chargement...

haut de page
22 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Desecravity - Implicit Obedience

Chronique

Desecravity Implicit Obedience
On s'fait un japonais aujourd'hui? Pourquoi pas, surtout que j'attendais avec curosité ce premier album de Desecravity après avoir écouté quelques morceaux démo prometteurs. Il n'y a pas que moi apparemment puisque Willowtip Records s'est empressé de signer le combo de Tokyo dont ce Implicit Obedience est le tout premier essai. Un album assez impressionnant pour des mecs sortis de nulle part!

Oubliez la pochette horrible, Implicit Obedience c'est du bon! L'opus s'inscrit d'ailleurs parfaitement dans la roster du label américain. Desecravity, c'est une sorte de mélange décapant entre Cryptopsy, Origin, Hate Eternal et Internal Suffering. Du brutal death intense, chaotique et technique dont l'écoute vous laisse éreinté. Quoi de plus normal avec une musique ultra brutale qui ne tient pas en place. Changements de rythme nombreux, quotient riff/morceau élevé, vitesse de jeu rapide, blast-beats, semi-blasts, gravity, ça cogne vite et dur! Le chaos ambiant est renforcé par tout un tas de riffs aux tremolos bouillonnants, l'utilisation fréquente d'harmoniques sifflées, des sweeps ultra brefs, la superposition puissante de shrieks aux growls et, point d'achoppement, une production... particulière, surtout en ce qui concerne la batterie. Pour info, c'est Erik Rutan qui a mixé et masterisé la bête, cela devrait vous donner une idée. Triggée à mort, sur-mixée, manquant de nuance entre les différents toms et la caisse claire, sonnant comme une boîte à rythmes robotique, la batterie accumule ici les tares du brutal death moderne. Le son synthétique et "over-the-top" des drums colle toutefois très bien à l'ambiance radicale et tumultueuse ainsi qu'au concept de la formation. Tout comme le jeu de Yuichi Kudo, que je trouve cependant un peu trop foutraque. On lui pardonnera, l'Asiatique ayant composé la grande majorité des morceaux. Et là, le musicien fait montre d'un talent certain. Non seulement la maîtrise et le niveau technique impressionnent mais la qualité des riffs aussi. Malgré la densité du propos, le bonhomme trouve ainsi régulièrement la petite "mélodie" de riff qui accroche l'oreille et qui fait passer plus facilement la pilule, comme sur "Enthralled In Decimation" à 0'51, "Immortals' Warfare" à 1'54, "Condemnation" à 1'24, "Extinction With Hatred" à 1'15 ou encore "Dark Dimension" vers 0'20. Et comme tout bon groupe de death japonais qui se respecte, même si moins présent que chez d'autres, on retrouve aussi du groove (le riff plus posé de "Demonize The Old Enemy" qui fait sa première apparition à 0'47, le riff limite sautillant de "Hades" à 2'16, l'accélération à la double de "The Collapse Of Religion" à partir de 0'40...), ce dont une basse agile et bien audible se charge également ("Immortals' Warfare" à 3'00, "Demonize The Old Enemy" à 0'42, "Condemnation" à 1'57, "The Collapse Of Religion" à 1'00, "Extinction With Hatred" à 2'36, etc.).

Dose conséquente de brutalité, ambiance tourmentée, haute technicité, groove bien présent, plein de bonnes idées de riffs, un minimum de mélodie, Desecravity semble avoir les armes en mains pour frapper un grand coup en proposant une musique inspirée et convaincante qui montre déjà une certaine personnalité. Le potentiel des Japonais n'est néanmoins pas toujours utilisé à fond et il manque encore ce petit plus au groupe pour vraiment faire la différence. Un titre comme "Demonize The Old Enemy" par exemple, est un peu trop longuet et même mou par rapport aux autres compositions. La production pourrait aussi sonner de façon plus naturelle sans impacter la brutalité, en particulier la batterie vite irritante. Mais pour une première sortie, ce dont fait preuve le quatuor tokyoïte suffit à démontrer qu'il est déjà au-dessus de la masse. De quoi faire plaisir aux amateurs de brutal death moderne, technique et chaotique. 'Sont fous ces Japonais!
Notice: Object of class QueryTemplate could not be converted to int in /srv/www/deadEngine/class/Thrasho/StatPub/Collection.php on line 13

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour donner votre avis.

1 COMMENTAIRE(S)

Ander citer
Ander
17/06/2013 17:00
note: 7.5/10
Très bon premier essai et assez surpris de voir que c'est le batteur le principal instigateur du bousin. :o On sent encore trop les influences (Crypto' en tête) et la prod' synthétique gâche un peu la fête mais c'est prometteur pour l'avenir.

Et la pochette est bien classe, ça change du style habituel!

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Pseudo :
Question anti-spam :
Dans quel groupe mythique joue Tom Araya ?
Commentaire :

Desecravity
Brutal Death
2012 - Willowtip Records
notes
Chroniqueur : 7/10
Lecteurs : (2)  7/10
Webzines : (6)  6.58/10

plus d'infos sur

écoutez
tracklist
01.  Into The Unknown
02.  Enthralled In Decimation
03.  Immortals' Warfare
04.  Demonize The Old Enemy
05.  Hades
06.  Condemnation
07.  The Collapse Of Religion
08.  Extinction With Hatred
09.  Dark Dimension

Durée : 32'35

line up

parution
24 Janvier 2012

achetez sur
thrashothèque
Essayez aussi
Prostitute Disfigurement
Prostitute Disfigurement
Descendants Of Depravity

2008 - Neurotic Records
  
Nile
Nile
In Their Darkened Shrines

2002 - Relapse Records
  
Hate Eternal
Hate Eternal
King Of All Kings

2002 - Earache Records
  
Deamon
Deamon
Descend Dethrone

2006 - CDN Records
  
Gorgasm
Gorgasm
Stabwound Intercourse (EP)

1998 - Pulverizer Records
  

chronique Chronique
Killer Be Killed
Killer Be Killed
chronique Chronique
Janvs
Nigredo
chronique Chronique
Vintersorg
Naturbål
chronique Chronique
Algebra
Feed The Ego
interview Interview
Bent Sea pour le split ''Usurpress/Animalist''
chronique Chronique
Type O Negative
October Rust
chronique Chronique
Aposento
Aposento
chronique Chronique
Crimson Shadows
Kings Among Men
chronique Chronique
Force Of Darkness
Absolute Verb Of Chaos And Darkness (EP)
chronique Chronique
Unaussprechlichen Kulten
Baphomet Pan Shub-Niggurath
chronique Chronique
Oathbreaker
Eros|Anteros
chronique Chronique
Brutally Deceased
Black Infernal Vortex
dossier Dossier
SYLAK OPEN AIR 2014
interview Interview
The Rock Runners pour le Sylak Open Air 2014
report Live report
Sylak Open Air 2014
Benighted + Dew-Scented + Gojira + Misery Index...
chronique Chronique
Desecration
Cemetery Sickness
chronique Chronique
Deadlock
The Re-Arrival (Compil.)
chronique Chronique
Question
Doomed Passages
chronique Chronique
The Austrasian Goat
The Austrasian Goat
chronique Chronique
Bölzer
Soma (EP)
chronique Chronique
Letlive.
The Blackest Beautiful
chronique Chronique
Stutthof
And Cosmos From Ashes To Dust
chronique Chronique
Nuklear Frost
Subjugation
chronique Chronique
Tombs
Savage Gold
chronique Chronique
Diskord
Oscillations (EP)
chronique Chronique
5ML
Injection
chronique Chronique
God Macabre
The Winterlong
chronique Chronique
Dub Buk
Цвях
chronique Chronique
Crucifyre
Black Magic Fire
report Live report
Angel Du$t + Hard To Handle + Jack Move + Turnstile