chargement...

haut de page
33 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Huata - Atavist Of Mann

Chronique

Huata Atavist Of Mann
Comme tout le monde, j’aime avoir raison. Ça me réconforte, surtout dans une activité où je prétends pouvoir répondre à l’arrivée massive de nouvelles choses par le jugement d’une oreille ciselée et avis tranchés comme celui que j’ai pu avoir sur Huata à la parution d'Open The Gates Of Shambhala. J’avais proclamé à moi-même lors de l’écoute de ses débuts hésitants et trop empreints de l’aura d’Electric Wizard que « La petite Bretagne rêvait d’être la Grande » (oui, je suis aussi prêt à tuer père et mère pour un bon mot). Il a fallu aux Bretons déployer un artwork à la laque faisant briller de belles photographies de messe noire plus qu’elles n’en ont besoin et la lecture de critiques étonnées de l'excellence d’Atavist Of Mann pour que je tente de trouver dans ce premier album autre chose que la délicieuse confirmation de mon intelligence supérieure. Car je suis chroniqueur. Sur Thrashocore. Ce qui fait de moi un connard qui s’adore. Hé ouais.

Assez de détours : Atavist Of Mann m’a donné tort – et c’est une contrition que de le dire. Ainsi qu’un constat qui ne s’est pas imposé directement, ce coup d’essai longue durée correspondant pleinement à la définition du « grower ». D’abord inévitablement comparés aux créateurs de Let Us Prey (pour l’occultisme définitivement pas de surface – on y plonge de la pochette à l’orgue égrenant un satanisme suranné) pour ensuite faire dévier le regard vers d’autres références (un son entre le groove massif de Goatsnake et le fuzz subsubsub de Pombagira et Conan ; un appui sur les mélodies à la Black Pyramid ; des moments atmosphériques comme du The Wounded Kings ; un disco-doom digne du Cathedral de « Midnight Mountain » sur « Operation Mistletoe »…), les morceaux composant ce double vinyle finissent par imposer Huata comme une entité à part entière bien que s’inscrivant dans une certaine tradition. En effet, de nombreux éléments parcourant les compositions deviennent des repères pour ceux appréciant baigner dans une fumée leur empêchant de voir quel disque est en train de passer. Parmi eux, une production détruisant à elle seule toute envie d’élévation, grasse, impressionnante, constamment à la limite de l’inaudible et constamment prenante. C’est quand on s’imagine valdinguer contre une surface faite de glue et brique lors de la première lancée de « Lords Of The Flame » qu’on comprend le mot « accrocheur » ! Pourtant, de la basse située en sol de cave aux voix claires dessinant parfois des nefs et leurs courants d’air (toujours point d’élévation cependant : accroché aux guitares amplifiées, le chant de Ronan scotche plutôt entre les rainures), l’équilibre est permanent, définissant une nouvelle moyenne pour l’Indice de Masse Corporelle où l’adipeux peut prétendre à l’harmonieux.

Mais ce qui différencie les Français d’Huata d’un groupe comme Cult Of Occult est que la force de leur interprétation ne repose pas uniquement sur le son. Des amateurs de folklore rendu réel et riffs créant des acouphènes en série (dont ce foutu orgue nébuleux transformant la musique en obsession est à voir comme un signe avant-coureur), oui, mais, à la manière d’un Eibon (autre poulain du lourd hexagonal), des musiciens se révèlent progressivement sous les apparats, permettant par l’accumulation de détails à placer Atavist Of Mann au niveau de la concurrence internationale. J’invoque l’invocateur et ses lignes de chant nineties allant même jusqu’à évoquer un Layne Staley en robe de bure sur « Thee Imperial Wizard » ! Ronan ne se base peut-être que sur deux cordes, ces dernières envoutent soit par leurs charges accentuant des poussées déjà écrasantes (« Lords Of The Flame » ou « Fall Of The IVth » par exemple), soit par leur capacité à porter des transitions posées où les guitares s’étouffent pour mieux susurrer leur groove (« Testis Svm Capri », « Templars Of Thy Black Sun »). De quoi accentuer cette impression d’entendre une histoire contée, ces six titres jouant d’interlude (« Testis Svm Capri » et sa saveur « giallo » plaisante pour le fan d’Embrace Of The Narrow House que je suis) et montées vers le rite avec « Templars Of Thy Black Sun » et « Fall Of The IVth » pour renforcer l’ambiance de l’ensemble.

Que des labels aux réputations assises (Throatruiner, Mordgrimm, Boue Records, Odio Sonoro et Psychedoomelic – cinq labels à qui nous devons des sorties de formations telles que Pombagira, Verdun, The Austrasian Goat, Drone Throne, Amarok ou encore Negative Reaction) se soient réunis sous l’appellation « De Arte Magica » pour sortir Atavist Of Mann ne trompe pas. Sa qualité rend inutile l’attente du prochain Electric Wizard pour avoir sa dose de stoner/doom même si une certaine lassitude se fait sentir dans une conclusion à laquelle manque un tube à la hauteur de « Operation Mistletoe » (les heureux possesseurs de l’édition vinyle auront cependant la reprise de « Black Sabbath » de Coven pour se déhancher, celle-ci permettant de renouer avec un Huata au tempo plus rapide et rock n’roll). Alors, si vous n’avez pas encore accordé de votre temps à ce groupe, ne soyez pas stupides comme je l’ai été en le dédaignant : vous risqueriez de passer à côté d’un disque majeur de cette année.
Notice: Object of class QueryTemplate could not be converted to int in /srv/www/deadEngine/class/Thrasho/StatPub/Collection.php on line 13

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour donner votre avis.

9 COMMENTAIRE(S)

Dead citer
Dead
02/04/2012 17:23
Carcinos a écrit : Le webzine thrashocore est vraiment de plus en plus beau et bien foutu dis donc, rien à voir avec y'a quelques années !

Merci Sourire
AxGxB citer
AxGxB
02/04/2012 13:00
note: 8/10
Carcinos a écrit : Ah et pour la version CD, c'est en cours, c'est Frater Mordgrimm qui s'en occupe. Y'a plus qu'à attendre.

Parfait. Patience alors Clin d'oeil
Carcinos citer
Carcinos
02/04/2012 12:30
Merci pour la chronique,

Le webzine thrashocore est vraiment de plus en plus beau et bien foutu dis donc, rien à voir avec y'a quelques années !

Et bien vu les liens vers d'autres chroniques.

Ah et pour la version CD, c'est en cours, c'est Frater Mordgrimm qui s'en occupe. Y'a plus qu'à attendre.
Ikea citer
Ikea
01/04/2012 14:47
note: 8/10
Une version cassette est sortie il y a peu il me semble, mais je n'ai rien entendu concernant une sortie cd. De toute, si tu as une platine, je te conseille fortement d'opter pour le vinyle. Un très bel objet ! Sourire
AxGxB citer
AxGxB
01/04/2012 12:33
note: 8/10
Elle sort quand la version CD? Fait suer de prendre le LP :/
cglaume citer
cglaume
31/03/2012 18:23
Un groupe avec 2 chroniqueurs de CoreAndCo dedans (mais pas de lapin jaune hein ...)
Ikea citer
Ikea
31/03/2012 13:19
note: 8/10
Ah bon ? C'est pas comme nous autres qui rêvons d'être Allemands ? Mince, alors.
Momos citer
Momos
31/03/2012 13:06
Citation : « La petite Bretagne rêvait d'être la Grande »
J'en suis pas si sûr. :]
Ikea citer
Ikea
31/03/2012 10:10
note: 8/10
En écoute sur Bandcamp : http://huata.bandcamp.com/


AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Pseudo :
Question anti-spam :
Dans quel groupe mythique joue Tom Araya ?
Commentaire :

Huata
Stoner/Doom
2012 - De Arte Magica
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (5)  8.2/10
Webzines : (13)  8.15/10

plus d'infos sur

tracklist
01.   Lords Of The Flame
02.   Operation Mistletoe
03.   Thee Imperial Wizard
04.   Part. I : Testis Svm Capri
05.   Part. II : Templars Of Thy Black Sun
06.   Fall Of The IVth
07.   Black Sabbath (Coven Cover)*

* bonus-track de l’édition vinyle

Durée : 66 Mns

line up

parution
Sortie : 07/02/2012

achetez sur
thrashothèque
voir aussi
Huata / Bitcho
Huata / Bitcho
Split (Split 12")

2013 - Music Fear Satan
  

Essayez aussi
Suma
Suma
Ashes

2010 - Speakerphone Recordings/Regain Records
  
Goatsnake
Goatsnake
Flower Of Disease

2000 - Man's Ruin Records
  
Electric Wizard
Electric Wizard
Dopethrone

2000 - Rise Above Records
  
Bongripper
Bongripper
Hippie Killer

2007 - Autoproduction
  
Electric Wizard
Electric Wizard
Come my fanatics....

1997 - Rise Above Records
  

chronique Chronique
Mysticum
In The Streams of Inferno
chronique Chronique
Erebus Enthroned
Temple Under Hell
chronique Chronique
Luror
The Iron Hand of Blackest Terror
chronique Chronique
Lifelover
Dekadens (EP)
chronique Chronique
Darkspace
Dark Space II
chronique Chronique
Ormgård
Ormblot
chronique Chronique
Gravehill
Death Curse
chronique Chronique
Aborym
Dirty Remix (Compil.)
chronique Chronique
Seven Sisters of Sleep
Seven Sisters of Sleep (EP)
chronique Chronique
Sarke
Aruagint
chronique Chronique
Terra Tenebrosa / The Old Wind
The Disfigurement Bowl / Serpent Me (Split 7")
chronique Chronique
Castevet
Summer Fences
chronique Chronique
Om
Pilgrimage
chronique Chronique
Sacrilege
Behind The Realms Of Madness
chronique Chronique
Merkabah
Moloch
chronique Chronique
Blut Aus Nord
Debemur MoRTi (EP)
chronique Chronique
Bestia Arcana
To Anabainon Ek Tes Abyssu
chronique Chronique
Mass Infection
For I Am Genocide
chronique Chronique
Abraham
The Serpent, the Prophet & the Whore
chronique Chronique
Rauhnåcht
Urzeitgeist
chronique Chronique
Vanhelga
Längtan
chronique Chronique
Cultes Des Ghoules
Henbane
chronique Chronique
Behemoth
The Satanist
chronique Chronique
Debauchery
Germany's Next Death Metal
chronique Chronique
Head of the Demon
Head of the Demon
chronique Chronique
Urfaust
Die erste Levitation (Single)
chronique Chronique
Necrohell
Possessed by Nocturnal Grimness
chronique Chronique
Babymetal
Babymetal
chronique Chronique
Portal
Swarth
chronique Chronique
Clutch
Earth Rocker