chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
24 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Abominable Putridity - The Anomalies Of Artificial Origin

Chronique

Abominable Putridity The Anomalies Of Artificial Origin
Du brutal slam death, ça faisait longtemps! Vous vous souvenez d'Abominable Putridity, ce groupe russe qui avait créé le buzz en 2008 lors de la sortie de son premier full-length In The End Of Human Existence? Au Death Feast de la même année en Allemagne, tout le monde portait son coupe-vent Abominable Putridity! Quatre ans après ce carnage complètement bas du front mais ô combien jouissif, le quatuor est de retour. Avec davantage de discrétion cette fois puisque la situation n'est plus la même. Le slam death ne fait plus autant recette, rattrapé par le succès du death old-school et du brutal death technique plus à la mode. Autre changement, qui concerne directement le groupe, le chanteur Vladimir a quitté le navire. Big Chocolate (Disfiguring The Goddess, Burning The Masses, Malodorous...) devait prendre sa place mais c'est finalement le légendaire Matti Way (Disgorge, Cinerary, Pathology, etc.) qui le remplace pour ce deuxième album baptisé The Anomalies Of Artificial Origin et sorti fin février chez Brutal Bands. Abominable Putridity essaierait-il de marcher sur les pas de Defeated Sanity qui avait lui aussi engagé un américain réputé, A.J. Magana (ex-Disgorge), sur son Chapters Of Repugnance?

Les choses commençaient bien avec une belle pochette à la Resident Evil signée Pär Olofsson. Malheureusement, ce sera une des rares satisfactions de ce nouvel album très décevant. Parce qu'il n'y a pas que le label et le frontman qui ont changé chez Abominable Putridity. Sentant le vent tourner et voulant montrer qu'ils sont devenus de meilleurs musiciens, les Moscovites ont décidé d'élever leur niveau de jeu. En résulte deux évolutions notables. D'abord, la vitesse moyenne est revue à la hausse avec davantage de blastouille. Pas un mal vu la monotonie mid-tempo dont souffrait In The End Of Human Existence. Un effort louable qui tombe cependant à plat à cause de la pauvreté affligeante du riffing et du son de batterie ultra synthétique qui fait plus penser à une machine qu'à un être humain. Ensuite, le combo a inclus quelques passages/riffs plus "techniques". Rien d'impressionnant mais c'est une bonne idée que de vouloir rendre ses compositions plus ambitieuses. Pas de bol, l'effet est nul là-aussi. La faute à nouveau à des riffs inintéressants malgré plus de complexité. Écoutez l'intro de "The Anomalies Of Artificial Origin": Abominable Putridity se prend pour Beneath The Massacre! Sans le talent...

Toutes les tentatives d'évolution du quatuor sovétique se soldent ainsi par des échecs. Même la prestation de Matti Way, pourtant une valeur sûre d'habitude, se révèle bien en-dessous de ses anciennes performances. Il se fait même manger par Angel Ochoa (Cephalotripsy, Condemned) dont le growl glaireux jouissif s'invite sur "A Burial For The Abandoned", un des seuls morceaux satisfaisants. Autres guests, Corey Athos (Disgorge, ex-Flesh Consumed) sur "A Massacre In The North" et "The Last Communion", et A.J. Magana (tiens donc!) sur "Letting Them Fall...", histoire de nous rappeler, même si c'est évident, que les membres d'Abominable Putridity sont des fans absolus de brutal death US. Et la formation en joue encore du brutal death US. Toujours à fortes tendances slammisantes d'ailleurs. Le groupe va plus vite et est plus à l'aise techniquement mais la base reste la même avec une musique grasse et groovie influencée par Devourment nouvelle époque. Fans de slam parts n'ayez crainte donc, il y en a encore un bon paquet et certaines sont même boostées par de bons petits bass drops des familles. Le problème, c'est que si l'enchaînement de slam parts sur In The End Of Human Existence avait quelque chose d'hypnotisant, ici l'effet se fait beaucoup moins ressentir, non seulement à cause de leur aspect ultra générique déjà entendu des milliers de fois mais aussi de la production qui fait sonner le tout de façon trop artificielle, renvoyant au titre de l'album qui porte du coup très bien son nom. Ça groove et ça tache comme avant, on prend tout de même un peu de plaisir, mais fini le côté putride dégoulinant qui faisait tout le charme de l'opus précédent. La production plastique de The Anomalies Of Artificial Origin ne dégage rien...

Quand ça ne veut pas, ça ne veut pas! Difficile de ressortir quoique ce soit de cet album à oublier au plus vite et qu'on pourra résumer par deux titres corrects ("A Burial For The Abandoned", "The Anomalies Of Artificial Origin"), quelques riffs un poil plus intéressants ("A Massacre In The North" à 1'55, "The Last Communion" à 0'53...) et un peu de bon gras. Les Russes se foutent même de la gueule du monde en clôturant leur album à 25 minutes. Plutôt une bonne chose quand on voit la bouse mais sur le principe, je ne cautionne pas. On a connu des sorties Brutal Bands plus inspirées. Abominable Putridity a voulu évoluer en accélérant les choses et en apportant un peu plus de technicité. En gros, les Moscovites ont mis du Disgorge dans leur Devourment. On sent aussi une petite influence Syphilic et pas que pour la batterie qui sonne comme une boîte à rythmes. Ça part donc d'un bon sentiment et c'est même le conseil que je leur avait donné sur ma chronique de In The End Of Human Existence. Bien tenté mais c'est raté! On en vient à regretter l'époque où le groupe tapait dans le caveman slam death bête et méchant mais complètement assumé et qu'il n'essayait pas de nous faire croire qu'il était intelligent...

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

3 COMMENTAIRE(S)

Invité citer
daminoux
05/05/2012 10:09
efficace........ mais je trouve ça trop propre....... slam death ça doit bavé de partout..
Niktareum citer
Niktareum
04/05/2012 23:28
note: 6/10
Allez, je ne l'ai écouté que trois fois cet album mais je serai moins sévère que vous deux. J'aurais dit la même chose après la premirèe écouté dont je n'ai absolument rien retenu, les deux suivantes m'ont apporté quelques motifs de satisfaction malgré tout même si bien sûr je ne crierai pas au génie. Déjà l'artwork est très sympa (ok c'est pas primordial mais quand même), Matti s'en sort bien je trouve et puis j'ai apprécié les quelques touches plus """"techniques"""" des guitares. Après je pense effectivement que cet album pêche par une prod bien trop synthétique et moderne qui lui retire tout le groove putride qui ressortait du premier. Bref passable pour moi.
Invité citer
Darkmorue
03/05/2012 21:12
Je plussoie, joli bide. Du carton, c'est fun à la première écoute, tout s'écroule par la suite. Matti Way s'en sors avec les honneurs même si son chant a changé, mais alors le reste... Les riffs vides et nazes et surtout cette prod plastifiée affreuse... C'est pas inécoutable mais c'est une belle purge pour l'amateur du premier skeud...

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Abominable Putridity
Brutal Slam Death
2012 - Brutal Bands
notes
Chroniqueur : 4/10
Lecteurs : (4)  5.88/10
Webzines : (6)  6.67/10

plus d'infos sur
Abominable Putridity
Abominable Putridity
Brutal Slam Death - Russie
  

tracklist
01.   Remnants Of The Tortured
02.   A Massacre In The North
03.   Letting Them Fall...
04.   A Burial For The Abandoned
05.   Lack Of Oxygen
06.   Wormhole Inversion
07.   The Anomalies Of Artificial Origin
08.   The Last Communion

Durée : 25'55

line up
parution
28 Février 2012

voir aussi
Abominable Putridity
Abominable Putridity
In The End Of Human Existence

2007 - Lacerated Enemy Records
  

Essayez plutôt
Disconformity
Disconformity
Depravation Of Stigma (MCD)

2005 - WD Sounds
  
Visceral Disgorge
Visceral Disgorge
Ingesting Putridity

2011 - Amputated Vein
  
Gortuary
Gortuary
Awakening Pestilent Beings

2010 - Sevared Records
  
Parasitic Extirpation
Parasitic Extirpation
Knee Deep In Disease (EP)

2008 - Autoproduction
  
Guttural Engorgement
Guttural Engorgement
The Slow Decay Of Infested Flesh

2007 - Inherited Suffering Records
  

Déception de l'année
Blaze Of Perdition
Near Death Revelations
Lire la chronique
State Faults
Desolate Peaks
Lire la chronique
Conqueror
War Cult Supremacy
Lire la chronique
Kataklysm
Of Ghosts And Gods
Lire la chronique
One Life Crew
Crime Ridden Society
Lire la chronique
Adversarial
Death, Endless Nothing And ...
Lire la chronique
Parce qu'on a tous été ados
Jouer au blindtest
Loudblast
Sublime Dementia
Lire la chronique
Motocultor Festival 2015
Lire le dossier
Uncle Acid And The Deadbeats
The Night Creeper
Lire la chronique
Interment
Where Death Will Increase 1...
Lire la chronique
Aetherius Obscuritas
MMXV
Lire la chronique
LVTHN
The Grand Uncreation (Compil.)
Lire la chronique
Der Weg einer Freiheit
Unstille
Lire la chronique
Soilwork - The Ride Majestic
Lire le dossier
Lugubrum / Urfaust
Het Aalschuim der Natie (Sp...
Lire la chronique
Venefixion
Defixio (Démo)
Lire la chronique
Ulcerate
Everything is Fire
Lire la chronique
Pure
Art of Loosing One's Own Life
Lire la chronique
Metal Méan 2015
(DOLCH) + Drowned + Grand M...
Lire le live report
Suis La Lune
Distance / Closure (EP)
Lire la chronique
New Noise Festival 10
Birds In Row + Earthship + ...
Lire le live report
Crown
Natron
Lire la chronique
Leprous
The Congregation
Lire la chronique
Various Artists
A Treasure to Find (Tribute...
Lire la chronique
Vardan
Between the Fog and Shadows
Lire la chronique
Birds In Row
You, Me & the Violence
Lire la chronique
Weird Fate
Cycle of Naught
Lire la chronique
Mercyless
Abject Offerings
Lire la chronique
Acherontas
Ma-IoN (Formulas Of Reptil...
Lire la chronique