chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
33 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Escarnium - Excruciating Existence

Chronique

Escarnium Excruciating Existence
L'EP Rex Verminorum sorti l'année dernière avait titillé mes conduits auditifs toujours avides de death metal blasphématoire. Rien d'extraordinaire ni d'innovant comme d'habitude dans le genre mais suffisamment bien fait pour me sentir excité à l'arrivée ce mois-ci d'Excruciating Existence, premier full-length des Brésiliens fidèles au label polonais Hellthrasher Productions.

Et comme l'EP, l'album, qui en reprend deux morceaux plus le title-track de la démo Covered In Decadence, ne va pas changer la face du monde. Qui s'en soucie après tout, il est de toute façon condamné. On y retrouve à peu de choses près la même formule, soit du death metal old-school sombre et evil qui doit tout à la doublette démoniaque mythique Incantation/Immolation, le premier surtout. Des influences très marquées qui rapprochent les Sud-Américains de groupes comme Dead Congregation, le growl bas et profond de Victor Ellian étant en plus similaire à celui d'Anastasis, ou Drawn & Quartered, avec un riffing comparable à Merciless Hammer Of Lucifer. Non, pas la meilleure offrande des Américains. Escarnium joue d'ailleurs en ligue inférieure. Non sans démériter. D'autant que le quatuor a revu à la hausse la brutalité et la vitesse sur Excruciating Existence par rapport à l'EP. Ce qui se traduit par plus de blast-beats, et ça, ça me convient tout à fait! Et quand ça ne blaste pas, ça envoie surtout des rythmiques thrash. Pas pour me déplaire non plus! Le groupe y ajoute également des parties mid-tempos et quelques rares séquences plus lentes ("Salvation Through Zyklon-B" à 2'47, "Excruciating Existence" à 3'23, "Self Proclaimed Messiah" à 4'27). Le combo de Salvador s'en sort aussi plutôt bien niveau riff. On reste toujours dans le très classique mais les mélodies de riff dark font leur petit effet, tout comme les leads ("Self Proclaimed Messiah" à 4'27, "Death Metal Terror" à 2'31). Les solos, peu développés et ne ressemblant pas à grand chose, s'avèrent par contre moins convaincants. On se consolera avec une basse bien présente qui rajoute une certaine lourdeur et gravité à l'ensemble (toute seule sur "Salvation Through Zyklon-B" à 1'23, ça racle à 2'08 sur "Nuclear Burial", ça ronronne sur "Dark Clouds Above Hell's Fire" à 0'42, "Slaves Of An Ending Fate" à 1'27...).

Et l'ensemble, quoique générique, est plutôt satisfaisant. Escarnium fait exactement le genre de death qui me parle, difficile pour moi de résister. Pourquoi une note moyenne alors? Parce qu'un élément vient handicaper Excruciating Existence. Un élément pour lequel j'ai d'habitude une certaine tolérance: la production. Mollassonne comme pas permis avec une couche de guitare bien trop fine et une batterie en mousse sans aucune puissance, même pendant les blasts, elle réduit considérablement la force de frappe de l'opus et son impact sur l'auditeur en le rendant mou, linéaire et sans profondeur (l'opus, pas l'auditeur, hein!). L'ambiance sale et soufrée a même du mal à s'installer, un point pourtant crucial dans ce genre de death. À tel point qu'on est obligé de pousser le volume et le niveau de basse pour ressentir quelque chose. Je ne dis pas qu'Excruciating Existence aurait été l'album de l'année avec une production plus crade, puissante et agressive (Escarnium a encore du pain sur la planche ouija en matière de composition) mais il aurait eu bien plus d'allure rien qu'avec le son de la démo Covered In Decadence comme nous le prouve le bonus track en final, beaucoup plus percutant. C'est donc surtout à ce niveau que me déçoit ce premier album des Sud-Américains qui n'ont autrement pas perdu leur potentiel. Car Excruciating Existence a tout de même pas mal de bonnes choses à proposer et devrait trouver son public parmi les aficionados d'Incantation & Cie peu exigeants sur la personnalité. Pour se faire une meilleure place dans ce milieu très fréquenté, Escarnium devra toutefois élever son niveau de jeu, se détacher un minimum de ses influences et, surtout, s'acheter une production digne de ce nom.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Escarnium
notes
Chroniqueur : 6/10
Lecteurs :   -
Webzines : (5)  6.02/10

plus d'infos sur
Escarnium
Escarnium
Death Metal - Brésil
  

écoutez
tracklist
01.   731
02.   Salvation Through Zyklon-B
03.   Excruciating Existence
04.   Self Proclaimed Messiah
05.   Nuclear Burial
06.   Death Metal Terror
07.   Dark Clouds Above Hell's Fire
08.   Slaves Of An Ending Fate
09.   Covered In Decadence (bonus track)

Durée : 38'40

line up
parution
26 Avril 2012

voir aussi
Escarnium
Escarnium
Rex Verminorum (EP)

2011 - Hellthrasher Productions
  

Essayez plutôt
Blame
Blame
Resilience

2013 - Autoproduction
  
Sanguis Imperem
Sanguis Imperem
The Stagnation Of Centuries (MCD)

2008 - Autoproduction
  
Vomitory
Vomitory
Carnage Euphoria

2009 - Metal Blade
  
Blood Red Throne
Blood Red Throne
Come Death

2007 - Earache Records
  
Entrapment
Entrapment
Lamentations Of The Flesh

2014 - Soulseller Records
  

Mourning Mist
Mourning Mist
Lire la chronique
Katatonia
Sanctitude (Live)
Lire la chronique
Anatomia
Decaying in Obscurity
Lire la chronique
Gruesome
Savage Land
Lire la chronique
Unleashed
Dawn Of The Nine
Lire la chronique
Khors
Night Falls onto the Fronts...
Lire la chronique
Hardingrock
Grimen
Lire la chronique
Embrace Of Thorns
Praying For Absolution
Lire la chronique
Achetez-vous des éditions limitées ?
Chacun ses faiblesses, on n...
Voir le sondage
Anatomia
Dissected Humanity
Lire la chronique
Cannabies
Sativa Syn
Lire la chronique
Drudkh
A Furrow Cut Short (Борозна...
Lire la chronique
Turnstile
Nonstop Feeling
Lire la chronique
XII Boar
Pitworthy
Lire la chronique
Shining
IX - Everyone, Everything, ...
Lire la chronique
Wake Up The Souls
System Of A Down
Lire le live report
Demonical
Black Flesh Redemption (EP)
Lire la chronique
No Omega
Shame
Lire la chronique
Malmort
Excerpta Funebris
Lire la chronique
Monstrosity
Imperial Doom
Lire la chronique
Sect Pig
Self Reversed (EP)
Lire la chronique
One Tail, One Head
One Tail, One Head (Compil.)
Lire la chronique
Sigh
Graveward
Lire la chronique
Very 'Eavy 2015 - 2ème Jour
Air Raid + Ear Danger + Rav...
Lire le live report
Very 'Eavy 2015 - 1er Jour
Elise + Enchantress + Night...
Lire le live report
Northlane
Singularity
Lire la chronique
Nekkral
Nekkral
Lire la chronique
De Jeffrey Walker à Alexi Laiho
Jouer à The Small Metal World Experiment
Délétère
Les heures de la peste
Lire la chronique
Pseudogod
The Pharynxes Of Hell (EP)
Lire la chronique