chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
48 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Dismal Lapse - Eon Fragmentation

Chronique

Dismal Lapse Eon Fragmentation
Il est bien loin le temps des cassettes, où chacun devait trimer pour trouver LE groupe qui tue et où les groupes de leur côté galéraient pour se faire un nom. De nos jours avec internet tout est plus simple, les musiciens possèdent un média puissant pour se faire entendre et les fans peuvent découvrir facilement de nouveaux groupes. Le principal problème désormais est de faire le tri dans toutes ces formations qui sont pour la plupart, malheureusement, médiocres ou sans une once d'originalité. Trouver un nouveau groupe peu connu et talentueux dans ce dédale de banalités tient alors généralement du coup de chance, et de la chance on peut dire que j'en ai eu le jour où je me baladais un peu au hasard sur le site de Sevared Records et que l'une des chansons de Dismal Lapse vint me titiller les esgourdes. L'efficacité du titre couplé à un sens mélodique indéniable m'a tout de suite comblé, et m'a poussé à commander au plus vite l'album dont ce titre (dont je n'arrive pas à me rappeler le nom) est issu : Eon Fragmentation. Après avoir reçu ce premier album des jeunes californiens me voilà tombé amoureux de leur Death Technique rapide, véloce et incroyablement varié qui nous fait irrémédiablement penser à Anata, Gorod ou encore Spawn of Possession (de l'époque Cabinet).

Dismal Lapse a en fait été formé en 2001 sous le patronyme Bled. En 2008, après n'avoir sortit qu'une démo et un EP nommé Spider Web Structure, le groupe subit un important changement de line up (puisqu'aucun des membres originels ne resta à bord) et change de nom pour Dismal Lapse. Un tout nouveau groupe est né. Cependant la formation a conservé quelques morceaux de l'époque Bled, puisque "Clipping the Wings of Hope" apparaissait déjà sur leur première démo, et que "Impurities" et "Divide and Devour" apparaissaient sur Spider Web Structure. Toutefois il ne s'agit pas ici de remplissage puisque ces morceaux ont été presque entièrement remaniés.
En 2009, soit un an après le très convaincant MCD The Nameless Faceless, Dismal Lapse nous sert son premier Full Lengh, Eon Fragmentation, sorti sous la bannière Deepsend Record (Spectral Mortuary, Diluvian, Embrionic Devourment,...).

Le trio américain fait preuve sur cette galette d'une étonnante maturité pour un groupe possédant si peu d'expérience, sachant d'ores et déjà manier les ambiances et varier les rythmiques, sans jamais tomber dans une course à la technicité ou à la brutalité. Car bien que dans l'ensemble très brutale ("Divide and Devour", "U-235") la musique de Dismal Lapse se voit constamment aérée par de sublimes envolées de basse ou par de complexes leads de guitare. Le côté complexe que dégage les compositions est avivé par la continuelle évolution de chaque titre, les morceaux offrent de nombreuses cassures rythmiques, passant sans relâche d'un mid tempo à un passage blasté. Cette grande diversité dans les riffs et les rythmiques nous fait immédiatement penser à Anata, bien que les riffs des américains soient bien moins alambiqués que ceux des Suédois.
Mais si ces changements de tempo sont en général plutôt bien intégrés, le groupe commet tout de même pas mal de maladresses dans ce domaine, certaines rythmiques tombant comme un cheveu sur la soupe (accélération à 1'46 sur "U-235" par exemple). De nombreux passages plus faibles, tel le refrain très convenu de "Addicted to Tomorrow", viennent également pointer le bout de leur nez. Ces petites bévues sont sans doute dues au manque d'expérience du combo californien, et n'entache en rien le plaisir général procuré à l'écoute de l'album. Car oui la galette ravira vos oreilles délicates notamment grâce au leads mélodiques disséminés çà et là (le passage à 3'15'' de "Light Cast no Shadow "nous fait même grandement penser au "Disavow your God" de Gorod), et à la présence de quelques passages bien jazzy (2'15'' sur "Before Ours Eyes").

L'album jouit donc dans l'ensemble d'une qualité de composition assez remarquable, technique tout en restant diablement accrocheur, et est de plus brillamment interprété par les trois musiciens, inconnus jusqu'alors. Le guitariste Evan Gravatt maîtrise parfaitement sa six cordes et nous octroie de nombreuses figures acrobatiques, le bassiste Jason Brehm fait joyeusement claquer sa basse et ne se contente pas de suivre le gratteux, la partition de basse s'éloignant souvent de celle de la guitare. Cette basse est de plus allégrement mise en avant dans le mix, qui est par ailleurs parfait, nous permettant de suivre aisément chaque note. Mais malgré les qualités des deux musiciens sus-cités le membre clé de Dismal Lapse est sans conteste le chanteur/batteur Chris Barnum, tant sa prestation aux deux postes est remarquable. Son jeu de batterie est un des gros points forts de l'album, varié, très dynamique et technique tout en restant très naturel. Côté vocaux aussi le bonhomme assure, timbres très diversifiés entre le bon gros chant guttural et des passages plus hurlés qui collent toujours avec la musique du groupe. Vous me direz que Dennis Röndun a réalisé une performance à peu près équivalente sur Cabinet (pas tout à fait puisque son chant est bien moins varié), mais là où Jason est unique c'est dans sa capacité à réaliser le chant et la batterie simultanément en live ! N'ayant pas encore eu la chance de voir le groupe sur scène je ne pourrais pas vous garantir qu'il assume les deux postes avec autant de talent que sur CD, mais à en croire ce qui se dit sur le web c'est bel et bien le cas ! A quand une tournée en France pour que l'on puisse se faire notre propre opinion ?

Ce Eon Fragmentation s'avère donc être une excellente surprise de la part de ce très jeune groupe qui nous sert là une œuvre pleine de maturité, rapide, efficace et extrêmement travaillée. Les quelques maladresses et les passages plus faibles ne gâchent en rien l'écoute de l'album, et mon seul réel regret est sa trop courte durée (un peu moins de 35 minutes au compteur). Cela parait maigre surtout quand on sait que trois des morceaux de Eon Fragmentation apparaissaient déjà sur The Nameless Faceless ("U-235", "Clipping the Wings of Hope" et "Before Our Eyes").
Dismal Lapse s'impose toutefois comme un groupe à surveiller de très près, et leur prochain album pourrait être un chef d'œuvre s'ils arrivent à gommer les quelques petites erreurs qui parsèment leurs compositions et s'ils gagnent en personnalité. Une production un peu moins propre pourrait aussi mieux convenir à leur style. En tout cas si vous êtes fans de Death Technique (ou pas d'ailleurs) je ne peux que vous conseiller de jeter une oreille attentive sur ce Eon Fragmentation.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Dismal Lapse
Death Technique
2009 - Deepsend Records
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (1)  9/10
Webzines : (4)  7.84/10

plus d'infos sur
Dismal Lapse
Dismal Lapse
Death Technique - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Addicted to Tomorrow
02.   Impurities
03.   Clipping the Wings Of Hope
04.   The Light That Cast No Shadows
05.   August 6th, 1945
06.   U-235
07.   Tetra Hydra Cannibinol
08.   Divide and Devour
09.   Before Our Eyes
10.   Beyond the Endless
11.   Eon Fragmentation

Durée : 34'58''

line up
parution
22 Juin 2010

Essayez aussi
Origin
Origin
Entity

2011 - Nuclear Blast
  
Fleshwrought
Fleshwrought
Dementia / Dyslexia

2010 - Metal Blade
  
Sophicide
Sophicide
Perdition Of The Sublime

2012 - Willowtip Records
  
Vale Of Pnath
Vale Of Pnath
Vale Of Pnath (EP)

2008 - Autoproduction
  
Inanimate Existence
Inanimate Existence
A Never-Ending Cycle Of Atonement

2014 - Unique Leader Records
  

Witherscape
The Northern Sanctuary
Lire la chronique
Isgärde
Jag enslig skall gå
Lire la chronique
16
Lifespan of a Moth
Lire la chronique
Ghoul
Dungeon Bastards
Lire la chronique
La photo mystère du 27 Juillet 2016
Jouer à la Photo mystère
Ragnard Rock 2016
Forteresse + Graveland + He...
Lire le live report
Satyricon
Nemesis Divina
Lire la chronique
Wederganger
Halfvergaan Ontwaakt
Lire la chronique
Cobalt
Slow Forever
Lire la chronique
Baptism
V: The Devil's Fire
Lire la chronique
Profanatica
The Curling Flame of Blasphemy
Lire la chronique
Centinex
Doomsday Rituals
Lire la chronique
Starofash
Skógr
Lire la chronique
Hunok
Megrendíthetetlenség
Lire la chronique
Lacuna Coil
Delirium
Lire la chronique
Primalfrost
Prosperous Visions
Lire la chronique
Dark Funeral
Where Shadows Forever Reign
Lire la chronique
De Karl Sanders à Mark Greenway
Jouer à The Small Metal World Experiment
Karcavul
Intersaône
Lire la chronique
Vanhelgd
Temple Of Phobos
Lire la chronique
Mizery
Absolute Light
Lire la chronique
Au revoir Monsieur le chroniqueur ! La mort de VS Webzine ! Du pipi qui gicle !
Lire le podcast
Fistula
Longing for Infection
Lire la chronique
Hermóðr
The Darkness of December
Lire la chronique
Blut Aus Nord à l'occasion de la sortie de Codex Obscura Nomina
Lire l'interview
Alkerdeel
Lede
Lire la chronique
Sink
Ark of Contempt and Anger
Lire la chronique
Winterlore
Winterlore
Lire la chronique
Disincarnate
Dreams Of The Carrion Kind
Lire la chronique
Dawn Of Disease
Worship The Grave
Lire la chronique