chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
34 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Cannibal Corpse - Butchered at Birth

Chronique

Cannibal Corpse Butchered at Birth
Qui ici ne connait pas Cannibal Corpse ? Personne ? Ça ne m'étonne guère car à moins de venir d'une autre planète ou d'être sourd et aveugle, impossible de passer à côté du combo américain. Le groupe s'est en effet rapidement imposé comme une référence du Death Metal, et jouit aujourd'hui d'une réputation unique dans ce style. Cette fulgurante notoriété a été possible grâce à la grande qualité de ses premiers albums, le duo Butchered at Birth et Tomb of the Mutilated étant même considéré par certains fans comme l'apogée de la carrière des Cannibales. Suis-je de ceux-là ? Possible.... Car malgré la qualité des sorties plus récentes et le talent indéniable de George « CorpseGrinder » Fisher, la période Chris Barnes présente de sacrés arguments !

Butchered at Birth est le second album de Cannibal Corpse, groupe déjà remarqué dans le milieu underground à la sortie de son premier Full-Length Eaten Back to Life. Conscient de l'engouement provoqué par son premier album, le groupe décide de faire une nouvelle fois appel à Scott Burns (Atheist, Death, Gorguts, …), déjà producteur de leur premier opus. Et pour être sûr de mettre toutes les chances de son côté, la formation a également enregistré ce second opus au Morrisound Studio, temple mythique du Death Metal où se sont déjà rendus des groupes comme Morbid Angel, Death ou encore Deicide. Autrement dit la fine fleur (façon de parler) du Death Metal ricain de l'époque, ces groupes incarnant alors l'essence de ce que la musique avait de plus brutal à offrir. Mais dans ce domaine Cannibal Corpse les enfonça tous avec son second album grâce notamment à sa production lourde et compacte, ses riffs agressifs, mais surtout les vocaux ultra gutturaux de Chris Barnes. Ce type de voix inhumaine était inédite à l'époque, les groupes cités auparavant utilisant une voix d'avantage hurlée (et donc plus aigüe). Seul Ross Dolan (Immolation) et Will Rahmer (Mortician) s'étaient essayés à l'exercice du growl et ce, sans jamais atteindre la puissance et la gravité des vocaux de Barnes. Cannibal Corpse instaura également ce qui deviendra un autre standard du Death Metal : l'aspect gore. Que ce soit par son ignoble cover ou pour la brutalité inouï des paroles, Butchered at Birth est ce qu'il se fait de plus malsain et de plus violent au début des 90's.

Nous sommes donc en 1991, soit un an après le très bon Eaten Back to Life, lorsque Cannibal Corpse nous sert sa seconde galette. Pas grand chose n'a changé entre la sortie des deux albums : les bouchers sont toujours les mêmes et nous resservent à peu d'ingrédients près la même mixture composée de riffs tranchants, d'une batterie écrasante et de vocaux vomitifs, le tout aidé par une production aux petits rognons (haha...), puissante, lourde mais également oppressante. L'album devrait d'ailleurs être déconseillé aux claustrophobes tant l'impression d'être enfermé dans une salle avec un charcutier psychotique est grande à l'écoute de la galette. Petit bémol tout de même au niveau de la prod', la basse n'étant pas assez en avant dans le mix voire quasiment inaudible (à quelques rares passages près comme sur le title-track par exemple). Dommage quand on connait le niveau d'Alex Webster (écoutez Blotted Science pour vous en rendre compte).

Cannibal Corpse nous charcute le cerveau pendant plus d'une demie heure avec ce qu'on pourrait appeler pour l'époque du Brutal Death Metal, les morceaux nous nettoyant les cages à miel à grands coups de hachoir. Et oui la délicatesse, les américains n'en connaissent même pas la signification. Aucun passage qu'on pourrait qualifier de mélodique en vue, le groupe misant tout sur la rapidité des compositions et sur l'efficacité de ses riffs géniaux, originaux (au moins pour l'époque) et qui suintent le groove. On reconnaît immédiatement la patte de Cannibal Corpse qui n'a pas changé depuis lors.
Mais si on est heureux de retrouver le riffing caractéristique du groupe, le fait de retrouver les mêmes parties de batterie enchante déjà beaucoup moins. En effet, si vous pensiez que le jeu ultra linéaire de Paul Mazurkiewicz était la conséquence d'un relativement récent accident neurologique, et que vous espériez donc trouver un jeu de batterie plus étoffé dans les premiers albums du groupe, vous allez être sacrément déçus. Pas de bonne surprise donc, le bonhomme était déjà LE point faible de la formation, réalisant le même « semi-blast » pendant presque toute la durée de l'album au point que la caisse claire devient métronomique et s'avère parfois carrément chiante comme sur "Meat Hook Sodomy" ou "Under the Rotted Flesh".

Du coup c'est l'ensemble de la galette qui peut paraître ne jamais décoller, toutes les chansons étant basées sur le même plan de batterie et possédant donc toutes à peu près la même structure rythmique. Les solos disséminés ça et là ne parviennent pas à faire s'envoler les compositions (je m'attendais pas à un truc aérien non plus hein) et s'intègrent même plutôt mal aux morceaux.
Le chant, bien que puissant et collant tout à fait à la musique du groupe, peut aussi paraître trop plat, Chris Barnes growlant toujours de la même manière sans aucune variation dans les aigus comme sait si bien le faire Corpsegrinder aujourd'hui. On remercie Glen Benton (Deicide) qui vient pousser la chansonnette sur "Vomit the Soul" et qui apporte ainsi un peu de variété au niveau du chant.

Avec ses riffs efficaces à souhait, ses growls puissants et son artwork à faire pâlir grand-mère, ce Butchered at Birth possède toutes les cartes pour plaire aux fans de Death Metal et ce, 21 ans après sa sortie. Il reste toutefois assez difficile d'accès par son aspect monolithique risquant de décourager les fans de la période Corpsegrinder qui n'ont jamais porté l'oreille sur les productions plus anciennes du groupe.
De toute façon, que l'on aime ou pas, on est forcé de reconnaître que Butchered at Birth est une pierre angulaire dans la carrière de Cannibal Corpse car il est le premier album 100 % Death de la formation (Eaten Back to Life possède pas mal d'éléments Thrash) et fait figure aujourd'hui d' album culte ayant inspiré un nombre incalculable de groupes (bons ou mauvais d'ailleurs).
Un monument du Death Metal, ni plus ni moins.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour donner votre avis.

11 COMMENTAIRE(S)

rempol59 citer
rempol59
19/03/2012 14:01
note: 9/10
Pour Blind, la version censurée avec pochette rouge +logo+titre n'est pas que la version vinyle car comme je l'ai dit, je l'ai acheté en cd à sa sortie ............
Momos citer
Momos
17/03/2012 23:07
Dead a écrit : Je pense que The Shining n'apprécie pas spécialement cet album et ironisait gentiment sur la dernière phrase de ton commentaire Clin d'oeil
Voilà.

Canniboul, j'ai toujours trouvé ça bancal. Ce ressenti changera peut-être un jour, ou peut-être pas.
Pas juste que je sois (carrément) plus tourné BM, mais j'apprécie pas mal de Death. Et j'ai donc cité Arghos qui n'a rien à voir (mais qui est un de mes groupes de DM préféré Sourire).
Dead citer
Dead
17/03/2012 22:07
Je pense que The Shining n'apprécie pas spécialement cet album et ironisait gentiment sur la dernière phrase de ton commentaire Clin d'oeil
hurgh citer
hurgh
17/03/2012 21:42
note: 9/10
L'insulte ? Quelle insulte, je pige pas... Et puis quel rapport a Arghoslent ? J'aime beaucoup le groupe que tu cites (pour la musique, pas pour le discours), mais je vois pas trop le rapport avec Canniboul.
Quelques explications, merci !
Momos citer
Momos
17/03/2012 16:37
hurgh a écrit : Après un 1er album encore un peu thrash sur les bords, Cannibal part à l'assault du monde avec son 1er album vraiment death. Et putain, qu'est ce que j'aime ce disque ! Oui la prod est assez étouffée, certes le batteur ne brille pas d'originalité (mais j'adore son style qui va droit à l'essentiel), bien sur le chant peut paraître repetitif (mais c'est du death bordel !), mais putains de riffs, putain d'ambiance morbide et gluante, putains de compos super bien foutues, faut quand même être super difficile pour cracher sur ce skeud.
Si on aime pas Butchered, pour moi on est pas fait pour le death, c'est pas possible sinon...

Merci pour l'insulte. Sourire

Moi, j'en reste à Arghoslent. Beaucoup plus "jouissif" et "créatif" à mon goût.
hurgh citer
hurgh
17/03/2012 10:57
note: 9/10
Après un 1er album encore un peu thrash sur les bords, Cannibal part à l'assault du monde avec son 1er album vraiment death. Et putain, qu'est ce que j'aime ce disque ! Oui la prod est assez étouffée, certes le batteur ne brille pas d'originalité (mais j'adore son style qui va droit à l'essentiel), bien sur le chant peut paraître repetitif (mais c'est du death bordel !), mais putains de riffs, putain d'ambiance morbide et gluante, putains de compos super bien foutues, faut quand même être super difficile pour cracher sur ce skeud.
Si on aime pas Butchered, pour moi on est pas fait pour le death, c'est pas possible sinon...
Invité citer
Blind
15/03/2012 19:01
A ma connaissance la seule édition censurée dont la pochette est toute rouge avec juste le logo du groupe et le titre de l'album est l'édition vinyle (l'artwork non censuré est effectivement à l'intérieur, imprimé sur une face de la pochette intérieure contenant le disque). Sinon un classique du death metal, assez bourrin et un peu difficile d'approche au premier abord.
Høsty citer
Høsty
06/03/2012 11:23
note: 9/10
La batterie est juste chiante pour moi. Y'a des groupes monolithiques qui ont une batterie plus étoffé et ça passe bien.
Le chant pareil, c'est sympa une ou deux chanson mais j'aurais préféré un peu de variété.

Mais bon question de gout Clin d'oeil
Backstaber citer
Backstaber
05/03/2012 21:52
note: 9/10
la batterie colle parfaitement et le chant monolithique est plus qu'adapté

c'est le Cannibal post-Barnes qui va pas du tout
Invité citer
vincesnake
28/02/2012 09:07
Moi aussi j'ai une version censurée mais c'est un boitier noir avec le logo du groupe et malheureusement pas de pochette à l'intérieur.
Sinon c'est un classique du death mais je préfère de loin les albums suivant période Corpsegrinder en tête.
Un des rare groupe de Death metal dont les 2 premiers disques ne sont pas les meilleurs !
rempol59 citer
rempol59
27/02/2012 18:42
note: 9/10
La vache, ça fait déjà 21 ans que j'ai acheté cet album !!!! La pochette était censurée, elle était juste toute rouge à l'achat (la pochette originale était à l'intérieur)
La prod n'est pas top, trop compressée à mon gout
Cela reste un album de death metal majeur dans l'histoire du death
ça défouraille sec quand même pour l'époque !!!!!

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Pseudo :
Question anti-spam :
Dans quel groupe mythique joue Tom Araya ?
Commentaire :

Cannibal Corpse
Death Metal
1991 - Metal Blade
notes
Chroniqueur : 9/10
Lecteurs : (6)  8.5/10
Webzines : (12)  6.81/10

plus d'infos sur
Cannibal Corpse
Cannibal Corpse
Death metal - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Meat Hook Sodomy
02.   Gutted
03.   Living Dissection
04.   Under the Rotted Flesh
05.   Covered with Sores
06.   Vomit the Soul
07.   Butchered at Birth
08.   Rancid Amputation
09.   Innards Decay

Durée : 36 minutes

line up
voir aussi
Cannibal Corpse
Cannibal Corpse
Torture

2012 - Metal Blade
  
Cannibal Corpse
Cannibal Corpse
The Wretched Spawn

2004 - Metal Blade
  
Cannibal Corpse
Cannibal Corpse
Gallery Of Suicide

1998 - Metal Blade
  
Cannibal Corpse
Cannibal Corpse
Vile

1996 - Metal Blade
  
Cannibal Corpse
Cannibal Corpse
Evisceration Plague

2009 - Metal Blade
  

Essayez aussi
Obituary
Obituary
Cause Of Death

1990 - Roadrunner Records
  
Necrowretch
Necrowretch
Putrid Death Sorcery

2013 - Century Media
  
Krisiun
Krisiun
The Great Execution

2011 - Century Media
  
Sinister
Sinister
Legacy Of Ashes

2010 - Massacre Records
  
Morbid Flesh
Morbid Flesh
Embedded In The Ossuary (EP)

2014 - Unholy Prophecies
  

Jesus Chrüsler Supercar
Among The Ruins And Desolat...
Lire la chronique
Stallion
Rise And Ride
Lire la chronique
The Deathtrip
Deep Drone Master
Lire la chronique
Electric Wizard
Time to Die
Lire la chronique
Varathron
Untrodden Corridors of Hades
Lire la chronique
Mors Principium Est
Dawn Of The 5th Era
Lire la chronique
Pure
Kingdom of Wrath
Lire la chronique
Skelethal
Interstellar Knowledge Of T...
Lire la chronique
Bastard Sapling
Instinct Is Forever
Lire la chronique
Eternal Sex And War
Negative Monoliths
Lire la chronique
13th Moon
Abhorrence Of Light (EP)
Lire la chronique
Sacrificia Mortuorum / Orthanc
Split (Split-CD)
Lire la chronique
Maybeshewill
Fair Youth
Lire la chronique
Ancient Crypts
Devoured By Serpents (Démo)
Lire la chronique
Overkill
White Devil Armory
Lire la chronique
Deathronation
Hallow The Dead
Lire la chronique
Pornography : interview à l'occasion de la sortie de leur compilation
Lire l'interview
Horrendous
Ecdysis
Lire la chronique
The Duskfall
Where The Tree Stands Dead
Lire la chronique
Khold
Til Endes
Lire la chronique
''Betty'' 20th Anniversary Tour
Helmet
Lire le live report
Absentia Lunae
Vorwärts
Lire la chronique
Mudvayne
L.D. 50
Lire la chronique
Queens Of The Stone Age
...Like Clockwork
Lire la chronique
Midnight
No Mercy For Mayhem
Lire la chronique
Oozing Wound
Earth Suck
Lire la chronique
Sam Bean, ou la vie à 300 BPM
Lire l'interview
Dagoba lors de leur passage à Lyon
Lire l'interview
Down
Down IV Part II (EP)
Lire la chronique
Saille
Eldritch
Lire la chronique