chargement...

haut de page
48 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Sol Invictus - Sol Veritas Lux

Chronique

Sol Invictus Sol Veritas Lux (Compil.)

Le culte du Soleil Invaincu a quelque-chose de fascinant et d'attirant. A la fois viril, guerrier et sensuel, à l'image de son inspirateur Apollon, ce rituel voué à une divinité solaire qu'on retrouve représentée dans bien des lieux de l'Antiquité animait surtout sous l'empereur Aurélien des légions romaines portés par un paganisme essentiel à leurs marches. Guerrière et sensuelle, c'est également comme cela que l'on pourrait désigner la musique de SOL INVICTUS, le projet fondé par Tony Wakeford en 1987. Un nom que les amateurs de Neofolk connaissent bien puisque notre homme a également fait brièvement parti de DEATH IN JUNE, autre grand poncif de cette scène, en étant même à l'origine aux côtés de Douglas Pearce en 1981. Suite à la séparation avec ce dernier, notre homme fonde ce groupe au nom évocateur dont il constitue et constituera toujours l'épine dorsale puisqu'il est à l'origine de la majeure partie des compositions et du chant, qu'il partagera avec Ian Read dans un premier temps. C'est via cette compilation sortie en 1990 via le label S.V.L. que SOL INVICTUS fera connaître ses premiers enregistrements, Against The Modern World (1988) et In The Jaws of the Serpent (1989) compilés sur un ensemble nommé Sol Veritas Lux considéré comme le premier véritable full-length des Anglais constitué de 19 morceaux (dont plusieurs en deux versions) pour une heure de musique rituelle excellente.

Replacé dans le contexte de son époque, ce parfait mélange entre un Folk minimaliste aux accords de guitare finalement assez simplistes s'accompagnant d'instruments à vent tels que le tuba (« TWA Corbies ») et une Coldwave épurée, dont l'héritage se retrouve dans une batterie ritualiste et monolithique, avec cette utilisation jouissive du tom basse pour marquer un rythme très souvent assez lent et contemplatif révélait une noirceur extrême qui place une atmosphère désespérée au plus haut degré possible dans un ensemble homogène et inventait réellement un genre nouveau appelé aujourd'hui couramment Neofolk. Tony Wakeford, David Tibet (CURRENT 93) Douglas Pearce : ces hommes ont réellement porté ce genre sur les boulevards de la scène alternative et underground de la fin des années 80.

Dépouillée, épurée, cette mixture est entièrement consacrée à l'émotion, un sentiment qui peut devenir totalement extrême lorsqu'il règne en tyran sur un disque, comme c'est le cas ici. À cette ambiance fantomatique se rajoutent des paroles touchantes, militantes, équivoques et énigmatiques. A l'image du titre presque érotique « Abbatoirs of Love » issu de In The Jaws of the Serpent (soit sur la « deuxième partie » de la compilation, un titre que l'on retrouvera sur Lex Tallionis en 1990) et sa déclamation lancinante de vers désespérés sur fond de valse martiale et évanescente, Wakeford explore toutes les armes de la noirceur et de la tristesse, appuyé contre un chêne fait d'un bois noble et taillé dans une grandeur et une grâce rarement égalées. Ses vers « tactiles » portées par un bel hommage à la nature, sont extrêmement touchants et puissants, qu'ils soient brûlants de désir :
« Thinking some sweetest flower to find
I pricked my finger to the bone
Leaving the sweetest flower behind
Oh, meeting is a pleasure
 »
... ou totalement désabusés.
« In the abattoirs of love
Love's a game for fools, for fools
Love's a game for fools...
 »

Pour autant, notre homme n'oublie pas d'être révolté dans ses écrits, mariant des paroles vindicatives à un ensemble souvent plus martial au niveau du rythme. Les percussions obsédantes de « Angels Fall », les beats, les claviers glacials pour le coup totalement Coldwave de « Long Live Death » et de « Summer Ends » ou encore le refrain fédérateur de « Against The Modern World » composent des hymnes hostiles à un capitalisme dépeint comme gargantuesque et monstrueux (« Gold Is King »), auquel notre homme oppose opportunément la Nature, qu'il érige en reine de ce premier opus véritablement magnifique. Tantôt funéraire (« Raven Chorus »), tantôt religieux (« Untitled ») , tantôt médiéval (« TWA Corbies »), ces pièces héroïques de SOL INVICTUS sont portés par une production certes un peu amateur mais terriblement séduisante là encore.

Même si Wakeford « s'excuse » dans le livret de la compilation à propos de la pauvreté du son de ses premières réalisations, la grandeur de sa musique ne souffre aucunement de cette prétendue faiblesse, notamment au niveau de la guitare qui voient sa noble amertume renforcée par l'âpreté de leur texture. La batterie, martiale et effacée, ne perd rien de sa superbe lorsqu'elle bat un rythme monolithique et uniforme, si ce n'est dans la partie In The Jaws of the Serpent où elle est parfois un peu hasardeuse (notamment sur « Angels Fall » où elle moins convaincante). D'humbles claviers animent le tout sans créer de surenchère : si le son fait ressortir leur côté poussiéreux et kitsch, notamment les imitation de violons, parfois un peu trop vieillis, leur beauté reste là encore intacte. Ajoutons à cela les éléments Folk, comme les instruments à vent (beaucoup moins présents que dans les albums suivants néanmoins), prenant une vraie hauteur, et la mélodie inhérente aux morceaux ne se voit que renforcée. Reste la basse, trop souvent écrasée et saturée, mais son rôle dans la rythmique générale est déterminant... Vous l'aurez compris, malgré les avertissement du bedonnant britannique, SOL INVICTUS reste propre et très juste dans l'agencement des instruments, touchant l'amateur de sobriété que je suis là où ça fait mal.

Justes, les vocalistes ne le sont pas toujours, pourtant. Parfois même quelques canards s'échappent de la ferme tenue d'une main de maître par Ian Read et Tony Wakeford, mais c'est aussi en grande partie ce qui fait le charme de leurs belles diatribes contre le monde moderne. Livrés au naturel de ce son âpre et ensorcelant, les vocalistes sont donc d'autant plus touchants. Leur alternance se fait très naturellement, entre la force ritualiste et religieuse des déclamations de Read et la voix sans âge de Wakeford qui se perd parfois dans des poussées qui renforcent sa rancœur extrême trahissant son état de pensée à ce moment de sa vie (« Angels Fall », « Against The Modern World » ou encore « Abattoirs Of Love » en étant les illustrations parfaites) et montrent toute sa sincérité. Très peu de voix féminines font leur apparition sur cette première œuvre et c'est bien dommage tant on constatera par la suite l'usage brillant que SOL INVICTUS pourra faire de ces interventions.

In fine, Sol Veritas Lux présente donc autant d'intérêt historique que musical et m'apparaît comme un indispensable pour tout amateur d'atmosphères païennes, tant cette dévotion classieuse ne cesse ici d'éclabousser les auditeurs, enclins à mettre un genou à terre à l'écoute de ses hymnes, plus généralement pour tout amateur de ce genre si fascinant qu'est le Neofolk européen à la DEATH IN JUNE. Alors certes, bande de gougnafiers, ce n'est pas un disque « à tendance brutale » (quoique l'intensité des émotions chez SOL INVICTUS a tout de l'extrême) que votre serviteur vous expose là comme un plat de cuisine raffinée 5 étoiles (ou 4 étoiles et demi), mais comme on aime coller à l'actualité chez nous, Thrashocore président pourra être, dans la mesure du possible, « le Webzine de l'ouverture »... ceux à qui ça ne va pas pourront évidemment « descendre me le dire en face », mais je serai bien trop occupé à m’empiffrer de chouquettes pour daigner vous répondre. Enfin bref, SOL INVICTUS, c'est la musique des seigneurs.
Notice: Object of class QueryTemplate could not be converted to int in /srv/www/deadEngine/class/Thrasho/StatPub/Collection.php on line 13

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour donner votre avis.

19 COMMENTAIRE(S)

Momos citer
Momos
23/06/2012 18:15
note: 4.5/5
Précision dont tout le monde s'en fout: je n'ai pas cette compilation, mais les deux galettes qui la composent. Du coup, je fais une moyenne qui n'en est pas une (9/10 pour chacun), et voilà.

Highlights: Media, Against the Modern World, Somewhere in Europe, Media, A Ship is Burning, etc.
Geisterber citer
Geisterber
14/05/2012 01:27
note: 4.5/5
L'ami Shining, tu vas pouvoir t'enfoncer encore plus dans cette drogue qu'est SOL INVICTUS avec Lex Talionis dont je prépare la chronique!
Momos citer
Momos
13/05/2012 23:07
note: 4.5/5
Je n'ai pas cette compilation, mais ayant fait l'acquisition récente d'In the Jaws of the Serpent et l'ayant beaucoup écouté en deux jours, j'annonce être complètement charmé par ce son wakefordien.

Pearce reste dans son romantisme industrialisé, Wakeford est revenu à l'ère pré-chrétienne pour éviter le vil Capitalisme.

Et puis "Media", quoi.
Invité citer
Sagamore
11/05/2012 11:14
Excellente chronique l'ami. Il faut que je me penche sur ce disque plus avant.
gulo gulo citer
gulo gulo
10/05/2012 17:56
note: 4.5/5
haha, Tony, chant limite ... c'te blague
Invité citer
pete bondurant
09/05/2012 22:01
il a appris à chanter wakeford ?
nan je deconne j'avais tenter ce groupe mais préféré cupid & death du dit TW et le super projet l'orchestre noir avec 11. ce ci étant dit j'avais des souvenirs d'un chant un peu limite...
Crom-Cruachh citer
Crom-Cruachh
08/05/2012 22:12
Merci DEAD, c'est nickel !!
FleshOvSatan citer
FleshOvSatan
08/05/2012 22:09
J'ai écouté les trois extraits, j'avoue que ça à l'air super.

J'adore "Long live death", et sa rythmique new-wave, c'est vraiment excellent, ça, c'est pile le genre de trucs qui me parlent au taquet. J'ai un peu plus de mal avec "Against the modern world" qui ne m'amène pas vraiment de sensations. "Abattoirs of love" se vaut bien effectivement, notamment grâce à ces cordes très touchantes et tristes et cette basse profonde.

J'écouterais ce disque au complet sous peu !!
Dead citer
Dead
08/05/2012 21:53
Pour me faire pardonner, je t'ai activé ton compte. Dis moi si ça fonctionne Sourire
Invité citer
Crom-Cruach
08/05/2012 21:08
Comme je suis vraiment une huitre, g merdouillé en m'inscrivant sur le forum (me suis planté dans la date de naissance) donc je ne peux plus utilisé mon pseudo Crom-Cruach et mon adresse E-Mail.
Y'a moyen d'annuler tout ça (sans blague sur mon QI eventuel hein !!) ??
PS: Enf**** de DEAD j'avais pas lu ton post Sourire))))
Invité citer
Crom-Cruach
08/05/2012 20:42
Avec plaisir !! Tiens une question qui va me faire passer pour une huitre : comment kon fait pour le forum?
Et ouais c'est FEJD mais tellement l'habitude de mal le prononcer que je l'écris mal également !!
Dead citer
Dead
08/05/2012 20:40
Aujourd'hui, Sarko et Hollande ont fait la paix.
Aujourd'hui, Geist et Crom-Cruach ont fait la paix.
Il manquait plus que les Israéliens et Palestiniens pour que la paix règne dans le monde Mr Green
Geisterber citer
Geisterber
08/05/2012 18:38
note: 4.5/5
Vraiment la même mec, bien content qu'on puisse discuter de la sorte ensemble et c'est très agréable de causer avec toi. Mea Maxima Culpa de mon côté, c'est clair qu'on loupe beaucoup de choses quand on s'enferme dans des préjugés (et dieu sait que j'en avais, hahaha!) et des tensions stériles. Merci à toi toujours, c'est mille fois mieux comme ça!
Tiens d'ailleurs j'avais une question: pourquoi ne viendrais-tu pas aussi sur le forum ? Comme tu commentes beaucoup nos chroniques (et c'est franchement agréable je t'avoue, pour moi comme pour les autres j'imagine), ça serait sympa que tu participes aussi aux quelques discussions sur le forum, tu pourrais avoir pas mal de choses à dire et à nous faire découvrir j'imagine, d'autant que tu es très ouvert musicalement... de même que découvrir des trucs de ton côté, pourquoi pas ? Perso comme je commence à voir un peu ce que tu apprécies dans mon registre, je pourrais te faire écouter pas mal de trucs.
Pour FEJD (c'est comme ça que ça s'écrit non ? en tout cas le logo me dit quelque-chose), je ne connais que de nom sans jamais avoir écouté, donc considères que je ne connais pas, héhé!
Tiens, échange de bons procédés, un autre truc qui va faire plaisir à ta fille Clin d'oeil :
http://www.youtube.com/watch?v=bEs0kLdxw-k
Tellement beau et puissant que ça se passe même de voix: ça s'appelle SIG:AR:TYR, c'est canadien. Je sais pas si tu connais, mais plus ou moins pareil, on est dans une atmosphère païenne à souhait avec une maitrise de la guitare et une capacité à créer des ambiances éthérées à couper le souffle.
Du coup on en revient à un point souligné plus haut : le forum Thrasho pourrait nous permettre pas mal de discussions de la sorte, qu'est-ce que tu en dis ?
Invité citer
Crom-Cruach
08/05/2012 18:10
J'écoute en ce moment "The Devil's Steed" et l'atmosphère un peu mélancolique sans être pleurnicharde allié à la voix à la fois profonde et fragile me botte beaucoup. En plus j'peux l'écouter avec ma fille de trois ans sans qu'elle me dise "la musique à papa elle casse la tête".
Dans un registre plus rythmé mais tout aussi sincère connais-tu FEDJ ?
En tout cas content de n'être pas resté sur mes premières impression avec toi suite à nos dicussions un peu houleuse (et un peu déplacée sur ce site je l'avoue... MEA CULPA)
Geisterber citer
Geisterber
08/05/2012 16:37
note: 4.5/5
Merci bien pour vos commentaires les gars, ça me va vraiment droit au coeur.
@ Crom: franchement je serais ravi que tu me donnes ton avis là-dessus. Toi qui es amateur d'atmosphères païennes dans le Metal Extrême (vu les chroniques auxquelles tu as pu réagir par le passé), SOL INVICTUS peut franchement te plaire, même si ce n'est pas garanti. Je pense que tu peux apprécier ces atmosphères épurées si tu es comme moi amateur de sobriété et de sincérité, ce dont je ne doute pas. J'ai hâte de lire ton avis là -dessus dans tous les cas.
@ Max: effectivement, pour moi, il y a une énorme différence entre ARDITI, PUISSANCE, VON THRONSTAHL ou encore TRIARII et DEATH IN JUNE, SOL INVICTUS ou encore NATURE & ORGANISATION. On a trop souvent tendance à  les mettre dans le même panier. Les premiers officient véritablement dans un genre purement Martial, orchestral et grandiloquent et ont des influences industrielles beaucoup plus prononcées (à l'image des percussions par exemple, bien plus rigides et totalitaires) que les seconds, plus naturalistes et versés dans l'acoustique (d'où l'utilisation du terme "Folk" d'ailleurs). Même chose, si tu as l'occasion d'écouter SOL INVICTUS, ton avis m'intéresse beaucoup l'ami!
Vous avez de quoi faire avec les excellents extraits que je vous ai laissé! En plus, ils n'ont pas été uploadés avec les pieds pour une fois... le son Youtube est donc franchement satisfaisant et représentatif de l'extrême qualité de cette compilation.
FleshOvSatan citer
FleshOvSatan
08/05/2012 12:59
Bon j'ai pas de grande connaissances en Néo-Folk (je me limite à Rome, Arditi, Puissance, d'ailleurs a part Rome, je ne suis même pas sûr que ça soit du Néofolk...) mais si je comprend bien ça à l'air d'être un des classiques du genre. Il faudra donc que je m'y penche avec plus de soin. Bonne chronique, mais ça devient un poncif de le dire dans ton cas.
Invité citer
Crom -Cruach
07/05/2012 19:05
G beaucoup aimé le petit "côté culture" des premières lignes (et ce n'est pas un sarcasme) et le reste est à l'avenant.
Pour une fois (en fait ça fait deux fois si je compte bien avec Wodensthrone) pas envie de "descendre te le dire en face" à part peut-être pour te faire des compliments sur la qualité de ton écriture Geisterber !
Vais essayer de suite ce groupe méconnu (par moi hein !)
gulo gulo citer
gulo gulo
07/05/2012 22:28
note: 4.5/5
le divin chant faux de Tony, avec dans ces débuts une fragilité écorchée qui s'estompera plus tard : un de leurs grands disques (bon, ok, il y en a un certain nombre)
Momos citer
Momos
07/05/2012 16:43
note: 4.5/5
Ceci n'est pas une chronique: ceci est un petit dossier sur un groupe m'ayant l'air indispensable, vu le morceau écouté hier soir.

Comme je l'avais dit, je sentais le même côté "lent et religieux" de Blood Axis, l'ennui en moins. Ce qui est un bon point, évidemment.

Belle rédaction. Sourire

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Pseudo :
Question anti-spam :
Dans quel groupe mythique joue Tom Araya ?
Commentaire :

Sol Invictus
Neofolk
1990 - S.V.L. Records
2006 - Tursa
notes
Chroniqueur : 4.5/5
Lecteurs : (2)  4.5/5
Webzines : (2)  4/5

plus d'infos sur

écoutez
tracklist
Against the Modern World
01.  Angels Fall
02.  Raven Chorus
03.  Against The Modern World
04.  Long Live Death
05.  A Ship is Burning
06.  Untitled
07.  Summer Ends
08.  Wolf Age, Axe Age

In the Jaws of the Serpent
09.  Angels Fall (2)
10.  Rise And Fall
11.  The World Turns
12.  The Runes
13.  Gold is King
14.  TWA Corbies
15.  Somewhere in Europe
16.  Media
17.  Abattoirs of Love
18.  Raven Chorus (2)
19.  The Joy of the World

Durée : 63:22

line up

achetez sur
thrashothèque
voir aussi
Sol Invictus
Sol Invictus
Lex Talionis

1993 - Tursa
  

Essayez aussi
Rome
Rome
Nos chants perdus

2010 - Trisol Music
  
Rome
Rome
Flowers From Exile

2009 - Trisol Music
  

chronique Chronique
Misogi
Tofotukami Wemitamafe
chronique Chronique
Terra Tenebrosa
V.I.T.R.I.O.L. (EP)
(Purging the Tunnels)
chronique Chronique
Amenra
Mass III - II
chronique Chronique
Helms Alee
Sleepwalking Sailors
chronique Chronique
Moloth
By the Wing of Black
report Live report
Backtrack + Redemption Denied + Mad At The World + Jack Move
chronique Chronique
Arkona
Yav
chronique Chronique
La Dispute
Rooms Of The House
chronique Chronique
Unearthly
Flagellum Dei
report Live report
Terra Tenebrosa + The Old Wind
chronique Chronique
Wormreich
Wormcult Revelations (EP)
report Live report
Enthroned + Mortuary Drape + Archgoat + Lvcifyre + Bestial Raids + Possession
chronique Chronique
Obscure Sphinx
Void Mother
chronique Chronique
Amestigon
Sun Of All Suns
chronique Chronique
A Very Old Ghost Behind The Farm
La Came Crude
chronique Chronique
Menace
Impact Velocity
chronique Chronique
Cynic
Kindly Bent To Free Us
chronique Chronique
Mysticum
In The Streams of Inferno
chronique Chronique
Erebus Enthroned
Temple Under Hell
chronique Chronique
Luror
The Iron Hand of Blackest Terror
chronique Chronique
Lifelover
Dekadens (EP)
chronique Chronique
Darkspace
Dark Space II
chronique Chronique
Ormgård
Ormblot
chronique Chronique
Gravehill
Death Curse
chronique Chronique
Aborym
Dirty Remix (Compil.)
chronique Chronique
Seven Sisters of Sleep
Seven Sisters of Sleep (EP)
chronique Chronique
Sarke
Aruagint
chronique Chronique
Terra Tenebrosa / The Old Wind
The Disfigurement Bowl / Serpent Me (Split 7")
chronique Chronique
Castevet
Summer Fences
chronique Chronique
Om
Pilgrimage