chargement...

haut de page
43 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Colossus Of Destiny - Eden

Chronique

Colossus Of Destiny Eden (EP)
Que cet EP m’ait été vendu par son promoteur comme s’inscrivant dans la lignée des premiers Kylesa et Baroness relève certainement du coup de pub déloyal (auquel s’ajoute une pochette dont les thèmes féminin et lunaire ne peuvent que me plaire – déloyal, qu’on vous dit !) mais, à sa décharge, comment dépeindre Eden différemment qu’un énième membre de la myriade de Black Tusk et compagnie sans tomber dans le hors-sujet ? En effet, point de mélodies salies ou charcutage à l’outil rouillé par ici puisqu’on n’y chante plutôt la savonnette marque Mastodon que les premières fois de Savannah !

Il ne faudra pas compter sur les vingt-deux minutes constituant Eden pour se remémorer l’époque où les affiliations de cette mouvance au sludge étaient encore pertinentes donc, ni escompter autre chose qu’un (assez bon) élève, Colossus Of Destiny semblant jouer les cover band jusqu’à son nom tiré d’un album des Melvins. Pourtant, malgré des riffs ne sonnant pas de première fraîcheur (je n’ai pas déjà entendu « Uncover The Cosmic Clue » quelque part ?), l’ensemble arrive à transmettre un sentiment de nouveauté grâce à une exécution un chouïa plus virulente que de coutume. Si ces quatre morceaux jouent du côté sablonné et ensoleillé de la mare, ils en oublient les progressions et transitions barbantes pour enchainer des parties dont le groove mélodique rappelle les moments les plus percutants de Taint et Capricorns, voire s’approche du tempo enflammé d’un Hail!Hornet (le titre-éponyme). Blood Mountain version hardcore ? Tout juste, les hurlements râpeux et désespérés, les instruments bataillant à se faire remarquer (à l’image de la basse de « Whirlwind Of Life » ou la batterie de « As The Universe Runs Black ») ainsi qu’une production oubliant les fioritures donnent davantage de brut à des compositions flirtant avec le déodorant (« As The Universe Runs Black » encore, et son break arpégé dispensable) grâce à une suante assiduité à les interpréter par pur plaisir de la frappe.

Simplement, et sans épilogue supplémentaire sur ce qui tient des classiques bons et mauvais aspects des jeunes formations (influences contre spontanéité ; rage contre scolarité…), c’est ce contraste qui permet à ce second EP d’émerger temporairement de la masse sans avoir à argumenter sur la présence dans le line-up de Guillaume Taliercio, récemment embauché par Eibon en tant que guitariste (oups, c’est dit). Cependant, il va falloir que les Français acquièrent une identité plus marquée à l’avenir sous peine de ne pas sortir des discussions autrement qu’en anecdote entre nerds des créateurs de Stoner Witch et Remission.
Notice: Object of class QueryTemplate could not be converted to int in /srv/www/deadEngine/class/Thrasho/StatPub/Collection.php on line 13

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour donner votre avis.

2 COMMENTAIRE(S)

Ikea citer
Ikea
19/02/2012 11:31
La voix est approximative en effet, mais ça joue en leur faveur chez moi. Ils ont embauché quelqu'un pour occuper seul le poste de chanteur après cet EP, à voir !
Invité citer
Enenra
19/02/2012 11:19
Intrigué je suis allé checker deux trois titres. Il émane de "Uncover The Cosmic Clue" une odeur assez forte du "Red Album" en effet. "Whirlwind of Life" rappelle assez le Kylesa de "To Walk" ou encore l'élève Black Tusk. Sinon j"accroche pas des masses à la voix personnellement. Un peu approximative et pas assez dedans je trouve.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Pseudo :
Question anti-spam :
Dans quel groupe mythique joue Tom Araya ?
Commentaire :

Colossus Of Destiny
Stoner Metal Sludgy
2011 - Hellbound Records
notes
Chroniqueur : 3/5
Lecteurs :   -
Webzines : (6)  3.73/5

plus d'infos sur
tracklist
01.   Uncover The Cosmic Clue
02.   Eden
03.   As The Universe Runs Black
04.   Whirlwind Of Life

Durée : 22 Mns

line up

parution
15 Octobre 2011

achetez sur
thrashothèque
chronique Chronique
Vintersorg
Naturbål
chronique Chronique
Algebra
Feed The Ego
interview Interview
Bent Sea pour le split ''Usurpress/Animalist''
chronique Chronique
Type O Negative
October Rust
chronique Chronique
Aposento
Aposento
chronique Chronique
Crimson Shadows
Kings Among Men
chronique Chronique
Force Of Darkness
Absolute Verb Of Chaos And Darkness (EP)
chronique Chronique
Unaussprechlichen Kulten
Baphomet Pan Shub-Niggurath
chronique Chronique
Oathbreaker
Eros|Anteros
chronique Chronique
Brutally Deceased
Black Infernal Vortex
dossier Dossier
SYLAK OPEN AIR 2014
interview Interview
The Rock Runners pour le Sylak Open Air 2014
report Live report
Sylak Open Air 2014
Benighted + Dew-Scented + Gojira + Misery Index...
chronique Chronique
Desecration
Cemetery Sickness
chronique Chronique
Deadlock
The Re-Arrival (Compil.)
chronique Chronique
Question
Doomed Passages
chronique Chronique
The Austrasian Goat
The Austrasian Goat
chronique Chronique
Bölzer
Soma (EP)
chronique Chronique
Letlive.
The Blackest Beautiful
chronique Chronique
Stutthof
And Cosmos From Ashes To Dust
chronique Chronique
Nuklear Frost
Subjugation
chronique Chronique
Tombs
Savage Gold
chronique Chronique
Diskord
Oscillations (EP)
chronique Chronique
5ML
Injection
chronique Chronique
God Macabre
The Winterlong
chronique Chronique
Dub Buk
Цвях
chronique Chronique
Crucifyre
Black Magic Fire
report Live report
Angel Du$t + Hard To Handle + Jack Move + Turnstile
chronique Chronique
Vermin Womb
Permanence (EP)
chronique Chronique
The Kilimanjaro Darkjazz Ensemble
From The Stairwell