chargement...

haut de page
74 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Grotesque - Museum Of Human Disease

Chronique

Grotesque Museum Of Human Disease
L'inspiration. On le sait, les groupes de metal, en particulier son versant extrême, en manquent cruellement dès qu'il s'agit de se trouver un nom. Soit ils choisissent un titre de morceau d'un de leurs combos cultes, soit ils prennent deux-trois mots bien clichés qu'ils lient ensemble, soit ils sélectionnent n'importe quel substantif avec le suffixe "-tion". Mais il y a des groupes qui se cassent encore moins le cul en pompant carrément leur nom sur un autre. Pas très grave s'il s'agit d'une petite formation locale mais quand on parle d'un poids lourd, ça le fait déjà beaucoup moins. Alors soit les Australiens de Grotesque sont des gros rip-offs, soit ils sont complètement incultes et n'ont jamais entendu parlé du groupe suédois homonyme. Je ne sais pas quelle est l'explication la moins embarrassante...

Tout ça pour vous dire que ça craint, mais qu'il ne faut pas s'arrêter là. Car Grotesque fait preuve ici d'un sacré talent qui devrait faire vite oublier ce plagiat éhonté. Mettons donc de côté les Suédois pour nous occuper de ces Australiens formés en 2004 et dont Museum Of Human Disease est la première sortie parue en 2007 chez Prime Cuts Music. Un full-length pour commencer?! C'est qu'ils n'ont pas froid aux yeux ces petits! Et pourquoi pas après tout vu le niveau affiché! Imaginez Grotesque comme un croisement bâtard entre Cannibal Corpse et Origin, avec des bouts de Deeds Of Flesh, Dying Fetus et Suffocation dedans. Soit du brutal death à l'américaine pris entre groove grassouillet et vitesse express. Un brutal death souvent technique qui surprend déjà par sa production. On s'attendrait à un son très moderne protoolisé à mort avec une batterie triggée jusqu'à la moelle. Pas du tout, c'est même tout le contraire. Conséquence d'un manque de moyens ou d'un vrai choix de production? Aucune idée mais le résultat me plait bien. Enfin surtout en ce qui concerne le son naturel des tambourins. Ça fait plaisir d'entendre une vraie batterie dans un genre plus habitué aux sonorités plastiques et mécaniques, sans que cela ne nuise à l'impact de la musique. Les guitares, en revanche, manquent d'épaisseur. La puissance en prend donc un coup. Un peu dommage pour du brutal death censé en mettre plein les oreilles.

Rien d'impressionnant niveau son mais niveau musique, on prend cher par contre, surtout quand ça blaste. Parce que non seulement Grotesque blaste beaucoup (blast-beats et semi-blasts à tire-larigot) avec tout plein de rafales de double pédale, mais il faut entendre les plans de gratte déments qu'il nous balance par moment! Tremolos fulgurants, sweeps ultra rapides, accélérations dévastatrices, changements de rythme incessants, le niveau technique est très élevé et d'autant plus impressionnant qu'il s'agit d'un premier album. Écoutez donc les débuts de "Chaos Theory" et "Internal Dimensions", "Pulsating Cosmos" à 0'17 et 1'20, "Disgust" à 1'11 ou "Omnipotent Antipode" à 1'22 et 2'12. Si c'est pas bonard tout ça!

Mais Grotesque, ce n'est pas que ça. À côté de ces excès de vitesse et autres démonstrations techniques, les Australiens montrent aussi un visage beaucoup plus gras et groovy qui ravira les adeptes du brutal death US, notamment par le biais de ralentissements chargés en lipides et de mid-tempos huileux qui tâchent. Sans oublier la basse bien audible à la Suffocation. Si ces passages plus simples permettent d'aérer les compositions et d'éviter un disque trop indigeste, ils s'avèrent toutefois moins intéressants que les parties brutales endiablées. Sur "Eternities End", je trouve même le groupe carrément mou et pataud! Les séquences lourdingues du titre suivant, "Disgust", ne resteront pas non plus dans les annales. Museum Of Human Disease souffre également de redondance sur la fin malgré les changements de tempos et la qualité globale des riffs très supérieure à la moyenne, signe que l'on n'a pas affaire à n'importe qui tout de même. La faute à un manque dommageable de vraies mélodies et à un chant ultra guttural trop monotone de Tarren Whitfield, parti depuis chez les ultra techniques Entrails Eradicated. Quelques shrieks placés ici ou là n'y changeront rien.

Loin d'être parfait, Museum Of Human Disease n'en reste pas moins un album très prometteur pour qui aime à la fois le brutal death US et le brutal death technique. Le principal problème de Grotesque réside dans la trop grande différence entre les parties rapides et techniques et les séquences plus basiques, non seulement en terme de qualité mais aussi d'enchaînement entre les deux. Le combo de Perth n'a pas non plus la richesse mélodique d'un Spawn Of Possession ou l'intensité et la fluidité d'un Origin. Mais avec une telle brutalité, une technicité impressionnante et un bon sens du groove, le potentiel est déjà grand et le résultat remarquable. Quant au manque de puissance de la production, la minceur des guitares et le son non-triggée de la batterie donnent à l'album un charme certain qui le démarque des autres et donne envie de l'encourager. Le combo de Perth est jeune de toute façon et a donc tout le temps de corriger ces maladresses. L'EP éponyme de 2010 confirmera d'ailleurs toutes ses promesses.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour donner votre avis.

1 COMMENTAIRE(S)

von_yaourt citer
von_yaourt
09/03/2012 18:43
Du brutal death US banal, monotone et donc sans intérêt.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Pseudo :
Question anti-spam :
Dans quel groupe mythique joue Tom Araya ?
Commentaire :

Grotesque
Brutal Death Technique
2007 - Prime Cuts Music
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs : (1)  8/10
Webzines : (4)  6.13/10

plus d'infos sur

écoutez
tracklist
01.  Chaos Theory
02.  Museum Of Human Disease
03.  Internal Dimensions
04.  Pulsating Cosmos
05.  A World Dissolved
06.  Eternities End
07.  Disgust
08.  Organ Lust
09.  A Fate Worse Than Death
10.  Omnipotent Antipode
11.  Structural Evaporation

Durée : 35'35

line up

parution
1 Novembre 2007

achetez sur
Essayez aussi
Cryptopsy
Cryptopsy
And Then You'll Beg

2000 - Century Media
  
Visceral Bleeding
Visceral Bleeding
Remnants Of Deprivation

2002 - Retribute Records
  
Decrepit Birth
Decrepit Birth
Diminishing Between Worlds

2008 - Unique Leader Records
  
Repulsive Dissection
Repulsive Dissection
Promo 2007 (Promo)

2007 - Grindethic Records
  
Henker
Henker
Slave of my Art

2010 - Autoproduction
  

chronique Chronique
Амезарак
Daemonolatreia
chronique Chronique
Royal Blood
Royal Blood
chronique Chronique
Darkspace
Dark Space III I
dossier Dossier
Kill-Town Death Fest 2014 / The Funeral Edition
chronique Chronique
1349
Hellfire
report Live report
No Compromise Metal Fest 2
Bulldozing Bastard + Crystal Viper + Eliminator...
chronique Chronique
Pulling Teeth
Martyr Immortal
chronique Chronique
Mortuus
Grape of The Vine
chronique Chronique
The Haunted
Exit Wounds
chronique Chronique
Petrychor
Makrokosmos
chronique Chronique
Dark Funeral
The Secrets Of The Black Arts
chronique Chronique
Horn Of The Rhino
Summoning Deliverance
chronique Chronique
Stryvigor
Забуте віками
(Forgotten by Ages)
chronique Chronique
Immortal
Battles In The North
chronique Chronique
Immortal
Diabolical Fullmoon Mysticism
chronique Chronique
Sarpanitum
Fidelium (EP)
chronique Chronique
Sigh
Imaginary Sonicscape
chronique Chronique
Botanist
VI: Flora
chronique Chronique
Noctem Cursis
Nocturnal Frost
chronique Chronique
Tamerlan
Ain
chronique Chronique
Nachtmystium
The World We Left Behind
chronique Chronique
Abigor
Leytmotif Luzifer
chronique Chronique
Ofdrykkja
A Life Worth Losing
chronique Chronique
Ichor
Depths
chronique Chronique
Altars
Paramnesia
chronique Chronique
Blood Of Kingu
Dark Star on the Right Horn of the Crescent Moon
report Live report
Metal Méan 2014
Aeternus + Ascension + Avatarium + Coroner + De...
chronique Chronique
Mastodon
Once More 'Round The Sun
chronique Chronique
Zoldier Noiz
Regression Process
chronique Chronique
Monarch!
Sabbracadaver