chargement...

haut de page
36 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Sphere - Homo Hereticus

Chronique

Sphere Homo Hereticus
Ce qu'il y a de bien avec la Pologne, c'est que sa scène death metal est tellement fournie qu'on y découvre sans cesse de nouveaux groupes. Et aujourd'hui, c'est Sphere, combo dont je n'avais jamais entendu parlé jusqu'à une demande de chronique il y a quelques semaines. Pourtant, Sphere n'est pas tout à fait né de la dernière pluie puisqu'il fête cette année ses 10 ans d'existence. Mais sa maigre discographie, constituée d'une démo en 2004 et d'un full-length en 2007 n'a pas aidé à le faire connaître. Pas dit non plus que ce deuxième album, Homo Hereticus, tout juste sorti sur l'obscur label Masterful Records, le rende davantage célèbre.

La raison la plus évidente renvoie à sa qualité qui fait le yo-yo pendant plus d'une demi-heure. Sphere fait dans le death metal à tendances modernes qui conserve tout de même quelques influences old-school. Pensez à un mélange entre Blood Red Throne et Decapitated avec un peu de Sinister. Le son clair, propre et puissant renforce le côté actuel du groupe. Les productions plus salissantes me conviennent davantage mais celle-ci colle parfaitement aux compos des Slaves. Difficile, donc, de s'en plaindre. Surtout que la puissance de feu rend les parties de blast-beats des plus dévastatrices. Et s'il y a un domaine dans lequel Sphere sait s'y prendre, ce sont bien les blasts, qui subliment les morceaux à chaque apparition grâce aussi à de bons riffs assez evil. Des titres comme "Forever Sworn To Blasphemy" (belle entrée en matière!), "Third Scent Carcass", "Holistic Paralisys" (qui nous offre même de fulgurants gravity-blasts sur un riff plombé, effet garanti!) ou "War" qui clôt Homo Hereticus sur deux minutes jouissives de blasts bien énervés s'avèrent ainsi particulièrement goûtus. Les séquences thrashies ne sont pas mal non plus et le titre éclair "Sadistfuktion", différent des autres car basé pratiquement que sur un riff simple et entraînant et du d-beat, promet lui aussi de la castagne en live.

La première partie d'album, qui réunit presque tous les bons morceaux, se fait ainsi convaincante, hormis la moyenne "Godless Profanity" et "Homo Hereticus", title-track dispensable si ce n'est ce riff bien méchant sur de la double rapide. En fait, ça se gâte dès que Sphere lève le pied et déploie ses artifices les plus modernes, ce que l'on retrouve surtout dans la deuxième moitié de l'opus, à partir de "Psalm To The Dark One". Les compositions y sont plus courtes, moins véloces, avec beaucoup trop de passages saccadés et de riffs stériles sans véritable mélodie. Et donc beaucoup moins intéressantes! À tel point que cette deuxième partie est carrément à jeter (sauf "War", bien entendu!). Voilà le gros point noir d'une œuvre qui démarrait pourtant fort bien. Et elle connait d'autres défauts, toutefois mineurs. Si le chant growlé puissant et compréhensible d'Analripper (ex-Pyorrhoea) se pose clairement comme un atout, ses tentatives, par chance brèves et peu fréquentes, de gargouillis intestinaux sont à proscrire tant celles-ci sont ridicules et inappropriées ("Godless Profanity" à 1'23 ou "Psalm To The Dark One" à 2'00). Pas géniale non plus la manie des Polonais de placer des samples au début de chaque morceau. D'accord, les coups de fouet de "Sadistfuktion" et les "aïe, aïe, aïe" du chanteur m'ont fait décrocher un sourire mais ça ne sert à rien car ils n'apportent rien à l'ambiance. D'ailleurs ça manque d'ambiance sur ce Homo Hereticus. Dernière chose, on regrettera le peu de solos alors que les deux essais (ça sweepe un peu sur "Forever Sworn To Blasphemy" et "Devils Reunion") sont plutôt corrects.

Nous voilà donc avec d'un côté des passages très appréciables qui blastent furieusement et offrent de bons riffs death metal. Les morceaux se révèlent assez variés, le chant se fait puissant et conquérant, du groove ressort, la basse aussi, la pochette façon Leonard de Vinci chez Satan est cool. Et de l'autre, on se retrouve avec ce côté moderne sans atmosphère qui syncope sur des riffs bateau sans âme. Si le modern death et ses saccades ne vous dérange pas, courrez vous procurer Homo Hereticus, vous allez adorer. En ce qui me concerne, j'éprouve un sentiment de gâchis tant Sphere fait montre d'un gros potentiel quand il envoie la dose. L'opus reste correct dans l'ensemble mais je ne peux pas m'enlever de la tête que les Polonais auraient pu faire bien mieux s'ils s'étaient concentrés davantage sur leur facette la plus extrême. Un album frustrant!
Notice: Object of class QueryTemplate could not be converted to int in /srv/www/deadEngine/class/Thrasho/StatPub/Collection.php on line 13

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour donner votre avis.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Pseudo :
Question anti-spam :
Dans quel groupe mythique joue Tom Araya ?
Commentaire :

Sphere
Modern Death Metal
2012 - Masterful Records
notes
Chroniqueur : 6/10
Lecteurs :   -
Webzines : (7)  7.29/10

plus d'infos sur

écoutez
tracklist
01.   Forever Sworn To Blasphemy
02.   Godless Profanity
03.   Third Scent Carcass
04.   Sadistfucktion
05.   Homo Hereticus
06.   Holistic Paralisys
07.   Psalm To The Dark One
08.   Grave's Cold Darkness
09.   Vengeance's Core
10.   Devils Reunion
11.   Beyond Madness Of Gods
12.   War

Durée : 35'00

line up

parution
10 Février 2012

achetez sur
Essayez plutôt
Zonaria
Zonaria
The Cancer Empire

2008 - Century Media
  
Benighted
Benighted
Asylum Cave

2011 - Season of Mist
  
In-Quest
In-Quest
Epileptic

2004 - Goodlife Recordings
  
Mörk Gryning
Mörk Gryning
Mörk Gryning

2005 - Black Lodge Records
  
In-Quest
In-Quest
The Comatose Quandaries

2005 - Dockyard 1
  

chronique Chronique
Onheil
Storm Is Coming
chronique Chronique
Last Days Of Humanity
Putrefaction in Progress
chronique Chronique
Ulvegr
The Call of Glacial Emptiness
chronique Chronique
Dust Bolt
Awake The Riot
chronique Chronique
Funest
Desecrating Obscurity
chronique Chronique
Harm Done
Harm Done (EP)
chronique Chronique
Theosophy
Eastlands Tales – Part I
chronique Chronique
Empyrium
The Turn of the Tides
chronique Chronique
Empyrium
Into the Pantheon (Live)
chronique Chronique
Killer Be Killed
Killer Be Killed
chronique Chronique
Janvs
Nigredo
chronique Chronique
Vintersorg
Naturbål
chronique Chronique
Algebra
Feed The Ego
interview Interview
Bent Sea pour le split ''Usurpress/Animalist''
chronique Chronique
Type O Negative
October Rust
chronique Chronique
Aposento
Aposento
chronique Chronique
Crimson Shadows
Kings Among Men
chronique Chronique
Force Of Darkness
Absolute Verb Of Chaos And Darkness (EP)
chronique Chronique
Unaussprechlichen Kulten
Baphomet Pan Shub-Niggurath
chronique Chronique
Oathbreaker
Eros|Anteros
chronique Chronique
Brutally Deceased
Black Infernal Vortex
dossier Dossier
SYLAK OPEN AIR 2014
interview Interview
The Rock Runners pour le Sylak Open Air 2014
report Live report
Sylak Open Air 2014
Benighted + Dew-Scented + Gojira + Misery Index...
chronique Chronique
Desecration
Cemetery Sickness
chronique Chronique
Deadlock
The Re-Arrival (Compil.)
chronique Chronique
Question
Doomed Passages
chronique Chronique
The Austrasian Goat
The Austrasian Goat
chronique Chronique
Bölzer
Soma (EP)
chronique Chronique
Letlive.
The Blackest Beautiful