chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
26 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Iperyt - No State Of Grace

Chronique

Iperyt No State Of Grace
Les polonais d’Iperyt l’avaient annoncé dès le départ via un extrait vocal sur le premier EP intitulé « Particular Hatred » : « Pain has a face, allow me to show it to you ». Les intentions du groupe ont toujours été affichées de manière à ne laisser aucune ambigüité, Iperyt a été créé pour faire parler la poudre et ce n’est pas vraiment l’album « Totalitarian Love Pulse » (2006) qui avait contredit le but initial du groupe. Si l’on s’intéresse de plus près à cette carrière et au line-up, on pourra remarquer que le combo compte dans ses rangs deux membres d’Infernal War, référence que tout fan de massacre auditif doit connaître puisqu’il s’agit d’une valeur montante de l’underground « War Metal ». Mais l’erreur serait de trop vite rapprocher Iperyt à Infernal War, puisque que le premier possède un détail de taille que le second n’a pas, à savoir « The Schoker » un membre chargé de la programmation et issu de la scène Hardtek/Hardcore/Gabber. Maintenant que les présentations sont faites, il vous est sûrement un peu plus facile d’imaginer à quoi peut ressembler la musique produite par Iperyt.

Le constat qui se pose devant nous peut éventuellement être inquiétant, c’est vrai que le mélange entre Black/death extrêmement bestial et Industriel à 300bpm pourra vite faire reculer les auditeurs les moins courageux. Donc si les groupes bestiaux et les Dj’s de Hardcore vous font fuir, il est temps de préparer votre valise et de partir très loin. Pour les courageux qui sont restés, je me dois d’essayer de poser quelques balises de repérage qui vous seraient utiles pour cerner un peu mieux le style Iperyt. On pourrait donc résumer le tout à un assemblage entre les guitares et la voix de Black Witchery / Diocletian / Bestial Warlust et la base rythmique d’un Angerfist /Manu Le Malin / Radium. Ceci étant dit, je me dois quand même d’apporter une petite précision à ceux qui auraient déjà posé une oreille – voire deux – sur ce son si particulièrement haït : Iperyt a mis de l’eau dans son vin.

Le concept est tel qu’il a toujours été, on ne peut plus simpliste : Déglinguer, pulvériser, défourailler, atomiser, ravager. La différence principale (certainement accentuée par un temps de pause assez long) avec les deux précédentes réalisations du groupe réside dans le fait que maintenant Iperyt martèle avec légèrement plus de classe et de réflexion. Si aucun doute n’était permis sur la capacité des polonais à savoir envoyer le bois et pondre des riffs qui dépotent, l’aspect « tout en finesse » que l’on trouve ici est déjà plus surprenant. Ceci se traduit tout d’abord par une recherche rythmique plus travaillée – tant dans les machines que dans les guitares en pall-mute - ce qui a sans doute pour but d’éloigner les fantômes de la lassitude, cette dernière étant relativement présente sur les deux premières productions du groupe. Quelques samples industriels se greffent à l’ensemble et accentuent rudement bien ce côté totalitaire assumé.

On voit tout de suite que le groupe a pris le parti de mettre en avant les guitares qui sont enregistrées de manière parfaitement audible, cette option offre clairement un rendu plus net et plus précis. Par la force des choses, les infrabasses qui avaient fait le succès et la puissance de « Particular Hatred » se retrouvent cette fois plus en fond, et la base techno/industrielle gagne en clarté ce qu’elle perd en électronique pur. Les titres « The Player », « Antihuman hate Generator » ou « Nuclear morning » illustrent bien ce changement par des breaks constitués de rythmiques hachées. De même, le chanteur prend le soin de placer des petits passages remplis de « Hey, Hey ! » qui ont pour but de faire bouger votre popotin sur les passages plus lents, voire d’apporter un aspect dansant. Alors bon, de la à dire que nous sommes ici au cœur de quarante minutes de son « dancefloor » il n’y a qu’un pas que je ne franchirais pas mais il est clair qu’Iperyt est apte à provoquer le headbang, et ce tout autant qu’un bon groupe de Death ou qu’un breakdown de Hardcore.
On se retrouve donc avec une sensation qui nous tiraille entre une brutalité extrême et des instants plus rafraîchissants, où le groupe lâche un peu la violence pure pour nous offrir un moment de répit. Un choix judicieux puisque l’auditeur pourra terminer l’écoute du disque complet sans aucun problème. Le groupe réussit le pari d’injecter une dose de nouveauté et de diversité sans effectuer le moindre retournement de veste, et forcément la recette marche du début à la fin.

L’album de la maturité pour Iperyt ? Sans aucun doute : Oui !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

4 COMMENTAIRE(S)

Sakrifiss citer
Sakrifiss
11/08/2012 10:22
Raaaaahhhh, mais je l'ai pas cet album. merci pour la remontée de chro du coup !
BBB citer
BBB
10/08/2012 16:06
Je découvre... Je peux déjà dire que le morceau 'Antihuman Hate Generator' me fait foutrement penser au groupe Havoc Unit (ex ...And Oceans) et son superbe album 'h.IV+'.
Je sens que je vais me laisser tenter par un achat...
Ant1 citer
Ant1
28/04/2012 09:14
Il va me le falloir, celui-là ! Vivement Mai !
Geisterber citer
Geisterber
28/04/2012 00:21
Citation : On pourrait donc résumer le tout à un assemblage entre les guitares et la voix de Black Witchery / Diocletian / Bestial Warlust et la base rythmique d'un Angerfist /Manu Le Malin / Radium
Judicieuse analyse d'un disque je n'aurais vraiment pas su voir comme ça. Ouais, c'est totalement juste au final.
Si je connais finalement assez mal ce disque par rapport à Particular Hatred, je trouve leur délire particulièrement bien chiadé. Ultra violent et totalitaire justement bien que les extraits issus de No State of Grace laissent présager une plus grande maîtrise et un plus grand équilibre au profit d'atmosphère moins chaotiques mais plus profondes. Je me laisserai sans doute tenter un jour!

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Iperyt
Black Industriel / Electronique
2011 - Autoproduction
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (2)  7.25/10
Webzines : (10)  6.55/10

plus d'infos sur
Iperyt
Iperyt
Black Industriel / Electronique - Pologne
  

tracklist
01.   No state of grace
02.   Scars are sexy
03.   A pocket size of armageddon
04.   Antihuman Hate Generator
05.   Blades of malice and scorn
06.   The antithesis
07.   Keep your eyes closed
08.   Into the mouth of madness
09.   Nuclear mornings
10.   The player
11.   In morbid rapture

Durée : 40.52 min.

line up
parution
4 Mai 2011

voir aussi
Iperyt
Iperyt
Totalitarian Love Pulse

2006 - Agonia Records
  

Essayez aussi
(V.E.G.A.)
(V.E.G.A.)
Cocaïne

2002 - Debemur Morti Productions
  
Pavillon Rouge
Pavillon Rouge
Solmeth Pervitine

2011 - Post Apocalyptic Music
  
Neo Inferno 262
Neo Inferno 262
Hacking the Holy Code

2008 - Necrocosm
  

Behexen
The Poisonous Path
Lire la chronique
Ritual Death
Ritual Death (EP)
Lire la chronique
The Wakedead Gathering
Fuscus: Strings Of The Blac...
Lire la chronique
Jex Thoth
Blood Moon Rise
Lire la chronique
Morbid Saint
Spectrum Of Death
Lire la chronique
Blood Ceremony
Lord of Misrule
Lire la chronique
Isolert
No Hope, No Light...Only Death
Lire la chronique
Ghold
PYR
Lire la chronique
Gruesome
Dimensions Of Horror (EP)
Lire la chronique
Teloch
Thus Darkness Spake
Lire la chronique
Pseudogod
Sepulchral Chants (Compil.)
Lire la chronique
First Fragment
Dasein
Lire la chronique
En mai fais ce qu'il te plait
Jouer au blindtest
Heimsgard
Ordrag
Lire la chronique
Essence
Prime
Lire la chronique
Suspiral
Delve Into The Mysteries Of...
Lire la chronique
Gebrechlichkeit
Aphorismen der Angst
Lire la chronique
Brame
La nuit, les charrues...
Lire la chronique
Roadburn Festival 2016 - 1er Jour
Black Mountain + Converge +...
Lire le live report
Reptilian
Perennial Void Traverse
Lire la chronique
Deströyer 666
Wildfire
Lire la chronique
Opium Warlords
Live at Colonia Dignidad
Lire la chronique
Baalsebub
Procedure Of Emasculation (EP)
Lire la chronique
Head of the Demon
Sathanas Trismegistos
Lire la chronique
L'Instant Sakrifiss
Lire le podcast
La photo mystère du 7 Mai 2016
Jouer à la Photo mystère
Anata
Dreams of Death and Dismay
Lire la chronique
Near
Own Sun
Lire la chronique
Glorior Belli
Sundown (The Flock That Wel...
Lire la chronique
Grave Miasma
Endless Pilgrimage (EP)
Lire la chronique