chargement...

haut de page
31 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Funeral - Forgotten Abominations

Chronique

Funeral Forgotten Abominations (Rééd.)
Formé en 2002, Funeral n'est pas ce que l'on peut appeler un groupe particulièrement productif. Comptant dans ses rangs des membres d'Incinerator, Karnarium ou Church Bizarre, le groupe n'a sorti pour le moment qu'une simple démo autoproduite, il y a de cela huit ans déjà. Rééditée en 2006 sous la forme d'un 7" limité à 500 exemplaires par le label Pentagram Warfare, il faudra finalement attendre 2011 et la réédition CD Digipack par le label Nuclear Winter pour que l'on entende enfin parler de ce groupe Suédois.

Pourtant, Funeral mériterait à être connu davantage car son mélange de doom et de death metal old school est loin d'être désagréable. Malheureusement, le groupe ne nous a laissé ici que trois titres dont un instrumental. Pas de quoi s'étouffer même si on dépasse légèrement le quart d'heure. C'est donc au son des cloches processionnaires de "Funeral" que le groupe débute sa messe noire. On est alors tout de suite immergé dans l'ambiance funeste d'une triste journée d'hiver où l'orage et la pluie se mêlent au chagrin de la perte d'un être cher. Puis les premiers riffs commencent à gronder. Lents et terriblement menaçants, ils tournent et ils tournent et ils tournent inlassablement, rendant l'auditeur totalement incapable de s'en détacher. Dans son approche du doom, Funeral me rappelle beaucoup un autre groupe Suédois, les excellents Runemagick. On y retrouve la même qualité de riffs funéraires et morbides. Des riffs lourds, menaçants et venimeux qui vous font presque regretter d'être venu au monde tant ils signifient la fin de tout.
Mais bien plus que sa ressemblance avec Runemagick, c'est surtout son approche plus personnelle qui distingue le trio Suédois. Car si les groupes de doom ou plus exactement de funeral doom sont relativement nombreux, ceux qui mélangent funeral doom et death metal old school se comptent à l'inverse sur les doigts d'une main. Ainsi, dès les premières secondes de "Forgotten Abominations", Funeral prend l'exact contre-pied du morceau précédent en haussant généreusement le ton. Le riffing, simple, n'en demeure pas moins ultra efficace et souligne fort bien les origines/influences du groupe alors que la batterie se charge de lier le tout sur un pattern entraînant, bien qu'ultra balisé, à base de tchouka tchouka. Mais le trio Suédois retrouve rapidement ses oripeaux funeral doom. Ainsi, après seulement une trentaine de secondes, Funeral diminue la charge de BPM pour reprendre ces fameux riffs lents et répétitifs. Le chant fait alors enfin son entrée. Un growl assez classique qui n'a pas forcément la profondeur de ceux qu'on à l'habitude de retrouver dans le doom et qui s'inscrit davantage dans un chant typé death metal à l'ancienne, soit ni trop profond, ni trop rapide. Et alors qu'on pensait que Funeral continuerait de nous emmener six pieds sous terre à force de nous écraser la tête avec ses riffs pachydermiques, le groupe se décide une fois de plus à accélérer la cadence façon Swedish Death Metal (2:41) avant de progressivement retrouver un rythme plus lent. Sur "Sacramental Blasphemy" la recette demeure sensiblement la même malgré que le titre soit un peu plus long. L'essentiel du morceau est ainsi orienté vers un funeral doom plutôt monolithique avec là aussi une courte partie plus soutenue qui vient trancher avec l'impression de monotonie qui s'en dégage. Le EP s'achève ensuite comme il a commencé, au son de cloches de mauvais augures.

Aliénante, la musique de Funeral l'est très certainement dans ses passages doom. Mais le format assez court de ses compositions et surtout ses accointances avec un death metal à l'ancienne les rendent finalement plus accessibles et surtout plus variées. Bien que le groupe soit toujours actif, je ne sais pas si ce EP aura un successeur. En attendant, Forgotten Abominations est un disque plutôt intéressant pour tout ceux qui apprécient les ambiances funeral doom et l'énergie du death metal old school. Rien d'exceptionnel dans ce que propose Funeral mais une recette néanmoins originale et efficace.
Notice: Object of class QueryTemplate could not be converted to int in /srv/www/deadEngine/class/Thrasho/StatPub/Collection.php on line 13

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour donner votre avis.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Pseudo :
Question anti-spam :
Dans quel groupe mythique joue Tom Araya ?
Commentaire :

Funeral
Doom / Old School Death Metal
2011 - Nuclear Winter
notes
Chroniqueur : 3.5/5
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur

tracklist
01.  Funeral
02.  Forgotten Abominations
03.  Sacramental Blasphemy

Durée : 18:00

line up

parution
1 Janvier 2011

achetez sur
thrashothèque
Essayez aussi
Amorphis
Amorphis
The Karelian Isthmus

1992 - Relapse Records
  

chronique Chronique
Onheil
Storm Is Coming
chronique Chronique
Last Days Of Humanity
Putrefaction in Progress
chronique Chronique
Ulvegr
The Call of Glacial Emptiness
chronique Chronique
Dust Bolt
Awake The Riot
chronique Chronique
Funest
Desecrating Obscurity
chronique Chronique
Harm Done
Harm Done (EP)
chronique Chronique
Theosophy
Eastlands Tales – Part I
chronique Chronique
Empyrium
The Turn of the Tides
chronique Chronique
Empyrium
Into the Pantheon (Live)
chronique Chronique
Killer Be Killed
Killer Be Killed
chronique Chronique
Janvs
Nigredo
chronique Chronique
Vintersorg
Naturbål
chronique Chronique
Algebra
Feed The Ego
interview Interview
Bent Sea pour le split ''Usurpress/Animalist''
chronique Chronique
Type O Negative
October Rust
chronique Chronique
Aposento
Aposento
chronique Chronique
Crimson Shadows
Kings Among Men
chronique Chronique
Force Of Darkness
Absolute Verb Of Chaos And Darkness (EP)
chronique Chronique
Unaussprechlichen Kulten
Baphomet Pan Shub-Niggurath
chronique Chronique
Oathbreaker
Eros|Anteros
chronique Chronique
Brutally Deceased
Black Infernal Vortex
dossier Dossier
SYLAK OPEN AIR 2014
interview Interview
The Rock Runners pour le Sylak Open Air 2014
report Live report
Sylak Open Air 2014
Benighted + Dew-Scented + Gojira + Misery Index...
chronique Chronique
Desecration
Cemetery Sickness
chronique Chronique
Deadlock
The Re-Arrival (Compil.)
chronique Chronique
Question
Doomed Passages
chronique Chronique
The Austrasian Goat
The Austrasian Goat
chronique Chronique
Bölzer
Soma (EP)
chronique Chronique
Letlive.
The Blackest Beautiful