 2014
Aeternus + Ascension + Avatarium + Coroner + De...
chronique Chronique
Mastodon
Once More 'Round The Sun
chronique Chronique
Zoldier Noiz
Regression Process
chronique Chronique
Monarch!
Sabbracadaver
chronique Chronique
Krieg
Transient
chronique Chronique
Onheil
Storm Is Coming
chronique Chronique
Last Days Of Humanity
Putrefaction in Progress
chronique Chronique
Ulvegr
The Call of Glacial Emptiness
chronique Chronique
Dust Bolt
Awake The Riot
chronique Chronique
Funest
Desecrating Obscurity
chronique Chronique
Harm Done
Harm Done (EP)
chronique Chronique
Theosophy
Eastlands Tales – Part I
chronique Chronique
Empyrium
The Turn of the Tides
chronique Chronique
Empyrium
Into the Pantheon (Live)
chronique Chronique
Killer Be Killed
Killer Be Killed
chronique Chronique
Janvs
Nigredo
chronique Chronique
Vintersorg
Naturbål
chronique Chronique
Algebra
Feed The Ego
interview Interview
Bent Sea pour le split ''Usurpress/Animalist''
chronique Chronique
Type O Negative
October Rust
chronique Chronique
Aposento
Aposento
chronique Chronique
Crimson Shadows
Kings Among Men
chronique Chronique
Force Of Darkness
Absolute Verb Of Chaos And Darkness (EP)
chronique Chronique
Unaussprechlichen Kulten
Baphomet Pan Shub-Niggurath
chronique Chronique
Oathbreaker
Eros|Anteros
chronique Chronique
Brutally Deceased
Black Infernal Vortex
dossier Dossier
SYLAK OPEN AIR 2014
interview Interview
The Rock Runners pour le Sylak Open Air 2014
report Live report
Sylak Open Air 2014
Benighted + Dew-Scented + Gojira + Misery Index...
chronique Chronique
Desecration
Cemetery Sickness