chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
51 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Diablo Swing Orchestra - Pandora's Piñata

Chronique

Diablo Swing Orchestra Pandora's Piñata
L'arrivée du premier album de Diablo Swing Orchestra en 2007 fait partie des découvertes musicales les plus marquantes de ces dernières années pour moi, l'histoire d'une bande d'allumés sortis de nulle part qui parachutent avec "The Butcher's Ballroom", une musique à la fois personnelle, mature et maîtrisée dans ses moindres détails. Je ne saurais d'ailleurs vous dire combien de semaines il a tourné en boucle dans ma playlist, avec systématiquement ce même plaisir et cette agréable sensation d'entendre quelque chose de foncièrement différent. Alors que j'aurais dû logiquement me jeter sur la suite apparemment aussi bonne ("Sing-Along Songs for the Damned and Delirious"), j'ai fait l'impasse, par peur d'être déçu peut-être. Reprenant le flambeau de notre regretté lapin jaune, je passe donc de un à trois (un peu comme ceux qui ont des jumeaux après un premier enfant) et renoue avec l'univers improbable des Suédois, des retrouvailles dans la joie et la bonne humeur melées d'un plaisir non dissimulable.

On les savait doués. Très doués même. Difficile pourtant d'imaginer qu'une formation aussi talentueuse soit-elle, puisse aller plus loin dans un style aux contours déjà bien dessiné. Mais ils l'ont fait et bien que "Pandora's Piñata" ne provoque pas l'effet de la surprise du premier album, il apporte quelques évolutions absolument irrésistibles. Pour faire simple, cette cuvée 2012 est à la fois une leçon de groove, une leçon de feeling et une leçon de savoir-faire en matière d'ambiances. Sans jamais se répéter, le groupe nous balade entre swing/jazz *burtonien* ("Voodoo Mon Amour", "Honey Trap Aftermath"), cirque burlesque ("Black Box Messiah", "Of Kali Ma Calibre"), expédition saharienne ("Mass Rapture") et BO clichée de vieux westerns à la sauce mexicaine ("Guerilla Laments", "Kevlar Sweethearts"), exercices dans lesquels il excelle à la perfection. Moins "gothique" qu'auparavant, leur musique fait reculer les cordes au profit des cuivres et relègue définitivement les guitares électriques au second plan, cantonnées à soutenir rythmiquement un ensemble où leur présence ne s'illustre que dans les passages les plus incisifs ("Of Kali Ma Calibre", "Exit Strategy of a Wrecking Ball", ...). Le chant lyrique d'Annlouice et celui plus naturel de Daniel Håkansson, font toujours des étincelles et se complètent parfaitement dans ce délire musical ; et du délire musical, il en est évidemment question sur ces 11 pièces puisqu'ici personne ne se prend au sérieux, particulièrement nos deux chanteurs qui osent le mauvais goût absolu sur un "Black Box Messiah" qui ne manque pas de surprise.

Je me demande combien de temps il a fallu à Diablo Swing Orchestra pour arriver à un tel résultat. "Pandora's Piñata" se compose d'un incroyable enchevêtrement de couches d'instruments, fourmille de petits détails à n'en plus finir, d'arrangements divers et surtout variés, sans que le tout paraisse surchargé. Et malgré cette richesse, ce colossal travail de composition, le talent des Suédois réside aussi dans leur capacité à proposer un style très accessible, même pour quelqu'un d'étranger au metal : il faudrait vraiment avoir un balai dans le c** pour ne pas se bouger sur un "Voodoo Mon Amour" ou "Honey Trap Aftermath". Et la qualité est au rendez-vous tout au long de ces 50 minutes qui ne comptent presque aucun temps mort et enchainent tube sur tube. Tout droit tiré d'un conte de Disney, seul "Aurora" mérite pour moi un petit bémol. A prendre sans doute au second degré, ce titre mou et *classique* met un frein à la dynamique de l'album, seul moment également où Annlouice se métamorphose en véritable castafiore et nous casse les oreilles.

Pour le reste, n'ayez aucun doute sur le potentiel addictif de ce troisième album qui vous bottera le cul comme c'est pas permis. Une oeuvre totalement imprévisible, d'une efficacité redoutable, d'un feeling unique qui parvient à transformer la plus farfelue des idées en véritable trait de génie. Diablo Swing Orchestra possède décidément ce petit truc en plus qui fait que ça fonctionne, une évidence qui vous prend aux tripes dès les premières minutes. "Pandora's Piñata" porte finalement bien son nom : une fois qu'on goûte à ses sucreries, on est fait comme des rats.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour donner votre avis.

9 COMMENTAIRE(S)

Invité citer
spiral
14/08/2012 11:26
excellent
citer
(ancien membre)
25/05/2012 18:38
note: 9/10
Après quelques écoutes...
citer
(ancien membre)
23/05/2012 21:32
note: 9/10
Merde zai oublié des mots: "cet album" à placer où il faut !!
citer
(ancien membre)
23/05/2012 21:31
note: 9/10
Je trouve riche et très cohérent.
Faut un sacré degré de maîtrise et de composition pour ne pas faire sonner ce bouillon d'idées commeun foutoir total
Chapeau !!
cglaume citer
cglaume
04/05/2012 13:56
note: 9.5/10
Correction de ma note, en cours de rédaction de la chro: pas 9/10, non, plutôt 9.5/10 crévingiou !!!
Invité citer
jska
01/05/2012 09:56
" je passe donc de un à trois (un peu comme ceux qui ont des jumeaux après un premier enfant)" très drole !

Un groupe qui fait du bien pour ou il passe, et effectivement depuis le premier album, on sent de plus en plus de maitrise.
Zef citer
Zef
25/04/2012 21:29
note: 7/10
Une tuerie ! D'album en album ils se font de plus en plus barrés ! J'ignore à quoi ils se cuitent avant de composer, mais j'y goûterais bien ! La chronique a raison de s'attarder sur "Black Box Messiah", c'est un sommet de grand-guignol !
cglaume citer
cglaume
25/04/2012 15:53
note: 9.5/10
De la grosse bombe !! Impossible de me retirer "Honey Trap Aftermath" du crâne !!!
Momos citer
Momos
21/04/2012 18:18
Le précédent m'avait plu, pas emballé: amusant aux premières écoutes, il restait cependant un "Van Canto", un "Apocalyptica" de plus dans l'horizon: ce genre de groupes pas foncièrement mauvais, mais qui tentent de se vendre via une prétendue "originalité", avec souvent une inspiration plus médiocre dans les compos.
Bon, DBSO passait mieux que les exemples sus-cités, mais j'ai toujours eu du mal à terminer l'écoute de leur second album. Du coup, celui ne me tente pas trop...

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Pseudo :
Question anti-spam :
Dans quel groupe mythique joue Tom Araya ?
Commentaire :

Diablo Swing Orchestra
Musique inclassable et barrée
2012 - Candlelight Records
notes
Chroniqueur : 9/10
Lecteurs : (4)  8.63/10
Webzines : (8)  9.36/10

plus d'infos sur
Diablo Swing Orchestra
Diablo Swing Orchestra
Musique inclassable et barrée - Suède
  

vidéos
Voodoo Mon Amour
Voodoo Mon Amour
Diablo Swing Orchestra

Extrait de "Pandora's Piñata"
  
Black Box Messiah
Black Box Messiah
Diablo Swing Orchestra

Extrait de "Pandora's Piñata"
  

tracklist
01.   Voodoo Mon Amour
02.   Guerilla Laments
03.   Kevlar Sweethearts
04.   How to Organize a Lynch Mob
05.   Black Box Messiah
06.   Exit Strategy of a Wrecking Ball
07.   Aurora
08.   Mass Rapture
09.   Honey Trap Aftermath
10.   Of Kali Ma Calibre
11.   Justice for Saint Mary

line up
parution
14 Mai 2012

voir aussi
Diablo Swing Orchestra
Diablo Swing Orchestra
The Butcher's Ballroom

2007 - Candlelight Records
  
Diablo Swing Orchestra
Diablo Swing Orchestra
Sing-Along Songs for the Damned and Delirious

2009 - Ascendance Records
  

Essayez aussi
Stolen Babies
Stolen Babies
There Be Squabbles Ahead

2007 - The End Records
  
Sebkha-Chott
Sebkha-Chott
De La Persistance ...
(... de la Mythologie Chottienne en ??? Vélos)

2009 - Musea Records
  
Mr. Bungle
Mr. Bungle
Disco Volante

1995 - Warner Bros.
  
Sebkha-Chott
Sebkha-Chott
Nagah-Mahdi
(Opuscrits En 48 Rouleaux)

2006 - Musea Records
  
Pin-Up Went Down
Pin-Up Went Down
2 Unlimited

2008 - Ascendance Records
  

Varathron
Untrodden Corridors of Hades
Lire la chronique
Mors Principium Est
Dawn Of The 5th Era
Lire la chronique
Pure
Kingdom of Wrath
Lire la chronique
Skelethal
Interstellar Knowledge Of T...
Lire la chronique
Bastard Sapling
Instinct Is Forever
Lire la chronique
Eternal Sex And War
Negative Monoliths
Lire la chronique
13th Moon
Abhorrence Of Light (EP)
Lire la chronique
Sacrificia Mortuorum / Orthanc
Split (Split-CD)
Lire la chronique
Maybeshewill
Fair Youth
Lire la chronique
Ancient Crypts
Devoured By Serpents (Démo)
Lire la chronique
Overkill
White Devil Armory
Lire la chronique
Deathronation
Hallow The Dead
Lire la chronique
Pornography : interview à l'occasion de la sortie de leur compilation
Lire l'interview
Horrendous
Ecdysis
Lire la chronique
The Duskfall
Where The Tree Stands Dead
Lire la chronique
Khold
Til Endes
Lire la chronique
''Betty'' 20th Anniversary Tour
Helmet
Lire le live report
Absentia Lunae
Vorwärts
Lire la chronique
Mudvayne
L.D. 50
Lire la chronique
Queens Of The Stone Age
...Like Clockwork
Lire la chronique
Midnight
No Mercy For Mayhem
Lire la chronique
Oozing Wound
Earth Suck
Lire la chronique
Sam Bean, ou la vie à 300 BPM
Lire l'interview
Dagoba lors de leur passage à Lyon
Lire l'interview
Down
Down IV Part II (EP)
Lire la chronique
Saille
Eldritch
Lire la chronique
Schammasch
Contradiction
Lire la chronique
Striker
City Of Gold
Lire la chronique
Chroniques à la con ! 12 : Back from the dead
Lire le dossier
Anathema
Distant Satellites
Lire la chronique