chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
25 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Withdrawn - The Strongest Will

Chronique

Withdrawn The Strongest Will
On avait laissé Withdrawn sur le très prometteur Skulls Of The Weak qui marquait une direction plus brutale et death metal pour le groupe, tout en conservant une certaine dose de mélodies. Trois ans se sont écoulés et les Bordelais ont bien grandi depuis. Preuve en est ce deuxième album, The Strongest Will, tout juste sorti sur Great Dane Records qu'on remerciera pour l'envoi d'un CD complet en guise de promo, geste rare en ces temps maudits de mp3.

Nouveau label, nouveau logo et nouveau line-up avec l'arrivée de deux guitaristes (Michel Hoareau et J. Guellerin également préposé à quelques vocaux), ces changements présageaient-ils d'une évolution musicale radicale? On aurait pu le croire à entendre la rumeur faisant état d'une orientation plus black metal. La faute au maquillage sur les photos promos ou à la voix plus criarde? En fait, il n'en est rien, les frères Helwin restant seuls maîtres à bord. Withdrawn joue toujours du death metal, surtout influencé par la scène polonaise, Behemoth en tête, avec quelques tremolos mélodiques sombres qui me font penser à Azarath sur son dernier opus ("Dusk Of The Cursed" à 2'55 entre autres). Mais les Français ne se sont pas reposés sur leurs lauriers et ce The Strongest Will diffère de Skulls Of The Weak sur bien des points, tout en gardant le même objectif: cogner dur. Et The Strongest Will cogne plus fort que son grand frère. Une plus grande brutalité bien mise en valeur par une production exemplaire puissante (un peu trop de réverb' sur les guitares toutefois) et les blast-beats à foison de Julien Helwin, alias Thyr d'Otargos. Des blasts qui portent à merveille des riffs infernaux très chouettes tels ceux de "Thy Decimator", titre d'ouverture qui fait très mal, "Hunt To Slaughter", "Ignominious Shell" ou "Oblivion". Autant de morceaux efficaces à mort! La radicalisation de la musique s'accompagne également d'une autre évolution notable: le chant. Les vocaux de Christophe Helwin se font désormais plus arrachés/écorchés, donnant à Withdrawn des petits airs de Spearhead sur son Theomachia, rapprochement qui vaut également pour certains riffs blastés. On a vu pire comme comparaison!

Davantage de brutalité n'empêche pas d'écrire des morceaux variés. Withdrawn, grâce à un talent certain de composition, évite ainsi le piège de la monotonie en variant bien le rythme et les ambiances par le biais de breaks plus posés, de mid-tempos ou de plans dissonants ("Kingdom Nothing" à 2'19, l'outro "Anthem"...). Mais autant l'avouer tout de suite, les Girondins sont moins convaincants dans ce rôle de médiateur. Quelques exemples me font mentir comme le break mélodique au milieu de "Giant In Shadow", "Flesh Made Weapon" à 4'19 avec l'apport d'une petite mélodie sombre et de la basse (et puis ce refrain-titre à beugler comme un veau!) et surtout ce passage mélancolique très réussi à partir de 2'06 sur "Tombwomb". Mais dans l'ensemble, les séquences qui ne bourrent pas se révèlent plus quelconques. On le ressent bien sur "Dusk Of The Cursed" notamment, qui s'illumine dès que ça envoie la sauce.

Ce qui me fait dire que Withdrawn devrait encore davantage radicaliser son propos puisqu'il n'est jamais aussi efficace que quand il blaste. Ou alors composer des mid-tempos plus intéressants. L'ajout de mélodies comme avant par le biais de leads ou de solos serait aussi un moyen d'optimiser les morceaux. Et puis les gars, franchement, c'est quoi cette pochette?! Clairement, Withdrawn a encore une marge de progression conséquente. Mais ce que montrent les Bordelais sur The Strongest Will est déjà suffisant pour confirmer le potentiel de Skulls Of The Weak et ne prévoir que du bon pour l'avenir. Le groupe a gagné en assurance et en maîtrise et n'a pas à rougir face aux grosses cylindrées. Dans une scène française où les groupes de death metal bien burné se font rares en plus, Withdrawn a vraiment toutes ses chances. Continuez comme ça!

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Withdrawn
Death Metal
2012 - Great Dane Records
notes
Chroniqueur : 7/10
Lecteurs : (1)  5/10
Webzines : (15)  7.24/10

plus d'infos sur
Withdrawn
Withdrawn
Death Metal - 2004 - France
  

tracklist
01.   Thy Decimator
02.   Hunt To Slaughter
03.   Dusk Of The Cursed
04.   Giant In Shadow
05.   Kingdom Nothing
06.   Ignominious Shell
07.   Flesh Made Weapon
08.   Tombwomb
09.   Oblivion
10.   Anthem

Durée : 43'34

line up
parution
30 Janvier 2012

voir aussi
Withdrawn
Withdrawn
This Is Not Therapy (Démo)

2005 - Autoproduction
  
Withdrawn
Withdrawn
Tear V2.0 (Démo)

2006 - Autoproduction
  
Withdrawn
Withdrawn
Skulls Of The Weak

2009 - Another Sphere Records
  

Essayez aussi
Undergang
Undergang
Døden Læger Alle Sår

2015 - Dark Descent Records
  
Luciferion
Luciferion
The Apostate

2003 - Listenable Records
  
Anata
Anata
Dreams of Death and Dismay

2001 - Season Of Mist
  
Antediluvian
Antediluvian
λόγος

2013 - Nuclear War Now! Productions
  
Verminous
Verminous
The Curse Of The Antichrist (EP)

2013 - Blood Harvest Records
  

Trop Hard Pour Toi #3
Electric Shock + Mindless S...
Lire le live report
Black Metal : les noms de groupe (de merde)
Lire le podcast
Slaughterday
Abattoir (EP)
Lire la chronique
At The Gates
To Drink from the Night Itself
Lire la chronique
Spell of Dark
Journey into the Depths of ...
Lire la chronique
Cardiac Arrest
A Parallel Dimension Of Des...
Lire la chronique
The Body
I Have Fought Against It, B...
Lire la chronique
Drudkh / Paysage D'Hiver
Somewhere Sadness Wanders (...
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 11 - Monsieur Steele et le bain d'acide.
Lire le podcast
Bloodbark
Bonebranches
Lire la chronique
Utzalu
The Loins Of Repentance
Lire la chronique
Cor Scorpii
Ruin
Lire la chronique
Chevalier
A Call To Arms (EP)
Lire la chronique
Valgrind
Blackest Horizon
Lire la chronique
Ennoven
Redemption
Lire la chronique
Orsak:oslo
Nordstan (EP)
Lire la chronique
Taphos
Come Ethereal Somberness
Lire la chronique
Brouillard
Brouillard
Lire la chronique
Aorlhac pour l'album "L'esprit des Vents"
Lire l'interview
Order Ov Riven Cathedrals
The Discontinuity's Interlude
Lire la chronique
Sakrifiss rencontre Noktu (Mortifera / Celestia / Bleu, blanc Satan...)
Lire l'interview
Wombbath
The Great Desolation
Lire la chronique
Blitzkrieg
Judge Not!
Lire la chronique
Amzera
Amzera (EP)
Lire la chronique
Gontyna Kry
Ignipoten
Lire la chronique
Cult Of Occult
Anti Life
Lire la chronique
Ulver
The Assassination of Julius...
Lire la chronique
Pryapisme
Epic Loon
Lire la chronique
NORTH OF THE WALL 2018
Abyssal + Bismuth + Bölzer ...
Lire le live report
Nervosa
Downfall of Mankind
Lire la chronique