chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
29 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Escarnium - Excruciating Existence

Chronique

Escarnium Excruciating Existence
L'EP Rex Verminorum sorti l'année dernière avait titillé mes conduits auditifs toujours avides de death metal blasphématoire. Rien d'extraordinaire ni d'innovant comme d'habitude dans le genre mais suffisamment bien fait pour me sentir excité à l'arrivée ce mois-ci d'Excruciating Existence, premier full-length des Brésiliens fidèles au label polonais Hellthrasher Productions.

Et comme l'EP, l'album, qui en reprend deux morceaux plus le title-track de la démo Covered In Decadence, ne va pas changer la face du monde. Qui s'en soucie après tout, il est de toute façon condamné. On y retrouve à peu de choses près la même formule, soit du death metal old-school sombre et evil qui doit tout à la doublette démoniaque mythique Incantation/Immolation, le premier surtout. Des influences très marquées qui rapprochent les Sud-Américains de groupes comme Dead Congregation, le growl bas et profond de Victor Ellian étant en plus similaire à celui d'Anastasis, ou Drawn & Quartered, avec un riffing comparable à Merciless Hammer Of Lucifer. Non, pas la meilleure offrande des Américains. Escarnium joue d'ailleurs en ligue inférieure. Non sans démériter. D'autant que le quatuor a revu à la hausse la brutalité et la vitesse sur Excruciating Existence par rapport à l'EP. Ce qui se traduit par plus de blast-beats, et ça, ça me convient tout à fait! Et quand ça ne blaste pas, ça envoie surtout des rythmiques thrash. Pas pour me déplaire non plus! Le groupe y ajoute également des parties mid-tempos et quelques rares séquences plus lentes ("Salvation Through Zyklon-B" à 2'47, "Excruciating Existence" à 3'23, "Self Proclaimed Messiah" à 4'27). Le combo de Salvador s'en sort aussi plutôt bien niveau riff. On reste toujours dans le très classique mais les mélodies de riff dark font leur petit effet, tout comme les leads ("Self Proclaimed Messiah" à 4'27, "Death Metal Terror" à 2'31). Les solos, peu développés et ne ressemblant pas à grand chose, s'avèrent par contre moins convaincants. On se consolera avec une basse bien présente qui rajoute une certaine lourdeur et gravité à l'ensemble (toute seule sur "Salvation Through Zyklon-B" à 1'23, ça racle à 2'08 sur "Nuclear Burial", ça ronronne sur "Dark Clouds Above Hell's Fire" à 0'42, "Slaves Of An Ending Fate" à 1'27...).

Et l'ensemble, quoique générique, est plutôt satisfaisant. Escarnium fait exactement le genre de death qui me parle, difficile pour moi de résister. Pourquoi une note moyenne alors? Parce qu'un élément vient handicaper Excruciating Existence. Un élément pour lequel j'ai d'habitude une certaine tolérance: la production. Mollassonne comme pas permis avec une couche de guitare bien trop fine et une batterie en mousse sans aucune puissance, même pendant les blasts, elle réduit considérablement la force de frappe de l'opus et son impact sur l'auditeur en le rendant mou, linéaire et sans profondeur (l'opus, pas l'auditeur, hein!). L'ambiance sale et soufrée a même du mal à s'installer, un point pourtant crucial dans ce genre de death. À tel point qu'on est obligé de pousser le volume et le niveau de basse pour ressentir quelque chose. Je ne dis pas qu'Excruciating Existence aurait été l'album de l'année avec une production plus crade, puissante et agressive (Escarnium a encore du pain sur la planche ouija en matière de composition) mais il aurait eu bien plus d'allure rien qu'avec le son de la démo Covered In Decadence comme nous le prouve le bonus track en final, beaucoup plus percutant. C'est donc surtout à ce niveau que me déçoit ce premier album des Sud-Américains qui n'ont autrement pas perdu leur potentiel. Car Excruciating Existence a tout de même pas mal de bonnes choses à proposer et devrait trouver son public parmi les aficionados d'Incantation & Cie peu exigeants sur la personnalité. Pour se faire une meilleure place dans ce milieu très fréquenté, Escarnium devra toutefois élever son niveau de jeu, se détacher un minimum de ses influences et, surtout, s'acheter une production digne de ce nom.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Escarnium
notes
Chroniqueur : 6/10
Lecteurs :   -
Webzines : (5)  6.02/10

plus d'infos sur
Escarnium
Escarnium
Death Metal - Brésil
  

écoutez
tracklist
01.   731
02.   Salvation Through Zyklon-B
03.   Excruciating Existence
04.   Self Proclaimed Messiah
05.   Nuclear Burial
06.   Death Metal Terror
07.   Dark Clouds Above Hell's Fire
08.   Slaves Of An Ending Fate
09.   Covered In Decadence (bonus track)

Durée : 38'40

line up
parution
26 Avril 2012

voir aussi
Escarnium
Escarnium
Rex Verminorum (EP)

2011 - Hellthrasher Productions
  

Essayez plutôt
Lost Soul
Lost Soul
Genesis XX: Years of Chaoz (Compil.)

2013 - Witching Hour Productions
  
Mass Infection
Mass Infection
Promo 2008 (Promo)

2008 - Autoproduction
  
Krisiun
Krisiun
AssassiNation

2006 - Century Media
  
Verminous
Verminous
Impious Sacrilege

2003 - Xtreem Music
  
Thorium
Thorium
Ocean Of Blasphemy

2000 - DieHard Music
  

Gorguts
The Erosion Of Sanity
Lire la chronique
Hellbringer
Awakened from the Abyss
Lire la chronique
Nuke
Nuke
Lire la chronique
Motörhead
Overkill
Lire la chronique
Cepheide
Respire (EP)
Lire la chronique
Imperium Dekadenz
Dis Manibvs
Lire la chronique
Paradise Lost
The Plague Within
Lire la chronique
Diabolical
Umbra (EP)
Lire la chronique
Dystopia
Human = Garbage (Compil.)
Lire la chronique
Iron Maiden
Iron Maiden
Lire la chronique
Soilwork
Death Resonance (Compil.)
Lire la chronique
Eldamar
The Force of the Ancient Land
Lire la chronique
Inquisition
Bloodshed Across the Empyre...
Lire la chronique
Temtris
Enter the Asylum
Lire la chronique
Hell Militia pour leur passage au Fall Of Summer
Lire l'interview
Auriga
VII - Dimensions of Asymmetry
Lire la chronique
Harm
October Fire
Lire la chronique
Abigail
The Final Damnation
Lire la chronique
Cauchemar
Chapelle ardente
Lire la chronique
Myrkur
Mausoleum (Live)
Lire la chronique
Falaise
As Time Goes By (Rééd.)
Lire la chronique
Dystopia
The Aftermath (Compil.)
Lire la chronique
Vader
Iron Times (EP)
Lire la chronique
Sol Sistere
Unfading Incorporeal Vacuum
Lire la chronique
Fyrnask
Fórn
Lire la chronique
Sad
Utter Nihil Worship
Lire la chronique
Ghoulgotha
To Starve The Cross
Lire la chronique
Blood Incantation
Starspawn
Lire la chronique
Palehorse
Looking Wet in Public
Lire la chronique
Mass Hysteria
Le bien-être et la paix
Lire la chronique