chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
33 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Desaster - The Arts Of Destruction

Chronique

Desaster The Arts Of Destruction
Ah Desaster, que de souvenirs! C'était en 2005 avec Angelwhore, l'un de mes premiers promos reçus, grosse émotion. Et un sacré bon promo en plus qui m'avait fait découvrir ce vieux groupe et son old-school fucking thrash metal légèrement blackisant, ultra efficace malgré une répétitivité certaine. Mais bizarrement, j'ai boudé l'album suivant, Satan's Soldiers Syndicate, pourtant acclamé par la critique. Je me suis en fait plutôt penché sur les œuvres précédentes des Allemands, plus black et raw, notamment le couple Tyrants Of The Netherworld / Divine Blasphemies, vu par beaucoup comme ce qu'ont fait de mieux ces vétérans. Car rappelons-le, la formation des Teutons remonte à 1988! Une longue aventure qui amène Desaster en 2012 avec un septième album, The Arts Of Destruction (nouvel hommage à la bande de Schmier!), qui prouve, si besoin en était, qu'il reste un des meilleurs représentants actuels du black/thrash, même si l'appellation thrash/black ou blackened thrash serait désormais plus adéquate.

Quoique! Après une intro samplée classique, "The Arts Of Destruction" nous ferait presque mentir avec ces blast-beats d'entrée et son riff principal purement black metal. Un titre d'ouverture énorme qui nous renvoie à Divine Blasphemies. La production est agressive et puissante, la batterie de ce bon vieux Tormentor lourde et naturelle, le chant de Sataniac toujours aussi arraché et old-school. Bref, que c'est bon! Mais désolé de décevoir les fans de la première heure, le quatuor ne revient que de temps en temps à ses racines black metal toutefois plus présentes que sur Angelwhore. En fait, le combo de Koblenz a eu la bonne idée de composer un album plus varié que d'habitude en nous dévoilant ses différentes facettes: thrash, black/thrash et épique.

Les morceaux thrash ("Lacerate With Hands Of Doom", "Splendour Of The Idols", "Queens Of Sodomy", "Troops of Heathens – Graves Of Saint", "Beyond Your Grace") sont les plus nombreux. Du tchouka-tchouka endiablé, du mid-tempo pour taper du pied, des riffs acérés... toute l'efficacité du thrash en somme! Le riff d'intro de "Lacerate With Hands Of Doom" aurait d'ailleurs pu se retrouver sur le dernier Necronomicon. Quant à "Queens Of Sodomy", son riff énergique et entraînant rehaussé d'une bosse dose de brutalité lui rapporte le titre de la piste la plus efficace de l'album. Desaster nous y gratifie même d'un bon solo. Une pure tuerie jubilatoire de 3 minutes qui va faire un malheur en live! Aussi efficaces qu'ils soient, ces morceaux ne sont toutefois pas les meilleurs. J'aurais aimé, en particulier, plus de solos. Et "Beyond Your Grace" se pose clairement comme le morceau le plus faible de The Arts Of Destruction. Pas mauvais mais trop générique avec ces influences Slayer. Une formation de seconde zone comme Legion Of The Damned s'en contenterait mais pour du Desaster, c'est un peu léger. Et puis, il manque d'accélérations.

Ensuite, les compos plus typées black/thrash. J'aurais pu y placer "Queens Of Sodomy" qui a le cul entre deux chaises mais c'est surtout à "The Arts Of Destruction" et "At Hell's Horizon" que je pense. J'en ai déjà parlé, le premier défouraille sévère comme à l'époque pré-Angelwhore. Le deuxième se fait un peu plus nuancé mais fait aussi très mal entre blasts, riffs BM froids et mid-tempos plus headbangants, avec toujours ce sens inné de la mélodie. Cela a toujours été le gros point fort de Desaster et de son guitariste Infernal, seul membre originel. Des riffs en béton armé aux mélodies accrocheuses bien trouvées qui restent en mémoire. À ce petit jeu, les Allemands sont presque au même niveau que Deströyer 666, pour vous dire!

Enfin, les titres aux touches épiques. Là, le groupe développe davantage son aptitude à la mélodie et dévoile une facette plus raffinée. Moins sauvage certes mais toujours extrêmement plaisant. C'est sur la plage 5 qu'on rencontre le premier de ces petits bijoux. "Phantom Funeral" démarre par un tremolo à la superbe mélodie froide et lancinante que vient ensuite appuyer une batterie qui n'accélérera que par quelques coups de double pédale par la suite. Un titre émotionnellement puissant toutefois surpassé par la pièce-maîtresse de The Arts Of Destruction, "Possessed And Defiled". Derrière ce titre bourrin cliché comme les aiment nos Teutons se cache en fait un joyau mélodique aux atours mélancoliques de plus de 8 minutes. Je trouve presque un côté folklorique dans le thème principal. Somptueux! L'opus se termine également sur une touche plus mélodique avec l'"Outro". Introduction acoustique enchaînée par un riff black froid assez triste puis roulement de caisse claire et apparition d'une mélodie magnifique, le tout sur un rythme mid-tempo plus ou moins appuyé. Une fin instrumentale de toute beauté...

...pour un album remarquable. Avec ces compos naviguant entre pur thrash old-school, black/thrash vindicatif et envolées épiques délectables, The Arts Of Destruction nous montre un Desaster complet dans tous les domaines. Voilà en plus un bon moyen de découvrir le groupe pour les retardataires, ce nouveau blasphème présentant les différents visages des Allemands tout en restant cohérent. On regrettera juste un ou deux morceaux plus anecdotiques et la quasi absence de solo. Sinon c'est du tout bon. Desaster reste une valeur sûre et ce The Arts Of Destruction s'impose déjà comme une sortie marquante de 2012. Un candidat sérieux pour le titre d'album black/thrash de l'année, en attendant d'écouter le nouveau Ketzer. L'Allemagne est un modèle qu'on vous dit!

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

Niktareum citer
Niktareum
20/02/2012 08:25
hurgh a écrit : Ah putain, voila une chronique qui fait plaisir ! je vais courir l'acheter celui là. C'est marrant, moi aussi "Angelwhore" est un des 1ers promo que j'ai eu entre les mains, et je l'écoute toujours car c'est un putain de bon disque. L'album suivant (toujours en promo) je l'ai un peu zappé car j'ai trouvé que le groupe avait perdu son aura malefique, j'ai pas accroché. Le reste de leur discographie, je connais pas.
Mais là, si tu dis que cet album est du niveau de Angelwhore, alors là je fonce. Merci pour la kro mister Keyser !

Pareil celui là il va finir entre mes mains sans tarder. Par contre j'avais bien apprécié "SSS" moi!
Sinon je viens de recevoir "Tyrants" que je ne connais pas encore, j'espère qu'il est du même accabit parce que ce groupe, quand il veut, il déboite! Headbang
hurgh citer
hurgh
20/02/2012 00:49
Ah putain, voila une chronique qui fait plaisir ! je vais courir l'acheter celui là. C'est marrant, moi aussi "Angelwhore" est un des 1ers promo que j'ai eu entre les mains, et je l'écoute toujours car c'est un putain de bon disque. L'album suivant (toujours en promo) je l'ai un peu zappé car j'ai trouvé que le groupe avait perdu son aura malefique, j'ai pas accroché. Le reste de leur discographie, je connais pas.
Mais là, si tu dis que cet album est du niveau de Angelwhore, alors là je fonce. Merci pour la kro mister Keyser !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Desaster
Thrash/Black
2012 - Metal Blade
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs :   -
Webzines : (22)  7.76/10

plus d'infos sur
Desaster
Desaster
Thrash/Black - Allemagne
  

tracklist
01.   Intro
02.   The Arts Of Destruction
03.   Lacerate With Hands Of Doom
04.   Splendour Of The Idols
05.   Phantom Funeral
06.   Queens Of Sodomy
07.   At Hell's Horizon
08.   Troops Of Heathens - Graves Of Saint
09.   Possessed And Defiled
10.   Beyond Your Grace
11.   Outro

Durée : 44'23

line up
parution
24 Février 2012

voir aussi
Desaster
Desaster
666 Satan's Soldiers Syndicate

2007 - Metal Blade
  
Desaster
Desaster
Angelwhore

2005 - Metal Blade
  

Essayez aussi
Deströyer 666
Deströyer 666
Cold Steel... For An Iron Age

2002 - Season of Mist
  
Sacramentum
Sacramentum
The Coming Of Chaos

1997 - Century Media
  
Spearhead
Spearhead
Decrowning The Irenarch
(The Doctrine Of Imperial Fidelity And The Supert...

2007 - Invictus Productions
  
Absu
Absu
Tara

2001 - Osmose Productions
  
Kalmah
Kalmah
They Will Return

2002 - Spikefarm Records
  

Nocternity
Onyx (Rééd.)
Lire la chronique
Satanic Warmaster
Fimbulwinter
Lire la chronique
Night Demon
Curse Of The Damned
Lire la chronique
Marilyn Manson
The Pale Emperor
Lire la chronique
Legion Of Andromeda
Iron Scorn
Lire la chronique
Finsterforst
Mach dich frei
Lire la chronique
Thulcandra
Ascension Lost
Lire la chronique
Num Skull
Ritually Abused
Lire la chronique
Totem Skin
Still Waters Runs Deep
Lire la chronique
Leviathan
True Traitor, True Whore
Lire la chronique
Ethereal
Opus Aethereum
Lire la chronique
Quel format de musique achetez-vous le plus ?
Pour ceux qui achètent ou pas
Voir le sondage
Macabre
Dahmer
Lire la chronique
Sinmara
Aphotic Womb
Lire la chronique
Irkallian Oracle
Grave Ekstasis
Lire la chronique
Amenra
Mass V
Lire la chronique
Bilan 2014
Lire le bilan
Darkall Slaves
Transcendental State Of Abs...
Lire la chronique
Vardan
Verses from Ancient Times
Lire la chronique
Mudbath
Corrado Zeller
Lire la chronique
Hate Storm Annihilation
Storm of Flames
Lire la chronique
Archgoat
The Apocalyptic Triumphator
Lire la chronique
Athanatos
Unholy Union (Démo)
Lire la chronique
De Hellhammer à Nicholas Barker
Jouer à The Small Metal World Experiment
Horrendous
Sweet Blasphemies (Rééd.)
Lire la chronique
Entretien avec Mondkopf
Lire l'interview
Marduk
Frontschwein
Lire la chronique
Hateful Abandon
Famine (Or Into The Bellies...
Lire la chronique
Jute Gyte
Discontinuities
Lire la chronique
Ten Masked Men
Revenge Of The Ten Masked Men
Lire la chronique