chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
34 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Overkill - The Electric Age

Chronique

Overkill The Electric Age
Mon pote Toto et moi n'avions pas boudé notre plaisir de retrouver OverKill au sommet de sa forme en 2010 avec un « Ironbound » époustouflant mettant fin à près de dix ans de disette musicale pour nos cinq chauves-souris vertes (passé un « Killbox 13 » plutôt recommandable). L'excitation mais également l'appréhension se lisaient donc sur les visages à l'attente de cette nouvelle offrande d'un éternel second couteau qui aurait pourtant mérité bien plus que d'autres de squatter le haut de l'affiche (m'enfin passons...). « Ironbound » ne resterait-il qu'un ultime sursaut d'orgueil, chant du cygne d'un combo moribond? Nouna! comme on le dit dans mon vieux Morbihan. Quand bien même « The Electric Age » demeurera en ce qui me concerne un brin inférieur à son grand frère, il ne lui fera aucunement honte et se révélera même comme un album plutôt solide malgré quelques petits temps faibles.

Commençons peut-être par cela afin de se réserver le meilleur pour la fin (comme a d'ailleurs su le faire le groupe, on le verra) car passé une entrée en matière des plus convaincante (la triplette « Come And Get It » - « Electric Rattlesnake » - « Wish You Were Dead » faisant l'effet d'un bon coup de pied dans les dents, j'en cherche encore mes incisives!) l'album souffre d'un léger ventre mou Deupardiesque arrivés quelques titres abaissant le niveau de très bon à bon ce qui, convenons-en, reste tout à fait acceptable. Rien de rédhibitoire heureusement, le groupe levant simplement le pied le temps d' une « Black Daze » pépère qui sans tomber dans les travers de certains anciens titres qui frôlaient le pénible (remember « 80 Cycles »?) vient couper l'élan soufflé en début de galette ou une « 21st Century Man » un poil convenue suivie d'une « Old Wounds, New Scars » (et son refrain à la « Bold Face Pagan Stomp ») qui aurait gagné en efficacité amputée de quelques longueurs. Des titres juste bons (oui, je fais le difficile), il en faudrait plus pour tirer vers le bas un album péchant sinon uniquement de par ses soli moins variés, ambiancés et mis en valeur que son prédécesseur sur lequel on retrouvait plusieurs duels de six cordes merveilleux.

Une fois passé outre ces quelques insignifiantes scories qu'il fallait bien révéler afin de justifier la note non maximale, cette nouvelle offrande des Américains viendra combler sans aucun problème tous les fans enchantés d'avoir retrouvé depuis « Ironbound » un Overkill au sommet de son art. Le quintette frise en effet encore une fois la démonstration es thrash avec un album piochant allègrement dans les différentes périodes du combo : des relents du divin « Horrorscope » sur « Come And Get It » et son break à 3'40 rappelant celui d' « Infectious » aux titres renouant avec des influences plus groovy sauce « W.F.O. » que sont « 21st Century Man » et « Old Wounds, New Scars » en passant par la heavy « Save Yourself » en écho à « Bring Me The Night » mais n'oubliant jamais l'efficacité indispensable au style frisant parfois l'énergie du punk/hardcore sur les talmouses « Electric Rattlesnake » et « Wish You Were Dead ». Blitz, DD Verni et leurs acolytes gagnent une nouvelle fois le pari d'un album d'une solidité à l'épreuve des écoutes répétées, bouillonnant de riffs thrash caustiques à faire pâlir les membres d'un big four dont les récentes sorties apparaissent atomisée par les deux derniers albums d'une chauve-souris verte survitaminée (Megadeth mis à part). Les soli de Dave Linsk bien qu' intrinsèquement moins bons que ceux d' « Ironbound » (seul celui de « Drop The Hammer Down », plus ambiancé et mélodique, renoue avec l'un des points forts du précédent opus) affichent malgré tout une spontanéité rafraîchissante et donnent, avec cette assise rythmique solide, l'agréable impression de surprendre un groupe tapant un boeuf dans son garage (« 21st Century Man » par exemple). Et le groupe a beau être plus proche du troisième âge que de ses jeunes années, la hargne est toujours bien là, à l'instar d'un frontman en forme olympique qui débite une nouvelle fois ses lyrics avec une verve intacte (ce cri strident à la fin de « Save Yourself », ce « Shooooooouuuuuuuut!!! explosif juste avant le solo de « All Over But The Shouting ») et de son timbre reconnaissable entre mille (écoutez moi ce flow sur le refrain de « Good Night »). Malgré les rides qui commencent à sillonner le visage du quinquagénaire (bientôt 53 ans tout de même!), sa prestation exemplaire impose le respect. Electrique cet album l'est assurément et ce n'est pas un titre de clôture dantesque qui viendra plomber l'affaire tant « Good Night » achèvera même les plus braves d'entre nous avec sa petite intro magnifique en arpège, ce riff et cette rythmique explosifs, ce refrain et ce break fédérateurs... Bref impossible de piquer du nez après ça! On a plutôt envie de rappuyer sur le bouton play.

Deuxième coupe de maître d' affilée donc pour un Overkill en grande forme, ne se posant pas de question existentielle, fonçant tête baissée dans la voie qu'il a toujours empruntée depuis plus de 25 ans avec plus ou moins de succès. Dotée une fois de plus d'une production moderne et d'un mix plus équilibré que celui de Peter Tägtgren (notamment la batterie), avec une basse moins gourmande, « The Electric Age » ravira donc sans problème tous les aficionados du groupe qui signe ici une nouvelle pièce maîtresse de sa longue discographie. Disponible qui plus est dans une élégante édition digibook format A6,8 l'objet en devient carrément indispensable. A ce tarif là c'est bien simple je sens déjà pointer l'impatience d'un successeur!

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

5 COMMENTAIRE(S)

Niktareum citer
Niktareum
23/04/2013 14:15
note: 8.5/10
cglaume a écrit :

N'empêche, actuellement Bobby et DD sont vraiment les seuls derniers vrais dieux du thrash. Bordel qu'est-ce qu'ils fouttent au Hellfest d'ignorer les boss du New Jersey ???

Dieu t'entende !! Hail (ou à défaut Ben)
cglaume citer
cglaume
23/04/2013 13:49
note: 8.5/10
Album excellent, même si un poil moins bon qu'Ironbound (bref: on est d'accord). N'empêche qu'hormis le duo introductif, "Save Yourself" puis "Good Bye" déchirent férocemment le 'nunusse eux aussi ! Sinon, je ne suis pas 100% d'accord avec les 2 allégations chroniquatoires suivantes 1) la moue quant aux soli qui continuent d'assurer sévère 2) l'appréciation du mix qui, justement, me laisse plus sur ma faim que celui de Ironbound, la basse n'étant cette fois pas assez mise en avant - dommage !

N'empêche, actuellement Bobby et DD sont vraiment les seuls derniers vrais dieux du thrash. Bordel qu'est-ce qu'ils fouttent au Hellfest d'ignorer les boss du New Jersey ???
GUIMMORTAL citer
GUIMMORTAL
27/04/2012 17:37
note: 8.5/10
acheté ce jour en digibook (superbe!)
très bon disque et digne successeur de "Ironboud"
j'attendais ce disque avec impatience , tout comme le prochain Kreator, et je ne suis vraiment pas déçu!!
bonne chronique, à part un coup de mou avec "Black Daze", l'album tient vraiment bien la route
cglaume citer
cglaume
16/04/2012 19:03
note: 8.5/10
Ca me fait penser que je ne l'ai toujours pas acheté 'didiou !!!
Thomas Johansson citer
Thomas Johansson
16/04/2012 17:47
note: 7.5/10
Motörhead violé par Exodus 50 minutes durant. Overkill est dans une période faste!

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Overkill
Thrash Metal
2012 - Nuclear Blast
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (8)  8.13/10
Webzines : (35)  8.4/10

plus d'infos sur
Overkill
Overkill
Thrash Metal - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Come and Get It
02.   Electric Rattlesnake
03.   Wish You Were Dead
04.   Black Daze
05.   Save Yourself
06.   Drop the Hammer Down
07.   21st Century Man
08.   Old Wounds, New Scars
09.   All Over but the Shouting
10.   Good Night

Durée : 50'27

line up
parution
27 Mars 2012

voir aussi
Overkill
Overkill
Immortalis

2007 - Bodog Music
  
Overkill
Overkill
ReliXIV

2005 - Regain Records
  
Overkill
Overkill
Necroshine

1999 - SPV
  
Overkill
Overkill
I Hear Black

1993 - Atlantic Records
  
Overkill
Overkill
Killbox 13

2003 - Spitfire Records
  

Essayez aussi
Delirious
Delirious
Made For The Violent Age

2006 - Armageddon Music
  
Tankard
Tankard
Fat, Ugly And Live (Live)

1991 - Noise Records
  
Gama Bomb
Gama Bomb
Citizen Brain

2008 - Earache Records
  
Exhorder
Exhorder
Slaughter In The Vatican

1990 - Roadrunner Records
  
Headhunter
Headhunter
A Bizarre Gardening Accident

1992 - Major Records
  

Album de l'année
Moon
Render of the Veils
Lire la chronique
Blaze Of Perdition
Near Death Revelations
Lire la chronique
State Faults
Desolate Peaks
Lire la chronique
Conqueror
War Cult Supremacy
Lire la chronique
Kataklysm
Of Ghosts And Gods
Lire la chronique
One Life Crew
Crime Ridden Society
Lire la chronique
Adversarial
Death, Endless Nothing And ...
Lire la chronique
Parce qu'on a tous été ados
Jouer au blindtest
Loudblast
Sublime Dementia
Lire la chronique
Motocultor Festival 2015
Lire le dossier
Uncle Acid And The Deadbeats
The Night Creeper
Lire la chronique
Interment
Where Death Will Increase 1...
Lire la chronique
Aetherius Obscuritas
MMXV
Lire la chronique
LVTHN
The Grand Uncreation (Compil.)
Lire la chronique
Der Weg einer Freiheit
Unstille
Lire la chronique
Soilwork - The Ride Majestic
Lire le dossier
Lugubrum / Urfaust
Het Aalschuim der Natie (Sp...
Lire la chronique
Venefixion
Defixio (Démo)
Lire la chronique
Ulcerate
Everything is Fire
Lire la chronique
Pure
Art of Loosing One's Own Life
Lire la chronique
Metal Méan 2015
(DOLCH) + Drowned + Grand M...
Lire le live report
Suis La Lune
Distance / Closure (EP)
Lire la chronique
New Noise Festival 10
Birds In Row + Earthship + ...
Lire le live report
Crown
Natron
Lire la chronique
Leprous
The Congregation
Lire la chronique
Various Artists
A Treasure to Find (Tribute...
Lire la chronique
Vardan
Between the Fog and Shadows
Lire la chronique
Birds In Row
You, Me & the Violence
Lire la chronique
Weird Fate
Cycle of Naught
Lire la chronique
Mercyless
Abject Offerings
Lire la chronique